Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Quels impacts ont les moteurs de recherche sur notre mémoire ?
Une nouvelle étude souligne un autre effet secondaire de l'Internet

Le , par Idelways

0PARTAGES

2  1 
Plusieurs études se sont intéressées aux conséquences de l'Internet sur nos vies, et les répercussions de l'utilisation des réseaux sociaux notamment, mais peu d'entre elles se sont penchées sur ses effets secondaires sur le fonctionnement de la mémoire et le cerveau humain

Les moteurs de recherche tels que Google changent la manière dont notre cerveau opère pour mémoriser l'information d'après une nouvelle étude menée par des chercheurs des Universités de Harvard et Columbia, qui affirment que la disponibilité de l'information en ligne nous pousse à oublier les faits qu’on n’utilise pas souvent.

Car les ordinateurs deviennent une sorte d'extension externe de notre mémoire.

Les humains sont plus enclins à se rappeler des choses qu'ils pensent ne pas pouvoir retrouver en ligne, et ils auront du mal à se rappeler des informations accessibles : « depuis l'avènement des moteurs de recherche, nous réorganisons la manière de nous rappeler des choses » explique Betsy Sparrow, psychologue à l'université de Columbia.

[ame="http://www.youtube.com/watch?v=7R2jE7VAzC8"]Entretien de Betsy Sparrow[/ame]

Les cerveaux qui reposent autant sur Internet comme mémoire le font de la même manière que quand ils comptent sur la mémoire d'un ami, d'un membre de la famille, ou d'un collègue de travail. Une conclusion qui n'est pas sans évoquer la célèbre expression « Google est ton ami ».

L'étude découvre aussi que les personnes se rappellent mieux de l'emplacement où ils peuvent la retrouver que l'information elle même.

Plus en détail, l'étude s'intitule : « Les effets de Google sur la mémoire, les conséquences d'avoir l'information à portée des doigts », et s'articule sur plusieurs expériences dans lesquelles un groupe de 40 étudiants est soumis à plusieurs expériences.

Au départ, une série de questions triviales, mais difficiles sont posées aux participants, après chaque question, ils doivent déterminer la couleur d'un mot, rouge ou bleu. Les chercheurs ont découvert que les participants ont eu plus de mal à répondre à ce choix basique... car ils réfléchissaient à utiliser Google ou un autre moteur de recherche pour trouver la réponse quand ils ne la connaissaient pas.

Dans une autre étude, les participants entendent des informations diverses, et on fait croire à la moitié d’entre eux que ces informations seront conservées sur un ordinateur, tandis que l'autre groupe est prévenu qu'elles seront effacées

Ces derniers se rappelaient mieux de l'information par rapport à ceux qui croyaient pouvoir les retrouver.

Mais ce n'est pas forcément une mauvaise chose selon Sparrow qui affirme que la meilleure compréhension de ces phénomènes et d’autres conclusions de l'étude pourraient être exploitées à bon escient par les enseignants :

« Il est possible que ceux qui enseignent dans n'importe quel contexte, qu'ils soient professeurs à l'université, docteurs, ou même des chefs d'entreprise, deviennent plus concentrés sur la transmission d'une meilleure compréhension des idées et de la façon de réfléchir, et moins axés sur la mémorisation ».

Internet serait-il en train de tuer le "parcoeurisme" ?

Source : site de l'Université de Columbia

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de cette recherche ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aurelien.Regat-Barrel
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 15/07/2011 à 15:16
Citation Envoyé par Idelways Voir le message
Car les ordinateurs deviennent une sorte d'extension externe de notre mémoire.
C'est la même chose avec les livres. Dans la mythologie égyptienne, Toth proposa à Amon une invention capable d'accroitre la mémoire des hommes : l'écriture. Après réflexion, ce dernier... la refusa :

« L’enseignement de l’écriture, ô roi, dit Theuth, accroîtra la science et la mémoire des Egyptiens ; car j’ai trouvé le remède de l’oubli et de l’ignorance ». Le roi répondit : [...] « c’est ainsi que toi, père de l’écriture, tu lui attribues bénévolement une efficacité contraire à ce dont elle est capable ; car elle produira l’oubli dans les âmes en leur faisant négliger la mémoire : confiants dans l’écriture, c’est du dehors, par des caractères étrangers, et non plus du dedans, du fond d’eux-mêmes qu’ils chercheront à susciter leurs souvenirs ; tu as trouvé le moyen, non pas de retenir, mais de renouveler le souvenir, et ce que tu vas procurer à tes disciples, c’est la présomption qu’ils ont la science, non la science elle-même ; car, quand ils auront beaucoup lu sans apprendre, ils se croiront très savants, et il ne seront le plus souvent que des ignorants de commerce incommode, parce qu’ils se croiront savant sans l’être ». Phèdre, 274-275
source

cette légende est vieille de plusieurs milliers d'années !
20  0 
Avatar de xurei
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/07/2011 à 15:33
Xkcd a aussi traité le sujet de façon plus humoristique :


J'aime aussi beaucoup la citation de Phèdre, et surtout de voir à quel point c'est vrai. Combien de personnes s'estiment expertes en quelque chose juste parce qu'elles ont lu plein d'articles dessus... (et je n'échappe pas à ce groupe )
13  0 
Avatar de kdmbella
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/07/2011 à 14:31
Que pensez-vous des résultats de cette recherche ?
1-pour commencer un echantillon de 40 étudiant n'est pas assez significative a mon avis pour tirer des conclusions aussi formelle.
2-je suis de ceux qui pense que le raisonnement est meilleur que la rétention car ça sert a rien de mémoriser un tas d'information si on ne comprend pas ou si on n'est pas capable d'établir une logique permettant de retrouver ces informations
3- je parie que ces etudiants doivent être adepte du tout internet car je parie que si on me soumet à ces tests je battrait en brèche cette théorie
c'est pour dire que il faut aussi s'interroger sur les usages quotidiens que font ces étudiants d'internet
4- en définitive c'est pas une mauvaise chose de retrouver des informations par association étant donné qu'on ne peut tout connaitre, c'est mieux de savoir ou tout se trouve !
5- pour le reste c'est quand même des conclusions a prendre en compte car qu'on le veuille ou pas les moteurs de recherche on certainement un effet sur nous les utilisateurs. Mais cependant il faut pousser l'expérience un peu plus loin a mon avis
9  2 
Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/07/2011 à 11:52
Citation Envoyé par Aurelien.Regat-Barrel Voir le message
C'est la même chose avec les livres. Dans la mythologie égyptienne, Toth proposa à Amon une invention capable d'accroitre la mémoire des hommes : l'écriture. Après réflexion, ce dernier... la refusa :

source

cette légende est vieille de plusieurs milliers d'années !
vil flatteur, le nom du dieu égyptien s'écrit Thot ou Thôt, rarement Toth
6  0 
Avatar de DonQuiche
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/07/2011 à 18:24
Je suis tout de même sceptique de voir la mémorisation autant délaissée. Certes, il est plus important de comprendre que de retenir mais je me souviens durant mes études avoir compté à une époque sur ma calculatrice pour retenir toutes les formules et constantes pour moi. Oh ! Je savais tout utiliser, retrouver la forme générale de plusieurs formules mais... Quelle lenteur ! J'ai failli foirer un examen à cause de cela. Ça m'a servi de leçon et, par la suite, je me suis astreint à tout mémoriser. Aujourd'hui encore je n'hésite parfois pas à me forcer à mémoriser certains contenus comme je le faisais à l'époque avec mes pages de formules. Une fois cette tâche ennuyeuse réalisée, c'est incroyable comme la vie devient plus simple.
5  0 
Avatar de RomainVALERI
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/07/2011 à 13:48
...comme les téléphones portables sur notre ponctualité

(et les médias sur notre sens critique )
5  0 
Avatar de StefGac
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 20/07/2011 à 11:44
Oui, on peut considérer Google ou autres comme une extension de la mémoire humaine. Mais, à mon avis, l'effet est pervers sur le long terme pour les raisons suivantes :
1) Incapacité de construire de nouvelles connaissances : pour simplifier, on construit de nouvelles connaissances sur des connaissances mémorisées, donc apprises. C'est de l'inférence. Si il n'existe pas de socle, donc d'apprentissage, donc du par coeur, comment faire pour construire d'autres connaissances ?
2) Perte de performance : une mémoire externe comme google( ou autre) est comme une mémoire de masse en informatique : le temps d'accès est long, très long parfois comparé à notre mémoire. De plus, beaucoup de nos activités demande une recognition immédiate. Exemple : lorsque l'on conduit, va t'on rechercher sur l'appli Iphone 'les panneaux de la route', ce que veut dire ce panneau en triangle inversé entouré de rouge sur fond blanc à une intersection ?
3)perte de productivité Si on compare 2 codeurs( pour faire simple), A connait par coeur ses instructions et la manière de s'en servir, B sait que google est son ami et donc ne connait pas très bien ses instructions, du genre "je sais qu'il y a une instruction pour faire ça mais je sais plus laquelle, comment elle s'écrit, ses arguments etc". Question, Lequel va produire plus, en toute bonne fois, sans tenir compte de la qualité du code produit ? A ou B ?
4) Perte de capacité La mémoire,c'est exactement comme un muscle, plus on le stimule, donc on le stresse(dans le sens biologique et dans le bon sens), et plus il devient efficace, performant..etc. A l'inverse, en l'absence de stimulation, la mémoire dépéri car l'organisme n'entretient pas un organe qui ne sert à rien. A l'extrême, un système vivant non stressé(toujours dans le sens biologique) meurt.
5) Perte de créativité : La création s'appuie sur des savoirs, savoir faire. Comment créer si on ne sait rien ? Comment créer une application en java si on connait même pas java ?

Conclusion : D'une part, mémoriser est un effort parfois dur mais payant. Ces mémoires informatiques peuvent flatter notre fainéantise (moi aussi ...) en nous faisant l'économie de l'effort; comme "maigrir de 10kg en dormant";'Devenir Schwarzenegger sur Xbox360 en 10 jours"; "devenir intelligent, beau, etc etc sans rien foutre".
D'autre part, ces nouvelles mémoires informatique non rien de nouveau dans le concept, elles existent déjà : c'est le livre. Si on transpose, pourquoi apprendre par coeur puisque j'ai le livre ? et donc pourquoi apprendre puisque j'ai google ? ( ou mon voisin sympa qui connait très bien les Collections Java). Ca fait 600 ans que le livre grande diffusion existe; la question ne se pose plus : il faut apprendre et mémoriser et c'est pas près de changer.
6  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/07/2011 à 17:05
Citation Envoyé par Acropole Voir le message

Ceci dit, que ferions nous si elle n'existait pas ?
On apprendrait !

Citation Envoyé par umeboshi Voir le message
bref, l'étude démontre que le cerveau sait s'adapter.
Et qu'il est très fainéant
4  0 
Avatar de zaventem
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/07/2011 à 12:18
Citation Envoyé par gavial007 Voir le message
Y'aurait pas des recherches plus intéressantes à réaliser ... ?
C'est vrai que comprendre les mécanismes sous-jacents de la mémoire c'est absolument pas utile

Je suis toujours effaré par le manque de considération pour les recherches dans le domaine des sciences humaines.
5  1 
Avatar de DonQuiche
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 19/07/2011 à 15:37
Hypothèse : les individus présentant une paire de chromosomes XX ont un vagin et ceux présentant une paire XY ont un pénis.
Taille de l'échantillon : 40 personnes.
Résultats : l'étude est très concluante avec une corrélation de 1.0, l'hypothèse est bien démontrée.

Mr Transgohan conteste toutefois cette étude : un échantillon de 40 personnes ne peut pas être considéré comme représentatif. Malgré la forte discrimination entre les deux groupes témoins et la remarquable corrélation entre chromosomes et appareils génitaux, on ne peut pas exclure un biais statistique. Après tout, il existe toujours une marge d'erreur de 2^-40 et les individus choisis ne sont représentatifs que de leur université : les gènes fonctionnent peut-être différemment ailleurs. Il préconise notamment de reproduire l'expérience dans une faculté de lettres.

Rappel : la taille de l'échantillon n'influe que sur l'erreur commise puisqu'un échantillon ne sera toujours qu'un échantillon et pas une population entière. Or l'erreur dépend aussi des résultats observés : si les résultats démontrent un biais particulièrement fort et objectif, 40 personnes suffisent à avoir une erreur acceptable pour prouver un effet. Ce n'est pas suffisant pour une mesure précise mais c'est suffisant sur le plan qualitatif.
5  1