IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une étude révèle que les enfants apprennent mieux sur le papier que sur les écrans
Quelles implications pour l'avenir de l'éducation ?

Le , par Bruno

460PARTAGES

26  0 
Une récente étude menée par des neuroscientifiques du Teachers College de l'université de Columbia révèle que les enfants de 10 à 12 ans ont une meilleure compréhension et une lecture plus approfondie lorsqu'ils lisent sur du papier plutôt que sur un écran. L'étude, basée sur un échantillon de 59 enfants, utilise une nouvelle méthode d'association de mots et démontre un avantage significatif pour la lecture sur papier.

Les résultats suggèrent que la chute des compétences en lecture chez les jeunes Américains ne peut être uniquement attribuée à la pandémie de Covid-19 ou à l'enseignement à distance, mais pourrait également être liée à l'utilisation croissante d'écrans pour la lecture. Les chercheurs appellent à ne pas abandonner les livres imprimés, tandis que l'article souligne la persistance des écoles dans l'adoption de programmes numériques, malgré des preuves scientifiques montrant les avantages du support papier dans l'apprentissage de la lecture.


Une étude réalisée par Delgado a comparé la lecture imprimée à la lecture numérique pour évaluer l'impact du support de lecture sur la compréhension. L'étude a examiné les données de 54 études menées entre 2000 et 2017, impliquant plus de 170 000 participants. Les résultats ont indiqué que la lecture sur écran était systématiquement liée à des niveaux plus faibles de compréhension de la lecture, avec une ampleur d'effet de -0,21.


Bien que cette ampleur d'effet soit relativement faible, elle est considérée comme significative dans le contexte de la compréhension de la lecture, étant donné que les enfants de l'école primaire progressent en moyenne chaque année d'environ 0,32. L’étude révèle que, malgré l'attrait des environnements d'étude informatisés, fournir aux élèves des textes imprimés semble plus bénéfique.

L'étude menée par des neuroscientifiques du Teachers College de l'université de Columbia offre des résultats intéressants et suggère un avantage significatif pour la lecture sur papier chez les enfants de 10 à 12 ans. La nouvelle méthode d'association de mots utilisée dans l'étude, ainsi que l'analyse des réponses cérébrales, ajoutent une dimension scientifique importante à la compréhension de l'impact des supports de lecture sur l'apprentissage.

Cependant, il est essentiel d'aborder cette conclusion avec prudence. L'échantillon de 59 enfants est relativement restreint, et il serait bénéfique de reproduire cette étude à plus grande échelle pour garantir la généralisation des résultats. De plus, l'article mentionne que les chercheurs sont prudents dans leurs conclusions et hésitent à formuler des recommandations précises. Cela souligne la nécessité de continuer à explorer le sujet de manière approfondie avant de tirer des conclusions définitives.

Déclin de la lecture chez les adolescents : une analyse critique des facteurs sous-jacents

L’une des plus récentes enquêtes rendues publique en juin, a suscité un vif émoi en révélant une diminution de quatre points en moyenne dans les compétences de compréhension de texte des élèves de 13 ans depuis l'année scolaire 2019-2020, impactée par la pandémie de Covid-19. Plus préoccupant encore, cette baisse moyenne était de sept points par rapport aux résultats de 2012. Les élèves les moins performants ont même chuté en dessous du niveau de compétence en lecture enregistré en 1971, lors de la première étude nationale.

À l’exemple des fonctionnaires de l'administration Biden, certains responsables politiques ont attribué ces mauvaises nouvelles à des coupables évidents : le Covid-19 et les mesures de confinement qui en ont résulté. Il est clair qu'un enfant seul devant un écran d'ordinateur, même avec un smartphone à portée de main mais dissimulé, ne peut pas être pleinement concentré sur son apprentissage.

Curieusement, dans ce débat sur l'impact du confinement, peu d'attention a été accordée à l'outil physique que la plupart des enfants utilisent pour lire. Depuis bien avant la pandémie, de plus en plus d'enfants lisent sur des écrans lumineux affichant des caractères pixellisés au lieu de textes imprimés ou photocopiés. Et si le principal responsable de la baisse de l'alphabétisation n'était ni un virus ni un dirigeant syndical, ni même l'enseignement à distance ?

Les résultats de l’étude des neuroscientifiques du Teachers College de l'université de Columbia ont montré un avantage net en faveur de la lecture sur papier pour une « lecture approfondie », tandis que la lecture sur écran favorisait une « lecture superficielle ». Les chercheurs ont utilisé une méthode novatrice d'association de mots, analysant les réponses cérébrales des enfants à l'aide d'électrodes pendant la lecture.

L'âge des participants, une période cruciale dans le développement de la lecture, a été un facteur déterminant. La quatrième année, selon un autre chercheur, marque le passage crucial de « l'apprentissage à lire » à « lire pour apprendre ». Bien que les chercheurs soient prudents dans leurs conclusions, ils suggèrent que les résultats justifient le maintien de l'utilisation des livres imprimés.

Pendant plus d'une décennie, des chercheurs en sciences sociales, dont Anne Mangen, ont souligné la supériorité de la lecture sur papier en termes de compréhension et de rétention. Malgré cela, de nombreux conseils scolaires, tels que celui de Houston, continuent de privilégier les programmes numériques au détriment des livres imprimés. Cette tendance est renforcée par l'engouement pour la "révolution numérique", même lorsque des recherches scientifiques rigoureuses suggèrent que la méthode traditionnelle du papier est plus efficace pour enseigner la lecture aux enfants.

Certains éducateurs, enthousiastes quant à l'intégration des technologies, voient pourtant des avantages dans l'évolution vers l'enseignement numérique. Cependant, des experts tels que John Gabrieli, neuroscientifique du MIT, restent sceptiques quant à l'efficacité réelle de ces technologies sur les résultats de lecture et soulignent l'importance de choisir des méthodes éducatives basées sur des preuves plutôt que sur des promesses marketing.

Les livres imprimés en péril : les défis d'une génération éduquée principalement sur écrans

Utilisez-vous votre ordinateur portable et votre smartphone pour étudier ? Vous pourriez soutenir que votre téléphone est essentiel à vos études, car c'est ainsi que vous consultez votre manuel. Il est possible que vous lisiez même ce document au format numérique si votre école a adopté des textes numériques en remplacement des manuels traditionnels. Toutefois, selon une étude de Sapien Labs, l'utilisation précoce des smartphones par les enfants est liée à une fragilité mentale chez les adultes.

Cette recherche, menée auprès d'un million de participants dans le monde, révèle un lien entre un premier smartphone obtenu à un jeune âge et une santé mentale dégradée, particulièrement prononcée chez les femmes. Les risques potentiels incluent l'exposition à des éléments tels que les réseaux sociaux, la pornographie, le cyberharcèlement et le manque de sommeil. Sapien Labs souligne la nécessité d'une vigilance et d'une régulation accrues, considérant le smartphone comme une expérience sociale sans précédent.

L'abandon progressif des livres imprimés au profit d'une utilisation excessive des appareils numériques par les jeunes soulève des préoccupations légitimes quant à son impact sur l'apprentissage, le développement intellectuel et la santé mentale. Bien que les nouvelles technologies offrent des avantages indéniables, il est crucial d'examiner de manière critique les conséquences potentielles de cette transition.

Tout d'abord, le remplacement des livres imprimés par des appareils numériques peut entraîner une diminution de la profondeur de la lecture. Des études, comme celle du Teachers College de l'université de Columbia, suggèrent que la lecture sur papier favorise une meilleure compréhension et une lecture plus approfondie. La tendance à la « lecture superficielle » sur écran peut compromettre la rétention d'informations et la réflexion critique, des compétences cruciales dans l'éducation.

Par ailleurs, l'utilisation excessive des appareils numériques peut contribuer à des problèmes de santé mentale, tels que la fatigue visuelle, le stress et la dépendance aux écrans. Les jeunes passent souvent de longues heures devant des écrans, que ce soit pour l'éducation, les loisirs ou les médias sociaux, ce qui peut avoir des répercussions négatives sur leur bien-être physique et émotionnel.

De plus, l'abandon des livres imprimés peut également avoir des conséquences sur la culture de la lecture. Les livres physiques apportent une expérience tactile et sensorielle qui peut être perdue dans le monde numérique. La disparition des bibliothèques physiques au profit d'une présence exclusive en ligne peut restreindre l'accès à la diversité des ressources éducatives et culturelles, en particulier pour les personnes n'ayant pas un accès facile à internet.

Enfin, l'économie numérique peut intensifier les inégalités d'accès à l'information. Tout le monde n'a pas les moyens d'acheter des appareils numériques coûteux ou de souscrire à des services en ligne. Cela crée une disparité d'accès à la connaissance, ce qui peut aggraver les écarts éducatifs déjà existants.

Bien que la transition vers une utilisation plus fréquente des appareils numériques puisse offrir des avantages, il est essentiel d'évaluer de manière critique les implications de cet abandon des livres imprimés. La promotion d'un équilibre entre les supports papier et numérique, ainsi que la sensibilisation aux risques potentiels associés à une utilisation excessive des écrans, sont nécessaires pour garantir un développement éducatif et culturel sain chez les jeunes.


L'idée que la chute des compétences en lecture chez les jeunes ne peut être uniquement attribuée à la pandémie de Covid-19 ou à l'enseignement à distance est pertinente. L'utilisation croissante d'écrans pour la lecture est une variable à prendre en compte dans l'équation complexe de l'apprentissage. Cependant, il est crucial de reconnaître que la technologie peut également offrir des avantages éducatifs, et son rejet complet pourrait priver les élèves d'opportunités d'apprentissage innovantes.

L'appel à ne pas abandonner les livres imprimés est compréhensible, mais la coexistence des supports papier et numérique peut être une approche plus équilibrée. Les écoles persistent dans l'adoption de programmes numériques, en partie en raison des avancées technologiques et des possibilités qu'elles offrent. Plutôt que de voir cela comme une opposition, il serait préférable de trouver des moyens de combiner judicieusement les deux pour créer un environnement éducatif enrichissant. Pour certains analystes, l'équilibre entre le papier et les écrans pourrait être la clé pour optimiser l'apprentissage des enfants dans un monde de plus en plus numérique.

Source : Middle-schoolers’ reading and processing depth in response to digital and print media, Neurocognition of Language Lab, Department of Biobehavioral Sciences, Teachers College, Columbia University

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Les résultats obtenus par les chercheurs du Teachers College sont-ils pertinents ?
Pensez-vous que la lecture imprimée est systématiquement meilleure que la lecture numérique ?
Si vous deviez opter entre la lecture imprimée et la lecture numérique pour les enfants, quel choix feriez-vous ?
Partagez-vous l'opinion des neuroscientifiques du Teachers College de l'université de Columbia selon laquelle les enfants âgés de 10 à 12 ans présentent une meilleure compréhension et une lecture plus approfondie lorsqu'ils lisent sur du papier plutôt que sur un écran ?

Voir aussi :

Les enfants qui utilisent des smartphones plus tôt deviennent des adultes à la santé mentale plus fragile, selon Sapien Labs

Réseaux sociaux et santé mentale des enfants : le Royaume-Uni pourrait emprisonner les responsables de médias sociaux, qui enfreignent les règles de sécurité des enfants

La face cachée de Steve Jobs et Bill Gates : Ils ont interdit à leurs enfants l'accès aux iPads et autres appareils qu'ils ont créés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 19/01/2024 à 11:48
L'avis d'une pédiatre sur l'exposition aux écrans et ses conséquences : je ne sais pas ce qu'est la méthode des 4 pas.

Je suis issu d'une génération sans écran (même pas de tv), pourtant malgré une bibliothèque fournie en livres papiers, je lis ou relis de plus en plus en PDF grâce à internet. Mais mon intellect s'est formé avant d'être confronté à l'écran. Comme dit dans l'article que j'ai mis en lien, tout est fait pour rendre addictif l'enfant qui se divertit, calme ses pleurs et s'endort devant un écran. Aucune recommandation existe avec la livraison d'un écran. Donc les familles monoparentales, elles-même addict aux écrans, se débarasse de leur devoir éducatif avec youtube kids ou autre.

Pourtant, parmi tous les pdf que je lis, se trouve de la documentation technique donc l'écran peut être un puissant vecteur d'apprentissage. Et je parle de mon cas, mais des vidéos youtube peuvent être aussi éducatives et on peut approfondir en faisant des recherches. Encore faut-il avoir été éduqué à apprendre par soi-même. Mon avis est qu'internet profite plus sur le plan de l'instruction aux générations qui avaient au moins 15 ans lors de son apparition : au lieu de ne consommer que du divertissement, elles s'instruisent. Pour former les jeunes générations, les parents doivent reprendre en main l'éducation de leurs enfants en modérant d'une part l'exposition des plus jeunes, et en étant eux-même plus attentionnés avec leurs enfants que leur smartphone.
5  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/01/2024 à 12:51
Il serait temps d'arrêter pour l'éducation de faire de l'empirisme basé sur au mieux des effets de mode, au pire des groupes de pression.

À un moment, si toutes les études disent que ça dégrade l'apprentissage, pourquoi l'éducation nationale en préconise t elle l'usage à partir de la maternelle ? Manifestement leurs hauts docteurs de la foi n'ont jamais entendu parler de la science basée sur les preuves.

Il n'y a vraiment aucun intérêt. Soit le contenu est similaire à un livre (et donc le livre sera plus pratique et moins onéreux), soit c'est distracteur. Avoir le regard concentré sur les écrans n'est pas non plus étranger à l'épidémie de myopie.

Il ne faudrait pas non plus que les tablettes entrent en concurrence avec l'écriture manuscrite qui est intimement liée à l'apprentissage.

Infra un tableau d'un cours de calcul mental pour jeunes paysans en Russie fin 19e (Nikolaï Bogdanov-Belski). Je vous laisse admirer le dénuement, le jeune âge, et le niveau du calcul demandé.

2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/01/2024 à 1:57
Les livres imprimés et achetés imprimés ne sont pas près de disparaitre, car ça revient souvent moins cher et c'est surtout moins pénible d'acheter un livre que d'imprimer des pages et des pages... Par contre dans la musique, les éditeurs de partitions sont en grande difficulté, car une partition est généralement assez courte, donc c'est largement plus pratique d'imprimer ; et comme les éditions tombe une à une dans le domaine public, tout les éditeur qui se contentait d'imprimer vont fermer direct (le seul moyen de résister est de préposer une qualité supérieur à une édition ancienne). Seuls les conducteur de symphonie continuent à être acheté, car le problème est comme pour les livre, un grand nombre de pages.
Concernant la lecture sur écran, c'est un peux pareil, ça passe pour une lecture courte, mais des que c'est long, ça devient difficile de se concentrer et c'est mauvais pour les yeux... Pour le travail sur des documents, j'arrive à m'y retrouver car j'ai plusieurs écrans, mais dès que j'ai que mon ordi portable je préfère largement imprimer la plupart des documents pour ne pas encombrer l'écran (et la plupart des gens n'ont pas plusieurs écran...).

Souvent, les anti-écran et les pro-écran ont une vision biaisé de la réalité, réalité qui est en faite beaucoup plus pragmatique. L'exemple de l'édition est un exemple parfait, les gens ne sont pas cons, ils choisissent le support et la source la plus pratique, c'est tout
Par contre le danger se sont les plates-formes propriétaires de livres numériques avec DRM, où l'acheteur est dépossédé de sa propriété (exemple avec les livres de Roald Dahl censurés automatiquement, ou 1984 d'Orwell censuré à distance par erreur).
1  0 
Avatar de Canvas
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 20/01/2024 à 14:26
Citation Envoyé par Fagus Voir le message
....
Infra un tableau d'un cours de calcul mental pour jeunes paysans en Russie fin 19e (Nikolaï Bogdanov-Belski). Je vous laisse admirer le dénuement, le jeune âge, et le niveau du calcul demandé.
La réponse est 2
0  0