IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Anglais qui se faisait passer pour le PDG de la société de cryptomonnaies HyperVerse s'excuse auprès des investisseurs qui ont perdu des millions,
Il a déclaré avoir été payé pour jouer ce rôle

Le , par Mathis Lucas

573PARTAGES

6  0 
Le fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse s'est avéré une vaste escroquerie et une enquête a révélé que le PDG de la société Steven Reece Lewis est une personne fictive. Il s'avère qu'un certain Stephen Harrison, un Anglais vivant en Thaïlande, a été payé pour se faire passer pour Reece Lewis lors du lancement d'HyperVerse. Cet "acteur" aurait reçu un montant d'environ 4 ;700 euros sur neuf mois et un costume gratuit en guise de paiement. Il a déclaré qu'il a été choqué par les fausses références qu'HyperVerse lui a attribuées pour promouvoir le projet. Il s'est excusé pour cette escroquerie qui a coûté environ 1,3 milliard de dollars aux investisseurs.

De nombreux cas d'escroquerie dans le secteur des cryptomonnaies ont été révélés au grand jour ces dernières années. Mais les analystes affirment que le cas du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse laisse perplexe. Hyperverse s'est effondré fin 2022 et sa chute a entrainé environ 1,3 milliard de dollars de pertes pour les investisseurs. Une enquête du Guardian Australia a révélé que les investisseurs ont tous été manipulés depuis le début et que le directeur général de la société, un certain Steven Reece Lewis, n'a jamais existé. Aucune des organisations citées dans le curriculum vitæ de Steven Reece Lewis ne peut trouver une trace de lui.

Plus précisément, il s'agit d'un personnage fictif et ses qualifications ont toutes été inventées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans le projet HyperVerse. Cependant, lors du lancement d'HyperVerse entre fin 2021 et début 2022, une personne a bel et bien été payée pour jouer le rôle de Steven Reece Lewis : il s'agit de l'Anglais Stephen Harrison vivant en Thaïlande. Resté muet depuis l'effondrement d'HyperVerse, Stephen Harrison est récemment sorti de son silence et a déclaré qu'il a été payé pour jouer le rôle, recevant 180 000 bahts thaïlandais (environ 4 ;665 euros) sur neuf mois et un costume gratuit en guise de paiement.


Stephen Harrison était à l'époque présentateur de télévision indépendant et faisait des commentaires non rémunérés sur le football. Dans le cadre d'une interview, il a raconté avoir été approché par "un ami d'un ami" qui lui avait proposé de travailler sur HyperVerse. Harrison a déclaré qu'il était nouveau dans le secteur et qu'il avait été ouvert à l'idée d'acquérir plus de travail et d'expérience en tant que "présentateur" d'entreprise. « On m'a dit que je jouais un rôle pour représenter l'entreprise, ce que font beaucoup de gens », explique Harrison. Il a déclaré qu'il avait des doutes au départ, mais que son agent l'avait rassuré sur la légitimité de l'entreprise.

Harrison a déclaré qu'il avait été choqué d'apprendre que l'entreprise l'avait présenté comme ayant de fausses références pour promouvoir le projet. Il s'est dit désolé pour les investisseurs qui ont perdu de l'argent dans le cadre de ce programme, une escroquerie dans lequel il a déclaré n'avoir joué aucun rôle. « Je suis désolé pour ces personnes. Parce qu'ils ont cru à une idée dont j'étais le fer de lance et qu'ils ont cru à ce que j'ai dit, et Dieu sait ce que ces personnes ont perdu. Et je me sens mal à ce sujet », a déclaré Harrison. Il a déclaré lors de l'interview qu'il espère que la justice pourra venir en aide aux investisseurs lésés par cette escroquerie.

« Je suis profondément désolé pour ces personnes, vraiment. Vous savez, c'est horrible pour eux. J'espère simplement qu'il y aura une solution. Je sais qu'il est difficile de récupérer l'argent de ces personnes, mais j'espère qu'il y aura un peu de justice dans tout cela et qu'ils pourront aller au fond des choses », a déclaré Harrison. Il a tenu à préciser qu'il n'a empoché aucun centime des fonds perdus par les investisseurs d'HyperVerse. Comme souligné plus haut, Harrison a déclaré lors de l'interview qu'il avait des doutes sur l'entreprise HyperVerse, les promesses du projet et les promoteurs. Toutefois, cela ne l'a pas empêché de jouer son rôle jusqu'au bout.

Il a ajouté qu'il avait également fait ses propres recherches en ligne sur l'organisation et qu'il avait trouvé des articles sur l'entrepreneur australien de la blockchain et président d'HyperTech, Sam Lee. Lee a fondé avec Ryan Xu la société australienne de bitcoins Blockchain Global, qui s'est effondrée en 2021 à cause d'une dette de 58 millions de dollars envers ses créanciers. Lee et Xu ont été envoyés devant l'Australian Securities and Investments Commission (ASIC) pour des violations potentielles du Corporations Act en relation avec Blockchain Global. Cependant, l'ASIC a déclaré à l'époque qu'il n'avait pas l'intention de prendre des mesures pour l'instant.

« Je suis parti me renseigner sur l'entreprise, car je craignais qu'il ne s'agisse d'une escroquerie. J'ai donc regardé un peu en ligne et tout semblait correct, alors j'ai fait avec », affirme Harrison. Selon lui, lors de son deuxième enregistrement, on lui avait dit qu'il devait tourner sous un faux nom. « J'ai demandé pourquoi, et l'on m'a répondu : "eh bien, vous savez, vous êtes un acteur, vous jouez un rôle, vous présentez l'entreprise". Et mon agent m'a dit : "beaucoup de personnes font cela dans le métier. C'est tout à fait normal" », affirme Harrison. Dans les vidéos, Harrison parle des opportunités offertes aux personnes qui investissent dans HyperVerse.

Mais il ne demande pas explicitement de l'argent et ne fait aucune déclaration sur les bénéfices potentiels. Harrison a expliqué qu'il n'avait appris l'existence des fausses références qui accompagnaient la présentation de lancement dans laquelle il figurait que grâce à l'enquête du Guardian Australia. De nombreux critiques ont toutefois remis en cause cette déclaration d'Harrison. L'enquête a révélé qu'aucune des organisations citées dans la vidéo n'avait la moindre trace d'un Steven Reece Lewis dans leurs archives. HyperVerse prétendait qu'il est diplômé des universités de Leeds et de Cambridge et a plus de dix ans d'expérience dans le secteur de la FinTech.

L'université de Leeds et l'université de Cambridge n'avaient aucune trace de lui dans leurs bases de données. Steven Reece Lewis est censé être passé d'un emploi au sein de Goldman Sachs à la vente d'une société de développement Web à l'éditeur Adobe avant de lancer sa propre startup informatique. Mais Adobe n'a aucune trace d'une quelconque acquisition d'une entreprise appartenant à Steven Reece Lewis dans ses archives publiques et Goldman Sachs n'a trouvé aucune trace d'un Steven Reece Lewis ayant travaillé pour l'entreprise. L'enquête a aussi révélé que Steven Reece Lewis n'a aucune présence en ligne en dehors de la vidéo promotionnelle.

« J'ai été absolument choqué par ce que j'ai vu. Je ne suis jamais allé sur Internet pour me renseigner sur Steven Reece Lewis. J'ai regardé sur YouTube de temps en temps, à l'époque où ils mettaient les présentations en ligne, mais à part cela, j'étais détaché de ce rôle. Quand j'ai lu cela dans les journaux, je me suis dit : "bon sang, ils me font passer pour quelqu'un de très éduqué. J'ai le baccalauréat, je ne suis certainement pas à ce niveau-là". Ils ont donné une bonne image de moi, mais ils ne m'ont jamais rien dit de tout cela », a déclaré Harrison. Selon ses déclarations, toutes les autres qualifications citées dans la présentation sont fausses.

En réalité, la véritable identité de Stephen Harrison a été révélée par un Youtubeur américain, Jack Gamble, après la publication de l'enquête. Cette révélation a poussé Harrison à faire part de ce qu'il savait. Selon le contrat proposé à Harrison pour le rôle, dont une copie non signée a été vue par Guardian Australia, il était employé en tant que "présentateur talentueux" par une agence de talents basée en Indonésie dénommée "Mass Focus Ltd". Cependant, l'enquête n'a retrouvé aucune trace d'une société de ce nom dans le registre indonésien des sociétés. Mais encore, Harrison affirme n'avoir jamais rencontré ou parlé à une personne d'HyperVerse.

Harrison a déclaré qu'en dehors d'interactions scénarisées en ligne, il n'avait jamais parlé à personne d'HyperVerse, ne traitant qu'avec son contact local. En outre, il a insisté sur le fait qu'il n'avait eu aucun contact avec Lee ou Xu. Le contrat prévoyait un engagement de trois mois renouvelables, au cours duquel il serait payé 20 000 bahts thaïlandais (environ 519 euros) par mois pour un maximum de six heures de travail par mois. Harrison a déclaré que la plupart des mois, il ne travaillait qu'une ou deux heures, et que trois vidéos en un mois constituaient le plus gros de son travail. Il recevait un script avant chaque enregistrement.

À un moment donné, il était prévu de l'emmener en avion aux États-Unis pour un événement, mais cela ne s'est jamais produit. On lui a également fourni un costume en laine et cachemire, deux chemises d'affaires, deux cravates et une paire de chaussures pour le rôle. Harrison affirme que le tournage avait eu lieu dans des studios improvisés à Bangkok, notamment dans un appartement du quartier d'Ekkamai et, plus tard, dans la tour Empire à Sathon. Il a ajouté qu'il n'avait aucun contrôle sur le compte Twitter géré sous le nom du faux chef d'entreprise ni sur les messages de soutien au projet obtenus de la part d'un groupe de célébrités.

Steve Wozniak, cofondateur d'Apple, et l'acteur Chuck Norris figuraient parmi ces célébrités. Harrison a confié qu'après avoir renouvelé son contrat à deux reprises, de septembre 2021 à juin 2022, il a demandé que le compte Twitter soit fermé. L'enquête a confirmé que la date de sa dernière fiche de paie coïncidait avec la dernière date à laquelle le compte Twitter était actif. Cependant, le témoignage d'Harrison, qu'il soit vrai ou pas, est critiqué par de nombreuses personnes. Certains critiques affirment, à tort ou à raison, qu'Harrison avait des doutes sérieux, mais a préféré se remplir les poches plutôt que de dénoncer ce qui se jouait devant lui.

Vendredi, une personne appelée Rodney Burton a été arrêté et inculpé aux États-Unis pour son rôle présumé dans HyperVerse. Des documents judiciaires allèguent qu'il faisait partie du réseau qui a fait les "présentations promotionnelles frauduleuses" à des investisseurs et à des investisseurs potentiels. Il a été inculpé d'exploitation et de conspiration en vue d'exploiter une entreprise de transmission de fonds sans licence. C'est la première fois que des accusations sont portées contre des personnes impliquées dans le système HyperVerse.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la mise en scène autour du PDG d'HyperVerse ?
Que pensez-vous du témoignage de celui qui a joué le rôle du PDG d'HyperVerse ? Est-il crédible ?
Pensez-vous qu'il sera inquiété par la justice pour son rôle d'acteur dans cette gigantesque escroquerie ?
Comment cette mise en scène a-t-il pu passer inaperçue auprès des régulateurs jusqu'à l'effondrement d'HyperVerse ?

Voir aussi

Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister, l'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs

Scandales de la cryptomonnaie en 2023 : de Changpeng Zhao à Sam Bankman-Fried, l'année des leaders de la cryptomonnaie déchus, devenir milliardaire puis tout perdre ne ferait pas rêver

Scandale Ponzi cryptomonnaie FTX, comment Sam Bankman-Fried a détruit la vie de ses amis après les avoir manipulés et escroqués, il tente de rejeter la faute sur l'ancienne équipe juridique de FTX

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Gluups
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 1:28
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister
l'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs

La société australienne de cryptomonnaies Hyperverse s'est effondrée il y a environ deux ans emportant dans sa chute plus de 1,3 milliard de dollars appartenant aux investisseurs. Mais la chose la plus troublante dans l'histoire, c'est qu'une enquête a révélé que le directeur général de l'entreprise n'existe peut-être pas. L'enquête rapporte que les qualifications du mystérieux directeur général de Hyperverse, un certain Steven Reece Lewis, semblent toutes avoir été falsifiées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans l'entreprise. Son profil indique qu'il a travaillé chez Adobe et Goldman Sachs, mais ces entreprises n'ont aucune trace de lui.
Voilà le genre de chose qu'il est intéressant de vérifier avant de donner des sous, plutôt qu'après les avoir perdus.

Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Plus précisément, il s'agit d'un personnage fictif et ses qualifications ont toutes été inventées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans le projet HyperVerse. Cependant, lors du lancement d'HyperVerse entre fin 2021 et début 2022, une personne a bel et bien été payée pour jouer le rôle de Steven Reece Lewis : il s'agit de l'Anglais Stephen Harrison vivant en Thaïlande. Resté muet depuis l'effondrement d'HyperVerse, Stephen Harrison est récemment sorti de son silence et a déclaré qu'il a été payé pour jouer le rôle, recevant 180 000 bahts thaïlandais (environ 4 ;665 euros) sur neuf mois et un costume gratuit en guise de paiement.
Oh, mais alors si il a reçu un costume, tout va bien !
3  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 10:22
Citation Envoyé par Gluups Voir le message

Oh, mais alors si il a reçu un costume, tout va bien !
Fillion est bien d'accord avec toi !
2  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 13:11
Ce qui serait un peu gros, ce serait de le prendre comme seul coupable.

C'est un montage très classique. Certaines citées état en Asie pour ne pas les nommer sont spécialisées dans l'hébergement de ce genre de fraudes financières. C'est des montages avec des dizaines de sociétés écran imbriquées qui ont 0 fonds propres. S'il y a une enquête, les autorités locales traînent des pieds pendant des années pour donner le nom du propriétaire de la société écran (mais pour les dizaines d'autres il faut ouvrir une autre procédure à chaque fois). Le "propriétaire" de la société, c'est toujours un pauvre type auquel on a donné 3 sous pour qu'il mette son nom sans comprendre ce qu'il signe.
Quand on veut tracer l'argent, il ne fait que transiter d'une société écran à l'autre.

Ce type, c'est juste un comédien en effet, parmi d'autres prête-nom qui ont été recrutés.

Donc, les investisseurs de 1er ordre qui choisissent ce genre de sociétés, il savent (ou devraient) savoir dans quoi ils mettent la main. Ensuite, ce sont eux qui trouvent des client pigeons pour leur faire confiance.

Et mon agent m'a dit : "beaucoup de personnes font cela dans le métier. C'est tout à fait normal"
c'est sans doute la seule chose vraie que son agent lui a révélée.
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expert https://www.developpez.com
Le 14/04/2024 à 1:29
Il prend le risque d'avoir plus, là où 25 ans c'est peu comparer à ce qu'il aurais été susceptible d'avoir.
1  0 
Avatar de Gluups
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/01/2024 à 6:59
Il semble que les autorités aient décidé de s'attaquer au problème :
lepoint.fr
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expert https://www.developpez.com
Le 29/02/2024 à 19:44
En effet, dans tout les cas, une peine de 100 ans est grotesque et barbare. Et surtout absurde.
0  0 
Avatar de RenarddeFeu
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 29/03/2024 à 3:35
Ce qui honnêtement est que dalle compte tenu de l'ampleur de la fraude et des lois américaines. Mais bon, c'est toujours mieux qu'Elizabeth Holmes.
1  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/03/2024 à 21:44
Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
Ce qui honnêtement est que dalle compte tenu de l'ampleur de la fraude et des lois américaines. Mais bon, c'est toujours mieux qu'Elizabeth Holmes.
Mouais... A mon avis, on a le temps de voir passer 25 ans de prison... Je doute que SBF n'ai pas le temps de réfléchir.
0  0