Google a-t-il besoin d'employés moins rationnels ?
Un ex-employé écrit un livre sur le fonctionnement interne de la société

Le , par Idelways, Expert éminent sénior
Les dirigeants et employés de Google vivraient leur propre perception de la réalité, très rationnelle, mais très différente de celle perçue par la majorité des utilisateurs sur nombre de sujets sensibles.

C'est en substance le message que veut transmettre Douglas Edwards, un ex-employé de Google à travers son nouveau livre entre les lignes duquel il explique les raisons qui l'ont poussé à claquer la porte de l'un des cadres professionnels les plus gratifiants et les plus agréables au monde ; bref ce qui cloche de son point de vue chez Google.

Avec six années au compteur de bons et loyaux services en qualité de l'employé « numéro 59 » (par ordre d'arrivée chez Google qui en compte à présent plus de 20 000), Edwards a pris part aux plus belles années de la montée fulgurante de la firme de Larry Page et Sergey Brin.

Ce n'est que 6 ans après son départ en 2005 qu'il sort un livre intitulé : « j'ai de la chance : confessions de l'employé numéro 59 », sorti il y a tout juste deux jours et sur lequel il s'est entretenu avec le Wall Street Journal.

Il parle dans cet interview de la protection de vie privée comme l'entendent les têtes dirigeantes de l'entreprise, et prend à témoin la polémique des publicités sur Gmail, ciblées grâce à l'analyse des contenus des courriers électroniques :

« Je parle dans le livre sur ce moment que j'ai eu avec Sergey [Brin], quand j'étais en charge du service client et j'avais dit “Nous devons parler sur le problème de confidentialité de Gmail”, il était debout juste en face de moi, il m'a regardé et il m’a dit : “Il n'y a pas de problème de confidentialité”, car dans sa tête, il n'y avait pas de problème de confidentialité », raconte Edwards avant de reprendre :
« Le fait est que Google ne lisait pas les emails, Google ne ciblait pas les emails. Alors les faits disaient qu'il n'y avait pas de problème de confidentialité. Il ne comprend pas que la perception des gens EST la réalité. La réalité est la réalité », précise-t-il avec une référence à l'argument qui explique que les emails étaient analysés par les machines, non pas par des humains.

Il estime donc que Google n'a pas « assez de personnes irrationnelles » parmi ses effectifs et que le monde extérieur à Google n'est pas peuplé d'assez de personnes rationnelles : « Google a besoin de gens irrationnels, je pense, pour qu'ils comprennent mieux comment les utilisateurs réagissent aux sujets similaires aux publicités sur Gmail ».

Suivant le raisonnement de Douglas Edwards, les autres géants du secteur n'en seraient pas moins rationnels que Google dans leur tendance à vouloir changer, ou tout au moins guider la perception des utilisateurs vers ce qu'ils pensent être la réalité.

Et vous ?

Que pensez-vous des propos de Douglas Edwards ?
Google a-t-il selon vous besoin d'employés moins rationnels ?

Source : Interview du Wall Street Journal


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de GiZeus GiZeus - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 18/07/2011 à 16:14
Pour beaucoup de personnes, la publicité est un problème. J'étais moi aussi réticent face à cet aspect, mais, finalement, du moment qu'on est averti, ce n'est plus qu'un inconvénient permettant de profiter d'un service gratuit. Je suis loin d'être libéral, mais il faut aussi penser en termes de réalité économique et surtout l'accepter. Si l'établissement approximatif du profil - et ça semble l'être - n'est utilisé que dans un but mercantile, bon, passe encore. Chez moi l'argent ne pousse pas sur les arbres, mais il y a bien pire que de dépenser son fric dans des choses dont nous n'avons pas besoin - d'ailleurs nous le faisons tous, un nouvel écran plat, une nouvelle bagnole avec plus d'options, etc...

Non, là où l'inquiétude se fait plus grande c'est du côté de l'utilisation possible des données récoltées. Dépenser sa tune chez untel ou untel ne va pas changer le monde, on reste manipulés pour du fric. Non, si l'établissement de notre profil sert des buts bien plus profonds comme celui de changer l'opinion - quoique les médias excellent dans cet "art" - alors je m'inquiète déjà plus. A une époque j'excellais dans la description de scénarios distopiques, maintenant j'évite. Mais je pense que les lecteurs de 1984, Fahrenheit 451 ou du plus récent La Zone du dehors auront une idée de l'exploitation possible de ces données.

Pour l'instant l'incursion dans la sphère de la vie semble n'être que mercantile, mais le jour où elle viendra s'immiscer plus profondément encore jusqu'à pénétrer nos opinions, nos comportements et nos modes de pensées dans un but de manipulation, là ce sera véritablement flippant (et plus encore quand nos braves concitoyens propres sur eux et heureux de montrer leur virginité nacrée le réclameront). D'ailleurs les sondages pourraient être remplacés par l'exploitation des conversations facebook, et qui sait si ce n'est pas encore le cas.

Et puis, inquiétons nous aussi de la dématérialisation progressive du paiement, et de l'argent en général.
Avatar de FredN FredN - Membre du Club https://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 8:01
Plutôt que de parler rationalité et irrationalité, il peut simplement reprendre un cliché très connu (et qui semble se vérifier ici): "les geek sont limités question intelligence sociale" (et il y en a trop chez google).
Avatar de Er3van Er3van - Membre émérite https://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 10:05
Reprenons un peu de hauteur :

Moteur de recherche, navigateur web, messagerie, stockage de photos, réseaux sociaux, etc.. tous sont gratuits pour les consommateurs/utilisateurs.

Pourquoi est-ce gratuit ? Pourquoi, à l'instar de ce qui avait été fait avec le Minitel, les pages jaunes ou autres, ce service n'est-il pas payer pour nous autre consommateurs ?

Parce que l'intérêt de Google ne réside pas dans le fait de nous fournir un service, mais dans le fait que nous y adhérions, afin que la masse de consommateurs potentiels que Google peut fournir à ses clients grandisse.

Car les clients de Google, comme cela a déjà été dit, ce ne sont pas les utilisateurs/consommateurs, mais bien des annonceurs publicitaires.
C'est un business model, plus Google nous offre de services, plus nous nous inscrivons, plus Google a des consommateurs, plus Google peut vendre cher ses services aux annonceurs...

Pour éviter que les annonceurs payent trop cher, un prix qui ne correspondrait pas au marché réel, un ciblage par catégorie est fait.
C'est logique en soit, Ford, Toyota ou GM n'a pas intérêt à envoyer des pubs pour des personnes n'ayant pas 18ans (ou 16 selon le pays), et donc pas l'age de conduire et donc d'acheter une voiture. Idem pour Channel, Dior, etc, ils sont plus intéressés de vendre leurs produits à des femmes de 30 ans ou plus.
Le concept de ciblage du consommateur a été mis en place chez Google, mais c'est un concept de marketing qui date de dizaines d'années.

Alors oui, Google se sert de vos données, de nos données, mais c'est en échange des services qu'il nous propose gratuitement. Et comme cela a été dit, Google n'envoit pas une liste d'utilisateurs aux annonceurs, c'est lui même qui fait de façon automatisé ce tri, donc les données personnelles ne sont pas rendue publiquse pour autant, elles sont exploitées mais pas vendues.

Libre à chacun d'utiliser hotmail comme messagerie ou d'utiliser Bing comme moteur de recherche. Etes-vous seulement sûr que vos données seront toujours complètement privées ?
A titre personnel, je pense que Google, comme Microsoft, n'a aucun intérêt à rendre nos données publiques.

C'est d'ailleurs l'un des points qui est soulevé dans l'interview : l'opinion publique EST la réalité. Si demain, les consommateurs n'ont plus confiance dans les services Google, même si c'est à tord, ils iront chez la concurrence, Google perdra sa masse de consommateurs au profit d'un autre, Microsoft par exemple, et perdra une grande partie de son chiffre d'affaire.

Google a bien plus à y perdre que chacun de nous avec les données de nos vies privées respectives.

Welcome to capitalism !
Avatar de Mako 5013 Mako 5013 - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 10:50
J'adhère tout à fait à ce que tu dis Er3van, mais cela m'amène à m'interroger.

En substance, plus Google propose de services, plus son "capital client" augmente, et plus il peut vendre aux annonceurs. Le moteur de l'innovation chez Google étant donc d'accroitre ses adhérents.

Cela veut-il dire pour autant que plus la population potentielle de clients diminue, moins Google sera enclin à proposer de nouveaux services, d'innover sur ceux existants ?

Certes, on peut répliquer que dans ce cas, on n'a qu'à aller voir chez la concurrence. Mais en l'occurrence, je trouve que la concurrence a un sérieux train de retard...

Mako.
Avatar de Sergejack Sergejack - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 11:00
Je pense qu'il ne faut pas voir le "capital client" qu'en terme de nombre de clients, comme l'exprimait Er3van mais aussi en terme de temps passé sur google.

Et je pense que c'est plutôt à ça que sert d'offrir de nouveaux services.

Donc, je ne m’inquiéterait pas trop pour Google si une partie insuffisamment importante de ses clients se tournaient vers la concurrence.
Avatar de rvs75 rvs75 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 11:06
Citation Envoyé par Aurelien.Regat-Barrel  Voir le message
De même, la RATP peut savoir précisément partout où tu te déplaces dans Paris et sa banlieue.

C'est une légende urbaine.
Ayant travaillé sur ce système il y a quelques années, je peux dire que cela est faux.

En gros, il y a trois fichiers.

1/ Le fichier qui contient les données personnelles et les numéros de carte. Ce fichier est la propriété du STIF. L'accès à ce fichier est géré par un serveur d'autorisation via un système de puce SAM.

2/ Un fichier avec les numéros et les droits afférant. Ce fichier est la propriété du STIF. L'accès est "libre" pour la SNCF et RATP

3/ Un fichier de suivi qui gère les droits des numéros de cartes au niveau des cab (zones, blacklist,...). Ce fichier est mis à jours toutes les nuits à partir des fichiers 1 et 2

Croiser les fichiers 1 et 3 n'est pas possible ni pour la SNCF, ni pour la RATP. Biensur, cela est possible, mais seulement sur demande judiciaire au STIF.

Pour la SNCF et la RATP, vous n'êtes qu'un numéro (qui a dit : "Non je ne suis pas un numéro").

Au delà de la gestion des droits utilisation des réseaux de transports, les données du fichiers 3 servent à faire ponctuellement à faire des statistiques.

Par contre, j'aimerais les systèmes utilisé par Auchan et autres.
Avatar de Er3van Er3van - Membre émérite https://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 11:14
Citation Envoyé par Mako 5013  Voir le message
Cela veut-il dire pour autant que plus la population potentielle de clients diminue, moins Google sera enclin à proposer de nouveaux services, d'innover sur ceux existants ?

C'est exactement ça... si on ne prend en compte que le rôle principal de Google qui consiste à fournir des données aux annonceurs.
Plusieurs possibilités selon moi :
- peu voire plus de "nouveaux" services, ou alors pour améliorer l'analyse/profilage
- des services devenant progressivement payants (par différents biais)

Ceci dit, la taille critique à atteindre pour ne plus investir est de l'ordre de 4 milliards d'utilisateurs... Google en est encore loin.

"Heureusement", Google se positionne également comme un éditeur de logiciel.
Bien que ça ne soit pas source de profits gigantesques pour le moment, j'imagine que c'est une solution également pour la firme de Mountain View de s'orienter à terme, et via leur image de marque et leur masse de consommateur, il leur serait simple de se positionner sur ce marché.
Avatar de Mako 5013 Mako 5013 - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 11:33
Citation Envoyé par Er3van  Voir le message
Ceci dit, la taille critique à atteindre pour ne plus investir est de l'ordre de 4 milliards d'utilisateurs... Google en est encore loin.

Tu as lu ce chiffre quelque part, ou bien c'est une estimation "à la louche" ?

Personnellement, cela me semble beaucoup. Après, cela dépend également des bases sur lesquelles on travail (à savoir la population mondiale, soit environ 6,5 milliards, soit la population ayant un accès "courant" à internet, et là, je dois dire que je ne sais pas trop à combien de personnes elle peut s'élever...).

Mako.
Avatar de Er3van Er3van - Membre émérite https://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 11:51
Je l'ai lu dans un article sur le net assez récemment, mais de là à te trouver la référence...

En gros cela correspond à la population ayant accès à l'internet horizon 2030 modulé par la base réfractaire au produit, qui quelque soit le produit, existe toujours. Pour un produit de type service, c'est quelque chose de l'ordre de 10%.

A nuancer par le fait que la population mondiale d'ici 20 ans soit estimée à près de 8 milliards d'individus.
Avatar de Mako 5013 Mako 5013 - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 20/07/2011 à 11:57
Citation Envoyé par Er3van  Voir le message
Je l'ai lu dans un article sur le net assez récemment, mais de là à te trouver la référence...

En gros cela correspond à la population ayant accès à l'internet horizon 2030 modulé par la base réfractaire au produit, qui quelque soit le produit, existe toujours. Pour un produit de type service, c'est quelque chose de l'ordre de 10%.

A nuancer par le fait que la population mondiale d'ici 20 ans soit estimée à près de 8 milliards d'individus.

Merci beaucoup

Mako.
Avatar de zeyr2mejetrem zeyr2mejetrem - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 27/07/2011 à 17:19
Citation Envoyé par GCSX_  Voir le message
J'ai l'impression que le problème de Google, c'est de vouloir imposer sa perception du monde à ses clients.
...
Sur la question de la vie privé, en tout cas, ça crève les yeux. Mais ça se voit aussi sur d'autres produits comme GMail : "On met de la pub ciblé en faisant lire et indexer tout ce que vous faites à des machines. Vous voulez pas? Tant pis."

Evidemment car Google fournit ce que veulent ses clients.
Et qui sont ces clients ? Pas les utilisateurs de Gmail mais les annonceurs qui veulent cibler leurs publicités.
CQFD !

Confucius a dit "rien n'est jamais sans conséquence, en conséquence rien n'est jamais gratuit"
Si Google fournit des services gratuits c'est bien parce qu'il y trouve son intérêt.
Offres d'emploi IT
Architecte et intégrateur scade/simulink H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)
Ingénieur analyste programmeur (H/F)
Safran - Auvergne - Montluçon (03100)
Architecte sécurité des systèmes d'information embarqués H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil