IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les avocats de Twitter admettent qu'ils sont débordés alors que près de 2000 employés licenciés déposent des demandes d'arbitrage
Un mécanisme qui se retourne contre l'entreprise

Le , par Stéphane le calme

135PARTAGES

6  0 
Twitter est confronté à un défi juridique sans précédent de la part de près de 2000 anciens employés qui ont déposé des demandes d’arbitrage après avoir été licenciés en mai 2023. Les avocats de Twitter ont admis qu’ils étaient débordés par le nombre de plaintes et qu’ils avaient demandé plus de temps pour y répondre.

Les anciens employés accusent Twitter de les avoir licenciés sans motif valable, sans préavis ni indemnité, et de les avoir privés de leurs droits à l’actionnariat et aux avantages sociaux. Ils affirment également que Twitter a violé la loi fédérale sur les notifications de licenciement collectif (WARN Act), qui oblige les employeurs à informer les travailleurs et les autorités locales au moins 60 jours avant un licenciement massif.

Twitter a justifié les licenciements par la nécessité de réduire ses coûts et de se restructurer face à la concurrence croissante des autres plateformes sociales. Le propriétaire de Twitter, Elon Musk, a également invoqué la baisse du nombre d’utilisateurs actifs mensuels de Twitter, qui est passé de 330 millions en 2020 à 280 millions en 2023, selon les données de Statista.

Les demandes d’arbitrage sont une forme alternative de résolution des conflits qui évite les tribunaux et se déroule devant un arbitre neutre. Les employés de Twitter ont signé des clauses d’arbitrage obligatoire lors de leur embauche, ce qui signifie qu’ils ont renoncé à leur droit d’intenter une action collective en justice contre l’entreprise.

Toutefois, les clauses d’arbitrage peuvent se retourner contre les employeurs lorsque le nombre de plaintes individuelles est élevé, car cela implique des frais et des ressources importants pour les traiter. Selon les médias, Twitter doit payer environ 2000 dollars par plainte pour couvrir les frais d’arbitrage, soit un total de 4 millions de dollars.

Les avocats des anciens employés ont déclaré qu’ils espéraient obtenir une compensation financière et morale pour leurs clients, ainsi qu’une réintégration pour ceux qui le souhaitent. Ils ont également critiqué l’attitude de Twitter, qu’ils ont qualifiée « d’arrogante » et de « méprisante » envers ses anciens salariés.

Twitter n’a pas encore réagi publiquement à l’affaire, mais a demandé à l’organisme chargé de l’arbitrage, l’American Arbitration Association, de lui accorder un délai supplémentaire pour examiner les plaintes et nommer des arbitres. Twitter aurait également tenté de négocier avec certains anciens employés pour qu’ils retirent leurs demandes d’arbitrage en échange d’une indemnité plus élevée.


Comment la situation en est-elle arrivée là

Au cours des derniers mois, Elon Musk a licencié un pourcentage énorme d'anciens employés de Twitter. Lorsqu'il a repris l'entreprise, celle-ci comptait environ 7 500 employés. En un mois, ce nombre était plus proche de 2 500. Un rapport récent indique que l'entreprise compte environ 1 000 employés. Donc, environ 6 500 employés sont partis.

Autre point important : une partie du contrat d'achat que Musk a signé était que les employés sous la propriété de Musk obtiendraient des « avantages sensiblement comparables » à ce qu'ils avaient sous l'ancienne société, y compris les indemnités de départ.

La société mère doit, ou doit faire en sorte que la société survivante ou l'un de ses affiliés fournisse à chaque employé continu (i) au moins le même salaire de base et le même taux de salaire, (ii) des opportunités de rémunération incitative cibles à court et à long terme qui ne sont pas moins favorables dans l'ensemble que ceux fournis à chacun de ces employés continus immédiatement avant l'heure d'entrée en vigueur (à condition que la société mère ne soit pas obligée de fournir de telles incitations sous la forme d'actions ou d'attributions fondées sur des actions) et (iii) les avantages sociaux (à l'exclusion actions et attributions fondées sur des actions) qui sont sensiblement comparables dans l'ensemble (y compris en ce qui concerne la proportion du coût de l'employé) à celles fournies à cet employé continu immédiatement avant l'heure d'entrée en vigueur. Sans limiter la généralité de ce qui précède, pendant la période de continuation, le parent doit fournir ou faire en sorte que la société survivante ou l'un de ses affiliés fournisse des indemnités de départ et des avantages à chaque employé continu dont l'emploi est résilié pendant cette période qui ne sont pas moins favorables que celles applicables à l'employé restant immédiatement avant l'heure d'entrée en vigueur en vertu des régimes d'avantages sociaux de l'entreprise.
Bien sûr, pendant un certain temps, Musk, qui a verbalement promis trois mois d'indemnités (ce qui était inférieur à ce que l'entreprise avait proposé auparavant, et en réalité un mois seulement, puisque les deux premiers mois étaient requis par la loi WARN, et constituaient en fait le salaire, puisqu'il devait donner un préavis de 60 jours pour un licenciement) a refusé de fournir aux employés toute documentation relative à l'indemnité de départ. Puis, quand la documentation est finalement arrivée, c'était bien moins que ce à quoi ils s'attendaient. Elle comprenait également des clauses de confidentialité et l'abandon de droits légaux.

De nombreux employés ont choisi de lutter contre cela, notamment en poursuivant l'entreprise. Mais, ces vieilles clauses d'arbitrage embêtantes signifiaient que certaines des poursuites étaient rejetées, le juge disant aux employés qu'ils devaient plutôt recourir à l'arbitrage.

Il s'avère que beaucoup d'entre eux l'ont fait.

1 986 anciens employés de Twitter ont déposé des demandes d'arbitrage.

Et les avocats de Twitter du grand cabinet d'avocats Morgan Lewis ont tenté un tour de passe-passe : ils ont demandé aux arbitres s'ils peuvent combiner le processus de découverte afin qu'ils n'aient pas à passer par 1 986 efforts de découverte distincts.

Les avocats de Twitter demandent l'assistance de JAMS

Dans une lettre adressée à Sheri F. Eisner, Senior Vice President, General Counsel de JAMS, un cabinet qui propose des services de médiation, d'ADR (Alternative Dispute Resolution) et d'arbitrage, les avocats de Twitter ont demandé de l'assistance :

Chère Madame Eisner,

Conformément à la règle 6 des règles et procédures d'arbitrage en matière d'emploi de JAMS (« règles »), l'intimé X Corp., en tant que successeur dans l'intérêt de l'intimé Twitter, Inc. (« Twitter »), soumet cette demande de protocole de découverte universelle en relation avec environ 2 000 demandes d'arbitrage substantiellement similaires (et dans de nombreux cas, identiques).

Compte tenu des réclamations juridiques et des allégations factuelles identiques et/ou qui se chevauchent dans ces milliers d'affaires en cours, un plan de découverte coordonné et universel est impératif pour plaider ces affaires de manière efficace, efficiente et équitable. Une coordination réfléchie en amont de toutes les questions en suspens se traduira par des résolutions plus rapides, tout en évitant les préjudices, les charges excessives et le gaspillage de ressources et de dépenses pour les parties et JAMS. En effet, un plan coordonné et universel est le seul moyen pratique de résoudre un si grand nombre de questions d'arbitrage similaires.

La proposition de Twitter ne préjuge ni ne limite autrement la capacité de tout demandeur individuel à poursuivre ses réclamations ; au lieu de cela, les concepts de la proposition de découverte de Twitter, tels que décrits plus en détail ci-dessous, offrent à chaque demandeur individuel plus de découvertes que ce à quoi il a droit en vertu des règles de JAMS.

Pour ces raisons, Twitter demande l'assistance de JAMS, conformément à ses règles, pour mettre en œuvre un protocole de découverte coordonné dans toutes les affaires similaires contre Twitter (et tous les répondants). En effet, Twitter a déjà conclu un accord sur un protocole de découverte universel avec les cabinets Bloom/Dixon, qui représentent collectivement des dizaines de demandeurs dans les affaires en cours.
Les avocats de Twitter notent qu'il y a quatre cabinets d'avocats qui traitent la majorité des affaires, le plus important (de loin) étant Lichten & Liss-Riordan (Shannon Liss-Riordan s'est fait connaître des employés de Twitter dès que Musk a pris le relais, donc c'est pas étonnant que la majorité des ex-employés soient allés dans son entreprise). Apparemment, 1 848 des 1 986 cas d'arbitrage proviennent tous de ce cabinet.

Et tandis que Morgan Lewis a tenté d'amener le cabinet à accepter un plan de découverte combiné, le cabinet l'a apparemment rejeté (un autre cabinet de haut niveau, dirigé par une autre avocate de haut niveau, Lisa Bloom, était apparemment disposé à accepter les 49 cas que le cabinet représente) :

Citation Envoyé par avocats Twitter
Le cabinet Lichten & Liss-Riordan a rejeté le concept d'un plan de découverte universel. Au lieu de cela, ils cherchent à programmer les affaires au cas par cas avec des dates d'audience dès septembre 2023. Dans l'une de leurs affaires, l'arbitre a prévu une audience du 10 au 12 janvier 2024. Cette décision et ses implications pour le reste de ces questions connexes justifie l'examen immédiat par JAMS de la demande de Twitter.

Les entreprises Bloom/Dixon, d'autre part, ont négocié et maintenant exécuté un accord UDP avec Twitter.
Apparemment, les avocats de Twitter n'ont pas encore rencontré les autres cabinets d'avocats qui ont déposé des demandes d'arbitrage. Mais, il semble qu'ils soient paniqués à l'idée de devoir gérer 1 848 efforts de découverte distincts.

La société note également qu'elle ne serait pas surprise si Liss-Riordan cherche à attaquer Elon Musk pour chacune des près de 2 000 réclamations, car pourquoi pas ?

Citation Envoyé par avocats Twitter
Twitter cherchera à coordonner les affaires et les différents cabinets d'avocats, car pour la plupart, sinon la totalité, des témoins, le témoignage serait également applicable à tous les arbitrages (ou à un grand sous-ensemble d'entre eux). Ces différends devront être informés et résolus par potentiellement plusieurs centaines (ou plus) d'arbitres. Un exemple évident est Elon Musk. Sans admettre que M. Musk devrait être soumis à une déposition en premier lieu, tout témoignage que M. Musk a à offrir sera également applicable à toutes les autres questions, en tout ou en partie, et il serait totalement déraisonnable de permettre des dépositions répétées de lui ou d'autres personnes à travers les nombreux arbitrages.
Le cabinet d'avocats fait même valoir que s'il doit y avoir des dépositions, elles devraient être universelles pour toutes les entreprises qui représentent des réclamations, estimant que même si Elon Musk devait faire quatre dépositions distinctes pour chaque entreprise, ce serait trop.

Les avocats de Twitter demandent essentiellement à JAMS (l'un des plus grands cabinets d'arbitrage, qui traitera la plupart des réclamations) de le laisser forcer efficacement les cabinets d'avocats à accepter le protocole de découverte universel proposé par la société.

Les potentielles conséquences

L’affaire des anciens employés licenciés pourrait avoir des conséquences négatives pour Twitter, tant sur le plan financier que sur le plan de sa réputation. Selon le site The Verge, Twitter a enregistré une perte nette de 1,1 milliard de dollars au premier trimestre 2023, en raison notamment de la baisse de ses revenus publicitaires et de l’augmentation de ses dépenses juridiques.

Twitter pourrait également faire face à des sanctions de la part des autorités du travail, qui pourraient enquêter sur le respect de la loi WARN Act par l’entreprise. Selon cette loi, les employeurs qui ne respectent pas les obligations de notification peuvent être tenus de payer aux employés licenciés jusqu’à 60 jours de salaire et d’avantages sociaux, ainsi qu’une amende civile pouvant aller jusqu’à 500 dollars par jour.

En outre, Twitter pourrait voir sa crédibilité et sa confiance auprès de ses utilisateurs et de ses partenaires commerciaux affectées par cette affaire, qui révèle un manque de considération pour ses employés et un manque de transparence dans ses décisions. Certains analystes ont estimé que Twitter devrait revoir sa stratégie et sa gouvernance pour faire face à la concurrence et aux défis du marché.

D'autres entreprises de la tech y ont déjà eu recours

Twitter n’est pas la seule entreprise technologique à avoir recours aux clauses d’arbitrage obligatoire pour éviter les poursuites judiciaires. D’autres géants comme Google, Facebook ou Amazon ont également adopté cette pratique, qui est souvent critiquée par les défenseurs des droits des travailleurs comme une façon de limiter l’accès à la justice et de dissimuler les abus.

Toutefois, certaines entreprises ont renoncé à ces clauses face à la pression des employés ou du public. Par exemple, Google a annoncé en 2019 qu’il mettait fin à l’arbitrage obligatoire pour tous les cas de harcèlement ou de discrimination au travail, après qu’une vague de protestations a éclaté suite à des révélations sur des cas de harcèlement sexuel impliquant des dirigeants de l’entreprise.

Il reste à voir si Twitter suivra cet exemple ou s’il continuera à se battre contre ses anciens employés devant les arbitres. Quoi qu’il en soit, cette affaire montre que les clauses d’arbitrage obligatoire ne sont pas une solution miracle pour éviter les conflits au travail, et qu’elles peuvent même se révéler contre-productives pour les employeurs qui en abusent.

Source : lettre des avocats de Twitter

Et vous ?

Que pensez-vous de la façon dont Twitter a traité ses anciens employés ?
Êtes-vous d’accord avec l’utilisation des clauses d’arbitrage obligatoire par les entreprises technologiques ?
Pensez-vous que Twitter devrait changer sa stratégie et sa gouvernance pour faire face à la concurrence et aux défis du marché ?
Avez-vous déjà été confronté à une situation de licenciement ou d’arbitrage au travail ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de agripp
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/06/2023 à 19:42
Le mot chien désigne un animal, il n'est pas péjoratif, mais employé pour désigner un humain,il devient une insulte. De même en français le mot "nègre" est étymologiquement un doublé du mot "noir" lequel désigne une couleur et rien d'autre. Il se trouve que ce mot aurait été utilisé de façon péjorative et serait devenu une insulte. Le législateur a pris la décision d'en interdire l'usage jusque dans les nom désignant des gâteaux ou des lieux. De même cisgenre n'est certainement pas péjoratif par son étymologie, mais il peut dans la bouche ou sous la plume de certaines personnes le devenir. Il en est de même de beaucoup d'autres mots. En réalité c'est le contexte qui fait qu'un mot est dans un discours ou un texte un terme décrivant une réalité ou une insulte. Ainsi par exemple "manouche" est le nom d'une branche du peuple tsigane, branche dont les membres parlent une langue : le manouche (de même les roms - une autre branche - parlent le rom). Manouche n'est donc pas une insulte sauf si on l'emploie pour insulter quelqu'un.
8  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/06/2023 à 11:34
On comprend pourquoi Macron l'a reçu en grande pompe à l'Élysée. Ce type méprise ses employés d'une telle force, c'est un modèle pour lui !
10  3 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 0:28
Ce mot n'a aucune raison d'être.
11  4 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/06/2023 à 16:35
c'est toujours emouvant de voir quelqu'un pronant la liberté absolu, mettre en place une censure
9  3 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 25/06/2023 à 18:32
Le rapport à la réalité des "trans" laisse songeur...

Citation Envoyé par Leruas Voir le message
Sur France 2, il disait justement qu'il ne fallait pas trop censurer, respecter la loi et uniquement la loi.
"Cisgenre" n'est pas interdit par la loi
Et ? La loi ne proscrit aucun mot lisible dans tout dictionnaire et pourtant nombre de mots sont censurés sur la simple qualification arbitraire
d'être "offensant".
6  1 
Avatar de Zefling
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/02/2024 à 10:04
56 milliards, c'est une misère. C'est juste environ 35 000 vies de salaire à 40K$/an ou le salaire de 1 400 000 personnes à 40k$.

J'avoue que quand je vois ces chiffres, pour moi c'est totalement déconnecté de la réalité.
Je ne vois pas ce qui justifie une telle rémunération et déconnexion.
5  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 14:25
Citation Envoyé par JeanYvette Voir le message
Si tout ça est nécessaire, c'est simplement parce que les droits des personnes lgbt sont sans-cesses menacés, mais ça, vous n'êtes pas capable de le comprendre.
Et, tu ne penses pas que, plus on mettra en avant les LGBT, au plus certaines personnes se sentiront offensées, choquées, et finalement les rejetteront ?

Un dicton dit : "pour être heureux, vivons cacher". Je ne pense pas que ce matraquage médiatique serve la cause qu'elle prétend défendre, bien au contraire.
5  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/06/2023 à 14:23
Citation Envoyé par binarygirl Voir le message
Et donc vous n'arrivez pas à imaginer que la nature puisse commettre des erreurs, des caprices... alors qu'on en a plein d'exemples de toutes sortes.
Une personne devrait-elle être condamnée à subir son état, qui serait par définition parfait et ne supporte aucune remise en cause, puisqu'il est "naturel" et natif ?

Si vous étiez né avec un zizi malformé, personne ne vous aurez reproché de faire de la chirurgie pour corriger ce que vous percevez comme une anomalie ou une tumeur. On ne parle pas de mutilation pour un acte correctif.
Une malformation de naissance ou des problèmes suite à un accident est autre chose. La majorité des personne naît bien formée (heureusement). Je pense que c'est le développement jusqu'à l'age adulte qui est en cause (environnement, éducation). Ca a donc conduit à un mal être donc un problème psychologique à la base.
Là, on cherche à influencer les gens, les rendre fragile, les faire culpabiliser, ... et ce n'est pas normal. Maintenant être hétéro et blanc est presque un crime !

Être tolérant, oui !
Imposer des idées, non !
5  1 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/06/2023 à 8:31
Peut être qu'à force d'imposer leur vision, les gens normaux vont se rebeller aussi.

Sous la pression de la communauté LGBT+, une école aux USA n'avait pas fini par adopter les pronoms non genrés (they/them) pour les enfant ? Résultat, les parents se sont "révoltés" (décrochage de toutes les bannières LGBT+ dans l'école). (je ne retrouve pas l'article)
5  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/02/2024 à 9:25
Citation Envoyé par Zefling Voir le message
56 milliards, c'est une misère. C'est juste environ 35 000 vies de salaire à 40K$/an ou le salaire de 1 400 000 personnes à 40k$.

J'avoue que quand je vois ces chiffres, pour moi c'est totalement déconnecté de la réalité.
Je ne vois pas ce qui justifie une telle rémunération et déconnexion.
C'est ça le problème de la plèbe, elle ne se rend pas compte de la valeur des zéros.
Avec cette somme Musk s'achète chaque jour 1000 fois mon emprunt sur 25 ans.
C'est très raisonnable au vue de ce que Dieu Musk apporte au Monde.
Alors que nous ne sommes que fourmis.
Un peu de respect pour skippi s'il vous plait.
4  0