IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Quittez les plateformes de cryptomonnaies dès maintenant », prévient un ancien procureur de la SEC des États-Unis,
Qui estime que les cryptomonnaies sont très risquées, périlleuses et dangereuses

Le , par Bill Fassinou

253PARTAGES

7  0 
John Reed Stark, l'ancien chef de la division de l'application des lois de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, a récemment publié sur Twitter un avertissement destiné aux acteurs du secteur des cryptomonnaies. Il a tout bonnement conseillé à ces derniers d'abandonner les plateformes de cryptomonnaies dès maintenant. Il a mis l'accent sur les récents procès intentés contre Binance Holdings Ltd et Coinbase, les citant comme des raisons essentielles de son inquiétude. Soulignant la nature à haut risque de ces plateformes, il accuse les cryptomonnaies de n'avoir pas tenu leurs promesses, notamment celle d'accroître l'inclusion financière.

Dans un très long message sur Twitter au début du mois, John Reed Stark, ancien fonctionnaire de la SEC des États-Unis, a fait part de sa révolte contre l'ensemble du secteur des cryptomonnaies. Stark a affirmé que la SEC avait raison dans ses efforts pour faire appliquer les lois en matière d'économie et de finance sur ce marché. Selon lui, ces plateformes opèrent sans être dûment enregistrées auprès de la SEC, ce qui les prive de supervision opérationnelle et de protection des clients. Il a souligné que l'absence de surveillance réglementaire se traduit par des lacunes importantes en matière de protection des clients et de tenue de registres.

Stark a également souligné que les plateformes ne respectaient pas les réglementations américaines relatives à la manipulation des marchés, aux délits d'initiés et aux opérations contre les clients. En conséquence, il a relevé l'absence d'exigences en matière de prix ou de flux d'ordres sur ces plateformes. En outre, il a fait remarquer que les bourses de cryptomonnaies n'ont aucune obligation d'adhérer aux normes de cybersécurité ou de protection de la vie privée, qu'elles n'ont pas d'exigences internes en matière de conformité et qu'elles ignorent la nécessité de traiter les plaintes des clients. D'après Stark, les gens devraient tout simplement s'en éloigner.


Il a noté l'absence de normes financières minimales pour le fonctionnement, dressant un tableau sombre de l'état actuel de ces plateformes. « Quittez les plateformes de cryptomonnaies maintenant, je ne peux pas le dire plus simplement. Ayant travaillé comme avocat dans la division d'application de la loi de la SEC pendant près de 20 ans (dont 11 ans comme le chef du bureau de l'application de la loi sur Internet de la SEC), je crois que nous savons maintenant avec certitude que les plateformes d'échange de cryptomonnaies sont soumises à un siège réglementaire/d'application de la loi aux États-Unis qui ne fait que commencer », a-t-il prévenu sur Twitter.

Il a ajouté : « à mon avis, la SEC a raison dans ses efforts d'application de la loi en matière de cryptomonnaie. Peu importe ce que promettent les aboyeurs de carnaval, il est évident que les plateformes d'échange de cryptomonnaie sont à haut risque, périlleuses et intrinsèquement dangereuses. L'enregistrement auprès de la SEC établit des exigences essentielles qui protègent les investisseurs contre les risques individuels et les marchés de capitaux contre les risques systémiques mondiaux. Ces exigences font également des marchés américains l'un des marchés les plus sûrs, les plus robustes, les plus dynamiques et les plus désirables au monde ».

L'une des plus grandes critiques de la cryptomonnaie est qu'elle n'a pas tenu ses promesses d'accroître l'inclusivité financière, en particulier parmi les groupes qui ont historiquement eu un accès limité aux services financiers traditionnels. Stark, qui est maintenant président de John Reed Stark Consulting LLC, fait ce point, et accuse en outre l'ensemble de l'industrie de la cryptomonnaie d'orchestrer un effort malveillant pour capturer ces groupes mécontents et extraire des frais de personnes qui ne savent pas mieux. Mais en dénonçant l'état actuel de l'industrie des cryptomonnaies, Stark s'est attiré les foudres des défenseurs de ces actifs numériques.

Tout d'abord, le milliardaire et homme d'affaires américain Mark Cuban a accusé le président de la SEC, Gary Gensler, de diaboliser les cryptomonnaies et de soutenir une stratégie de "régulation par le contentieux" qui entrave le développement des entreprises de cryptomonnaies. Selon Cuban, de nombreuses entreprises de cryptomonnaies sont de taille modeste et ne devraient donc pas être soumises à des obligations légales onéreuses. Mais Stark a suggéré que les entreprises liées aux cryptomonnaies soient traitées comme de grandes sociétés. La meilleure façon de réglementer les cryptomonnaies a fait l'objet d'un débat plus approfondi.

Stark s'est opposé à ce que les cryptomonnaies soient traitées comme des actions, tandis que Cuban a plaidé pour que la SEC édicte des règles plus précises. Malgré leurs désaccords, toutes les parties se sont accordées sur le fait qu'une part importante des entreprises et des jetons liés à la blockchain échoueraient, à l'image de la dynamique des premières entreprises Internet. Cuban, qui est considéré comme l'inventeur de l'expression "Crypto Derangement Syndrome", a appelé à ne pas éprouver une aversion déraisonnable pour la technologie tout en exprimant un soutien sans faille à l'impact économique potentiel des cryptomonnaies.

Le secteur des cryptomonnaies attend avec impatience de nouveaux développements dans le domaine de la réglementation alors que le débat fait rage, espérant une stratégie équitable qui encourage l'innovation tout en garantissant la protection des investisseurs. Cuban a continué à vanter la valeur des contrats intelligents et a appelé la SEC à encourager davantage les startups tout en maintenant sa responsabilité de protéger les investisseurs en établissant des parallèles entre les débuts d'Internet et les cryptomonnaies. Il a affirmé que la position de la SEC sur les cryptomonnaies était moins claire que celle d'autres secteurs de l'économie.

Il faut cependant noter que la prudence de Stark est conforme à l'inquiétude croissante des investisseurs concernant les ambiguïtés réglementaires entourant les plateformes de cryptomonnaies. De nombreuses personnes recherchent des solutions alternatives décentralisées en raison d'un mélange de surveillance juridique, de mesures de sécurité insuffisantes et d'une absence de pratiques de conformité. L'avertissement lancé par Stark est arrivé à un moment où les volumes d'échanges sur les bourses centralisées (centralized exchanges - CEX) ont commencé à diminuer. Le volume mensuel des échanges centralisés aurait baissé de 23,2 % par rapport à avril.

Selon les experts, il a atteint son niveau le plus bas depuis novembre 2020. Même avant les dernières mesures juridiques prises par la SEC, le volume des transactions sur les bourses centralisées aurait fortement chuté en mai, alors qu'il a augmenté sur les bourses décentralisées (DEX) au cours de la même période. L'industrie des cryptomonnaies travaille en dehors des contraintes imposées par ce que les marchés financiers aux États-Unis ont généralement été obligés de respecter. Ceci est en accord avec Stark, qui soutient que si la catégorie d'actifs souhaite se développer et être largement reconnue, elle doit d'abord se conformer aux réglementations.

Et ce, malgré les critiques soulevées par de nombreux acteurs du secteur des cryptomonnaies. L'un des derniers points soulevés par l'ancien fonctionnaire de la SEC est bien connu : les cryptomonnaies offrent aux criminels la meilleure chance de voler d'autres personnes et de s'enfuir avec leurs gains mal acquis. Mais les critiques affirment que cela ne reflète pas exactement les faits. Selon eux, on ne peut pas comparer la prévalence de l'activité financière illicite dans les cryptomonnaies et dans le système financier traditionnel, car il est pratiquement impossible d'estimer le niveau de l'activité illicite dans les finances traditionnelles comparativement opaques.

« Contrairement à la réputation de refuge confortable des cybercriminels dont jouit la cryptomonnaie, le ministère américain de la Justice (DOJ) est devenu très habile à perturber ce type d'activité illicite en raison des attributs uniques de la blockchain. L'activité illicite, exprimée en pourcentage de toutes les transactions ayant eu lieu sur le marché des cryptomonnaies, a atteint son niveau le plus bas en 2022 », affirment les critiques. Cependant, il est difficile d'oublier que 2022 a été l'une des années les plus chaotiques pour le secteur des actifs numériques. Le marché s'est littéralement effondré, emportant plus de 2 000 milliards de dollars d'investissements.

Ajouté à cela, l'effondrement spectaculaire de FTX en novembre a laissé des milliers d'investisseurs lésés. Selon les enquêtes, FTX doit à ses principaux créanciers près de 3,1 milliards de dollars. La faillite de FTX a eu des conséquences massives dans l'industrie des cryptomonnaies. Les procureurs américains ont accusé le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, de plusieurs crimes financiers, notamment de fraude électronique et de blanchiment d'argent. Selon une plainte de la SEC, Bankman-Fried a orchestré des années de fraude en détournant les fonds des investisseurs vers son fonds spéculatif privé connu sous le nom d'Alameda Research.

Source : John Reed Stark

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la mise en garde de John Reed Stark ?
A-t-il raison de demander d'abandonner les plateformes de cryptomonnaies ?
Que pensez-vous des cryptomonnaies ? Pensez-vous qu'il faut continuer à y investir ?

Voir aussi

Après l'effondrement du marché des NFT, krach historique des cryptomonnaies, le jeton natif de la plateforme FTX plonge de 80 % et entraîne l'ensemble du marché dans sa chute

FTX : des règles plus strictes pour les cryptomonnaies après l'effondrement, pour éviter de faire faillite, selon la Banque d'Angleterre

«L'écosystème de crypto est un ponzi géant et finira par imploser». Frances Coppola, issue de l'industrie bancaire, donne son point de vue après le scandale qui a éclaboussé la plateforme crypto FTX

Les compères de Sam Bankman-Fried plaident coupable dans l'affaire de fraude FTX. Gary Wang, co-fondateur FTX, et Caroline Ellison, ancienne PDG d'Alameda, risquent jusqu'à 50 et 110 ans de prison

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Heydrickx
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 12/10/2023 à 14:21
Sam Bankman-Fried, dirigeant en disgrâce dans le secteur des cryptomonnaies, pensait qu'il y avait "5 % de chances qu'il devienne président"
Non mais 5% c'est bien...
Moi sur une échelle de 13 à 46; de 13 à 27 je reste un mandaï qui tape du code, de 27 à 45, je me fait virer pour incompétence, et seulement à 46 je deviens chef de la boîte.

5  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 11/10/2023 à 17:55
Ellison a déclaré qu'Alameda avait finalement dérobé environ 14 milliards de dollars aux clients de FTX.
Le moins que l'on puisse dire est qu'ils avaient de gros besoin
5  1 
Avatar de Gluups
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 1:28
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Le directeur général du fonds spéculatif de cryptomonnaies Hyperverse, qui s'est effondré, ne semble pas exister
l'escroquerie aurait coûté plus de 1,3 milliard de dollars aux investisseurs

La société australienne de cryptomonnaies Hyperverse s'est effondrée il y a environ deux ans emportant dans sa chute plus de 1,3 milliard de dollars appartenant aux investisseurs. Mais la chose la plus troublante dans l'histoire, c'est qu'une enquête a révélé que le directeur général de l'entreprise n'existe peut-être pas. L'enquête rapporte que les qualifications du mystérieux directeur général de Hyperverse, un certain Steven Reece Lewis, semblent toutes avoir été falsifiées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans l'entreprise. Son profil indique qu'il a travaillé chez Adobe et Goldman Sachs, mais ces entreprises n'ont aucune trace de lui.
Voilà le genre de chose qu'il est intéressant de vérifier avant de donner des sous, plutôt qu'après les avoir perdus.

Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Plus précisément, il s'agit d'un personnage fictif et ses qualifications ont toutes été inventées dans le but d'inciter les investisseurs à injecter de l'argent dans le projet HyperVerse. Cependant, lors du lancement d'HyperVerse entre fin 2021 et début 2022, une personne a bel et bien été payée pour jouer le rôle de Steven Reece Lewis : il s'agit de l'Anglais Stephen Harrison vivant en Thaïlande. Resté muet depuis l'effondrement d'HyperVerse, Stephen Harrison est récemment sorti de son silence et a déclaré qu'il a été payé pour jouer le rôle, recevant 180 000 bahts thaïlandais (environ 4 665 euros) sur neuf mois et un costume gratuit en guise de paiement.
Oh, mais alors si il a reçu un costume, tout va bien !
3  0 
Avatar de mith06
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/06/2023 à 8:23
Faites ce qu'ils font pas ce qu'ils disent.
2  0 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/10/2023 à 10:28
Ohoh, donc ce ne sont désormais plus des allégations contre lui mais bien des témoignages accablants.

Ce qui voudrait dire que M. Bankman-Fried (J'adore ce nom, parfois le hasard fait extrêmement bien les choses), a non seulement allègrement menti, mais deux de ses complices se sont retournés contre lui désormais en plaidant coupable de leur complicité dans cette escroquerie.

Va-t-il de nouveau jouer la carte de l'anti-sémitisme?
2  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 10:22
Citation Envoyé par Gluups Voir le message
Oh, mais alors si il a reçu un costume, tout va bien !
Fillion est bien d'accord avec toi !
2  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/01/2024 à 13:11
Ce qui serait un peu gros, ce serait de le prendre comme seul coupable.

C'est un montage très classique. Certaines citées état en Asie pour ne pas les nommer sont spécialisées dans l'hébergement de ce genre de fraudes financières. C'est des montages avec des dizaines de sociétés écran imbriquées qui ont 0 fonds propres. S'il y a une enquête, les autorités locales traînent des pieds pendant des années pour donner le nom du propriétaire de la société écran (mais pour les dizaines d'autres il faut ouvrir une autre procédure à chaque fois). Le "propriétaire" de la société, c'est toujours un pauvre type auquel on a donné 3 sous pour qu'il mette son nom sans comprendre ce qu'il signe.
Quand on veut tracer l'argent, il ne fait que transiter d'une société écran à l'autre.

Ce type, c'est juste un comédien en effet, parmi d'autres prête-nom qui ont été recrutés.

Donc, les investisseurs de 1er ordre qui choisissent ce genre de sociétés, il savent (ou devraient) savoir dans quoi ils mettent la main. Ensuite, ce sont eux qui trouvent des client pigeons pour leur faire confiance.

Et mon agent m'a dit : "beaucoup de personnes font cela dans le métier. C'est tout à fait normal"
c'est sans doute la seule chose vraie que son agent lui a révélée.
2  0 
Avatar de ReneD
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 30/08/2023 à 12:23
De la corruption, les républiques bananières sont très répandues sur Terre, Les USA de même que la France en sont un bel exemple !
1  0 
Avatar de mith06
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/10/2023 à 10:58
Belle analyse!

Maintenant j'aimerais bien voir la ligne de code qui a permit de saisir tout ce qui était au dessus de 100000€ dans les comptes des banques Chypriotes en 2013.
https://thedocs.worldbank.org/en/doc...-of-Cyprus.pdf slide 7.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 28/10/2023 à 19:52
Bankman-Fried dit n'avoir pas lu entièrement les conditions d'utilisation de FTX
1  0