Internet Explorer 6 en dessous de 1% de parts de marché aux États-Unis
Microsoft célèbre l'extinction du navigateur

Le , par Hinault Romaric, Responsable .NET
La fin du navigateur Internet Explorer 6 semble être proche.

La vaste opération menée par Microsoft l’année dernière pour tuer son navigateur datant de près de dix ans et incompatible avec les standards du web aurait porté ses fruits.

La firme s’est félicitée avec humour en fabriquant un gâteau ayant le logo du futur standard du Web HTML5, pour annoncer le passage de la part de marché d’Internet Explorer 6 aux États-Unis à moins de 1% au mois de décembre 2011 (0,9%).



Les chiffres issus des analyses de Net Applications, sont regroupés au sein du site Web Internet Explorer 6 Countdown, lancé en mars 2011 par Microsoft pour mesurer la baisse de la part de marché du navigateur.

Les États-Unis rejoignent donc l’Autriche (0,8%), la Pologne (0,9%), la Suède (0,4%), le Danemark (0,4%), la Finlande (0,5%) et la Norvège (0,2%) qui affichent tous des chiffres d’utilisation d’Internet Explorer 6 inférieurs à 1%.



« Nous espérons que cela signifie que plus de développeurs et de professionnels de l'IT peuvent considérer IE6 comme une "priorité faible" à ce stade, et arrêter de dépenser leur temps pour assurer le support d'un navigateur obsolète », se félicite Roger Capriotti, directeur du marketing Internet Explorer dans un billet de blog.

Il faut noter cependant que la part de marché mondial d’Internet Explorer 6 reste encore évaluée à 7,7%, notamment à cause de la Chine qui affiche un chiffre de 25,2% d’utilisateurs du navigateur, suivie par la Corée du Sud avec 7,2%.

La France, quant à elle, compte en décembre dernier 1,5% d’utilisateurs d’Internet Explorer 6.

Source : Blog Internet Explorer


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Kiiwi Kiiwi - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 05/01/2012 à 2:34
Citation Envoyé par Marco46  Voir le message
Que les FAC et écoles d'ingé soient confrontées à la problématique que tu décris certainement, pour l'enseignement général ça me fait plutôt rire.

Pour le collège, je veux bien. Au vu du programme (en France du moins), les élèves, pendant les heures de cours, ne doivent pas dépasser les 15h devant un ordinateur à l'année, et tout ce qu'ils font peut-être fait sur une distribution Linux. Les rares logiciels pédagogiques utilisés ont leur équivalent en distribution libre.
Reste le problème du B2i qui évalue les capacités des élèves à se réparer et à se débrouiller dans un environnement Windows (et oui, Windows, parce qu'on le veuille ou non, Windows n'est pas près de perdre sa place de numéro 1 avec de l'avance. Il faut que les élèves sachent prendre en main un minimum Windows).

Par contre, au niveau lycée, c'est bien loin d'être aussi simple qu'au collège.
Dans la section scientifique (et peut-être même dès la seconde), les élèves, notamment dans le cadre des Travaux pratiques, sont amenés à utiliser les ordinateurs avec des logiciels développés pour Windows (développés surtout pour des anciennes version Windows), et qui n'ont pas leur équivalent sur Linux.
Je pense aux logiciels de physique, utilisés notamment pour faire des courbes et étudier des circuits électriques, ou des générateurs électriques, je pense aux logiciels de Chimie, pour les courbes d'étalonnage, la spectroscopie chimique, étude de concentration, etc. Je pense également à la biologie, où les élèves doivent connaitre le fonctionnement de certains logiciels (séquençage ADN/ARN, arbres phylogénétiques, etc).
Certains de ces logiciels sont inscrit dans le programme éducatif, et sont susceptibles de tomber à l'épreuve du baccalauréat (et tombent toujours dans le cadre des travaux pratiques).
De plus, ces logiciels sont branchés à du matériel, certains demandent d'autres logiciels pivots pour fonctionner, ainsi que des pilotes. Tout ça n'est pas sur Linux.

Et ça ne touche pas que les matières scientifiques.

Les logiciels de latin/grec datant de Windows 95.
Les logiciels bien onéreux pour les langues (notamment les sections Européennes, Abibac), avec reconnaissance vocale, micro, audio, video, etc

A partir du lycée, on ne change pas d'OS comme ça.
Il faut tout modifier en profondeur. Le jeu d'en vaut pas la chandelle.
Avatar de Flaburgan Flaburgan - Modérateur https://www.developpez.com
le 05/01/2012 à 9:02
Citation Envoyé par Kiiwi  Voir le message
Il faut tout modifier en profondeur. Le jeu d'en vaut pas la chandelle.

Il faut tout modifier en profondeur, oui. Le jeu n'en vaut pas la chandelle, ça dépend.

Mais il est vrai que les ordinateurs qui ne sont pas en salle de TP, du type ceux du CDI, pourraient bien tourner sous Linux. ça coûterait moins cher, et on retrouverait beaucoup moins de cochonnerie dessus, donc ils seraient moins lents...
Avatar de coshibe coshibe - Membre averti https://www.developpez.com
le 05/01/2012 à 9:44
J'ai lancé une discussion sympathique sur l'enseignement auquel je vais tout de même ajouter ma pierre.

Pour répondre à Marco46 :
Pour avoir travaillé plusieurs années sur plusieurs projets rassemblant privé et public je peux te dire que les fonctionnaires étaient de loin les plus réactifs et les plus au point niveau technique. Curieux non ?

C'est pas les fonctionnaires le problème c'est les guignols de l'étage du dessus (les fonctionnaires décideurs).

Si on regarde de près la plupart des fonctionnaires(dans les domaines techniques, je parle pas du guichetier de la poste) la plupart sont des personnes très qualifiées tout droit sorties des meilleures écoles d'ingénieurs. L'etat a trouvé un superbe moyen de récupérer les cerveaux : il paie leurs etudes en echange d'une garantie qu'ils travailleront 5/7ans pour l'etat. C'est un tres bon systeme, seulement au dessus on a des décideurs qui se croient tres competents mais qui ont une peur bleue du changement parce qu'ils ne comprennent plus rien à rien. Je prendrai pour simple exemple ce que j'ai vecu :

Je devais entretenir une application web pour l'enseignement. Voyant le CSS extremement mal fait et uniquement comp)atible avec IE6, je l'ai simplifié et rendu compatible pour tout browser. Ne connaissant rien au css, elle est allé voir au dessus et ainsi de suite. Pour qu'on me dise ensuite que le code précédent marchant parfaitement il ne voulait pas prendre de risques. Et voilà qu'on annonce la fin d'IE6 et que j'entends au cours d'une reunion que ca serait bien que les dev fassent un effort parce que sur les autres explorateurs c'est de la m*$#%!

C'est un exemple tout simple mais qui reflète tellement bien ce que je peux vivre tous les jours.

Ensuite vous parliez de ce qui se fait au lycée et collège. Pour ma part j'ai fait une année sabatique à l'iufm(je voulais devenir prof de math ) Donc forcement arrive un moment ou on vous dit qu'il faut montrer sur informatique comment ca marche la geometrie et là on me sort un programmus brachiosaurus, qu'en 2 temps 3 mouvements java avait fait mieux. Je ramène ce que j'ai fait et le propose au professeur formateur. Et là j'ai découvert quelque chose, (surtout n'allez pas en faire une généralité) le professeur ne comprenait rien à rien. Il n'arrivait pas à s'adapter. Il etait peut etre tres competent en math, mais niveau adaptabilité Z E R O P O I N T E. Et pour la plupart de ses collègues de college et lycée c'etait la meme chose.

Donc inciter à utiliser l'informatique c'est bien mais peut etre que donner quelques cours d'informatique aux profs ca serait mieux pour commencer. La plupart vous diront qu'ils s'y connaissent en info, ils ont deja travaillé sur excel word meme paint! Mais lorsqu'on passe de windows XP à seven il leur faut une nouvelle formation pour comprendre ou sont passés leurs icones. "Et pourquoi sur office ya des boutons qui ont changé?".

Donc déjà je trouve qu'une démonstration sur PC de comment faire un cercle circonscrit c'est moins parlant que de le faire au tableau. (Au moins au tableau ils voient les manipulations a faire) Et ensuite je pense que former des profs d'informatiques pour le lycée et peut etre même pour le collège ca ne serait pas du luxe. Parce qu'un prof de musique c'est bien c'est de l'art, mais pour moi un web designer c'est aussi un artiste. Et de toutes facons les eleves qui veulent faire de la musique en feront en dehors des cours. Alors qu'apprendre à un jeune de 12ans comment gérer son propre blog serait beaucoup plus constructif.

En bref : l'education nationale me semble compétente mais rouillée, du coup l'informatique a du mal à trouver sa place dans les programmes. Et a coté de ca on a les grandes institutions dirigées par des gerontocrates qui "ne changent pas par peur de changer"...
Avatar de DonQuiche DonQuiche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 05/01/2012 à 15:11
@Marco46
Essaye de te représenter le programme de mathématiques de la 6ème à la terminale. En particulier le nombre de chapitres différents. Et bien il n'existe évidemment pas de logiciel pédagogique couvrant tout cela. Tu pourras peut-être trouver un bon logiciel pour aider les élèves à comprendre comment construire un graphe, un autre pour les aider à la comprendre la résolution des équations, etc. Il te faut bien une multitude de logiciels très spécifiques. La plupart du temps il n'en existe aucun qui convienne (qualité médiocre, peu pédagogique, peu attractif, etc). Parfois tu en as un bon. Tu en as rarement des dizaines disponibles, c'est un fait. Essaie de chercher un bon logiciel pour enseigner la manipulation des équations par exemple.

Alors, oui, en revanche on doit pouvoir trouver sous tous les OS ou sur Internet un programme pour la conjugaison anglaise et les verbes irréguliers, et qui servira de la sixième à l'enseignement supérieur. Il existe certes des exceptions de ce genre (j'avais par exemple vu un bon logiciel couvrant plusieurs années de programme de géométrie... disponible uniquement sous Windows) mais ce n'est pas la règle.

Ensuite, non, un programme à cinquante ou cent euros ne changera pas la face de l'éducation française pour reprendre tes mots mais il peut parfois permettre à des élèves d'ordinaire assoupis de soudain d'intéresser, ou de faire comprendre à des élèves en difficulté des concepts sur lesquels ils butent parfois depuis des années. Sur certains chapitres de petits logiciels de rien du tout peuvent faire des miracles et, crois-moi, quand tu vois ça de tes yeux, tu es heureux que cet investissement ait été fait.

Enfin, bon, j'arrête de traiter du sujet, cela ne me vaut que des volées de moinssage par quelques idéologues obtus qui n'ont aucune connaissance du problème mais refusent d'accepter que les écosystèmes logiciels qu'ils défendent soient parfois insuffisants ou jettent un regard caricatural sur l'usage des TIC dans l'enseignement (qui, non, ne s'arrête pas à la visite de skyblogs au CDI).

@Coshibe
Je voudrais réagir sur quelques points :
* L'administration de l'EN est peut être la pire des administrations françaises (incapacité à établir le nombre de fonctionnaires employés, retards de plus d'une année dans certains paiements, extrême rigidité, etc), toutes sont loin de fonctionner aussi médiocrement
* Oui, avoir des managers qui ne comprennent rien à ce que font leurs équipes (directeurs d'hôpitaux sans aucune connaissance médicale de base, commissaires n'ayant jamais eu d'activité de terrain, etc) est toujours une aberration selon moi. Mais ce n'est pas exclusif au public, c'est même un mode de gestion fréquent.
* Oui les grandes administrations sont souvent des paquebots aux règles rigides. Les grandes entreprises aussi.
* J'ai pour ma part enseigné pendant deux ans et si j'ai bien rencontré des professeurs incapables de s'adapter ou refusant de le faire (un prof de philo m'a déclaré un jour entre deux joints que s'il avait su qu'il aurait à utiliser un jour un ordinateur il aurait fait un métier), j'ai au contraire jugé que la majorité des professeurs s'était bien adaptée, qu'ils savaient utiliser l'outil informatique et qu'ils étaient intéressés par ce que les TIC pouvaient leur apporter. C'était souvent moins vrai pour ceux ayant plus de cinquante ans mais, là aussi, rien de spécifique à l'EN.
* Un professeur peut choisir chaque année plusieurs formations et, s'il a un peu d'expérience, il n'y a parfois pas grand chose d'intéressant pour lui. Beaucoup doivent prendre la formation à W7 faute de mieux, ou pour voir s'ils devraient mettre à jour leur OS à la maison.
* Une option informatique en terminale, axée sur la programmation, a été mise en place il y a un an ou deux. L'option MPI existe depuis belle lurette et, bien qu'insuffisante (l'info n'y est qu'un outil) a permis à des dizaines de milliers d'élèves de taper leurs premières lignes de code. Enfin j'ai reçu des cours de programmation au lycée il y a quinze ans de cela, 1h30 par semaine en seconde (ancêtre de MPI) et 2h par semaine en première (option spécifique à mon lycée sur initiative de trois professeurs et avec le soutien de l'administration).
Avatar de Freem Freem - Membre émérite https://www.developpez.com
le 05/01/2012 à 15:12
IE6 en cours de disparition, c'est une bonne chose.

Pour la discussion au sujet des distributions GNU/Linux dans l'enseignement, et au sujet des logiciels non compatibles, j'aimerai apporter mon brin de ficelle pour pendre l'idée reçue du manque de logiciels utilisables avec les distributions et le fait qu'il ne faille pas remettre windows en question:

J'ai suivi une filière technique. STI électronique. Comme tous les STI on à aussi eu de la mécanique, cela dis. J'ai changé de lycée entre la (les 2 en fait) seconde et la 1ère/Tlle. D'une cité scolaire de 2000+ élèves à un petit lycée de 700-, donc j'ai vu deux environnements très différents. Ah, et BTS dans un 3ème lycée, 2500+ élèves. Donc palette pas négligeable pour un utilisateur de ces établissement, qui ne soit pas un cancre.

Voici mon expérience:
1er lycée (2000+, 2 ans de seconde, matières: MPI+??? -trou de mémoire de laquelle j'ai choisie... si SVT était optionnelle alors c'est SVT):
_ machines pas dernier cri, mais de bonne qualité, parc informatique pas négligeable.
Les applications utilisées en physique utilisaient un matériel branché, de mémoire, sur le port série. Pas trop jeune, ni trop vieux. Le jour ou ils devront migrer, de XP à w7 ou w8, par contre, je ne suis pas persuadé que les applis utilisant le port série ne poseront pas de problème, c'est tout de même bien moins fréquent de nos jours, et windows pose des problème de compatibilité lors des changement de version. (il y en à eu quand les gens sont passés à XP, je m'en rappelle, et j'ai également vu pas mal de soucis ces dernières années de ceux qui passent à vista ou w7, surtout pour un frangin qui utilise des boîte a rythme ou les drivers pour utiliser une interface machine<=>PC de vista ne sont toujours pas sortis)
Celle utilisée en math, pour avoir fouiné un peu dans le dépôt Debian, j'en ai trouvée plus d'une qui génèrent des exercices (que ce soit d'algèbre ou de géométrie) aléatoirement. J'ai pas creusé, ce n'était pas le type d'applis que je cherchais à ce moment, mais pour en avoir testé une de géométrie "pour le fun" je peux dire qu'elle était très bien foutue et ergonomique. (je ne dis pas que sous windows ce n'est pas le cas: juste que l'idée reçue du manque d'utilisabilité des applis linux n'à plus lieu d'être. Elle était peut-être justifiée, avant que je ne découvre Linux, cela dis.)
Les suites bureautique: bah... word, excel & co. Libre office remplis très bien cet office... (désolé pour le jeu de mots foireux)

2nd lycée (700-, 1ère et Tlle, logiciels de mécanique et d'électronique)
Les logiciels que j'ai alors utilisés qui permettaient de créer les circuits électroniques, étaient déjà antiques: c'était entre 2004 et 2006, et certains étaient clairement conçus pour w95. Pour la mécanique et la physique ça allait. Pour la bureautique et la programmation, j'y ai découvert star office et utilisé turboC v1. Je doute que ça marche encore sous w7 tout ce bazar? (oui certaines machines étaient antiques...)
Depuis récemment, je me remet à l'électronique. Pour les logiciels de conceptions, je suis embêté... j'ai TROP DE CHOIX! Logiciels de mécanique, j'en sais rien, j'ai pas cherché. On utilisais Solidworks au lycée.
Pour son utilisation sous Linux, voici pour une version récente: http://appdb.winehq.org/objectManage...sion&iId=21382 il est classé gold, ce qui signifie que ça marche bien, voire très bien.

3ème lycée (BTS IRIS, 1500+):
Dev sur Windows et Fedora, KDevelop et Visual Studio, bécanes récentes. Rien à dire côté matos et logiciels donc.

Conclusion:
Les logiciels que j'ai utilisés dans mon second cycle du secondaire fonctionneraient pour la plupart avec une distro GNU/Linux, et je suppose parfois mieux que sous widows 7 ou 8.

Je fais actuellement fonctionner nombre de ces applications/jeux old school sans souci sur... Debian, avec l'API wine (oui, API, pas émulateur. Ou alors, on va dire que les framework .NET sont des émulateurs?). Donc, meilleur support sous Linux pour les vieilles applis windows.
Déjà, tous les logiciels DOS, je passe par DOSBOX (sous windows il s'agit aussi du seul moyen pour nombre de ces applis d'ailleurs). Pour les logiciels windows 95 (plus les jeux en ce qui me concerne, j'avoue) ils fonctionnent bien mieux sous wine que sous windows XP. Enfin, ceux que j'ai pu tester bien entendu.

Mais ces même logiciels, et même ceux qui fonctionneraient sans problème sous un OS plus récent, possèdent pour pas mal des alternatives. Déjà, pour le plus utilisé: MS office => Open/Libre office. IEn => Firefox, Chrome...
En électronique (il y a exactement 104 paquets dans la branche de debian que j'utilise, qui ne contiens pas tous les logiciels libres, et encore moins tous ceux fonctionnant sous Linux) et une recherche "I'm feeling ducky" me file une dizaine de noms sur un forum ubuntu: Ktechlab,Kicad, Geda, Qucq, Fritzing, VBB, Oregano, Pspice. Et juste pour la conception.

Mécanique, je sais pas, ça m'intéresse pas vraiment et ça m'a pas sauté aux yeux.
En biologie, vue la floppée de logiciels possédant une étiquette biologie, je suis sûr qu'il y en a qui sont éducatifs! (dans les nouveaux paquets qui apparaissent lors des mises à jours, au moins une fois par mois certains sont dédiés à la biologie)

Quand à la différence d'interface utilisateur...
Lors de mon BTS, certains élèves n'aimaient KDE. Ils ont modifié le thème pour qu'il soit "windows-like". La ressemblance était bluffante.
La vraie différence d'interface c'est bien souvent pour l'administration de la machine, et ce, surtout parce qu'il est plus simple d'expliquer sur un forum des commandes texte que des interfaces cliquodromes ou il faut parfois décrire l'endroit ou se trouve tel ou tel bouton spécial. Mais il existe aussi des logiciels d'aministration système graphique, selon le bureau utilisé et la distro.

Le véritable frein à l'adoption de systèmes libres, c'est l'idée que si c'est gratuit c'est de la m****, ou que Linux c'est trop compliqué à utiliser. Ce qui était certainement vrai début des années 2000.

Que l'utilisation de windows soit enseignée en cours, bon, sincèrement, ça me choque pas. Il s'agit de l'OS le plus répandu après tout. Par contre, qu'il soit exclusivement utilisé jusqu'au baccalauréat, alors que l'école est censée être neutre, ça me pose un problème. Plus éthique que technique, d'ailleurs.
Parce que bon, certaines distros GNU/Linux ont beau être très accessibles à l'utilisateur, il n'en reste pas moins que windows remplis bien son office actuellement, et changer implique un risque, pas toujours (pas souvent?) souhaitable.
Cela dis, le saut XP/w7 en terme d'interface est important. Peut-être même plus que le saut XP/ GNU/Linux/KDE d'ailleurs. (Ne vous y trompez pas, je n'aime pas KDE, mais c'est l'environnement de bureau de mes souvenirs qui ressemblait le plus à celui de windows par défaut, c'est pourquoi je le cite)
Le prétexte de réhabituer les gens à une nouvelle interface n'est donc plus trop valable. Le coût de formation, principale excuse contre la migration, existe aussi pour la migration vers w7 et sera pire avec w8.

Enfin, de toute façon, Windows ou Linux, IE6 est une plaie pour tout les utilisateurs (windows pour les malware qui passent cette passware, Linux pour les sites conçus pour lui et pas les autres) alors on peut tous se réjouir qu'un pays supplémentaire passe la barre des 1% \o/

[edit]
J'ose espérer ne pas être un idéologue obtus parce que je tente de répondre à des arguments qui me semblent erronés cela dis... Je n'ai pas non plus "moinssé" tes messages sans réfléchir à tes propos, mais bien parce que je ne suis pas d'accord, et j'ai exposé les arguments qui font que je ne suis pas d'accord.
Cela dis, c'est vrai que j'ai mis des - sur tes 2 messages de la 1ère page
Avatar de DonQuiche DonQuiche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 05/01/2012 à 15:32
@Freem
Deux remarques seulement :
* Oui il existe des tonnes de logiciels. Mais la plupart sont mauvais ! La plupart n'ont aucun intérêt à être utilisé dans un cours, autant rester sur un enseignement conventionnel dans ce cas. Les bons logiciels pédagogiques sont rares, très rares. Je t'invite par exemple à chercher un logiciel pour apprendre à manipuler les équations, un problème qui handicape, dans plusieurs matières, de nombreux élèves plusieurs années après l'époque où ils auraient dû maîtriser cela. Tu vas en trouver. Des dizaines, peut-être des centaines. Mais je n'en n'ai jamais trouvé de bon. Au mieux tu trouveras un bon générateur d'exercices, et encore, mais rien qui *enseigne* comment manier les équations, qui serait capable d'illustrer la priorité des opérations ou le passage d'un membre de gauche à droite.
* Je ne parle pas à partir d'idées reçues. Je témoigne d'une expérience personnelle. Nombre de petites applications, couvrant simplement un problème particulier, ne tourne que sous Windows et n'ont pas d'équivalent sous Linux.

EDIT : Ma remarque ne s'adressait pas initialement à toi et ton message permettra au moins à certains qui pensent que l'info dans l'enseignement ne sert qu'à surfer au CDI. Mais ton expérience est limitée à celle d'un utilisateur, elle n'est pas celle d'un enseignant devant choisir les ressources à utiliser pour enseigner. Tu as vu des listes d'applis que tu n'as pas essayées, tu as vu un logiciel en particulier et tu en conclus donc qu'il y a tout ce qu'il faut.
Avatar de gorgonite gorgonite - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 06/01/2012 à 9:57
Citation Envoyé par coshibe  Voir le message
Et ensuite je pense que former des profs d'informatiques pour le lycée et peut etre même pour le collège ca ne serait pas du luxe.

Au niveau des "décideurs", il y a clairement un lobby enseignement informatique = branche des mathématiques... car cela est vrai d'un point de vue "théorie des langages".
C'est l'une des raisons pour lesquelles même en classes préparatoires (bizarrement gérées comme des lycées et souvent par des lycées ), il est si difficile d'avoir de vrais cours d'informatique (et qu'on ne me parle pas du programme de MP option info, on apprend à peine à faire des automates "basiques" et calculer des complexités suivant des schémas pré-établis, donc souvent triviaux ^^)

Citation Envoyé par DonQuiche  Voir le message
Mais ton expérience est limitée à celle d'un utilisateur, elle n'est pas celle d'un enseignant devant choisir les ressources à utiliser pour enseigner. Tu as vu des listes d'applis que tu n'as pas essayées, tu as vu un logiciel en particulier et tu en conclus donc qu'il y a tout ce qu'il faut.

Le problème de certains enseignants, c'est qu'ils sont persuadés de mieux comprendre qu'un élève comment celui-ci pense... souvent à tort (c'est d'ailleurs plus problème le problème esprits brillants != brillants pédagogues)
Avatar de Freem Freem - Membre émérite https://www.developpez.com
le 06/01/2012 à 10:43
Je ne mettrait pas en opposition la vue d'un prof/élève, parce qu'il y a de nombreuses sortes de profs, et idem pour les élèves.

Je suis curieux, ces logiciels qui fonctionnent uniquement sous Windows, sous quelle(s) version exactement marchent-ils?
Les as-tu essayés sous une distro GNU/Linux ou WINE est installé?
Et sous un windows plus récent?
Parce que c'était l'un des mes arguments: certains anciens logiciels, dont aucune alternative récente de meilleure qualité n'existe, fonctionneront mieux avec wine qu'avec un windows plus récent, et ça, c'est malheureusement un fait avéré. (et non, je refuse de dire que parce qu'un logiciel à plus de 10 ans il est moins bon que la dernière cochonnerie sortie le mois dernier)

Je respecte personnellement ton expérience, du fait que je respecte les gens et les choses par défaut, et je n'ai effectivement pas eu à choisir des logiciels. J'ai eu à les utiliser. Et en plus ça fait quelques années .
Cela dis, ce n'est pas parce que je vois des anciens que je pense qu'ils ont tout compris à la vie. Je prend le train, et parfois je discute avec les autres voyageurs. L'âge, et donc l'expérience, ne fais pas tout (ne fais pas tout signifie que ça en fait quand même). C'est pourquoi je me permet d'avoir un avis contraire au tiens

Pour les logiciels de maths, je l'ai clairement dit, que je n'avais pas testé. Mes journées ne sont composées que de 24H, c'est beaucoup trop court pour les choses qui font partie de mes priorité pour fouiller dans ce qui n'en fait pas partie.
En revanche, logiciels d'électronique, je suis en train de m'y remettre, alors je cherche de-ci de-là ce qu'il y a. Et franchement, c'est pas mal du tout.

Et au final, l'open source contiens énormément de logiciel de mauvaise qualité, c'est un fait. Mais les logiciels propriétaires aussi.
Par ailleurs, les logiciels fonctionnant sous GNU/Linux ne sont pas tous libres.
Je trouve ridicule de vouloir un système capable de faire tourner uniquement des logiciels libres, au moins autant que je trouve ridicule l'idée d'interdire aux gens de choisir leur modèle. Si on est libre, on est libre de choisir la licence de ce que l'on fabrique, après tout! Et je ne suis pas le seul à penser ainsi (on est pas tous extrémistes, même si j'admets que je crains le jour ou je passerai au boulot à un windows plus récent que XP comme celui du ragnarok).

Une grande différence entre les deux, c'est que pour les open source, il est possible de les améliorer et corriger.

Une autre est qu'il est souvent possible de tester ces logiciels gratuitement, une grande quantité étant simplement gratuite. Ca permet donc de changer gratuitement (moins les frais de migration en main d'oeuvre, bien entendu, qui varient selon le type d'application) de logiciel. Ce qui n'est pas le cas avec la plupart des logiciels propriétaires.
La plupart, car tous ne sont pas payants, et il existe d'excellents gratuiciels, qui sont propriétaires... On à vraiment toutes les nuances possibles dans ce domaine, et je trouve ça bien. Ce que je regrette, c'est vraiment que quand on parle de propriétaire/libre (notez d'ailleurs, que j'ai fait l'amalgame involontaire entre open source et libre dans mes réponses... Je suis fatigué et ai la flemme de corriger) on estime que propriétaire => la qualité est la moyenne et libre => la qualité est l'exception.
L'assertion au sujet des logiciels libres n'est pas fausse, mais, elle vaut aussi pour le propriétaire, et les gens ont tendance à l'oublier extrêmement vite. (Je ne ferait pas la généralisation en disant que la merde est la moyenne de qualité des produits de notre époque, informatique ou pas)

Et pour ma note de fin de post, c'est relatif au fait que les libriste passent souvent pour des fanatiques, mais il ne faut surtout pas oublier qu'une grande quantité de logiciels libres ne fonctionne qu'avec windows (et pour certains je n'ai pas encore trouvé d'équivalent linuxien :/ qui satisfasse mes exigeances) (dans mes préférés: winmerge, miranda IM, notepad++, tortoiseSVN)
Avatar de coshibe coshibe - Membre averti https://www.developpez.com
le 06/01/2012 à 11:25
@Freem
Je te rejoins sur un point c'est que ce n'est pas normal que l'EN paie si cher des licences Windows quand on voit l'usage tres limité qui en est fait. Mais ce n'est pas pour autant que je voudrai voir Linux au collège. Pour 2 raisons, d'une 90% des propriétaires d'ordi ont un windows (je ne suis pas sur des parts de marché) ce qui veut dire qu'enseigner sur Linux n'apporterait quelque chose qu'à une minorité d'élève(au niveau de l'utilisation de l'OS) et d'autres part comme la plupart des profs ont egalement windows, ca veut dire qu'ils seront sans doute plus à l'aise pour enseigner sur win plutot que linux.

Je trancherai plutot pour voir microsoft nous créer une version extremement épurée de windows dans le genre des OS pour téléphone, qui permettrait aux utilisateur de surfer et d'installer simplement leurs applications, tout en permettant à un professeur peu expérimente en informatique de mieux s'improviser administrateur réseau.

L'autre chose est qu'il y a toujours eu des professeurs passionnés qui développent leur propres applications(j'en ai eu une floppée) mais j'aimerai bien savoir si il ya un service "développement pour l'enseignement". Une idée serait de se servir des étudiants en informatique en université pour coder des applications destinées à l'enseignement. d'une pierre 2 coups!

@gorgonite
Tu parlais de l'option info en classe prépa, personnellement j'en ai un excellent souvenir. C'est vrai que le choix du langage est limité : CAML ou PASCAL. Mais pour apprendre les bases de l'algorithmique c'est suffisant, apres je pense que ca depend aussi fortement de l'enseignant... Mais au moins on a une excellente base pour ensuite pouvoir partir sur n'importe quel langage. Il suffit de voir le nombre de nos collègues qui n'ont jamais fait d'algo et qui pleurent a chaque fois qu'ils doivent recoder un simple tri et qui en plus ne choisissent pas le bon...

@DonQuiche
J'ai moi-meme suivi l'option MPI... j'avoue qu'elle ne m'a pas apporté grand chose. Par contre à coté de cela une prof de technologie nous avait organisé un cours de 2h de FLASH/CSS toutes les 2 semaines. J'ai pu coder mon premier site, mon premier ZELDA-Like et ca c'est vraiment motivant! on etait une dizaine de tous niveaux, mais de tous ceux avec qui je suis encore en contact, il ya un webdesigner, un créateur de sites web, une chercheuse en bio informatique et un autre ingénieur en informatique et finances. Bref ce cours semble avoir eu son petit effet sur nous tous^^

Je suis resté en contact avec mon lycée et ce cours est encore donné mais bénévolement... Je trouve ça Fantastique de la part du prof, mais me dire que le prof qui a sans doute le plus marqué ma carrière n'est même pas rémunéré pour ce cours ça me révolte.
Avatar de Freem Freem - Membre émérite https://www.developpez.com
le 06/01/2012 à 12:35
Microsoft décline déjà son OS dans pas mal de "versions" différentes
Je ne pense pas qu'une nouvelle version, plus épurée encore la version familiale serve à grand chose. Ah, pardon, plus épurée que windows 7 starter, j'ai entendu dire que c'est celle-ci la plus épurée, parce que sinon le monstre ne marche pas super bien sur les netbook ^^

Quand au fait qu'un prof s'improvise admin réseau, personnellement, je suis encore plus sceptique. Sauf pour les prof d'info, je doute que ce soit raisonnable de penser qu'un prof inexpérimenté puisse contrôler une salle de classe s'il y à dedans un élève qui s'y connaît vraiment. Et mon petit doigt me dis que ça doit arriver de plus en plus fréquemment, ça.

Enseigner l'utilisation de Linux n'apporterait pas grand chose, c'est un fait avéré. Surtout parce qu'il s'utilise de la même façon que windows : une interface constituée de fenêtres, dont l'outil qui en permet la manipulation est la souris, avec un clavier pour remplir les zones de texte.

La ligne de commande, ce n'est pas utilisé pour les tâche quotidiennes. (par tâche quotidienne, j'entends: traitement de texte, tableur, navigation internet, messagerie instantannée... en fait, tout, sauf maintenance du système (installation de logiciels, configuration de la bête et création de logiciels), qui, en plus, possède de plus en plus souvent des interfaces graphiques: synaptics pour installer des logiciels, un panneau de configuration "windows-like" (bon, ancien style, celui avec des icônes. En même temps je supporte pas le "nouveau" style, apparu avec XP) pour bon nombre de logiciels de l'environnement de bureau, les autres applis gérant leurs options par des menus classiques, et pour le dev, les IDE sont la pour les gens qui considèrent que la ligne de commande n'est pas tout le temps le plus productif.

Sinon, pour l'option MPI... Je l'ai suivie, et elle m'a apporté pas mal je pense.
Déjà, j'y ai tapé mes 1ères lignes de code, c'est ce cours qui m'a inoculé le virus de la prog (et j'ai jamais supporté le prof en question, qui ne connaissais rien à ce qu'il nous faisait faire, fait avéré dès la 1ère recherche perso faite sur le sujet au CDI avec un pote).
Je pense aussi que ma facilité en électronique pendant le début de ma 1ère (qui à entraîné une facilité jusqu'au bac dans cette matière) est lié à cette matière. Ca a pas tout fait, mais ça a rempli son rôle: une introduction.
Ces fameuses matières de seconde sont juste la pour donner un aperçu de la filiale que l'on choisit, sans pour autant fermer les portes des autres, au cas ou on se soit planté. (avec le recul, je trouve ça très bien fait perso, alors qu'a l'époque...)

Pour les algos, j'admets largement ne pas être capable de choisir le bon algo de tri, j'ai jamais fait d'algorithmie. Mes profs de BTS se sont concentrés sur l'utilisation de deux technologies du C++: MFC et Qt.
Avec l'utilisation exclusive des fonctions de ces trucs, en zappant la STL.
Ca doit être l'une des raison de ma dent contre le fait d'enseigner des choses fermées aux gens... Devoir comprendre seul comment fonctionnent les conteneurs, découvrir les capacités des différentes fonctions standard des fichiers comme "functional" par exemple, n'a pas été aisé. Et je ne suis pas capable de calculer la complexité algorithmique non plus.
Bon, cela dis, j'ai juste fait un BTS IRIS, normal que j'aie pas un niveau d'ingé.
Seulement, à force de vouloir enseigner des technologies, ces profs ne m'ont pas enseigné l'utilisation des équivalents standards d'une partie des outils de ces lib (un exemple: CString et QString, on à vu, std::string, inconnu au bataillon. Si on avait vue la version standard en 1er, c'est une partie de l'apprentissage commun aux 2 technos qui aurait pu sauter, donnant plus de temps pour le reste, vu que certains peuvent mettre du temps a voir que le fonctionnement est identique. En plus ces deux "améliorations" sont basées sur la version standard...). Alors qu'on est censé apprendre à utiliser la POO pour... réutiliser le code.

Bon, ces griefs sont tout de même très ciblé sur l'enseignement informatique, tel qu'il était pratiqué dans ce lycée. Je n'ai pas assez de recul pour juger correctement le contenu de ces cours, je pense.
Avatar de DonQuiche DonQuiche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 06/01/2012 à 13:47
Citation Envoyé par Freem  Voir le message
Je ne mettrait pas en opposition la vue d'un prof/élève, parce qu'il y a de nombreuses sortes de profs, et idem pour les élèves.

Citation Envoyé par gorgonite  Voir le message
Le problème de certains enseignants, c'est qu'ils sont persuadés de mieux comprendre qu'un élève comment celui-ci pense... souvent à tort (c'est d'ailleurs plus problème le problème esprits brillants != brillants pédagogues)

Je n'opposais pas profs et élèves, je pointais simplement du doigt un fait évident : un élève lambda n'a jamais eu à évaluer plusieurs logiciels pédagogiques pour trouver celui qui conviendra le mieux. De même qu'un élève n'a jamais eu à rédiger de cours, à convoquer des parents, à virer Samantha, 11 ans, à cause de son t-shirt "I fuck on first date", etc... Qui plus est, j'ai été prof pendant un peu plus de deux ans pour financer la fin de mes études et ma recherche d'emploi, assez pour avoir été confronté au problème que j'ai soulevé mais pas assez pour être considéré à vie comme tel.

@Freem
Effectivement, j'avais oublié Wine et c'est un argument très pertinent.

Par contre, sur la prolifération de logiciels, j'insiste, dans le domaine pédagogique de nombreux sujets sont au contraire en pénurie. Je déplore d'ailleurs que le gvt promeuve les TBI sans imposer de standard sur lequel il s'appuierait pour développer lui-même des contenus adaptés.

Sur l'administration réseau, dans les trois lycées dans lesquels j'avais travaillé elle était assurée par un professeur. Comme toujours dans l'enseignement secondaire, c'est le système D qui prévaut. Après, en cours, un prof n'a pas besoin d'avoir des connaissances en administration réseau, il a simplement à surveiller que ce crétin de Kevin n'est pas retourné sur les sites de pr0n.

@Coshibe
Le programme de l'option MPI est en fait peu détaillé et laisse de grandes libertés au professeur. Corollaire : l'intérêt de l'option et ce que l'on y fera exactement dépend fortement du prof.

Enfin, sur le "developpement pour l'enseignement", réponse en deux parties :
* Il existe dans plusieurs rectorats au moins (peut-être tous) des développeurs produisant des outils. Mais il s'agit plutôt d'outils d'administration (gestion des bulletins) et il n'y a pas de concertation nationale. Les résultats ne sont pas toujours probants non plus et il y a des doublons entre les rectorats (chaque rectorat travaille indépendamment)
* Il me semble qu'il existe désormais une vague cellule nationale chargée de créer des logiciels pédagogiques. Pas sûr, ce n'était qu'une ligne dans un article.
Offres d'emploi IT
Ingénieur H/F
Safran - Ile de France - Moissy-Cramayel (77550)
Spécialiste systèmes informatiques qualité et référent procédure H/F
Safran - Ile de France - Colombes (92700)
Expert décisionnel business intelligence H/F
Safran - Ile de France - Évry (91090)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil