Un meilleur job mieux payé ?

Deviens chef de projet, développeur, ingénieur, informaticien

Mets à jour ton profil pro

ça m'intéresse

Les États-Unis veulent durcir la législation anti-streaming
Diffuser une vidéo protégée pourrait devenir passible de prison

Le , par grafikm_fr, Expert confirmé
Diffuser une vidéo protégée sur une plate-forme de streaming pourrait devenir passible de prison

Pendant que la loi HADOPI est implémentée en France avec ses notions de riposte graduée et de coupure de connexion Internet en cas de partage sur le réseau P2P, le congrès américain se penche sur un texte de loi proposant une approche bien plus radicale pour renforcer le droit d'auteur.

La proposition de loi répondant au nom de "Bill S.978" propose en effet de sanctionner lourdement presque toute diffusion de contenu protégé par le droit d'auteur via une plate-forme de streaming telle que YouTube.

Ainsi, toute vidéo affichée au public (i.e. visualisée) plus de 10 fois en l'espace de 180 jours ou que le manque à gagner (pour le détenteur du droit d'auteur de la vidéo) causé par l'affichage de cette dernière dépasse 2,500$, il s'agira d'un crime grave (felony en droit anglo-saxon) et pourra être puni d'une peine de prison allant jusqu'à 5 ans.

Bien évidemment, la communauté Internet a immédiatement cherché à savoir qui "tirait les ficelles" pour faire passer ce projet de loi au Congrès, le lobbying étant de mise aux États-Unis encore plus qu’ailleurs. D'après le site MapLight.org (dont les données sont bien sûr à prendre avec réserve), les organisations regroupant les ayant-droit (comme la Motion Picture Association of America ou la the Recording Industry Association of America) auraient versé pas moins de 85 millions de dollars à des membres du congrès afin de favoriser l'adoption du texte.

Comme le suggère un commentateur, ce serait là la principale raison pour laquelle ce projet de loi serait en train d'être discuté, alors que des sujets bien plus importants (comme le relèvement du plafond de la dette du pays) doivent être examinés.

A l'heure actuelle, le texte de loi n'est pas encore adopté par le Congrès, mais suscite déjà bien des interrogations.

Sources: Texte de la proposition , commentaire sur OpenCongress, Liste des entités supportant le projet de loi

Qu'en pensez-vous?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Firwen Firwen - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 25/06/2011 à 9:47
Je n'ai pas l'impression que ce soit très différent pour les jeux vidéo, mais peut être que je tombe toujours sur les 10%.

Je crois que la principale raison pour laquelle il n'y a pas vraiment de marché de l'occasion, c'est parce que les logiciels, à la différence des livres, se démodent très vite. Il n'y a pas beacoup de demande pour un jeu d'il y a trois ans (et quand il y en a un, l'éditeur sort une version collector qui se vent très bien...), ni pour la version N-3 du logiciel de dessin à la mode.

La majorité des jeux consoles nouvelle génération ( tout ceux ayant un mode multi) s'enregistre sur le compte online de la personne qui les achète, de même avec les jeux Steam, ou les jeux massivement multi-joueurs ( WoW, Rift & co).

Une fois enregistré, il est techniquement impossible ( sauf à quelques exception) de les dés-enregistrer et donc de les mettre sur le marché de l'occasion.
Dans le cas de WoW par exemple, même une revente de son compte personnel est formellement interdite par les conditions d'utilisation Blizzard ( ce qui n'empeche pas certains de le faire)
Avatar de - https://www.developpez.com
le 25/06/2011 à 10:01
Citation Envoyé par Firwen  Voir le message
La majorité des jeux consoles nouvelle génération ( tout ceux ayant un mode multi) s'enregistre sur le compte online de la personne qui les achète, de même avec les jeux Steam, ou les jeux massivement multi-joueurs ( WoW, Rift & co).

Est ce que ca ne tient pas au fait que ce que tu achètes c'est un service, et pas un produit, dans ce cas? En gros, chez WoW, tu achètes l'accès au "monde virtuel", et on te donne le logiciel pour y aller.

C'est un peu comme ton abonnement internet, si tu veux, tu achètes l'accès chez un FAI, et on te fournit la box en échange, ou la téléphonie, où les téléphones vont avec les abonnements. Il n'y a pas vraiment de place pour un marché de l'occasion (comme il n'y a pas de marché d'occasion pour ton contrat d'assurance, ou ton abonnement à un journal).

Pour Steam, j'ai l'impression que c'est exactement le principe de ce mode de distribution. En gros, tu as des prix si tu reviens souvent (je ne sais pas s'ils le font réellement, mais c'est l'esprit), c'est comme une carte de fidélité, c'est incessible.

Je crois que c'est une tendance d'une partie du marché (toute la partie grand public jeune, ou le piratage est endémique): au lieu de vendre des logiciels que les gens piratent, on essaie de leur vendre des abonnements à des "services". Ca a deux avantages: ca réduit la fraude, et ca remplace une licence "one shot" par un abonnement.

Francois
Avatar de Firwen Firwen - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 25/06/2011 à 10:35
Est ce que ca ne tient pas au fait que ce que tu achètes c'est un service, et pas un produit, dans ce cas? En gros, chez WoW, tu achètes l'accès au "monde virtuel", et on te donne le logiciel pour y aller.

C'est un peu comme ton abonnement internet, si tu veux, tu achètes l'accès chez un FAI, et on te fournit la box en échange, ou la téléphonie, où les téléphones vont avec les abonnements. Il n'y a pas vraiment de place pour un marché de l'occasion (comme il n'y a pas de marché d'occasion pour ton contrat d'assurance, ou ton abonnement à un journal).

Pour Steam, j'ai l'impression que c'est exactement le principe de ce mode de distribution. En gros, tu as des prix si tu reviens souvent (je ne sais pas s'ils le font réellement, mais c'est l'esprit), c'est comme une carte de fidélité, c'est incessible.

Je crois que c'est une tendance d'une partie du marché (toute la partie grand public jeune, ou le piratage est endémique): au lieu de vendre des logiciels que les gens piratent, on essaie de leur vendre des abonnements à des "services". Ca a deux avantages: ca réduit la fraude, et ca remplace une licence "one shot" par un abonnement.

C'est tout à fait ça
Le but de ma remarque était de pointer du doigt que Logiciel, dvd, CD audio et Livres ne sont pas tout à fait similaire.
Leur mode de distribution et leur intégration dans le monde numérique ne se sont pas fait, et ne se feront pas de la même manière.
Avatar de Elepole Elepole - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 25/06/2011 à 18:49
Enfin, ce que je vois c'est que:

1- les vidéo sur youtube c'est pas du piratage (c'est même pas possible de poster plus de 10 minutes de vidéo sur un compte normal, donc pas vraiment possible de poster des films ou séries sur youtube)

2- Ils vont se supprimer une tonne de pub faite gratuitement par les fans (je ne compte plus le nombre de musique ou d'anime que j'ai connue grâce aux AMV )

Donc, ils vont perdre de l'argent.
Avatar de Loceka Loceka - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 27/06/2011 à 8:56
Citation Envoyé par Elepole  Voir le message
Donc, ils vont perdre de l'argent.

Comme quoi notre bon vieux Georges avait raison...

« Qu'on ait vingt ans, qu'on soit grand père... »

© 1961 Georges Brassens
Avatar de Hellwing Hellwing - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 27/06/2011 à 10:01
Citation Envoyé par fcharton  Voir le message
Je crois que la principale raison pour laquelle il n'y a pas vraiment de marché de l'occasion, c'est parce que les logiciels, à la différence des livres, se démodent très vite. Il n'y a pas beacoup de demande pour un jeu d'il y a trois ans (et quand il y en a un, l'éditeur sort une version collector qui se vent très bien...), ni pour la version N-3 du logiciel de dessin à la mode.

Au contraire, de plus en plus de gamers adultes se retournent vers l'émulation et les jeux old school car de leur point de vue les jeux récents n'apportent plus rien de neuf et les rares jeux vidéos avec une histoire se résument à des films interactifs.

Mais manque de bol, les vieux jeux sont introuvables et la plupart des jeux relativement récents mais démodés sont la plupart du temps associés à un compte nominatifs.

Faut pas se leurrer, l'occasion du jeu vidéo se meurt depuis quelques années déjà à cause des protections surévaluées.
Avatar de el_slapper el_slapper - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 27/06/2011 à 10:19
Et des sites comme gog permettent de trouver, légalement et à bas prix, des hordes de vieux jeu au gameplay novateur. Ahhhh, master of orion 2, Jagged Alliance 2, Master of magic .
Avatar de Tom487 Tom487 - Membre actif https://www.developpez.com
le 27/06/2011 à 10:50
Merci pour ce super site qu'est gog !
Avatar de ManusDei ManusDei - Membre expert https://www.developpez.com
le 27/06/2011 à 11:01
Dans le même style que gog, il y a Impulse (leurs catalogues sont pas tout à fait les mêmes).
Avatar de - https://www.developpez.com
le 27/06/2011 à 13:06
Citation Envoyé par Hellwing  Voir le message
Au contraire, de plus en plus de gamers adultes se retournent vers l'émulation et les jeux old school car de leur point de vue les jeux récents n'apportent plus rien de neuf et les rares jeux vidéos avec une histoire se résument à des films interactifs.

Ben oui, ils vieillissent. "Moi, de mon temps, on savait s'amuser, maintenant, leurs jeux..." La génération d'avant eux a fait exactement pareil, la précédente aussi, et je parie que la suivante également. (Et c'est vrai aussi de la musique: quand il y a une soirée dans ton immeuble, tu peux deviner presque à l'année près l'âge de tes voisins, à la musique qu'ils mettent quand l'ambiance monte...)

Mais sérieusement, j'aimerais bien savoir la proportion que cela représente de tous les jeux joués... un pour cent? un pour mille? un pour dix mille?

Et puis, dans quelle mesure ces jeux sont achetés d'occasion? J'ai l'impression que ces "jeux cultes" font l'objet de rééditions, ou sont développés par des éditeurs qui les maintiennent sur le long terme (il y en a davantage qu'on croit).

Enfin, si ce "rétrogaming" créait un marché de l'occasion, ca resterait un marché de niche. Il n'y a pas réellement de marché de masse pour les jeux d'occasion. La situation n'est pas très différente de celle des livres, en fait: la plupart des livres achetés le sont neufs, même s'il y a un petit marché de l'occasion, et un marché du livre de collection. Et ca ne tient pas à l'existence d'un système de protection.

Francois
Avatar de benzoben benzoben - Membre actif https://www.developpez.com
le 27/06/2011 à 13:59
On parle de différentes choses ici. Il y a le marché de l'occasion qui ne concerne que les vendeurs (=les consommateurs) et ceux qui vivent dessus (les magasins d'occasion, les petites annonces, sites d'enchère). Les éditeurs ne profitent pas de ce marché.
Il y a les jeux à bas prix ou les rééditions qui sont là pour écouler les stocks. Là c'est les éditeurs qui en profitent. Mais cela ne concerne souvent que des jeux récents ou bien des opportunités (ex : starcraft)
Et puis y a l'abandonware. Des jeux tellement vieux qui ne tournent normalement plus sur des machines récentes. Les éditeurs ont fermés les yeux pendants longtemps car cela ne concernaient que peu de gens et peu de jeux. Mais de plus en plus, sur ces sites, on retrouve un peu de tout et pas que des vieux jeux. Et là, y a des sites comme Gog qui essaient de récupérer du business suite à l'engouement que ça génère. Mais la limite est ténue entre piratage et abandonware.
Offres d'emploi IT
Ingénieur analyste programmeur (H/F)
Safran - Auvergne - Montluçon (03100)
Spécialiste systèmes informatiques qualité et référent procédure H/F
Safran - Ile de France - Colombes (92700)
Expert décisionnel business intelligence H/F
Safran - Ile de France - Évry (91090)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil