IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Neuralink d'Elon Musk va lancer des essais d'un implant cérébral pour les patients paralysés sur des cobayes humains
L'entreprise a reçu l'approbation pour commencer à les recruter

Le , par Stéphane le calme

184PARTAGES

4  0 
Neuralink, la start-up de puces cérébrales de l'entrepreneur milliardaire Elon Musk, a déclaré mardi avoir reçu l'approbation d'un comité d'examen indépendant pour commencer le recrutement pour le premier essai humain de son implant cérébral destiné aux patients paralysés. Les personnes souffrant de paralysie due à une lésion de la moelle épinière cervicale ou à une sclérose latérale amyotrophique pourraient être éligibles à l'étude, a-t-elle indiqué, mais n'a pas révélé combien de participants seraient inscrits à l'essai, qui durera environ six ans.

L'objectif de Neuralink, une entreprise fondée par Elon Musk en 2016, est de créer un appareil pouvant être implanté dans le cerveau et de l'utiliser pour contrôler un ordinateur avec une activité cérébrale. Selon Musk, ces implants pourraient avoir des applications médicales, comme aider les personnes souffrant de paralysie, de maladies neurodégénératives ou de troubles mentaux, mais aussi des applications plus futuristes, comme augmenter les capacités cognitives, sensorielles ou émotionnelles des humains.

Les implants de Neuralink sont constitués d’une puce électronique appelée “Link” qui est insérée dans le crâne et reliée à des électrodes implantées dans le cerveau. Ces électrodes enregistrent et stimulent l’activité neuronale et transmettent les données sans fil à une application qui les décode en actions ou en intentions. La puce mesure 23 mm de diamètre pour 8 mm d’épaisseur et peut être implantée facilement, en ne laissant qu’une petite cicatrice sous le cuir chevelu.

« Nous voulons surpasser les performances humaines des personnes valides grâce à notre technologie », a déclaré la société dans un message sur l'ancien Twitter datant d'avril.

Neuralink a déjà réalisé des expériences sur des animaux, notamment des singes et des cochons, qui ont montré qu’ils pouvaient contrôler mentalement un ordinateur ou un jeu vidéo grâce aux implants. En effet, en 2019, Musk a révélé que l'entreprise testait son appareil sur des singes. En 2020, des implants ont été posés sur des cochons. Et en 2021, Neuralink a publié une vidéo montrant un singe jouant au Pong avec son cerveau. Avec deux puces Neuralinks implantées dans la zone du cortex moteur de son cerveau, le singe était capable de jouer à Pong en utilisant exclusivement son cerveau.

Pager, un macaque de 9 ans, s'est fait implanter une puce cérébrale environ six semaines avant le tournage de la vidéo. Il est ensuite passé par un processus d’apprentissage qui consistait à jouer à des jeux vidéo à l'aide d'une manette en échange de purée de banane en guise de récompense. En parallèle, le dispositif Neuralink enregistrait des informations sur les neurones qui s'activaient, ce, pour s’en servir comme informations de prédiction des mouvements de la main. Après l'apprentissage avec succès des schémas, le joystick utilisé par Pager pour jouer a été déconnecté de l'ordinateur. Le singe semble continuer à jouer au jeu en utilisant uniquement son esprit.


Neuralink a reçu l'approbation pour commencer son premier essai clinique chez l’homme

En mai, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a donné son feu vert à son premier essai clinique sur l'homme, une étape critique après des difficultés antérieures à obtenir l'approbation.

Cette fois-ci, Neuralink a franchi un nouveau palier puisque la startup de neurotechnologie a reçu l’approbation d’un comité d’examen indépendant et d’un hôpital pour commencer son premier essai clinique chez l’homme de son implant cérébral, destiné à aider les patients paralysés. La société recrute maintenant des participants pour cette étude de six ans, qui se concentrera sur les personnes souffrant de paralysie due à une lésion de la moelle épinière cervicale ou à la sclérose latérale amyotrophique (SLA)

Citation Envoyé par Neuralink
Nous sommes heureux d'annoncer que nous avons reçu l'approbation du comité d'examen institutionnel indépendant et que notre premier site hospitalier a commencé le recrutement pour notre premier essai clinique chez l'homme. L'étude PRIME (abréviation de Precise Robotically Implanted Brain-Computer Interface) – un essai expérimental révolutionnaire sur un dispositif médical pour notre interface cerveau-ordinateur (BCI [ndlr. pour brain-computer interface]) entièrement implantable et sans fil – vise à évaluer la sécurité de notre implant (N1) et de notre robot chirurgical (R1) et évaluer la fonctionnalité initiale de notre BCI pour permettre aux personnes paralysées de contrôler des appareils externes avec leurs pensées.

Au cours de l’étude, le robot R1 sera utilisé pour placer chirurgicalement les fils ultra-fins et flexibles de l’implant N1 dans une région du cerveau qui contrôle l’intention de mouvement. Une fois en place, l’implant N1 est esthétiquement invisible et est destiné à enregistrer et transmettre sans fil les signaux cérébraux à une application qui décode l’intention de mouvement. L'objectif initial de notre BCI est de donner aux gens la possibilité de contrôler un curseur ou un clavier d'ordinateur en utilisant uniquement leurs pensées.
La société, qui avait auparavant espéré obtenir l'autorisation d'implanter son dispositif chez 10 patients, négociait un nombre inférieur de patients avec la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis après que l'agence ait soulevé des problèmes de sécurité, selon des employés actuels et anciens. On ne sait pas combien de patients la FDA a finalement approuvé.


Même si BCI s'avère sans danger pour une utilisation humaine, il faudrait potentiellement plus de 10 ans pour un usage commercial

Neuralink affirme que son implant cérébral est sûr et réversible, et qu’il n’affecte pas les fonctions cognitives ou émotionnelles des patients. La société dit également que son implant cérébral pourrait avoir des applications potentielles au-delà de la restauration du mouvement.

Musk a de grandes ambitions pour Neuralink, affirmant que cela faciliterait l'insertion chirurgicale rapide de ses puces pour traiter des maladies telles que l'obésité, l'autisme, la dépression et la schizophrénie. Il les voit même utilisés pour la navigation sur le Web et la télépathie. Un dirigeant de Neuralink a récemment donné des objectifs à court terme plus modestes, comme aider les patients paralysés à communiquer via un texte informatisé sans taper au clavier.

Même si l’appareil BCI s’avère sans danger pour une utilisation humaine, il faudrait potentiellement plus d’une décennie à la startup pour obtenir l’autorisation d’utilisation commerciale, selon les experts.

Les experts ont déclaré qu’il faudrait peut-être plusieurs années à Neuralink pour obtenir l’autorisation d’utilisation commerciale. Kip Ludwig, ancien directeur de programme d'ingénierie neuronale aux National Institutes of Health (NIH) des États-Unis, a déclaré qu'il s'attendait « avec optimisme » à ce que Neuralink prenne au moins 10 ans supplémentaires pour commercialiser son implant cérébral. L'entreprise est également confrontée à d'autres défis, notamment les enquêtes fédérales sur sa gestion de la recherche animale.

Le projet de Neuralink soulève également des questions connexes, telles que les risques de piratage, de manipulation ou de perte d’identité.

Neuralink vise à créer des interfaces cerveau-machine (ICM) pour connecter le cerveau humain à des ordinateurs ou à des intelligences artificielles. C’est un projet ambitieux et innovant, mais il n’est pas le seul dans ce domaine. Il existe d’autres entreprises qui font concurrence à Neuralink, soit en proposant des technologies similaires, soit en explorant d’autres approches pour interfacer le cerveau et la machine. Voici quelques exemples de ces concurrents :
  • Paradromics : C’est une entreprise implantée à Austin, au Texas, et a été fondée en 2015. Elle développe des ICM à base de micro-électrodes qui peuvent enregistrer et stimuler l’activité de milliers de neurones simultanément. Elle vise à créer des applications médicales pour traiter des maladies neurologiques comme la cécité, la surdité, la paralysie ou la dépression.
  • Science Corp : C’est une entreprise créée en 2020 par Max Hodak, l’un des cofondateurs de Neuralink qui a quitté l’entreprise en 2021. Elle se concentre sur la recherche fondamentale en neurosciences et en intelligence artificielle, sans révéler beaucoup de détails sur ses projets. Elle a levé 47 millions de dollars en 2021 pour financer ses activités. Pour être plus précis, Hodak a lancé Neuralink aux côtés d'Elon Musk en 2016. Mais en 2021, dans un contexte de controverse croissante et d'essais humains longtemps retardés, il a quitté l'entreprise (ne laissant que deux des huit cofondateurs d'origine) et a discrètement lancé Science Corp pour poursuivre un travail similaire mais distinct.
  • Synchron : C’est une entreprise basée en Australie et aux États-Unis, fondée en 2012. Elle propose une ICM non invasive, appelée Stentrode, qui consiste en un petit dispositif implanté dans une veine du cou, près du cerveau. Ce dispositif peut capter les signaux électriques du cerveau et les transmettre sans fil à un ordinateur ou à un smartphone. Il peut aussi recevoir des stimulations électriques pour moduler l’activité cérébrale. Synchron vise à utiliser sa technologie pour aider les personnes atteintes de paralysie, d’épilepsie, de Parkinson ou d’Alzheimer

Source : Neuralink

Et vous ?

Quels sont les avantages et les inconvénients de l’implant cérébral de Neuralink pour les patients paralysés ? Est-ce que cela vaut le risque de subir une intervention chirurgicale invasive ?
Quelles sont les implications de l’implant cérébral de Neuralink ? Comment garantir le respect de la vie privée, de l’autonomie et de l’identité des utilisateurs ? Qui devrait avoir le contrôle et la responsabilité de ces dispositifs et/ou des données récoltées ?
Quels sont les défis techniques et réglementaires auxquels Neuralink doit faire face pour développer et commercialiser son implant cérébral ? Comment se compare-t-il aux autres technologies similaires sur le marché ou en cours de développement ?
Quelles sont les applications potentielles de l’implant cérébral de Neuralink au-delà de la restauration du mouvement ? Quels sont les domaines médicaux, éducatifs, professionnels ou récréatifs qui pourraient bénéficier de cette technologie ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 12:27
Hâte d'avoir des pubs ou des échantillons de consommation directement dans la tête, des odeurs pour tester des produits du gout, pour ACHETER, VENDRE ALLEZ HOP HOP HOP.

Comme d'habitude, ça sera utilisé à 5% dans la recherche et le militaire, tout le reste ça sera pour la consommation, nous vendre des choses inutiles, on est dans le futur de robocop, pas dans celui d'avatar.
5  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 14:40
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Par exemple l'UE pourraient mettre les opposants politiques dans des camps d'extermination.
Pas besoin d'implants pour ça. Regarde du coté de Poutine, il y arrive très bien sans technologies futuristes.
5  1 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/11/2023 à 7:56
Citation Envoyé par ManPaq Voir le message
Au moins des patients humains devront être consentant pour l'usage de telles pratiques
Pas sur que l'on puisse qualifier de consentants les travailleurs de Tesla qui ont dormi dans leur usine pendant le covid. Sur que les Ouïgours et autres humains opprimés ne sont pas consentants de grand chose.
3  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 18:03
La Chine y arrive avec plusieurs moyens à la fois, mais le premier reste la surveillance de l'espace publique.
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/09/2023 à 12:47
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Quels sont les avantages et les inconvénients de l’implant cérébral de Neuralink pour les patients paralysés ? Est-ce que cela vaut le risque de subir une intervention chirurgicale invasive ?
Il y a des individus paralysés qui souhaiteraient se faire euthanasier.
Comme lui par exemple :
Italie : un homme paralysé autorisé à recourir au suicide assisté

Ou lui :
La mort d'un jeune homme paralysé relance la polémique sur le suicide assisté

Ça ne doit pas être très agréable d'être paralysé.
Du coup autant prendre le risque de se faire griller le cerveau, c'est gagnant-gagnant soit tu peux rebouger, soit tu meurs.
2  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 22/09/2023 à 11:25
J'ai toujours considéré Elon comme l'altruiste, que soeur Thérésa est une grosse égocentrique à côté de lui.

Plus sérieusement, je me demande si ce n'est pas lui le Spectre dans James Bond ?

On aurait inventé ce gars dans un film d'action, personne n'y aurait cru, tant il est caricatural ! Mais recentrons-nous sur l'essentiel, mieux vaut casser du sucre sur Apple, c'est plus tendance, comme l'était autrefois un certain Bil G.
3  1 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/11/2023 à 21:58
La question ne serait elle pas plutôt, qu'est ce que Musk n'est pas prêt à faire ( au détriment des autres) ?
Neuralink est prêt à faire ce qui est annoncé là depuis des années, s'il n'y avait pas des incroyables empêcheurs de tourner en rond pour s'alerter des conditions des cobayes animaux ça fait longtemps que Musk aurait déjà piqué un quelconque bonhomme dans le désespoir a qui il aurait promis n'importe quoi.

L'autre question, c'est une fois plus pourquoi ? Musk trouve ça fun (oui moi aussi), Musk trouve ça potentiellement lucratif (très certainement) mais qu'est ce que ça apporte à l'humanité et la société en général, rien. Est ce que ça fait ou peut faire du mal à l'humanité ou la société en général, oui. Donc ça ne devrait pas se faire. Mais tant que personne ne emperchera, Musk le fera.
2  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 02/01/2024 à 10:15
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Face à la concurrence, Neuralink accélère le pas et lève de nouveaux fonds. Des documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis montre que l'entreprise a levé récemment 43 millions de dollars.
Je trouve toujours intéressant qu'on vive dans un monde ou accélérer consiste, pour certains, à lever plus de fonds.
Selon certains rapports, les investissements publics, en particulier ceux de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) des États-Unis et de la Brain Initiative des National Institutes of Health, ont également contribué à faire avancer le domaine. Cette dernière aurait injecté plus de 3 milliards de dollars dans la recherche en neurosciences depuis son financement initial en 2014.
Une entreprise militaire qui finance la recherche dans les implants cérébraux, qu'est ce qui pourrait mal se passer?
Dans un premier temps, Precision [..] À terme, elle entend traiter une série de maladies neurologiques et neurodégénératives, dont l'anxiété, la dépression et la démence. La startup Motif Neurotech s'attaque aussi aux maladies mentales. Son appareil est conçu pour émettre des impulsions de stimulation électrique afin de rétablir une activité saine des circuits.
C'est le moment où les choses deviennent délicates et pourraient rappeler les tortures faites il y a quelques décennies pour les même raisons. L'endroit où la limite entre la recherche et la maltraitance devient floue.
Que pensez-vous de la popularité croissante des interfaces cerveau-ordinateur ?
Je penses que cette popularité est très localisée et tant mieux.
Cette technologie a un potentiel révolutionnaire pour certaines personnes handicapées.
Et que cette révolution devrait rester très limitée dans son application (ce qui ne sera pas le cas) pour éviter toute dérive éthique.
L'intérêt accru pour les interfaces cerveau-ordinateur va-t-il conduire à leur démocratisation ?
Pas de mon vivant en tout cas. Matrix n'est pas pour demain.
Que pensez-vous des nombreuses préoccupations que posent les interfaces cerveau-ordinateur ?
Autant je crois assez peu aux craintes de lecture/écriture des pensées (j'aime pas untel, je crois en ci pas en ça etc), autant je penses qu'il y a un vrai risque dans la dépendance à l'entreprise qui implante et donc dans son pouvoir sur la vie de l'implanté.
Ces technologies sont-elles suffisamment matures pour être implantées dans le cerveau humain ?
Je ne suis pas qualifié pour y répondre mais les exemples suggèrent que certaines personnes bénéficient des implants.
Que pensez-vous du scandale entourant les tests réalisés par Neuralink sur les animaux ?
J'en ai parlé assez longuement plus haut (ou dans une autre discussion), la logique d'ingénierie de Musk est incompatible avec la recherche ce qui mène à des situation scandaleuses et dramatiques, c'est pourquoi je craint que la vie des personnes implantées par Neuralink ne devienne pas si rose. Je penses que la priorité ne sera pas les personnes mais l'avancée scientifique ce qui amène des risques médicaux et d'asservissement non négligeables.
2  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 8:46
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Elon Musk est l’un des entrepreneurs [...] qui pensent que les avancées actuelles en matière d’intelligence artificielle laissent présager d’un futur où les robots domineront sur l’humanité. C’est la raison pour laquelle il travaille depuis quelques années sur une interface cerveau-ordinateur.
Et le développement de sa propre IA
Qu’en pensez-vous ?
Il y a un monde entre le projet de Neuralink et celui de Epicenter mais je n'ai envie de ne suivre ni l'in ni l'autre.
Celui d'Epicenter est juste inutile pour moi, en plus de venir avec une montagne de risques.
Celui de Neuralink me semble plus défendable, comment s'opposer à un moyen de faciliter la vie des handicapés s'ils le veulent? Mais l'éthique de Musk me fait craindre pour ceux qui se feront implanté. Et je ne parle même pas du projet long terme.
Quels dangers (induits par l’adoption massive de ces implants) entrevoyez-vous sur le long terme ?
Pour moi le plus gros risque de l'adoption massive d'une chose est qu'à la fin on a plus le choix que de l'adopter.
A un moment l'usage devient tellement populaire que les anciens moyens disparaissent. Aujourd'hui ça pose problème pour certaines personnes qui ont moins accès aux services publics (dans certaines "grandes" mairies ont est obligé d'initier un dossier sur internet pour un renouvèlement de carte d'identité ou de passeport).
Ca sera quoi quand les serrures physiques n'existeront plus et qu'il sera quasi impossible de vivre sans l'un ou l'autre implant?
Par exemple l'UE pourraient mettre les opposants politiques dans des camps d'extermination.
Pourquoi se focaliser sur l'UE, la possibilité intéresserait un paquet de monde, à commencer par ceux qui n'ont pas attendu les implants pour le faire. Et j'ai envie d'ajouter Gaza à la liste initiée par mes prédécesseurs.
Pour moi le risque n'est pas tant les camps que l'identification et la localisation facilitée.

L'adoption massive serait d'autant plus dangereuse pour les résistants qui refusent les implants.
Rappelons qu'à la fin des manifestations contre la réforme des retraites, le simple fait de venir sans son téléphone faisait de toi une personne suspecte voir était une preuve de culpabilité - de quoi?
3  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/02/2024 à 7:36
Citation Envoyé par smobydick Voir le message
Je suis presque sûr que les personnes opposées sont celles qui sont valides.
Ce n'est pas si sûr que ça, une collègue mal entendante a eu un implant cochléaire qu'elle a fait retirer assez vite. Elle supportait très mal tous les bruits ambiants.
Mais pour être honnête je trouverais rassurant que les 2% qui le ferait sans hésiter ont tous un handicap lourd. Mais je ne doute pas qu'il y a dans le lots quelques fans de technologie qui veulent toujours être à la pointe de la technologie.
2  0