Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La moitié des employés de l'IT travaillent plus de 40 heures par semaine
Et 73% des ingénieurs informatiques : et vous ?

Le , par Gordon Fowler

20PARTAGES

6  0 
Combien d'heures travaillez-vous par semaine ?
La semaine dernière, Pôle Emploi publiait un rapport très intéressant sur les métiers de l’informatique qui concluait que les pénuries de main d’oeuvre constatées par l’APEC ou le Syntec Numérique étaient des effets d’optique. Un rapport au style assez diplomatique mais dont le fond était particulièrement virulent, notamment contre les SSII et la vision court-termiste des décideurs du secteur.

Un autre point de cette étude a retenu notre attention. Au détour d‘une phrases, l’auteur affirme en effet que dans l’IT les "emplois impliquent une charge de travail importante ;[et que] 73 % de ces ingénieurs déclarent travailler plus de 40 heures par semaine".

Le chiffre ne surprendra pas pour les développeurs confirmés, cadres et autres postes très qualifiés, mais il est - semble-t-il, généralisé à l’ensemble du domaine. Dans les autres "familles professionnelles", seuls 32% des employés affirment travailler au delà de 40 heures. Dans l’informatique, ce sont plus de la moitié d'entre eux (51%).

En 2009, une autre étude concluait que les informaticiens travaillaient jusqu’à 75 heures par semaine (7.3% d’entre eux déclaraient travailler entre 60 et 75 heures chaque semaine). Et les deux tiers avouaient même que leurs dépassements d’horaire ne leur étaient pas rémunérés.

A l’opposé de ces gros volumes de travail, Pôle Emploi constate que 13 % des "employés et opérateurs" de l'IT sont à temps partiel, et que 3 % sont en situation de sous-emploi. Parmi ceux qui sont à temps plein (et dont 15% travaillent plus de 40h), le salaire médian serait lui de 1.400 euros par mois, contre 20. 063 pour l'ensemble de l'économie et pour les hommes... et 16.813 pour les femmes (source INSEE sur 2009).



En complément de ces chiffres, il nous est apparu intéressant de vous demander ce qu’il en avait été pour vous en 2011. D’autant plus que beaucoup des membres et lecteurs de Developpez.com travaillent un peu partout dans le monde et on une vision bien différente des conditions de travail des professionnels de l’IT.

Combien d’heures travaillez-vous par semaine ? (Votez sur le forum)

Pour quelle rémunération environ ?
Trouvez-vous ce salaire médian de 1.400 euros pour les employés et opérateurs réaliste, sous-estimé ou sur-estimé ? Vous parait-il juste ou trop faible (ou trop élevé) ?

Sources : "Les métiers de l’informatique : un domaine professionnel très sensible aux évolutions conjoncturelles" (PDF), INSEE

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de BenoitM
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 20/12/2011 à 13:50
Cette phrase m'a interloqué : depuis quand le pourcentage de personnel féminin / masculin détermine le domaine dans lequel on se trouve ? En l'occurrence, depuis quand le domaine informatique (techniciens et ingénieurs notamment, mais pas que !) devrait uniquement être représenté par une majorité d'hommes ?
Euh parce qu'il y a une majorité d'homme dans l'informatique, comme il y a une majorité de femme en péricultrice?
Il n'a jamais dit que ca ne devait pas changer, il a simplement fait la constatation
Perso ca m'aurait pas déplu qu'il y aie plus de 5 filles pour 100 mec lors de mes études
14  0 
Avatar de SurferIX
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/12/2011 à 10:44
Personnellement, je suis passé par quatre étapes dans ma vie :
- célibataire en entreprise, largement > 55 heures par semaine, avec mon ex-patron qui s'est endormi sur mon lit pendant que je terminais mon code jusqu'à 2 heures du matin (véridique) ;
- avec un enfant en entreprise : ~40-50 heures par semaine, mais des tensions ont commencé à voir le jour vu que quelques années auparavant je travaillais > 55 heures par semaine
- avec deux enfants en entreprise : 38 heures par semaine maximum, mais les tensions ont empiré, car je n'effectuais plus le travail de trois personnes, mais plus qu'un travail "normal", de une personne !
- depuis 6 mois : avec deux enfants, plus en entreprise, mais indépendant largement > 50 heures par semaines, mais purée qu'est ce que c'est bon ! Plus de patron, je fais tout ce que je veux quand je veux, je consacre le même temps à mes enfants, mais je fais quand et comme je veux, et franchement ? Si j'avais su, j'aurais fait ça bien plus tôt. En plus le travail est tout simplement génial, vu qu'on n'a jamais le temps de se lasser : on fait un projet, on met tout en place, voire on développe et hop ! Projet suivant ! Absolument génial.
----------------
Petit HS : je pense que les personnes un minimum compétentes et motivées devraient sérieusement se pencher sur ce statut.
----------------

Citation Envoyé par Lady Voir le message
Personnellement sauf en cas de livraison imminente et sur 2 ou 3 jours, je ne fait pas plus que mes horaires contractuelles.

Je pars du principe que si ce qu'on me demande nécessite que je reste plus longtemps c'est qu'il y a un problème (à mon niveau ou au niveau de la hiérarchie) et j'essaie le plus possible de prévenir en amont que ça va pas être possible.
J'aime l'info mais j'ai d'autres passions dans la vie donc voilà !
Définition exemplaire qu'il faudrait placarder sur les murs de la plupart des informaticiens, afin que leurs patrons le lise avant d'essayer de leur mettre la pression pour gratter quelques heures de travail, bravo à toi !

Citation Envoyé par erwanlb Voir le message
Faut voir ce qu'il y a dans les 40h...si il y a 1h de pause/machine a café/blabla chaque journée.....

On trouve rarement des personnes efficaces toute l'année au dessus de 40h...mais qui le croient fermement...
Est-ce que lire un magazine informatique, apprendre des nouveautés, ça fait partie d'une pause, ou ça fait partie du travail ("veille technologique". Si ça ne fait pas partie du travail, alors je commençais tous les matins vers 10 heures . Paradoxalement, je trouve que ça me rend plus efficace.

Citation Envoyé par Glutinus Voir le message
.................Car j'en ai connu des commerciaux/managers qui foutent la pression "parce que le client n'est pas content et qu'il faut bosser jusqu'à pas d'heure" alors qu'ils doivent être chez eux à regarder Plus belle la vie (ou si ça se trouve Des chiffres et des Lettres ^^)
La difficulté, c'est que la "difficulté économique croissante" d'aujourd'hui (croissante... que pour certains (pas pour tous, l'argent est une constante, si il n'est plus dans notre poche, il est dans la poche de quelqu'un d'autre) ) fait que c'est une excellente excuse pour mettre la pression. Constat : il y a beaucoup plus de pression sur les petites mains (et cela vaut pour énormément de professions, pas que l'informatique) aujourd'hui qu'avant, et ce que tu dis n'est pas du passé : c'est quelque chose qui empire de jour en jour...

Citation Envoyé par Shinzul Voir le message
........Et malheureusement, refuser ces ajouts de travail dans la journée est souvent mal perçu.
Voilà le problème de la plupart des développeurs et beaucoup de certains cadres : "c'est mal perçu". Oui, mais, tu n'as pas fini ta phrase : "c'est mal perçu une ou deux fois". Après, il savent qu'à 17h30 tu n'es plus là, qu'on ne peut pas compter sur toi. Et c'est normal. J'ai vécu la situation opposée, donc je sais de quoi je parle (cf début de mon post) : je travaillais à pas d'heure, et mon collègue de travail, je le vois partir à 17h00, vraiment, pile poil, et lorsque il est arrivé trois fois que mon ex-patron lui courre derrière en lui posant une question, il s'est retourné, il a dit "excuse moi je suis pressé je dois rentrer chez moi, on verra ça demain". Il n'a même pas demandé si c'était urgent ou pas ! Et moi, comme un crétin de base (je dis ça avec du recul), j'étais là, il venait vers moi, et qui faisait le boulot pour deux à ton avis ? J'ai fait ça près de deux ans, et ça a commencé à mal se passer lorsque je voyais mon collègue passer presque toute sa journée à chercher le matériel pour son vélo, à chercher la déco pour sa salle de bain, ou à discuter sur fesse bouque ou google chat. Et crois moi ou non, je n'exagère rien, ça le faisait chier à mort lorsque, débordé de travail, je lui demandais de me donner un coup de main sur le hard (changer un disque) ou simplement d'installer un logiciel ! Ma bonté connerie s'est retournée contre moi ! Pire encore : lorsque j'ai commencé à vouloir respecter mes horaires, que j'ai commencé à montrer des signes d'agacement lorsque mon patron m'appelait sur mon fixe, chez moi, à 22h00 le dimanche soir, ça s'est mal passé ! Et ça a terminé là où j'en suis maintenant : indépendant. Mais je ne regrette rien, au contraire, et comme je l'ai dit : si j'avais sur j'aurais fait ça plus tôt. J'ai retenu beaucoup de leçons de ce principe : les patrons (je ne leur en veut pas, c'est leur jeu) essaieront toujours de pousser le bouchon le plus loin possible pour voir jusqu'où ils pourront aller.

Donc maintenant, avec du recul, je vais 100 % dans le sens de la logique et de la vie épanouissante en général : les horaires ce sont les horaires, et à part les coups de bourre exceptionnels, il faut les respecter à la lettre, que ce soient les employés, ou les patrons.

Je résume : le fait de respecter ses horaires et remettre à demain le travail supplémentaire demandé hors horaires est une qualité, pas un défaut.
12  0 
Avatar de Derek Corgan
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/12/2011 à 19:50
Je reviens de ma coiffeuse et nous avions une discussion fort intéressante autour de différences entre PHP, C-sharp (ça s'écrit C dièse c'est ça?), développement sur iPhone...

Parmi ses nombreux clients informaticiens (d'où le thème de la discussion et à force la connaissance du vocabulaire), elle fait le constat suivant :
- c'est un métier pratiqué par des passionnés,
mais il faut constamment se mettre à la page,
- à chaque problème souvent des solutions différente (ce n'est pas routinier),
- pression des commerciaux / ce n'est pas le boulot qui manque
- problème de conception des applications (et de maintenabilité),

Conséquence : les horaires sont plutôt élevés et certains sont fatigués (horaires élevés et manque de reconnaissance par l'employeur...) , présence de cernes chez des clients de 26 ans.

Ma conclusion : il y pas a mal de personnes travaillant en centre de service SSII -presse citron dans le quartier...

PS : au train où les choses vont ma coiffeuse dans 2 ans se reconvertira dans l'IT. Elle sera plus calée que certains commerciaux SSII...
11  0 
Avatar de pinocchio
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/12/2011 à 7:37
Citation Envoyé par Aiigl59 Voir le message
Ingénieur en électronique numérique, l'informatique est mon outil de travail (PCB, programmation fpga, micro contrôleurs, IHM)
Je peux vous certifier que mon temps de travail dépasse allègrement les 70H par semaine (quand c'est calme)
Allégrement et chaque semaine? Félicitation, tu permets d'avoir un salarié de moins à ton entreprise ...
10  0 
Avatar de javamine
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 09/01/2012 à 18:32
Contrairement à coshibe, pour avoir vécu les 2 modes de fonctionnement, je préfère 1000 fois travailler avec des personnes dont la mentalité se rapproche de celle de el_slapper.

Ah les méthodes, les process, les organisations bien structurées où chacun est dans sa petite case....bah au final plus personne ne fait rien. On se cache derrière les méthodes au moindre problème, on dit toujours :
- "ah bah non ça c'est pas mon rôle c'est untel qui fait ça". Forcément le "untel" dit l'inverse.
- "Quoi? tu ne voulais pas que l'ordre des tabulations soit complètement aléatoires? Attends je regarde la spec... Oh bah ce n'est pas précisé dedans donc je ne fais pas" "Ok bah maintenant je te le précises tu peux le faire stp c'est rapide?" "Oui d'accord mais le temps de tout valider, devélopper, recetter, homologuer, livrer en recette, livrer en préprod, re-recetter, livrer en prod, tu l'as dans 1 mois OK?"
- "Au fait, je me suis planté dans la spec, la règle n°3 dit l'inverse de la règle n°2, il ne faut pas la prendre en compte. C'est pas bien grave vu que tu n'avais pas commencé à développer." "Non non non, on l'avait déjà chiffré, du coup tu repasses par tout le circuit de validation et on reprendra à nouveau 1 jour pour le chiffrage" "Bah bah bah, t'avais pas vu qu'entre la 2 et la 3 c'était contradictoire??" "Nous on développe, on a pas à réflechir sur le fonctionnement"
- Dernière anecdote en date après une livraison. Le client : "Mince je préférerai ce bouton aligné à droite". Moi : "Ok c'est rien je te relivre ça". Gros coup de frein du responsable "NON, on doit refaire une spec et la chiffrer, prochaine livraison dans un mois, c'est la règle!"

On finit par se rendre compte que chacun cherche à se couvrir finalement. Plus personnes ne prend d'initiatives et on stagne....et on plante le projet.

Pour moi, trop de méthodes brident les gens talentueux. Derrière trop de méthodes se cachent souvent des gens incompétents dans leur métier et qui estiment pouvoir gérer un projet informatique comme on gère une usine de traitement à la chaîne.

Je suis catégorique je sais. Mais j'attends toujours une personne qui me prouverai avoir réalisé un projet plus rapidement/moins cher/moins buggé en appliquant de grosses contraintes de qualité et de méthodologie.
9  0 
Avatar de Robin56
Responsable Java https://www.developpez.com
Le 21/12/2011 à 14:27
Citation Envoyé par Glutinus Voir le message
Là est un autre problème qu'y apparaît souvent. Finalement, l'impression que l'on donne apparaît dès les premiers jours. Si l'on ne veut pas faire des horaires de malade, il faut établir la règle dès le début.
Sauf qu'à ses débuts (c'est mon point de vue), on souhaite effacer nos limitations techniques (du à notre faible expérience) par notre volume de travail plus important. Etablir la règle dès le début n'est donc pas des plus aisés.
8  0 
Avatar de Lady
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 20/12/2011 à 13:56
Personnellement sauf en cas de livraison imminente et sur 2 ou 3 jours, je ne fait pas plus que mes horaires contractuelles.

Je pars du principe que si ce qu'on me demande nécessite que je reste plus longtemps c'est qu'il y a un problème (à mon niveau ou au niveau de la hiérarchie) et j'essaye le plus possible de prévenir en amont que ça va pas être possible.
Et j'ai jamais eu de problème à faire passer le message. Après j'ai toujours été en régis et peut être que mes responsables étaient que des gens compréhensif.

J'aime l'info mais j'ai d'autres passions dans la vie donc voilà!

En plus quand j'étais petite ça arrivait que mon père (qui travail plus dans l’électronique mais fait du dev de temps en temps) rentre parfois à pas d'heure et je crois que ça ma marquée, je ne veux pas faire vivre ça à mon mari et à ma fille.
7  0 
Avatar de Shinzul
Membre averti https://www.developpez.com
Le 20/12/2011 à 15:49
J'ai l'impression en lisant les posts précédents que le fait de travailler plus de 40h par semaine est souvent du à la propre gestion de l'employé que pour du vrai travail.

Je pense plutôt que le problème se trouve aussi au niveau des demandes urgentes qui déboules toujours dans la journée et qui obligent a rester jusqu'à pas d'heure. Par la j’entends par exemple les demandes qui déboulent a 17h30 accompagné d'un mail où il y a marqué URGENT de son N+1 et que l'on se doit de traiter car "ça fais partie du métier".

Souvent le problème des horaires n'est pas du au fait qu'on bosse vraiment plus que 40h, c'est qu'on a un travail pour la journée que l'on fais dans ses horaires (même moins régulièrement) et que l'on a toujours un rajout de travail qui nous fais partir à pas d'heure parce qu'il faut que ce soit fais au plus vite. Mes deux dernières missions (une au forfait et une en régie) ont été chronophage pour cette raison.
Et malheureusement, refuser ces ajouts de travail dans la journée est souvent mal perçu.
8  1 
Avatar de jsonline
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/12/2011 à 17:14
Citation Envoyé par ithel Voir le message
Avec la demande énorme qu'il y a dans notre secteur, je comprends pas comment on peut arriver à une situation pareille.
Alors là en fait, je te répond qu'il ne faut pas trop croire les ssii quand elles racontent (et elles le font souvent) dans les journaux qu'il y a une énorme pénurie d'informaticiens.
En fait actuellement, la demande correspond je pense à peu près à l'offre, en absorbant chaque année les nouveaux diplomés, ce qui est déjà pas mal.
Dans les années de crise, je pense à 2002 et 2008, il y a même eu pas mal d'intercontrats et même des licenciements.
Pour relativiser, de mon expérience, les ssii licencient quand même assez peu, et ce sont aussi assez souvent les employés qui partent pour un autre employeur (ce qui montre quand même un certain dynamisme du secteur). Il y a donc un turnover plus important que dans d'autres secteurs, ce qui doit agacer pas mal les employeurs, ce qui les poussent je pense à crier à la pénurie...

Citation Envoyé par ithel Voir le message
Et quand bien même: le droit du travail c'est pas une convenance à laquelle un employeur peut décider de se plier ou pas...
Oui une partie des employeurs jouent de la méconnaissance du droit chez les informaticiens débutants, se gardant bien de les informer un minimum. Clairement il y a aussi un effet d'entrainement car quand la majorité des participants à un projet fait des heures sup. cela devient difficile pour la minorité de refuser d'en faire aussi. Là où cela se complique, c'est que tous les participants n'ont bien sûr pas tous les mêmes contrats... Je me demande bien aussi quel pourcentage des heures sup. réalisées est effectivement payé... Cela encore doit beaucoup varier d'une boite à une autre.
7  0 
Avatar de _skip
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 02/01/2012 à 13:42
Un témoignage intéressant...
Il est si facile de dire qu'on ne doit pas hésiter à faire le choix entre le travail et la santé. Mais est-ce que ce choix on l'a toujours? Et durant toutes les étapes de sa vie? Pas sûr...

Les compressions de personnels informatique se ressentent quand même pas mal, surtout dans les boîtes non IT. J'ai une connaissance qui bosse en maintenance dans une grande structure, il y a certaines erreurs connues qui se produisent de temps en temps qu'il a officieusement ordre de dépanner sans chercher à fixer le problème (il pourrait). Ca paraît idiot alors pourquoi cela? Et bien ils sont 8 au service informatique, chaque intervention donne lieu à du papier signé avec temps de travail et tout ça. Ils savent très bien que si le management s'aperçoit qu'au niveau du nombre d'heures il y a une petite chance que le travail des 8 tiennent sur un planning hyper-serré à 6, il y en a 2 qui vont gicler. Du coup ils laissent des petites choses arriver pour que leur département continue d'exister sous sa forme actuelle.

Pour ce qui est du développement dans ces mêmes boîtes, tout est sous-traité à l'extérieur, ça crée plein de situations problématiques au niveau support car les compétences concernant le logiciel qui se trouve dans le produit fini livré au client ne sont pas sur place. Bref.

Il y a un chiffre qui traîne comme quoi un énorme pourcentage des chefs d'entreprise ne sont pas satisfaits de leur système informatique. Franchement ça s'explique pas seulement par l'incompétence générale des informaticiens, loin de là.
7  0