IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un jeune développeur freelance, digital nomad, vit dans les trains et dépense environ 10 000 euros par an.
Une façon de travailler favorisée par l'essor du télétravail et de la technologie

Le , par Stéphane le calme

1.6KPARTAGES

14  0 
Lasse Stolley a 17 ans et il n’a pas de domicile fixe. Il est un nomade numérique, un terme qui désigne les personnes qui travaillent à distance tout en changeant régulièrement de lieu de vie. Il est programmeur freelance et il gagne suffisamment d’argent pour financer son mode de vie atypique. Il n’a pas besoin de beaucoup de choses pour être heureux : un ordinateur portable, un sac à dos, quelques vêtements et un abonnement à la Deutsche Bahn.

Avec l’essor du télétravail et des nouvelles technologies, l’idée de travailler en voyageant via Internet fait de plus en plus d’adeptes si bien qu'une nouvelle catégorie de travailleurs a vu le jour : les "digital nomads" (en français « nomade numérique »).

Comme le nom le suggère, les “digital nomads” sont des personnes qui travaillent à distance tout en voyageant dans différents endroits. Ils utilisent la technologie et l’internet pour exercer leur activité professionnelle, généralement dans des cafés, des espaces de co-working, ou des bibliothèques publiques. Ils disposent souvent de peu de possessions matérielles et s’adaptent à des logements temporaires, des hôtels, ou des véhicules récréatifs.

Les “digital nomads” sont attirés par ce mode de vie alternatif car il leur offre de nombreux avantages, parmi lesquels :
  • Une plus grande ouverture, car ils peuvent découvrir de nouvelles cultures, de nouvelles langues, et de nouvelles personnes, et ainsi développer leur tolérance et leur empathie
  • Une plus grande liberté, car ils peuvent choisir leurs destinations, leurs horaires, et leurs projets en fonction de leurs envies et de leurs besoins
  • La possibilité de faire des économies, par exemple en évitant les dépenses liées à un logement fixe, et en profitant des différences de coût de la vie entre les pays

Les “digital nomads” peuvent exercer différents métiers qui leur permettent de travailler en ligne, comme :
  • Programmeur, développeur, ou webdesigner
  • Rédacteur, traducteur, ou éditeur
  • Blogueur, podcasteur, ou youtubeur
  • Consultant, coach, ou formateur
  • Graphiste, photographe, ou vidéaste
  • Community manager, rédacteur web, ou SEO
  • Etc.

Ils peuvent avoir divers statuts :
  • freelance : l'option la plus récurente. Il s'agit ici de réaliser des missions ponctuelles dans son domaine de compétence pour différents clients. Cela va de la rédaction d’un article au développement d’un site Internet, en passant par le montage d’une vidéo, le graphisme d’un logo, la traduction d’un document…
  • auto-entrepreneur ;
  • employé en télétravail.


Le cas d'un développeur freelance

Lasse Stolley a 17 ans et il n’a pas de domicile fixe. Depuis un an et demi, il voyage à travers l’Allemagne à bord des trains de la Deutsche Bahn, la compagnie ferroviaire nationale. Il dort, travaille et se divertit dans les wagons, grâce à sa carte annuelle illimitée qui lui coûte environ 10 000 euros par an.

« La vie privée lorsque l'on vit dans un train n'existe pas du tout », a déclaré Stolley. Mais cela ne lui pose aucun problème car, à ses yeux, son style de vie présente de nombreux avantages : « J'ai beaucoup de liberté et je peux décider chaque jour où je veux aller, que ce soit dans les Alpes, dans une grande ville ou à la mer. Je suis complètement flexible ».

Lasse Stolley est un nomade numérique, un terme qui désigne les personnes qui travaillent à distance tout en changeant régulièrement de lieu de vie. Il est programmeur freelance et il gagne suffisamment d’argent pour financer son mode de vie atypique. Il n’a pas besoin de beaucoup de choses pour être heureux : un ordinateur portable, un sac à dos, quelques vêtements et un abonnement à la Deutsche Bahn (DB).

Il voyage en première classe, dort dans les trains de nuit, prend son petit-déjeuner dans les salons de la DB et prend des douches dans les piscines publiques et les centres de loisirs, le tout grâce à son abonnement annuel illimité. Le matin, il vérifie les liaisons ferroviaires possibles à l'aide de l'application et décide où aller en fonction de la météo et de son humeur. « Je n’ai pas d’endroit où me retirer. Ma maison est le train ». Stolley est principalement attiré par les régions touristiques, comme la station balnéaire de Binz, sur l'île de Rügen, sur la mer Baltique, ou la plus haute montagne d'Allemagne, la Zugspitze. « Je fais souvent de courtes randonnées parce que l’exercice fait partie de ma vie quotidienne. »

Chaque fois qu'il est à Berlin, il parcourt quelques kilomètres du chemin du mur pour mieux connaître la capitale. « Berlin est tout simplement magique parce que c'est une ville diversifiée. Elle est facilement accessible pour moi et il y a toujours quelque chose à voir ». Plusieurs fois par semaine, il descend ici de l'ICE (InterCity Express, un train à grande vitesse mis en service par la Deutsche Bahn qui relie les principales villes d'Allemagne). « Mais je suis aussi tous les deux jours à Francfort et à Munich ».

Entre-temps, Stolley a parcouru plus de 500 000 kilomètres sur les rails allemands. Cela correspond à environ douze fois le tour de la Terre. Il a pris la décision de quitter la maison de ses parents à Fockbek, dans le Schleswig-Holstein, et de vivre désormais dans le train, à l'âge de 16 ans. À l'été 2022, il avait terminé ses études secondaires et voulait commencer une formation d'informaticien spécialisé qui lui avait été promise. Lorsque celle-ci a été annulée à la dernière minute, l'adolescent a fait un nouveau projet : inspiré par un documentaire Youtube, il s'est acheté une Bahncard 100, voyage avec la DB à travers l'Allemagne et documente sa vie dans un blog.


Une expérience à environ 10 000 euros l'année

Selon Stolley, la vie dans le train lui coûte environ 10 000 euros par an. Une grande partie de cette somme est consacrée à son petit équipement, qui s'use rapidement avec son énorme utilisation. S'y ajoutent des postes plus modestes comme les entrées dans les musées ou les piscines publiques où Stolley prend sa douche. Il achète sa nourriture au supermarché - ou se sert simplement gratuitement aux buffets des salons DB dans les grandes gares.

Ce qui lui coûte le plus cher, c'est la Bahncard 100 Première classe, valable un an, que Stolley a achetée au prix jeunesse de 5888 euros. Ses parents continuent cependant à le soutenir financièrement, selon Stolley. C'est également par leur intermédiaire qu'il bénéficie d'une assurance maladie et qu'il est officiellement enregistré à leur adresse. Il se maintient également à flot en développant des applications pour une start-up informatique de Cologne.

De temps en temps, Stolley s'inquiète de la sécurité à bord des trains. «Il faut faire très attention à ses bagages dans les trains de nuit, on leur vole beaucoup de choses.» Surtout lorsqu'ils traversent des zones métropolitaines comme la région de la Ruhr. Du point de vue de Stolley, il y a un manque de personnel de sécurité suffisant pour empêcher les vols, la violence ou les passagers turbulents. Au moins, les choses se passent bien sur la route entre Francfort et Hambourg. « Vous avez du personnel de sécurité à bord et j'aimerais que cela soit étendu à tous les trains de nuit en Allemagne ».

Et que pensent ses parents de son mode de vie ?

Ils ont d'abord réagi avec scepticisme à l'idée que leur fils mineur puisse continuer à voyager à bord de l'ICE. «J'ai dû faire beaucoup d'efforts pour les convaincre», se souvient Stolley. Après avoir clarifié ensemble les questions juridiques, il a vidé sa chambre, vendu ses affaires et est parti pour son premier voyage à Munich le 8 août 2022.

Vivre dans le train - un style de vie extrêmement minimaliste

« Les premiers mois ont été difficiles et j'ai dû apprendre énormément sur le fonctionnement de tout cela ». La nuit, il ne pouvait guère dormir dans le train, mais il s'assoupissait régulièrement pendant la journée. Il a raté des trains et s'est retrouvé tard, dans l'obscurité, dans des gares inconnues. « Tout était différent de ce que j'avais imaginé », dit-il. Ce n'est qu'avec le temps que les expériences lui ont appris comment fonctionne la vie dans le train.

Conclusion

Lasse Stolley n’est pas seul dans son périple. Il rencontre de nombreuses personnes dans les trains, avec qui il partage des conversations, des repas ou des jeux. Il se fait aussi des amis sur internet, grâce à son blog et à ses réseaux sociaux, où il raconte son expérience et ses impressions. Il dit ne pas se sentir isolé, mais au contraire, connecté au monde.

Lasse Stolley n’a pas de projet à long terme. Il vit au jour le jour, sans se soucier du lendemain. Il ne sait pas combien de temps il continuera à vivre dans les trains, ni ce qu’il fera ensuite. Il dit simplement profiter de sa liberté et de sa jeunesse, tout en explorant l’Allemagne à sa façon.

Source : billet de Lasse Stolley

Et vous ?

Que pensez-vous des nomades du numérique en général et du mode de vie de Lasse Stolley en particulier ? Est-ce que cela vous tenterait de vivre dans les trains ?
Quels sont les avantages et les inconvénients de cette façon de travailler et vivre ?
Comment gérer les aspects pratiques de la vie quotidienne, comme la nourriture, l’hygiène, la sécurité, etc. dans un cas comme celui de Lasse Stolley ?
Êtes-vous tenté par le mode de vie des digital nomads ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
Quel métier en ligne exerceriez-vous si vous étiez un digital nomad ?
Quels sont les défis ou les difficultés que vous pensez rencontrer en tant que digital nomad ?
Comment concilier le travail, le voyage et la vie personnelle en tant que digital nomad ?
Quel est l’impact des digital nomads sur les sociétés locales et sur l’environnement ?
Quels sont les conseils ou les ressources que vous recommanderiez à quelqu’un qui veut devenir un digital nomad ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/03/2024 à 22:15
Ça fait rêver !
Il faut vraiment être jeune et en santé pour supporter des conditions pareilles.
7  0 
Avatar de archqt
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/03/2024 à 21:53
Bon il est jeune, on verra dans quelques années
6  0 
Avatar de seedbarrett
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 06/03/2024 à 15:30
J'ai du mal à voir l'intérêt de dépenser 10 000€ par an par rapport à un appartement classique à la campagne que tu vas de toute façon pouvoir revendre. Surtout en télétravail, ou tu peux aller n'importe ou.
4  0 
Avatar de abriotde
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/03/2024 à 22:36
Avec des prix des logements hors de prix et des billets cher, pour quelqu'un qui travaillerait dans des grande métropoles c'est peut-être le travailleur précaire du futur. 10 000 euros, c'est cher, mais c'est pas si cher pour un logement, qui permet de passer ses vacances à la montagne l’hiver, à la plage l'été, à Berlin le lundi, jeudi et Cologne les autres jours... Rien que la location d'un 9m² dans ces villes peut vite revenir à plus 8000 euros par ans. Si l'on rajoute nourriture, déplacement, chauffage, électricité et vacances...
3  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 06/03/2024 à 0:18
Vivre comme ça n'est clairement pas possible en France

Quand on voit ça :

Il voyage en première classe, dort dans les trains de nuit, prend son petit-déjeuner dans les salons de la DB et prend des douches dans les piscines publiques et les centres de loisirs, le tout grâce à son abonnement annuel illimité. Le matin, il vérifie les liaisons ferroviaires possibles à l'aide de l'application et décide où aller en fonction de la météo et de son humeur. « Je n’ai pas d’endroit où me retirer. Ma maison est le train ». Stolley est principalement attiré par les régions touristiques, comme la station balnéaire de Binz, sur l'île de Rügen, sur la mer Baltique, ou la plus haute montagne d'Allemagne, la Zugspitze. « Je fais souvent de courtes randonnées parce que l’exercice fait partie de ma vie quotidienne.
Clairement on en est loin.
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 06/03/2024 à 0:24
Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
Ça fait rêver !
Il faut vraiment être jeune et en santé pour supporter des conditions pareilles.
Oui est encore, il faut aussi supporter mentalement. A titre personnel j'en suis strictement incapable.

Citation Envoyé par abriotde Voir le message
Avec des prix des logements hors de prix et des billets cher, pour quelqu'un qui travaillerait dans des grande métropoles c'est peut-être le travailleur précaire du futur. 10 000 euros, c'est cher, mais c'est pas si cher pour un logement, qui permet de passer ses vacances à la montagne l’hiver, à la plage l'été, à Berlin le lundi, jeudi et Cologne les autres jours... Rien que la location d'un 9m² dans ces villes peut vite revenir à plus 8000 euros par ans. Si l'on rajoute nourriture, déplacement, chauffage, électricité et vacances...
Après, les loyers en Allemagne dans les grandes métropoles ont tendance à être plus modéré qu'en France et en Angleterre.
Et si c'est trop cher dans les grandes métropoles, grâce au télétravail, c'est moins compliqué qu'avant de vivre dans un coin plus paumé. C'est une contrainte s'il faut se déplacer régulièrement, mais ça reste une contrainte moindre que la vie Lasse Stolley...
2  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/03/2024 à 7:54
Et je ne sais pas comment c'est en Allemagne mais en France c'est quasi impossible de vivre comme ça sans de la famille chez qui se déclarer. Notre monde administratif tourne autour de l'adresse où on habite, impôts, banques, élections etc
J'avais comme projet de vivre et travailler dans un bus aménagé pour m'éviter les démarches administratives liés au logement, en France il y en a encore plus pour le nomadisme avec véhicule.

Je ne pourrais pas faire ce qu'il fait parce qu'il n'a quasiment pas de moment où il peut s'isoler des autres.
2  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/03/2024 à 3:28
J'avais entendu parler des "digital nomads" qui bossent en télétravail pour des sociétés en Europe ou aux USA tout en étant physiquement localisés exemple à Barcelone ou encore à Bali, mais la vivre dans des trains en Allemagne je pense que c'est clairement plus original.
En fait avec Starlink on peux être digital nomad totalement n'importe ou maintenant.
1  0 
Avatar de Eric80
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/04/2024 à 21:46
clairement un rythme de vie faisable à 20 ans, mais bcp moins à 40+. Rien que la fatigue perpétuelle des transports n est pas perçue de la même façon en fonction de l'age.

et oui, en Allemagne comme en France et la majorité (tout?) les pays occidentaux, vivre 100% nomade n est PAS possible: nos sociétés sont bâties pour des vies sédentaires et requièrent une adresse fixe. Surtout en Allemagne où l inscription d habitation ds sa commune est obligatoire. Lui et tout les autres 'nomades' ont tjs un proche/parent/amis pour cette adresse fixe. Notamment pour y recevoir le courrier administratif: on est encore loin du tout par email/voie électronique. Et là aussi surtout en Allemagne où la signature électronique est rarement reconnue par l administration et les banques (cela fait bien 15 ans que je me bats sur ce sujet avec ma banque 'online' allemande...)
1  0 
Avatar de serpentcorail
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 08/03/2024 à 11:59
C'est vraiment incroyable, ça fait des années que je publie des sites, je developpe des apps qui ont vraiment du mal à apparaître dans les différents index, tout contact avec la presse esr royalement ignoré et voila qu'in gars sortie de nul part , a non seulement des clients mais en plus , fait l'objet d'un article dans la presse , le piston derrière doit etre gigantesque et tout le monde applaudi sans poser de question lol
0  6