IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'appétit croissant de la Silicon Valley pour les produits frauduleux pousse les milliardaires de la Tech à financer la campagne de Trump qui serait plus favorable aux escrocs que Biden,
Selon une analyse

Le , par Mathis Lucas

247PARTAGES

5  1 
Donald Trump semble se faire davantage d'amis parmi les milliardaires de la Silicon Valley qui étaient pourtant auparavant de grands soutiens du parti démocrate. Il n'est pas surprenant que les chefs d'entreprise favorisent les politiques qui profitent à leurs résultats, mais un critique suggère que cette évolution pourrait avoir des conséquences néfastes si aucune mesure n'est prise. Selon ce dernier, la Silicon Valley propose de plus en plus de produits frauduleux et personne n'est plus favorable aux escrocs que Donald Trump. Il estime que le programme de l'ancien président soit plus favorable aux entreprises technologiques, ce qui pourrait leur donner encore plus de pouvoir.

Michael Atleson, un avocat de la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis, s'en est pris aux milliardaires de la Silicon Valley qui apportent leur soutien à la candidature de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine de novembre prochain. Il a récemment publié un billet de blogue dans lequel il dénonce les entreprises qui utilisent l'IA à mauvais escient pour voler, tromper ou frauder. Selon certains analystes, il s'agit d'un indicateur révélateur de la raison pour laquelle nous assistons à une ruée de milliardaires de la technologie qui injectent de l'argent et de l'aide dans la campagne de l'ancien président américain.

À en croire certains critiques dans la communauté, l'escroquerie s'installe de plus en plus dans l'industrie technologique. L'innovation réelle s'est considérablement ralentie ces dernières années, menaçant de réduire les profits faramineux du début du siècle. Pour remplacer ces revenus, les dirigeants du secteur technologique se tournent de plus en plus vers des produits surfaits, voire carrément frauduleux, comme en témoigne l'effondrement de la bourse de cryptomonnaies FTX (et l'emprisonnement de son fondateur). Selon eux, l'administration Biden a fait de la lutte contre la fraude à la consommation une priorité absolue.


Pour Amanda Marcotte, rédactrice politique senior pour le webzine Salon, plutôt que de réduire "les comportements douteux", l'industrie technologique se tourne vers Donald Trump, un homme dont toute la carrière commerciale a été bâtie sur la fraude, pour la sauver. Atleson dénonce notamment les surenchères successives dont les capacités de l'IA font l'objet. Il estime que l'interaction entre l'homme et la machine devient de plus en plus bizarre en raison de l'émergence de toute une gamme de produits d'IA qui tendent à manipuler les gens ou à les exploiter plutôt que de les aider réellement. Il écrit dans son billet de blogue :

Citation Envoyé par Michael Atleson

Notre dialogue avec les machines remonte également à loin, mais cette histoire devient de plus en plus bizarre. Nous assistons à une vague d'avatars et de robots commercialisés pour offrir de la compagnie, de la romance, de la thérapie ou des portails vers des êtres chers décédés, et même pour répondre à des besoins religieux. Il s'agit peut-être d'une fonction des entreprises d'IA qui améliorent l'imitation humaine des chatbots afin de nous convaincre que les chatbots ont une valeur sociale qui vaut la peine d'être payée.

Certaines de ces entreprises comparent leurs produits à de la magie (ce qui n'est pas le cas), parlent de produits dotés de sentiments (ce qui n'est pas le cas) ou admettent qu'elles veulent simplement que les gens aient l'impression que leurs produits sont magiques ou dotés de sentiments.
Atleson s'interroge sur la capacité des entreprises à développer ces technologies et à faire en sorte qu'elles répondent de manière sûre aux besoins de clients. Pour l'heure, il met en garde les entreprises contre le battage médiatique incessant autour de ces produits douteux et les comportements suivants :

  • ne donnez pas une fausse image de ce que sont ces services ou de ce qu'ils peuvent faire : vos robots thérapeutiques ne sont pas des psychologues diplômés, vos petites amies d'IA ne sont ni des filles ni des amies, vos "griefbots" n'ont pas d'âme et vos assistants d'IA ne sont pas des dieux ;
  • n'offrez pas ces services sans atténuer de manière adéquate les risques de résultats nuisibles : c'est un choix de conception délibéré que de proposer des robots et des avatars qui fonctionnent comme s'ils étaient humains. Nous avons vu que ce choix comporte des risques inhérents en matière de manipulation et d'incitation des consommateurs à faire des choix préjudiciables ;
  • n'insérez pas de la publicité dans une interface de discussion sans préciser qu'il s'agit d'un contenu payant : il est probable que de plus en plus de publicités se glisseront dans les résultats que les consommateurs obtiennent lorsqu'ils interagissent avec divers services d'IA générative ;
  • n'utilisez pas les relations des consommateurs avec les avatars et les robots à des fins de manipulation commerciale : une entreprise offrant un service anthropomorphique ne doit pas non plus manipuler les gens par l'intermédiaire des liens tissés avec ce service, notamment en les incitant à payer pour des services supplémentaires ou en les orientant vers des entreprises affiliées ;
  • ne violez pas le droit à la vie privée des consommateurs : ces avatars et robots peuvent collecter ou déduire un grand nombre d'informations extrêmement personnelles. En effet, certaines entreprises présentent comme une caractéristique de ces services d'IA leur capacité à tout savoir sur nous.


Atleson se pose aussi cette question : « est-il possible que les entreprises finissent par développer tous ces services d'une manière qui ne mérite pas l'attention de la FTC ? Nous avons posé cette question à notre boule magique. Sa réponse : "les perspectives ne sont pas très bonnes ». Les avertissements d'Atleson sont considérés comme des vœux pieux par certains critiques. Toutefois, Marcotte a déclaré que le durcissement du ton par la FTC est l'une des raisons à l'origine du virage à droite de la classe dirigeante de la Silicon Valley. Les PDG de la Silicon Valley se sentiraient plus en sécurité avec le programme de Donald Trump.

L'ancien président s'est rendu à San Francisco au début du mois pour courtiser un groupe restreint d'entrepreneurs de la Tech qui adoptent le programme de Donald Trump qui serait favorable aux entreprises, en opposition à la politique du président Joe Biden et des démocrates. La collecte de fonds de 300 000 dollars par personne, organisée dans le manoir du milliardaire en capital-risque David Sacks à Pacific Heights, comprenait de nombreux membres de l'élite de la Silicon Valley qui se sont montrés hostiles à l'approche de Biden en matière d'application de la législation antitrust, d'IA, de cryptomonnaies, et bien d'autres.


Le coanimateur Chamath Palihapitiya, un ancien cadre de Facebook devenu investisseur en technologie qui a longtemps vanté les mérites du secteur des monnaies numériques, s'est exprimé de manière positive sur l'ancien président dans un podcast. « Ces dernières semaines, le président Trump est devenu incroyablement procryptomonnaie », a-t-il déclaré. Selon les analystes, l'une des différences clés entre cette nouvelle cohorte et la classe ultra-riche de la Silicon Valley (qui a traditionnellement essayé de façonner la réglementation des entreprises) est leur volonté de s'affranchir de la réglementation sur d'autres questions.

L'accélération rapide de l'IA a mis les démocrates, qui souhaitent la contenir, en porte-à-faux avec les dirigeants du secteur technologique les plus réfractaires à la réglementation. Au début du mois, l'on a appris que les autorités fédérales préparent des enquêtes antitrust sur Nvidia, Microsoft et OpenAI, les plus principaux acteurs qui développent l'IA. Cette initiative a été menée en partie par Lina Khan, la présidente de la FTC nommée par le président Joe Biden. Cette dernière a exprimé pendant des mois son désir d'éliminer ce qu'elle considère comme des pratiques anticoncurrentielles potentielles dans la Silicon Valley.

La semaine dernière, la FTC a poursuivi Adobe pour avoir dissimulé des frais et rendu impossible l'annulation des abonnements. Tout cela intervient alors que les Big Tech tentent de renforcer leurs défenses en Californie, cherchant à lutter contre les tentatives des législateurs démocrates de dompter l'IA avec de nouvelles politiques sur l'évaluation des risques, la responsabilité et la transparence. Dans son podcast, Sacks a déclaré que Donald Trump bénéficie d'un large soutien dans la Silicon Valley et qu'il espérait que son événement encouragerait d'autres personnes à s'exprimer. Marcotte a écrit dans un article :

Citation Envoyé par Amanda Marcotte

C'est un processus que nous observons régulièrement : les entreprises technologiques qui fabriquaient autrefois des produits véritablement bons et utiles deviennent de plus en plus inutiles, submergées par les spams, les escroqueries et autres efforts visant à soutirer quelques centimes supplémentaires aux consommateurs sans leur apporter la moindre valeur ajoutée. Les recherches sur Google sont des champs de ruines remplis de publicités et de "réponses" générées par l'IA qui répondent rarement à votre question.

Les médias sociaux sont remplis de vendeurs d'huile de serpent. Au lieu du prochain produit cool qui améliorera la vie de tout le monde, nous avons d'abord eu les cryptomonnaies, qui étaient au mieux des échanges de tulipes et, comme FTX l'a montré, du vol pur et simple dans de nombreux cas.

Puis les NFT, qui prétendaient que des images facilement capturées sur Internet pouvaient avoir une valeur supérieure à celle des diamants et de l'or. Aujourd'hui, nous avons l'IA, dans laquelle on nous dit à tort que nous pouvons remplacer l'intelligence humaine par des machines qui imitent le langage, mais n'ont pas de pensées propres.
Marcotte ajoute : « Trump ne s'interposera jamais entre un escroc et sa victime. Il est prêt à donner du pouvoir à tous les spécialistes du marketing à paliers multiples, à tous les vendeurs de faux remèdes et à tous les fraudeurs en matière d'investissement. Cette catégorie englobe de plus en plus une grande partie du monde de la technologie ». En somme, la critique de Marcotte laisse comprendre que les entreprises technologiques craignent toute réglementation, veulent imposer leurs visions en matière de réglementation et sont systématiquement opposées à toute action visant à les contrôler, ainsi que leurs produits.

Ce comportement les pousserait à soutenir l'élection de Donald Trump, car le programme de l'ancien président en matière de réglementation serait plus laxiste et plus favorable aux entreprises technologiques. Bien que l'analyse de Marcotte soit partagée par de nombreux internautes, elle fait également l'objet de beaucoup de critiques, notamment sur sa pertinence.

Source : Michael Atleson, avocat de la FTC

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des avertissements de l'avocat de la FTC à l'endroit des entreprises d'IA ?
Y a-t-il des chances que les grandes entreprises technologiques tiennent compte de ces mises en garde ?
Pensez-vous également que l'industrie technologique est de plus en plus dépendante des produits frauduleux ?
Les Big Tech américains sont-ils devenus plus grands et plus puissants que les instances de régulation ? Faut-il les démanteler ?
Quelles sont vos prédictions sur l'avenir de l'industrie technologique à court, moyen et long terme ? Quels seraient les impacts de l'IA ?
L'IA tiendra-t-elle un jour ses promesses ? Les régulateurs américains doivent-ils bannir certains cas d'utilisation de l'IA comme l'a fait l'UE ?
Partagez-vous l'argument selon laquelle la Silicon Valley soutient Trump en raison de son programme prétendument favorable aux escrocs ?

Voir aussi

Les autorités américaines ont ouvert la voie à des enquêtes antitrust sur Nvidia, Microsoft et OpenAI, trois des plus grands acteurs de l'intelligence artificielle

La FTC poursuit Adobe pour avoir dissimulé des frais et empêché les annulations et affirme que le fabricant de Photoshop et d'Acrobat a trompé les consommateurs au sujet des frais de résiliation anticipée

Donald Trump, qui avait tenté d'interdire TikTok aux États-Unis, rejoint TikTok et compte déjà près de deux millions d'abonnés sur la plateforme

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 26/06/2024 à 14:57
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Impressionnant !
Le bilan de Biden est tellement catastrophique que même ces gens-là arrêtent de le soutenir.
Tout va moins bien sous Biden.
Tu as juste pas lu l'article ou il est bien dit que Biden faisait de la lutte anti fraude une de ses priorités.
4  0 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/06/2024 à 2:44
Étant donné que la majorité sont en Californie. Le bilan désastreux Gavin Newsom a probablement beaucoup à voir. Ajouter l'invasion d'illégaux. Je dirais qu'ils supportent Trump par aversion de Biden.
3  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/06/2024 à 16:10
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Biden faisait de la lutte anti fraude
lol
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/06/2024 à 16:42
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Ça n'a pas grand chose à voir avec le bilan de Biden
lol

Je ne peux pas avaler votre propagande anti Trump, pour moi elle est totalement indigeste.
Au bout d'un moment il faut être un minimum sérieux.
Biden est totalement pourri.
Il est corrompu, il est incompétent, il est sénile.

Trump est infiniment meilleur que Biden.
Vive Trump !
1  1 
Avatar de CoderInTheDark
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 27/06/2024 à 16:23
"Biden est sénil"

Bah trump il n'est pas beaucoup plus jeune, et il radote pas mal aussi.
Il dit et fait pas mal de conneries mais ont y est habitué, alors on ne prend pas ça pour de la sénilité, on finit par se dire que c'est un vieux con réac .
1  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/06/2024 à 16:20
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Impressionnant !
Le bilan de Biden est tellement catastrophique que même ces gens-là arrêtent de le soutenir.
Tout va moins bien sous Biden.
La réponse est plutôt celle donnée dans l'article que tu n'as visiblement pas lu.
la Silicon Valley propose de plus en plus de produits frauduleux et personne n'est plus favorable aux escrocs que Donald Trump.
Ça n'a pas grand chose à voir avec le bilan de Biden. Simplement que ces milliardaires choisissent celui qui leur permettra de magouiller tranquilou pour se remplir les poches encore et toujours plus au détriment de tous.

Je pense que Trump est la pire des choses qui pourrait arriver dans ce monde qui va déjà très mal. En gros, je dirais que l'on est au bord du gouffre, et que Trump président, donnerai un grand coup d'accélérateur.
Et, pour ta gouverne, saches que ceux qui subiront le moins le choc, ce ne seront pas des gens comme toi et moi.
1  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/06/2024 à 11:52
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Donald Trump semble se faire davantage d'amis parmi les milliardaires de la Silicon Valley qui étaient pourtant auparavant de grands soutiens du parti démocrate.
Impressionnant !
Le bilan de Biden est tellement catastrophique que même ces gens-là arrêtent de le soutenir.
Tout va moins bien sous Biden.
0  3