IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Nvidia est sur le point de dépasser Apple en termes de capitalisation boursière grâce à son rôle essentiel dans l'utilisation de l'IA et à l'engouement qui l'entoure

Le , par Stéphane le calme

236PARTAGES

4  0 
Nvidia pourrait bientôt détrôner Apple en tant que deuxième entreprise mondiale la plus précieuse en termes de capitalisation boursière. Le cours de l’action du fabricant de puces d’IA a augmenté de 20 % au cours des cinq derniers jours, prouvant ainsi sa valeur pour les géants de la technologie et Wall Street.

Au premier trimestre, Nvidia a enregistré des revenus de 26 milliards de dollars, dépassant une fois de plus les attentes du marché et faisant grimper ses actions au-delà de 1 000 dollars. La capitalisation boursière de Nvidia a atteint 2,8 billions de dollars mercredi matin (un billion étant 1 000 milliards en français), la plaçant juste derrière les 2,9 billions de dollars d’Apple.

La montée exponentielle de Nvidia au cours de la dernière année est due à son rôle essentiel dans la révolution de l’IA et à l’engouement qui l’entoure. Les unités de traitement graphique (GPU) du fabricant de puces sont des composants matériels essentiels pour alimenter les applications d’IA. Bien que ses concurrents et ses propres clients aient développé leurs propres puces d’IA généralistes et personnalisées, les GPU de Nvidia restent très appréciées. La demande pour ses puces H200 et Blackwell dépasse l’offre, et le PDG Jensen Huang prévoit que la demande continuera pour les anciennes versions des puces d’IA de Nvidia, même si de nombreux clients recherchent les dernières GPU Blackwell.


En revanche, Apple a connu une année relativement difficile en 2024. Entre les examens réglementaires et la baisse des ventes d’iPhone à l’étranger, les actions d’Apple n’ont pas connu la même croissance que celles de Nvidia. Bien que le cours de l’action d’Apple soit toujours en hausse de 9 % par rapport à l’année dernière à la même époque, cela ne représente pas grand-chose comparé à des concurrents tels que Meta, Amazon, Google et Microsoft.

En somme, Nvidia est en passe de devenir la deuxième entreprise la plus précieuse au monde, grâce à son rôle clé dans l’IA et à la forte demande pour ses puces. La bataille pour la suprématie entre Nvidia et Apple est un sujet passionnant à suivre pour les investisseurs et les amateurs de technologie


Les employés de Nvidia seraient soudainement si riches et heureux que l'entreprise fait face à un problème de « semi-retraite »

En raison de la fulgurante hausse de la valeur des actions de Nvidia, certains employés plus anciens, désormais riches, ne semblent plus contribuer de manière équitable au travail, créant un problème de « semi-retraite ». Le PDG, Jensen Huang, a abordé cette question lors d'une réunion interne, encourageant les employés à gérer leur temps de manière responsable. Le succès financier de certains employés a créé des tensions au sein de l'entreprise, attribuées à une culture centrée sur l'employé et à une domination croissante sur le marché des puces avancées. Les critiques soulignent le possible manque de motivation des nouveaux millionnaires pour travailler dur. Les désaccords internes pourraient devenir un risque sérieux pour Nvidia, confronté à une pression réglementaire et à la concurrence croissante.

Les employés de Nvidia ne sont que rarement soumis à des plans d'amélioration des performances, contrairement à certains de ses concurrents, comme Amazon. Si quelqu'un n'atteint pas les objectifs de performance, l'entreprise cherche plutôt à lui trouver une nouvelle équipe, au lieu de le transférer rapidement vers un plan de coaching ou de le licencier, ont déclaré les employés. Huang est connu pour dire aux employés lors de réunions générales qu'il ne souhaite licencier personne.

Le style de gestion relativement détaché de Nvidia pourrait être un autre facteur. Huang a partagé ses réflexions à ce sujet lors d'une entrevue avec le podcast No Priors en avril. Il a déclaré qu'il a actuellement plus de 40 collaborateurs directs, un nombre exceptionnellement élevé pour n'importe quel PDG, car cela réduit les niveaux inutiles dans l'entreprise. Les collaborateurs directs ont, selon Huang, une « grande acuité commerciale » et une « excellente vision », ce qui fait qu'ils ont besoin de très peu d'orientation ou de coaching professionnel de sa part.

Nvidia permet également le travail à distance à temps plein et offre des congés illimités, y compris deux « jours libres » par trimestre pour l'ensemble de l'entreprise.

La culture de l'entreprise, axée sur les employés et évitant les licenciements, peut conduire à une loyauté intense mais également à des abus, car certains employés profitant de la situation. Malgré cela, le faible taux d'attrition de Nvidia persiste en raison du dynamisme financier et de la satisfaction des employés.


Le gestionnaire des actifs Apollo du milliardaire Marc Rowan qualifie l'IA de "bulle"

Lorsque Nvidia a franchi la barre des 2 000 milliards de dollars de capitalisation boursière, le gourou de la technologie, Dan Ives de Wedbush Securities, a prédit que la fête ne faisait que commencer pour les actions liées à l’intelligence artificielle. Cependant, l'économiste en chef d'Apollo Global Management, fondé entre autres par le milliardaire Marc Rowan, semble être du côté opposé de cette projection ; il a averti que les valorisations ont dépassé les excès de l’ère des dotcoms.

Dans une note de recherche publiée en février, Torsten Sløk, partenaire et économiste en chef de la firme de gestion de patrimoine de Rowan, a déclaré : « Les 10 premières entreprises du S&P 500 sont plus surévaluées aujourd’hui que ne l’étaient les 10 premières entreprises pendant la bulle technologique du milieu des années 1990 ».


Sløk, un économiste formé à Princeton avec plus de 25 ans d’expérience dans l’industrie, adopte une vision prudente ces derniers temps. Il prédit ce mois-ci que ce qui semble être un atterrissage en douceur pour les États-Unis est en réalité un “équilibre fragile”. Il estime que les chances que la Réserve fédérale surprenne les marchés en corrigeant le tir sont supérieures à 50 % : soit elle réduira les taux en panique, soit elle pourrait même devoir les augmenter.

Citation Envoyé par Torsten Sløk
Les marchés oscillent entre "les effets décalés des hausses de la Fed ralentissent les consommateurs, les entreprises et les prêts bancaires" et "l'assouplissement des conditions financières depuis le pivot de la Fed en décembre a stimulé la croissance, y compris les embauches en janvier" (voir le graphique ci-dessous).

En définitive, ce qui ressemble actuellement à un atterrissage en douceur est un équilibre fragile, et il y a encore plus de 50 % de chances que nous nous retrouvions dans un scénario d'atterrissage brutal, dans lequel la Fed réduirait ses taux plus rapidement que le marché ne le prévoit, ou dans un scénario sans atterrissage, dans lequel la Fed devrait à nouveau relever ses taux. Il est logique que la volatilité des taux et la volatilité des swaptions soient élevées par rapport au VIX.

Alors qu’Ives est un analyste côté achat qui gagne sa vie en commercialisant des actions technologiques auprès des clients, l’employeur de Sløk risque réellement du capital et ne peut donc pas se permettre de succomber à l’engouement du marché.

Son avertissement intervient après que Nvidia ait enregistré la plus forte hausse de capitalisation boursière de l’histoire, gagnant 277 milliards de dollars en une seule journée, soit plus que la valeur totale de Coca-Cola ou de Bank of America. De plus, elle a écrasé un record qui avait été établi par Meta seulement plus tôt ce mois-là. Le succès de Nvidia est alimenté par une vague de demande pour ses puces de centre de données qui alimentent l’IA générative avancée, comme Sora, la dernière percée d’OpenAI qui crée des vidéos photoréalistes jusqu’à 60 secondes de long à partir de quelques instructions textuelles.

Les clients ont inondé Nvidia de commandes pour des puces d’entraînement d’inférence IA comme le H100 Tensor Core GPU, si bien que le PDG Jensen Huang doit réfléchir à la meilleure façon de distribuer équitablement les puces de son entreprise.

De son côté, Microsoft a construit sa propre puce d'IA personnalisée qui peut être utilisée pour former de grands modèles de langage et potentiellement éviter une dépendance coûteuse à l'égard de Nvidia. Microsoft a également construit son propre processeur basé sur Arm pour les charges de travail cloud. Les deux puces de silicium personnalisées sont conçues pour alimenter ses centres de données Azure et préparer l’entreprise et ses entreprises clientes à un avenir plein d’IA. Microsoft a indiqué qu'elles ne sont donc pas destinées à la vente. Microsoft et d’autres entreprises technologiques ont été confrontées au coût élevé de la fourniture de services d’IA, qui peut coûter 10 fois plus cher que des services tels que les moteurs de recherche.

L'IA sur les lèvres du PDG de NVIDIA

S'exprimant lors de la cérémonie de remise des diplômes de l'université nationale de Taïwan, Jensen Huang a déclaré qu'ils ne pouvaient pas rêver d'une meilleure occasion pour avoir leurs diplômes. « L'année 1984 a été une année parfaite pour obtenir mon diplôme et je prédis qu'il en sera de même pour l'année 2023. En 2023, les diplômés entreront sur le marché du travail au moment même où l'IA aura réinventé l'informatique de A à Z. À tous égards, il s'agit de la renaissance de l'industrie informatique », a-t-il déclaré. Huang croit fermement aux potentiels de l'IA et prévient les entreprises et les personnes qui passeront à côté de cette révolution.

« Les entreprises agiles tireront profit de l'IA et renforceront leur position. Les entreprises moins agiles périront. Si certains craignent que l'IA ne leur prenne leur emploi, les experts en IA, eux, le prendront », ajouté Huang. D'après lui, l'IA générative sera utilisée comme copilote pour améliorer les performances des travailleurs dans un large éventail d'industrie, tout en créant de nouveaux emplois qui n'ont jamais existé et en rendant certains autres obsolètes. Il affirme que c'est le moment d'innover afin d'éviter les impacts. Huang a demandé aux étudiants de créer rapidement quelque chose de nouveau à l'ère de l'IA, sous peine d'être laissés pour compte.

« En 40 ans, nous avons créé le PC, Internet, le mobile, le cloud, et maintenant l'ère de l'IA. Qu'allez-vous créer ? Quoi qu'il en soit, courez-y comme nous l'avons fait. Courez, ne marchez pas. Soit vous courez pour trouver de la nourriture, soit vous courez pour ne pas devenir de la nourriture », a déclaré le PDG milliardaire. Ce n'est pas la première fois que Huang s'exprime sur l'IA avec autant d'enthousiasme. Lors d'une interview en mars, Huang est allé même jusqu'à déclarer qu'il comptait sur les capacités de l'IA et la robotique pour diriger NVIDIA pendant encore 3 à 4 décennies, ce qui lui donnerait au moins 90 ans au moment de son départ.

Inquiétudes quant à la possibilité de répondre à des attentes démesurées

Nvidia est même devenue une question de sécurité nationale, les États-Unis interdisant l'exportation de ses puces haute performance vers la Chine. Grâce à l'avènement des systèmes d'intelligence artificielle alimentés par Nvidia, Jensen Huang, cofondateur et PDG de l'entreprise, a suggéré aux parents de ne plus encourager leurs enfants à apprendre à coder, car les machines s'en chargeront à l'avenir.

« C'est notre travail de créer des technologies informatiques que personne n'aura à programmer », a-t-il déclaré lors du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï il y a deux semaines, ajoutant que le miracle de l'IA signifiait que « tout le monde dans le monde est maintenant un programmeur ».

Source : capitalisations boursières de Nvidia et Apple

Et vous ?

Pensez-vous que Nvidia surpassera Apple en capitalisation boursière ? Pourquoi ?
Quel impact cela pourrait-il avoir sur l’industrie de la technologie et sur les investisseurs ?
Quelles autres entreprises technologiques devraient être surveillées de près en termes de capitalisation boursière ?
L’IA est-elle vraiment une bulle ? Partagez votre opinion sur la viabilité à long terme de l’intelligence artificielle en tant que secteur d’investissement.
Voyez-vous des similitudes entre la hausse actuelle des valorisations des entreprises technologiques et la bulle des dotcoms des années 1990 ? Quelles leçons pouvons-nous tirer de cette période ?
Pensez-vous que les actions liées à l’IA sont surévaluées et pourraient subir un ajustement à la baisse ?
Quels seraient les potentiels impacts d’une éventuelle correction du marché des actions technologiques sur l’économie mondiale ? Quelles seraient les conséquences pour les investisseurs, les entreprises et les consommateurs ?
Avez-vous des stratégies d’investissement face à ces évaluations élevées ? Êtes-vous optimistes ou prudents ? Quelles entreprises technologiques considérez-vous comme des opportunités solides malgré les avertissements ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !