Les diplômés IT plébiscités
D'après le Ministère de l'Enseignement, les différences perçues entre Facultés et Grandes Ecoles s'estomperaient

Le , par Gordon Fowler, Expert éminent sénior
Les filières technologiques, et particulièrement celles de l'informatique, seraient-elles le remède contre le chômage ?

Elles semblent en tout cas pratiquement immunisées si l'on en croit le rapport du Ministère de l'Enseignement Supérieur publié par Le Point. Dans l'IT, « 97 % des diplômés 2008 ont trouvé un emploi, 93 % d'entre eux ont un CDI, et 98 % sont cadres », constate le magasine.

Parmi ces jeunes diplômés, les étudiants qui sortent de facultés sont visiblement aussi bien représentés que ceux des grandes écoles. Cette situation tiendrait en partie au fait que de nombreux ingénieurs se dirigent de plus en plus vers la banque ou le conseil, voire vers le Web. Des tendances déjà constatées par Guillaume Faux des Jeudis.com.

En conclure que les diplômés des facultés resteraient « un choix par défaut » pour les entreprises ne serait cependant plus vrai. « [A la fac], les jeunes acquièrent une bonne pratique des langues et, plus généralement, ce sont des profils plus ouverts que ceux qui sortent des grandes écoles », déclare à l'hebdomadaire, Joëlle Dujour, chasseur de têtes.

Quoiqu'il en soit, ingénieurs des grandes écoles ou développeurs issus de l'Université, la demande est forte, et les diplômés trop peu nombreux pour répondre à la demande. C'est ce que confirmaient d'ailleurs Destie et Marion, deux étudiantes de l'ISC Paris qui terminent leur spécialisation en Systèmes d'Information, que Developpez.com avait rencontrés sur le salon de recrutement de CarrierBuilder. Leurs camarades ,nous disaient-elles, semblent plus attiré(e)s « par des carrières dans le marketing ou dans l'univers du luxe [malgré des] rémunérations plus fortes et des possibilité d'évolution meilleures [dans l'IT]».

Moins "glamour" que les autres, la filière technique serait donc aujourd'hui un des choix d'études parmi les plus pertinents (avec la santé par exemple). Le Point le résume en une jolie formule, l'IT est passée «de la voie de garage à la voie royale »

Reste à savoir si en 2012, qui pourrait être l'année du « retournement de cette tendance positive sur fond de crise profonde » d'après l'APEC, la filière IT continuera à résister aussi bien.

Source : Le Point

Et vous ?

Que pensez-vous de ce rapport du Ministère de l'Education ?
Pensez-vous que la distinction entre diplômé de la faculté et diplômé des Grandes Ecoles est en train de se dissiper dans l'esprit des recruteurs IT ?
Comment voyez-vous 2012 pour l'emploi IT ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de xelab xelab - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 14/11/2011 à 14:14
Pour la différence Grandes écoles/Fac qui s'amenuise, il faut voir ce qu'on appelle "grandes écoles" aussi, car beaucoup d'écoles privées ont un enseignement de qualité médiocre. Peut-être que les entreprises s'en aperçoivent enfin (et s'aperçoivent aussi que la fac, c'est pas si mauvais qu'on veut nous le faire croire).
Avatar de gangsoleil gangsoleil - Modérateur https://www.developpez.com
le 14/11/2011 à 14:25
Oublions un instant les grandes ecoles (X, mines, ponts, Telecom Paris, ...) qui ne forment pas d'ingenieurs techniques.

Oui, les differences s'ammenuisent, mais elles restent legerement visibles au niveau des salaires a l'embauche, les universitaires etant moins bien consideres.

Ensuite, oui, il manque de bras dans l'informatique. Mais les formations ne repondent que partiellement a cela :

  • Quel est le pourcentage d'annonce dans lesquels les debutants sont acceptes ?
  • Quel est le pourcentage de premier poste en dehors des SSII ?
  • Pourquoi les postes techniques sont-ils tous mal consideres, a tel point qu'un technique de plus de 30 ans est souvent vu comme un rate, ou au mieux une personne manquant d'ambition ?


Plus de formations, plus de pratiques, c'est bien. Faire des formations qui repondent a la demande, c'est mieux.
Avatar de ZouBi ZouBi - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 15/11/2011 à 10:24
Code : Sélectionner tout
Leurs camarades,nous disaient-elles, semblent plus attiré(e)s « par des carrières dans le marketing ou dans l'univers du luxe [malgré des] rémunérations plus fortes et des possibilité d'évolution meilleures ».
Je n'arrive pas très bien à saisir le sens de cette phrase.
On reproche à aux camarades le fait de préférer des carrières où la rémunération est plus élevée ainsi que l'évolution de carrière? (dans ce cas, je ne comprends pas le 'malgré que')

Ou on reproche aux camarades d'aller vers des carrières dans le marketing ou dans l'univers du luxe alors que la rémunération et l'évolution de carrière est plus forte ailleurs?
Avatar de Gordon Fowler Gordon Fowler - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 15/11/2011 à 12:49
Citation Envoyé par ZouBi  Voir le message
Ou on reproche aux camarades d'aller vers des carrières dans le marketing ou dans l'univers du luxe alors que la rémunération et l'évolution de carrière est plus forte ailleurs?

Bonjour,

"alors que la rémunération et l'évolution de carrière est plus forte" dans l'IT.

J'ai précisé dans la phrase de l'article. Cordialement,

Gordon
Avatar de - https://www.developpez.com
le 15/11/2011 à 20:30
Citation Envoyé par gangsoleil  Voir le message
Oublions un instant les grandes ecoles (X, mines, ponts, Telecom Paris, ...) qui ne forment pas d'ingenieurs techniques.

Euh?

Prend l'annuaire des anciens de n'importe laquelle de ces écoles, regarde les diplomés d'il y a cinq ans, tu trouveras la majorité dans des postes techniques (et une proportion non négligeable dans l'IT). Inversement, regarde les directions scientifiques des grands groupes, et tu y retrouveras... ces mêmes écoles.

Et dans les grosses startup qui ont réussi (Au Féminin, Exalead, pour en citer des visibles) tu en trouveras encore un paquet...

Sur le reste de l'article, ce qui n'est pas trop mentionné, ce sont les perspectives. Comme pas mal de secteurs dominés par l'intérim, la sous traitance (les SSII dans notre cas), j'ai l'impression que l'informatique est toujours à la recherche de "chair fraîche" parce qu'ayant peu de carrières longues à offrir, elle ne conserve pas longtemps ses salariés.

J'en veux pour preuve le fait que si la demande est toujours forte, le nombre d'informaticiens en entreprise n'augmente pas très vite.

Francois
Avatar de FMIMF FMIMF - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 16/11/2011 à 10:28
En premier lieu les écoles les plus prestigieuses sont généralistes, l'informatique n'occupe qu'une part limitée.
Concernant les "très grandes" écoles (X, Mines...) il y a bien quelques "génies" techniques capables de sortir des algorithmes très balaises mais ce sont plus des mathématiciens que des informaticiens, mais la grande majorités des élèves des "très grandes écoles" vise des postes de management et veut à la rigueur gérer des projets mais ne veut pas "s'abaisser", à tort ou à raison, à mettre les mains dans le code.

Quant aux écoles spécialisées informatiques, elles sont un petit nombre, ce qui laisse pas mal de place et/ou pas transcendantes.

Tout ça contribue à ce que le niveau moyen des grandes écoles en informatique soit relativement médiocre.

Ca laisse la place pour des mecs capables de se salir les mains qui souvent deviennent indispensables (j'ai vu des mecs autodidactes, avec juste un BAC qui étaient les seuls à connaitre l'architecture technique de leur systèmes, alors qu'ils étaient sensés être supervisés par des ingénieurs), mais qui sont souvent bloqué à un certain échelon de leur carrière, surtout dans les très grosses boîtes.
Avatar de Nasky Nasky - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 19/11/2011 à 14:12
Enormément de diplômés de ces grandes écoles d'élite font du code mais ils ne veulent pas faire que ça, ils ne veulent pas être un pur développeur et ça se comprend tout à fait.

Savoir pondre un algorithme astucieux, c'est tout le travail des vrais ingénieurs. Un vrai ingénieur ne devrait pas être un pisseur de code comme un DUT/BTS (sans être méchant...). Faire une école et finir par écrire des programmes, faire des sites internet ou je sais pas quoi, c'est inutile. La valeur ajoutée de l'ingénieur c'est justement l'aspect mathématiques, la capacité à écrire de algorithmes performants, à analyser le problème de façon quantitative...
Avatar de cirtey cirtey - Membre actif https://www.developpez.com
le 20/11/2011 à 15:04
Cet article est une sorte de publicité commanditée par le syntec. Les salaires ne sont pas meilleurs dans l'IT que dans le marketing et l'écart commence à se creuxer en faveur de la seconde branche plus en avance dans la seniorité. L'évolution quant à elle est franchement meilleure dans le marketing et autres branches tel que le commercial ou la finance. Ce n'est pas un hasard que les ingénieurs de grandes écoles délaissent l'IT.
Offres d'emploi IT
Développeur Web FULL-STACK
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)
Développeur WEB PHP F/H
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)
RESPONSABLE WEB ANALYTICS F/H
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil