IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La conférence DevTernity sur la technologie s'effondre après que l'organisateur a admis avoir créé de fausses oratrices,
« générées automatiquement »

Le , par Bruno

280PARTAGES

4  0 
La conférence DevTernity, destinée aux développeurs de logiciels, s'effondre après que des allégations ont émergé, accusant l'organisateur, Eduards Sizovs, d'avoir créé de faux profils d'oratrices. Des allégations ont été soulevées par Gergely Orosz, dénonçant deux femmes, Anna Boyko et Alina Prokhoda, comme des créations fictives insérées dans la liste des intervenants pour donner l'illusion d'une plus grande diversité.

Certains orateurs ont confirmé l'annulation de l'événement après avoir été informés des faux profils, et des doutes ont été exprimés quant à la crédibilité des explications de Sizovs. Malgré les dénégations de Sizovs, le scandale a soulevé des questions sur la transparence et l'inclusivité dans les conférences technologiques. Certains intervenants ont également critiqué le manque de diversité dans le secteur technologique.


DevTernity, la plus grande conférence internationale sur le développement logiciel en Lettonie, se concentre sur l'architecture logicielle, les meilleures pratiques de développement et le leadership technique. Lancée en 2015 par les leaders d'une communauté lettone à but non lucratif axée sur le Software Craftsmanship, la conférence a connu une croissance constante, attirant jusqu'à 750 participants à son apogée.


En 2018, TechBeacon a salué DevTernity comme l'une des meilleures conférences de génie logiciel de cette année-là. Typiquement composée de 20 intervenants répartis sur trois pistes parallèles, la conférence offre par ailleurs une deuxième journée dédiée à des ateliers pratiques animés par des instructeurs. Les organisateurs ont établi un code de conduite, et l'anglais est la langue officielle de l'événement.

Toutes les présentations sont enregistrées et mises en ligne sur la chaîne YouTube officielle dans les deux semaines suivant la conférence, offrant ainsi un accès étendu au contenu de l'événement.

Citation Envoyé par Liz Fong-Jones, CTO à Honeycomb.io
D'accord, après une enquête approfondie, je tiens à souligner la gravité de cette situation. Normalement, je me contenterais du retrait des orateurs et des participants d'une conférence s'ils étaient trompés par la présence de fausses oratrices. Cependant, dans ce cas, la situation est bien plus préoccupante. Il semble qu'Eduards Sizovs ait géré des comptes de médias sociaux, notamment sur LinkedIn, en prétendant être une certaine Julia/Julija Kirsina, organisatrice de conférences à plein temps, « influenceuse technologique et artisane du logiciel ».

Le contenu qu'elle publie est identique à celui d'Eduards, à l'exception de l'ajout d'émojis "clin d'œil/bisou". Son historique de carrière sur Xing est entièrement inventé. Son profil sur lobste.rs a été banni pour avoir été le "sockpuppet" d'Eduards. L'historique de ses publications sur GitHub donne l'impression qu'elle est sortie de nulle part, dispensant sa sagesse en programmation sans montrer aucune courbe d'apprentissage. Elle a également donné des "critiques" des conférences et des podcasts/blogs mis en place par Eduards, sans divulguer le lien.

Si quelqu'un est malhonnête en ce qui concerne la diversité des conférences, il ne devrait plus jamais organiser de conférences à l'avenir. Si un individu est malhonnête au point d'essayer d'infiltrer les communautés de femmes dans la technologie et d'utiliser le trop méprisable de la "peau pour attirer l'attention", il devrait être complètement exclu de notre industrie. Ce type de comportement oblige chaque femme à prouver cent fois plus fort qu'elle n'est pas une imposteuse et qu'elle a atteint sa position grâce à un travail acharné, et non pas à des photos suggestives ou à du flirt.
L'annulation de la conférence sur le codage, initialement annoncée comme « complète » bien qu'étant en ligne et ne présentant aucune limite apparente en termes de capacité, a été déclenchée par des allégations selon lesquelles deux événements organisés par Eduards Sizovs, à savoir DevTernity et JDKon, auraient inclus de faux profils féminins parmi les intervenants. L'objectif aurait été de créer une impression de diversité accrue au sein des listes d'orateurs, une diversité qui ne correspondrait pas à la réalité. Eduards Sizovs rejette catégoriquement ces allégations, niant toute implication dans de telles actions répréhensibles.

L'organisateur de l'événement, Eduards Sizovs, a confirmé l'annulation de l'événement. « Il semble que quelqu'un ait voulu délibérément nuire à la conférence », a-t-il déclaré dans un communiqué envoyé par courriel. Sizvos avait précédemment déclaré dans un message sur X qu'il avait « généré automatiquement » un faux profil de femme après qu'une intervenante se soit désistée de la conférence, mais qu'il s'agissait d'un espace réservé et non d'une conférence plus diversifiée. Il a ensuite retiré le faux profil.

Le tollé a commencé après que les participants ont découvert de faux profils à la fin de la semaine dernière, lorsque Gergely Orosz, qui dirige une lettre d'information technologique populaire, a publié sur les médias sociaux qu'il avait identifié de faux profils de femmes sur la liste des orateurs de DevTernity et qu'il en avait informé les participants. Il a également affirmé avoir trouvé de faux profils de femmes sur les listes d'orateurs des événements précédents et futurs. Les femmes qui avaient précédemment abandonné la conférence ou refusé de s'exprimer n'ont pas non plus été retirées du site web de l'événement.

Cette affaire a touché une point sensible dans la communauté des développeurs, qui ont considéré cette pratique comme trompeuse et potentiellement mensongère, et comme un pas en arrière par rapport à leur objectif de diversité dans les événements technologiques dominés par les hommes.

L'un des intervenants présumés fictifs, Anna Boyko, prétendument ingénieure chez Coinbase et contributrice au noyau Ethereum, était initialement prévue pour participer à DevTernity le mois prochain, mais son nom a été retiré du site. Gergely Orosz a affirmé : « Elle n'existe pas », sauf en tant que conférencière inscrite à une importante conférence en ligne. Interrogé sur la véracité de ces informations, un porte-parole de Coinbase aurait déclaré : « Nous ne sommes pas au courant qu'un employé de Coinbase ait pris la parole lors de la conférence. »

Un autre profil suspect, Alina Prokhoda, se présentait comme une MVP de Microsoft et une ingénieure senior de WhatsApp. Bien qu'elle ait été initialement annoncée comme intervenante à la conférence JDKon, son nom a également été retiré de la page d'accueil de l'événement ces derniers jours. Meta n'a pas encore répondu à une demande de confirmation concernant l'emploi d'une personne de ce type chez WhatsApp, et aucune trace d'elle n'a été trouvée en ligne.

Les profils présumés fictifs ont été identifiés par Gergely Orosz, l'auteur de la newsletter The Pragmatic Engineer, qui a attiré l'attention sur la question dans une discussion sur le réseau social autrefois connu sous le nom de Twitter et actuellement désigné par X. Orosz a signalé que deux femmes mentionnées dans la liste des orateurs des conférences DevTernity et JDKon organisées par Sizovs étaient en réalité des créations fictives.

Interrogations sur l'éthique et la transparence dans les conférences technologiques

Près de la moitié des 23 orateurs encore répertoriés sur le site de l'événement s'étaient déjà désistés de la conférence avant son annulation. Cela inclut Kristine Howard d'Amazon Web Services, qui aurait été la seule femme à intervenir. Hanselman, un dirigeant de Microsoft, a partagé sur X qu'il suivait des règles strictes pour participer à des conférences, dont celle d'exiger une liste d'orateurs ouverte à tous. Il a également admis avoir été trompé par les faux orateurs.

Des représentants d'Atlassian Corp. et de Just Eat ''Takeaway.com'' NV ont également annulé leur participation. David Heinemeier Hansson, le créateur du framework d'application Ruby on Rails, a déclaré qu'il se retirait également de la conférence. « C'est une histoire étrange. En des décennies de participation à des conférences, je n'ai jamais vu quelque chose de similaire », a-t-il commenté, concluant par un double « Je me retire ».

L'affaire entourant l'effondrement de la conférence DevTernity est profondément préoccupante, mettant en lumière des pratiques douteuses alléguées de la part de l'organisateur, Eduards Sizovs. L'utilisation présumée de faux profils féminins, Anna Boyko et Alina Prokhoda, pour créer une illusion de diversité dans la liste des intervenants soulève des questions fondamentales sur l'éthique et la transparence dans le domaine des conférences technologiques.

Les allégations portées par Gergely Orosz et confirmées par certains orateurs participant à l'événement soulignent la nécessité de vigilance accrue dans la vérification des intervenants et de leurs antécédents. L'impact de cette affaire dépasse le simple effondrement de la conférence, remettant en question la crédibilité de l'organisateur et jetant une ombre sur la confiance des participants dans de tels événements.

[Tweet]<blockquote class="twitter-tweet"><p lang="en" dir="ltr">Imagine a tech conference having no CFP, as they reach out to speakers directly. They successfully attract some of the most heavy hitter men speakers in tech, and 3 women speakers.<br><br>Now imagine my surprise that 2 of those women are FAKE profiles.<br><br>They do not exist.<br><br>Nada.</p>&mdash; Gergely Orosz (@GergelyOrosz) <a href="https://twitter.com/GergelyOrosz/status/1728177708608450705?ref_src=twsrc%5Etfw">November 24, 2023</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>[/Tweet]

Les dénégations de Sizovs soulèvent des doutes quant à la transparence de sa gestion de l'événement. Le manque de diversité dans le secteur technologique, déjà une préoccupation majeure, est exacerbé par cette manipulation présumée, mettant en évidence la nécessité d'une réflexion profonde sur les moyens de promouvoir une véritable inclusion et diversité au sein de ces conférences.

En fin de compte, cette affaire devrait inciter les organisateurs de conférences technologiques à revoir leurs processus de vérification des intervenants, renforcer leur engagement envers la transparence, et prendre des mesures concrètes pour garantir une représentation authentique et équilibrée au sein de leurs événements. L'éthique et l'intégrité doivent être au cœur de l'organisation de ces conférences, et les leçons tirées de cet incident devraient servir de catalyseur pour des améliorations significatives dans l'avenir.

Sources : Devternity, Liz Fong-Jones's post

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Quels peuvent être les impacts potentiels de cette affaire sur l’industrie technologique ?

Voir aussi :

Une femme sur dix dans la cybersécurité : un biais « incroyable », selon l'Anssi

La reconnaissance des infox (fake news) est désormais une matière obligatoire dans les écoles californiennes, afin de lutter contre la déferlante de désinformation en ligne

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !