Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La PDG de Yahoo! licenciée par téléphone
Les marchés applaudissent

Le , par Hinault Romaric

0PARTAGES

3  0 
Mise à jour du 11 octobre 2011 par Idelways

L'entrepreneur Jerry Yang négocierait le rachat de Yahoo! (l'entreprise qu'il a cofondée en 1995) avec l'aide financière de groupes de capital-investissement, rapporte Reuters de sources proches du dossier.

L'entreprise en difficulté n'arrive pas à se relancer face à la compétition, ni à redresser la chute de la valeur de ses actions. Faute d'acheteur qui pourrait lui redonner un nouveau souffle, Yahoo! pourrait être rachetée par son cofondateur et retirée du marché boursier.

Pour la petite histoire, Jerry Yang est reconnu responsable du fiasco du conseil d'administration qu'il présidait il y a trois ans. Très attaché à son image de marque, il a repoussé en 2008 une offre généreuse d'achat d'actions à 33 $ par Microsoft (pour un total de 47 milliards de dollars).

Aujourd'hui, Yang doit collecter 20 milliards de dollars pour remettre la main sur son entreprise. Toujours selon Reuters, l'autre cofondateur David Filo aurait accepté de remettre à l'entreprise les 5,9 % d'actions qu’il détient, dans le cas où une sérieuse offre d'achat se présente.

Après le chinois Alibaba, DST et AOL, le nom de Microsoft est remonté en surface la semaine passée comme acheteur potentiel de Yahoo!, mais le « Chief Yahoo! » s'obstinerait encore une fois à mettre des bâtons dans les roues de Redmond.

Source : Reuters

Microsoft envisage de racheter Yahoo ?
La question fait débat au sein du Board de l’entreprise, selon Reuters

Mise à jour du 06/10/11

L’acquisition de Yahoo figurerait toujours dans les plans de Microsoft.

La société américaine de service sur internet qui ne parvient pas à relever la tête face à ses concurrents avait envisagé de se vendre au plus offrant juste quelques jours après le licenciement de son PDG (lire ci-avant).

La firme de Redmond qui avait déjà manifesté son intérêt pour Yahoo en 2008 en proposant de racheter la société pour 45 milliards de dollars (soit près de 12 milliards de plus que sa valeur boursière de l'époque) envisagerait de faire une offre pour Yahoo, éventuellement en association avec une autre société partenaire, rapporte Reuters via des sources proches du dossier. L’idée serait cependant à l’origine d’un désaccord au sein de l’entreprise.

Certains dirigeants de la firme considèrent qu’un investissement de plusieurs milliards de dollars devrait se porter sur une entreprise à fort potentiel de croissance, et non pas sur celle qui aurait ses meilleures années derrière elle. Par contre, les personnes supportant cet achat y trouvent un moyen de mettre AOL hors jeu.

Reuters affirme également que la course au rachat de Yahoo attirerait plusieurs autres entreprises. Selon le magazine, le fond d’investissements russe Digital Sky Technologies, et le portail Chinois Alibaba auraient fait des propositions d’achat.

Bloomberg, pour sa part, de sources anonymes également proches de cette affaire, affirme que Microsoft n’envisage même pas de faire une offre pour un rachat de Yahoo.

Affaire à suivre donc.

Source : Reuters, Bloomberg

L’ex-PDG de Yahoo! traite le Board de l’entreprise “d’attardés”
Elle perd les 10 millions de dollars de sa prime de départ

Mise à jour du 12/09/11

Même avant sa révocation par téléphone (lire ci-avant), Carol Bartz n'était pas réputée pour sa distinction ou la finesse de son langage.

Dans une interview au magazine Fortune, la désormais ex-PDG de Yahoo! est revenue sur son départ et sur les conditions dans lesquelles celui-ci s'est déroulé. Fidèle à sa réputation, l'ancienne dirigeante ne s'est pas privée de donner dans le « trash talking » comme disent les anglo-saxons.

« Ils [le Board de Yahoo!] m'ont bien enc..lée », déclare-t-elle à la très sérieuse publication économique américaine pour commencer. « Le Conseil d’Administration était si effrayé d'être élu pire CA du pays qu'ils ont essayé de montrer qu'ils n'étaient pas les attardés (NDR : "doofuses", mot vulgaire d'argot américain) qu'ils sont ».

Sur le fond, Carol Bartz explique qu'elle avait promis aux actionnaires un retour sur investissements à l'aube de 2012. Pour elle, le Board aurait donc tout simplement été trop impatient.

La vérité est certainement plus complexe. De nombreux observateurs du dossier expliquent en substance que l'ex-PDG s'était mise à dos les forces de vente et une bonne partie des cadres de Yahoo! à cause de ses méthodes de management trop brutales.

Des méthodes qui traduiraient la personnalité de Carol Bartz. Une Carol Bartz qui, par exemple, n'a pas hésité à lancer à Roy Bostock, le président du directoire, alors que celui-ci lui lisait la déclaration rédigée par un avocat pour lui signifier son licenciement : « Roy, pourquoi est-ce que vous n'avez pas les couilles de me le dire avec vos mots à vous ?!? ».

Conséquence de cette interview pour le moins musclée, Fortune croit savoir que la dirigeante ne touchera pas les 10 millions de dollars prévus pour sa prime de départ. Une source de la publication affirme en effet que son contrat incluait une clause de non-dénigrement.

Traiter le Board de « doofuses » est une violation claire et non discutable de cette disposition.

Que l'on aime ou pas son tempérament, on reconnaîtra au moins à Carol Bartz que sa liberté de parole n'a pas de prix (ou alors un bien supérieur à 10 millions de dollars).

Source : Fortune sur l'Interview et sur la clause de non-dénigrement

Et vous ?

Que vous inspirent ces déclarations de Carol Bartz : sympathie pour sa liberté d'expression ou antipathie pour son manque de modération ?

MAJ de Gordon Fowler

Yahoo! à vendre après le licenciement de sa PDG
D’après une source du Wall Street Journal interne à l'entreprise, mais à qui ?

Mise à jour du 08/09/11

Le Board de Yahoo! n'aurait pas simplement décidé de licencier la PDG de l'entreprise.

D'après une source du Wall Street Journal interne à l'entreprise, le conseil d'administration serait également sur le point de mettre en vente la société « au plus offrant » (« to the right bidder »).

Problème, qui voudrait acheter Yahoo! aujourd'hui ?

Son cœur de métier n'est pas clair. Sa stratégie récente de devenir producteur de contenus (avec par exemple le rachat envisagé de Hulu.com) est en cours et loin d'être achevée. Et son management (Board compris) est de plus en plus critiqué pour sa lenteur dans la prise de décision et pour son absence de vision.

Une vente passerait donc avant tout par le recrutement d'un dirigeant capable de remettre de l'ordre dans la maison Yahoo! et, comme le suggèrent certains dont J.P Morgan, par une réorganisation totale du Conseil d'Administration.

Ironie de l'histoire, il y a presque 3 ans (en février 2008 exactement) ce même Conseil d'Administration avait repoussé l'offre de Microsoft qui proposait alors presque 45 milliards de dollars pour le rachat du portail. Soit quasiment 12 milliards de plus que sa valeur boursière de l'époque.

Aujourd'hui, jeudi 8 septembre 2011, Yahoo! vaut très exactement 17,18 milliards de dollars.

Source : WSJ et Blog de l'analyste Om Malik

Et vous ?

D'après vous, quels sont aujourd'hui les cœurs de métier de l'entreprise et qu'y a-t-il à vendre dans Yahoo! ?
Quel(s) acheteur(s) pourrait être intéressé(s) ?

MAJ de Gordon Fowler

La PDG de Yahoo! licenciée par téléphone
Les marchés applaudissent

La PDG de Yahoo!, Carol Bartz, vient d’être licenciée de son poste par le Conseil d’Administration de la société américaine de services sur Internet.

La firme vient en effet d’annoncer dans un communiquer de presse une « réorganisation du leadership » de Yahoo! pour offrir la possibilité à la société « de tirer parti de sa direction, de ses biens commerciaux et de ses plateformes pour saisir les énormes opportunités de croissance sur lesquelles l’entreprise peut capitaliser ».

Carol Bartz avait été nommée à la tête de Yahoo en janvier 2009, avec pour principal objectif de redresser une société en perte de vitesse.

Dès sa prise de fonction, la PDG avait adopté plusieurs mesures drastiques pour réorganiser et relancer l’entreprise. Elle avait ainsi initié la réduction des effectifs et un partenariat stratégique avec Microsoft pour alimenter le moteur de recherche Yahoo! avec les résultats de Bing.

Ses actions n’ont pas permis à l’entreprise de relever la tête face à Google, indétrônable dans le domaine de la recherche sur internet, et à la montée en puissance de Facebook.


Carol Bartz

La fonction de PDG sera occupée temporairement par Tim Morse, actuel directeur financier, le temps que le Board retrouve un nouveau PDG.

Carol Bartz a confirmé son licenciement (depuis son iPad) en ajoutant un détail pour le moins surprenant. " Je suis très triste de vous informer que je viens d’être licencié par téléphone par le directeur du Conseil d’administration.", écrit-elle. "Ce fut un plaisir de travailler avec vous tous et je vous souhaite une bonne continuation. "

Après cette annonce, l’action de Yahoo! a bondi de 6 % (à 13,72 dollars), preuve que les marchés attendaient cette décision.

A l'heure où nous écrivons ces lignes, l'action est retombée à 13,40 dollars, toujours en forte progression de plus de 3,65%.

Source : Yahoo

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de blbird
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/09/2011 à 18:15
Citation Envoyé par Hinault Romaric Voir le message
Après cette annonce, l’action de Yahoo! a bondi de 6 % (à 13,72 dollars), preuve que les marchés attendaient cette décision.
Ca me rend hors de moi de lire ce genre de choses.

On en a rien a faire de ce qu'attendaient les marchés, ils ne sont pas humains, ils sont là pour faire du bénéfice sur des chiffres et des annonces, sans aucune moralisation ni intérêt autre que pécuniaire.

Il faut absolument arrêter cette idéologie du nouveau Dieu "financier", on court à la catastrophe. Ca ne saurait tarder d'ailleurs je pense, on marche sur la tête depuis trop longtemps : la finance doit être replacée dans son vrai rôle, être un outil au service de l'homme, et non l'asservir comme actuellement.

Fin de la parenthèse.
15  5 
Avatar de minnesota
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 07/09/2011 à 19:49
Ce qui est bien avec Google, c'est qu'ils arrivent encore à surprendre. C'est en général des petites choses, mais c'est suffisant pour faire la différence et fidéliser les utilisateurs.
7  1 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 12/09/2011 à 12:34
Bartz a redressé Yahoo financièrement, mais en laissant l'entreprise en panne de stratégie et de perspective de croissance. Et surtout en pratiquant un management à la tronçonneuse qui ne donne pas vraiment envie d'avoir pitié d'elle, d'autant que le salaire qu'elle touchait doit sans doute rendre cette pitié complètement inutile... Ensuite, son "franc-parler" est surtout de la vulgarité : elle n'argumente pas du tout sur la manière dont le CA de Yahoo l'aurait "entubée", mais exprime simplement son mécontentement de manière grossière.
6  0 
Avatar de berceker united
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 07/09/2011 à 20:15
Citation Envoyé par blbird Voir le message
Ca me rend hors de moi de lire ce genre de choses.

On en a rien a faire de ce qu'attendaient les marchés, ils ne sont pas humains, ils sont là pour faire du bénéfice sur des chiffres et des annonces, sans aucune moralisation ni intérêt autre que pécuniaire.

Il faut absolument arrêter cette idéologie du nouveau Dieu "financier", on court à la catastrophe. Ca ne saurait tarder d'ailleurs je pense, on marche sur la tête depuis trop longtemps : la finance doit être replacée dans son vrai rôle, être un outil au service de l'homme, et non l'asservir comme actuellement.

Fin de la parenthèse.
Je comprend que cela puisse t'agacer mais dit toi que, malgré toi, tu fais partie de ces "non humain". L'argent que tu poses dans ta banque sent un peut le Yahoo. Tu fais partie des acteurs de ce marché.
Pour Yahoo, je rejoins l'idée de Traroth2. Ils ont passé leur temps à courir derrière Google au lieu de prendre un autre chemin qui pourrais être un raccourcie. Je pense aussi qu'ils auraient jamais du cracher dans la mains qui leur a été tendu par Google. Google+Yahoo aurait très fort contre Microsoft. Maintenant, j'ai l'image de Yahoo qui quitte les géants américain de l'informatique don j'inclue Microsoft, Oracle (Sun derrière), Apple, Google,..., Yahoo.
5  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 08/09/2011 à 13:19
Qui pourrait aujourd'hui racheter Yahoo ? Je vois différents scénarios :

  • Google : Difficile, mais pas impossible. Certains morceaux pourraient vraiment intéresser Mountain View, comme Alibaba ou Flickr. Si Yahoo est revendu par appartement, ils feront des emplettes, je pense.
  • Microsoft : Très possible. Yahoo n'est vraiment plus cher du tout par rapport à ce que Microsoft était prêt à débourser. De plus, après l'échec de l'OPA, Yahoo et Microsoft se sont quand même rapprochés...
  • HP : HP cherche visiblement une porte de sortie pour devenir autre chose qu'un constructeur de matériel informatique. Le web grand-public, ça peut être un secteur intéressant, même si les compétiteurs sont déjà bien installés.
  • Facebook : Ça me parait improbable. Facebook est centré sur son réseau social et ne montre pas le moindre signe de vouloir diversifier son activité. Tous les rachats qu'ils ont pu faire se sont fait dans cette optique. Qu'est-ce qu'ils feraient avec tous les services de Yahoo ? Là aussi, des morceaux de Yahoo pourrait sûrement les intéresser, comme Google.
  • Apple : Difficile à croire, mais ça aurait du sens. Apple est une entreprise résolument tournée vers le grand-public, et je pense que tout le monde est d'accord pour dire que devenir un acteur du web serait une évolution naturelle. On a même déjà spéculé sur un rachat de Facebook par Apple ! Acheter un catalogue d'applications comme celui de Yahoo serait un bon moyen de s'imposer immédiatement comme un acteur incontournable, tout en dé-ringardisant Yahoo : Racheté par Apple, Yahoo deviendrait immédiatement une révolution , et vous imaginez Yahoo Mail, Flickr et les autres intégrés de base sur un iPhone ? Apple se libérant de Google et de son Google Maps ? Apple, obligé de subir la concurrence d'Android sur son territoire, se payant le luxe d'attaquer Google sur le sien ? Et tout ça pour pas cher, en plus ! Pas si délirant, en fait...
  • Les autres : Oracle peut avoir une stratégie originale, on aurait vu plus bizarre de la part d'Elison. Mais ça serait quand même étonnant. AOL cherchant à se relancer, pourquoi pas, s'ils ont les sous, comme Yahoo est bon marché, même si 2 pigeons, ça fait rarement un aigle. eBay ou Amazon pourraient aussi être intéressés, surtout dans le cas d'une vente par appartement.


En gros, le démantèlement de Yahoo me parait le scénario le plus probable : peu d'entreprises sont susceptibles d'être intéressées par Yahoo dans son ensemble (je vois juste Microsoft, Apple, HP, AOL ou Oracle, personnellement, et les 3 derniers, c'est quand même pas très probable), alors que par lot, ça peut intéresser plein de boites, et surtout, ça rapportera beaucoup plus d'argent, vues les profondeurs où le cours de l'action s'est enfoncé.

J'ajoute que le scénario d'un rachat par Apple me paraitrait étonnant, mais loin d'être impossible. Ça serait sans doute le truc le plus intelligent à la fois pour Apple et pour Yahoo. Cela dit, Yahoo, ça serait quand même un gros morceau à digérer pour une entreprise peu coutumière de la croissance externe comme Apple...

Edit : ajout Apple
5  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 08/09/2011 à 13:34
Citation Envoyé par Bluedeep Voir le message
Ok, donc rien de révolutionnaire au final pour l'utilisateur lambda comme moi, qui ne trouve aucune raison d'utiliser de la visio conf en dehors du taf.
Pour le chat, yahoo messenger ne l'avait pas avant ?
Non, rien de révolutionnaire, si tu arrivais à caser tous tes mails dans 10 Mo, que tu ne recevais jamais de spam et que l'ancienne interface graphique de Hotmail te satisfaisait...
8  3 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 08/09/2011 à 14:55
Un sujet dont on n'a pas encore parlé si Yahoo! est démantelé, c'est les brevets. Il y en a quelques-uns, et de nos jours, ça devient un enjeu très important !

http://patft.uspto.gov/netacgi/nph-P...%2F%22Yahoo%22

854 brevets, rien qu'aux Etats-Unis, les clients ne vont pas manquer : Microsoft, Facebook, Google, Oracle, Apple... ça risque d'être saignant, et de rapporter beaucoup d'argent aux actionnaires !
5  0 
Avatar de Kiiwi
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 08/09/2011 à 14:39
Qui pourrait acheter Yahoo?

Google je ne pense pas (il n'en a pas besoin, et au contraire, ça pourrait lui poser problème avec les lois antitrust, et une sorte de Monopole encore plus exagéré qu'aujourd'hui ... ).

Microsoft: Oui ... je le pense. ça permettrait à Bing de gagner des parts de terrain. Microsoft veut sa part de gâteau dans le monde des moteurs de recherche, c'est indéniable (on le voit par exemple dans tous les partenariats Bing), et il ne se contentera pas de 13% dans le domaine.
Si grâce à Yahoo, il peut dépasser les 30%, il achètera Yahoo.
Et puis au delà du moteur de recherche, il y a aussi le nombre d'utilisateurs de Yahoo mail et autres services.
Hotmail (et par extension tous les services MSN, tel que msn aujourd'hui, msn news ...) a prit un sacré coup avec la baisse d'utilisation de MSN/WLM depuis l'événement Facebook. ça ne m'étonnerait pas qu'il rachète Yahoo également pour les clients mails et Yahoo finances, Yahoo actualités, etc
(Microsoft a aussi acheté Skype ... c'est pour accroitre le nombre d'utilisateur de ses services)

HP: Non, et c'est certains. Si HP trouve sa marge de bénéfice trop faible avec sa branche PC ... imaginez sa branche "Yahoo".
HP s'oriente vers les logiciels "à la IBM", les bons logiciels pro qui rapportent, pas les webmails et compagnie.

Facebook: je pense pas. Partenariat avec Bing pour la recherche, et comme le dit Traroth2, il n'a jamais exprimé sa volonté de se diversifié. D'autant plus que son Webmail n'a absolument pas percé ... et surtout qu'il n'a pas non plus fait des efforts pour que ça perce.

Oracle: plus rien ne m'étonne venant d'Oracle

AOL: je ne pense pas. Si Yahoo n'a pas réussi à faire fructifier ses services, AOL ne fera pas mieux ... étant donné que lui même n'arrive pas à rendre populaire ses services.

Les autres (ebay, amazon, etc) j'y crois pas.

La valeur de Yahoo se sont ses habitués et ses utilisateurs ... donc ça ne peut intéresser que quelqu'un qui cherche à augmenter le nombre de visite sur ce qu'il possède déjà en faisait une fusion.
C'est pour ça que mon choix porte sur Microsoft.
4  0 
Avatar de Kiiwi
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 09/09/2011 à 10:11
Citation Envoyé par randriano Voir le message


Et Apple?

Je ne pense pas non plus

Apple n'est pas dans le domaine (et comme je l'ai dit, je pense que l'achat de Yahoo est plus intéressant pour faire une fusion).

Et puis Apple, c'est pas trop "rachat". C'est plus "création" (sans forcément innover).
Tout ce qu'ils font, il te le présente comme une "révolution" quelque chose de "nouveau", quelque chose qui te "changera la vie" (j'exagère peut-être un peu lol).

Il ne peuvent pas reprendre les services Yahoo, et te le présenter comme ils ont présenté iCloud par exemple.
4  0 
Avatar de Bluedeep
Inactif https://www.developpez.com
Le 13/09/2011 à 12:19
Citation Envoyé par grafikm_fr Voir le message
Elle a quand même eu droit un parachute de 14 Millions, pour quelqu'un qui s'est fait entuber, ça fait cher l'entubage
Justement non, car le paiement de ce parachute était subordonné à certaines clauses, notamment l'absence de dénigrement de la société.
Donc, elle se retrouve avec le parachute en question positionné à un endroit de son anatomie où il est assez inutile ou tout au moins inhabituel de le trouver
5  1