IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les avocats de l'UE affirment que le projet de scanner les messages privés pour détecter les abus d'enfants pourrait être illégal
Selon un avis juridique interne

Le , par Stéphane le calme

184PARTAGES

18  0 
Un projet de l’UE qui prévoit que tous les comptes WhatsApp, iMessage et Snapchat puissent être contrôlés pour détecter des contenus de pédopornographie a rencontré un obstacle important après qu’un avis juridique interne a dit qu’il serait probablement annulé par les tribunaux pour violation des droits des utilisateurs. Le projet de loi, annoncé par la commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, indique que les entreprises technologiques ont échoué à supprimer volontairement les contenus abusifs et a été salué par les groupes de protection et de sécurité des enfants.

Une proposition de la Commission européenne vise à obliger les entreprises technologiques à analyser les messages privés à la recherche de matériel d'abus sexuel d'enfants (CSAM) et de preuves de pédopiégeage, même lorsque ces messages sont censés être protégés par un chiffrement de bout en bout. La sollicitation d’enfants à des fins sexuelles, ou pédopiégeage, est « une pratique où un adulte se "lie d’amitié" avec un enfant (de manière générale en ligne, mais le pédopiégeage hors ligne existe également) dans le but de commettre des abus sexuels à son encontre ». L'adulte cherche à se rapprocher d'un enfant et à instaurer avec lui une relation affective, voire parfois aussi avec sa famille, pour lever les inhibitions de la victime dans l'intention de perpétrer des abus sexuels.

Les services en ligne qui reçoivent des « ordres de détection » en vertu de la législation en cours de l'Union européenne auraient « des obligations concernant la détection, le signalement, la suppression et le blocage du matériel d'abus sexuel d'enfants connus et nouveaux, ainsi que la sollicitation d'enfants, quelle que soit la technologie utilisée dans les échanges en ligne », indique la proposition. Le plan qualifie le chiffrement de bout en bout un outil de sécurité important, mais ordonne essentiellement aux entreprises de casser ce chiffrement de bout en bout par tous les moyens technologiques nécessaires :

Afin de garantir l'efficacité de ces mesures, de permettre des solutions sur mesure, de rester technologiquement neutres et d'éviter le contournement des obligations de détection, ces mesures devraient être prises, quelles que soient les technologies utilisées par les prestataires concernés dans le cadre de la fourniture de leurs services. Par conséquent, le présent règlement laisse au fournisseur concerné le choix des technologies à exploiter pour se conformer efficacement aux ordres de détection et ne devrait pas être compris comme incitant ou décourageant l'utilisation d'une technologie donnée, à condition que les technologies et les mesures d'accompagnement répondent aux exigences de présent règlement.

Cela inclut l'utilisation de la technologie de chiffrement de bout en bout, qui est un outil important pour garantir la sécurité et la confidentialité des communications des utilisateurs, y compris celles des enfants. Lors de l'exécution de l'ordre de détection, les fournisseurs devraient prendre toutes les mesures de sauvegarde disponibles pour s'assurer que les technologies qu'ils emploient ne peuvent pas être utilisées par eux ou leurs employés à des fins autres que le respect du présent règlement, ni par des tiers, et pour éviter ainsi de porter atteinte à la sécurité et la confidentialité des communications des utilisateurs.
Un avis juridique interne fait l'objet d'une fuite

L'avis juridique interne de l'UE a fait l'objet d'une fuite. Il a été présenté aux diplomates des États membres du bloc le 27 avril et a été vu par Politico. Il soulève des doutes importants quant à la légalité du règlement dévoilé par la Commission européenne en mai de l'année dernière.

Le service juridique du Conseil de l'UE, l'organe décisionnel dirigé par les ministres nationaux, a indiqué que le règlement proposé pose une « limitation particulièrement grave des droits à la vie privée et aux données personnelles » et qu'il existe un « risque sérieux » qu'il tombe sous le coup d'un contrôle judiciaire pour plusieurs motifs.

Les avocats de l'UE écrivent que le projet de règlement « exigerait le filtrage général et indiscriminé des données traitées par un prestataire de services spécifique, et s'appliquerait sans distinction à toutes les personnes utilisant ce service spécifique, sans que ces personnes soient, même indirectement, dans une situation susceptible de donner lieu à des poursuites pénales ».

Le service juridique poursuit en avertissant que la Cour de justice européenne a précédemment jugé que le filtrage des métadonnées des communications est « proportionné uniquement dans le but de sauvegarder la sécurité nationale » et qu'il est donc « plutôt peu probable qu'un filtrage similaire du contenu des communications dans le but de lutter contre le crime d'abus sexuel d'enfants serait jugé proportionné et encore moins eu égard à la conduite ne constituant pas des infractions pénales ».

Les avocats concluent que le règlement proposé court « un risque sérieux de dépasser les limites de ce qui est approprié et nécessaire pour atteindre les objectifs légitimes poursuivis, et donc de ne pas respecter le principe de proportionnalité ».

Le service juridique s'inquiète également du fait qu'en cherchant à réprimer la sollicitation d'enfants, les fournisseurs devraient introduire une technologie et des processus de vérification de l'âge dans les services chiffrés populaires.

Les avocats écrivent que cela impliquerait nécessairement le profilage de masse des utilisateurs, ou l'analyse biométrique du visage ou de la voix de l'utilisateur, ou alternativement l'utilisation d'un système de certification numérique qui, selon eux, « ajouterait nécessairement une autre couche d'interférence avec les droits et libertés des les utilisateurs ».

Malgré les conseils, il est entendu que 10 États membres de l'UE (la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la Hongrie, l'Irlande, l'Italie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie et l'Espagne) soutiennent la poursuite du règlement sans amendements.

Patrick Breyer, un eurodéputé allemand qui siège à la commission des libertés civiles du Parlement européen, a déclaré que l'UE devrait abandonner les plans, qu'il a qualifiés de « dystopiques » et qui, selon lui, empêcheraient les forces de l'ordre et les entreprises technologiques de rechercher de faux rapports de contenu préjudiciable.

Il a déclaré : « Le conseil des services de l'UE confirme désormais en termes clairs ce que d'autres experts juridiques, défenseurs des droits de l'homme, responsables de l'application des lois, victimes d'abus et organisations de protection de l'enfance mettent en garde depuis longtemps : courriel, messagerie et chat obligeants les fournisseurs de rechercher dans tous les messages privés du matériel prétendument illégal et de le signaler à la police détruit et viole le droit à la confidentialité de la correspondance ».


Une proposition loin de faire l'unanimité

Le projet de loi européen sur la pédopornographie en ligne a suscité des réactions contrastées de la part des différents acteurs concernés. Les groupes de protection et de sécurité des enfants ont salué l’initiative, en soulignant qu’elle était nécessaire pour lutter contre un phénomène qui met en danger la dignité et le bien-être des enfants.

« Nous nous félicitons de l’engagement de la Commission européenne à protéger les enfants contre les abus sexuels en ligne », a déclaré Delphine Moralis, la secrétaire générale de Missing Children Europe, une fédération d’organisations non gouvernementales qui œuvrent pour la protection des enfants disparus et exploités sexuellement. « Nous espérons que ce projet de loi sera adopté rapidement et mis en œuvre efficacement par les États membres ».

La proposition européenne de scanner les messages des utilisateurs a été accueillie avec frustration par les groupes de défense des droits civils et les experts en sécurité, qui disent qu’elle risque de compromettre le chiffrement de bout en bout et de nuire à la vie privée en ligne des personnes.

« Très décevant de voir une proposition de règlement européen sur internet qui ne protège pas le chiffrement de bout en bout », a tweeté Will Cathcart, le responsable de WhatsApp. « Cette proposition obligerait les entreprises à scanner tous les messages des personnes et mettrait en danger la vie privée et la sécurité des citoyens européens ».

Les entreprises technologiques ont exprimé leur préoccupation quant à l’impact du projet de loi sur le chiffrement de bout en bout et la vie privée des utilisateurs. Elles ont également souligné les difficultés techniques et juridiques liées à la mise en place de technologies de détection de la pédopornographie en ligne.

« Nous sommes profondément préoccupés par le fait que ce projet de loi pourrait affaiblir le chiffrement de bout en bout et mettre en danger la sécurité et la confidentialité des communications des utilisateurs », a déclaré un porte-parole de Facebook, qui possède WhatsApp et Instagram. « Nous pensons qu’il existe des moyens plus efficaces et moins intrusifs de lutter contre la pédopornographie en ligne, comme le signalement volontaire, la coopération avec les forces de l’ordre et l’éducation des utilisateurs ».

Les défenseurs des droits civils et les experts en sécurité ont également critiqué le projet de loi, en affirmant qu’il constituait une menace pour le chiffrement de bout en bout et qu’il ouvrait la porte à d’autres formes de surveillance de masse.

« Ce projet de loi est une attaque contre le chiffrement de bout en bout et un pas vers une société de surveillance généralisée », a déclaré Diego Naranjo, le directeur politique d’European Digital Rights (EDRi), un réseau d’organisations qui défendent les droits numériques en Europe. « Il n’existe pas de solution magique pour détecter la pédopornographie en ligne sans compromettre la sécurité et la vie privée des utilisateurs. Ce projet de loi doit être rejeté par le Parlement européen et les États membres ».

Conclusion

Le service juridique du Conseil européen n’a pas le pouvoir d’empêcher le projet de loi d’avancer, mais son avis pourrait influencer les négociations entre les États membres, le Parlement européen et la Commission européenne. Le projet de loi doit encore être approuvé par ces trois institutions avant d’entrer en vigueur. Il pourrait donc être modifié ou abandonné au cours du processus législatif.

Le projet de loi européen fait suite à une initiative similaire d’Apple l’année dernière, qui visait à scanner les photos sur les iPhone des utilisateurs pour détecter des contenus abusifs avant qu’ils ne soient téléchargés sur iCloud. Apple a suspendu ses efforts après une vive réaction de la part des défenseurs de la vie privée, des experts en sécurité et des organisations de défense des droits humains.

Les partisans du projet de loi européen affirment qu’il est nécessaire de lutter contre la pédopornographie en ligne, qui est en augmentation constante. Selon les données du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3), plus de 4 millions d’images et de vidéos de pédopornographie ont été signalées par les entreprises technologiques en 2020, soit une augmentation de 30 % par rapport à 2019.

Le projet de loi européen sur la pédopornographie en ligne devra faire l’objet d’un examen approfondi et d’un débat démocratique avant d’être adopté. Il devra trouver un équilibre entre la protection des enfants contre les abus sexuels en ligne et le respect des droits fondamentaux des utilisateurs.

Source : Politico

Et vous ?

Que pensez-vous de l'avis du service juridique de l'UE ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 05/10/2023 à 11:25
Ouiiii ouiiii, évidemment. C'est pour les enfants, c'est ça? Comme les fois d'avant? Ils nous prennent vraiment pour des bons.
9  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 23/05/2023 à 18:07
Citation Envoyé par petitours Voir le message
Après à ceux qui ne comprennent pas ce que je veux dire, je pose la question :
Que voulez vous protéger dans votre vie privée ? Pourquoi ? est ce aujourd’hui protégé ?
Pourquoi, d'après vous, la vie privée est inscrite dans les droits fondamentaux ?

Rien ne vous obligent à garder privée votre vie privée. Parc contre, rien ne doit interdire quelque qu'un de garder privée sa vie privée.

Quand à l'efficacité des services de renseignement... Ce qui compte n'est pas leurs intentions, mais le fait qu'ils bafouent les droits humains.
9  1 
Avatar de oooopppp
Membre actif https://www.developpez.com
Le 30/05/2023 à 13:32
Salut,
on vous dicte déjà comment vivre, comment consommer et comment travailler,
on vous dicte quand faire la fête, on vous dicte comment vous droguer,
on vous dicte aussi comment baiser,
si être un mouton vous plait, à moi ça ne me plait pas !
ça ne me plait pas non plus de ne plus avoir de vie privée,
ça ne me plait pas que le gouv. sache que je préfère le POV quand je regarde du porno,
-> vous en regardez aussi.

A un moment donné, si vous voulez tous qu'on vous dicte votre vie,
si vous voulez tous vous ressembler, si vous voulez tous devenir des robots,
je peux rien pour vous, moi ça ne me plait pas, je ne veux pas de cette vie sous dictat / en dictature.

Bien sûr que la vie privée et le chiffrement sont absolument nécessaires,
les états s'espionnent sans cesse, il y a la guerre commerciale,
déjà qu'avec une carte bancaire et un smartphone dans la poche, on vous flique de partout,
un jour ou l'autre quelqu'un se servira de vos infos pour vous faire du chantage,
pour voler votre argent, pour voler votre identité ou bien votre ADN (permutation dans la BDD).

Si nous voulons combattre la pédophilie, il faudrait commencer par l'éducation et la pédagogie,
écouter les enfants qui ont des comportement étranges, au lieu de s'en foutre et de les traiter de cassos.

Chaque photocopie, chaque image est traçable par des moyens gardés secrets et une enquête
c'est d'abord des gens qui réfléchissent, pas des gens qui utilisent des gadgets numériques.

Aussi, il est assez aisé de rentrer dans n'importe quel appareil numérique, rappelez-vous "Pegasus".

Le fait de ne plus pouvoir chiffrer est une voie directe vers la dictature, alors vous ne morflez pas encore,
mais sans cela vous morflerez bientôt, déjà, on ne peut plus s'exprimer librement en public,
il faut constamment faire attention à ses propos car si ils ne plaisent pas à micron, vous en payerez le prix fort !

Le chiffrement est le garant de notre liberté, pour ceux qui s'est soucient encore.

Combien de journalistes risquent leur vie dans des dictatures ?
- Mais ça vous vous en foutez tant vous êtes obsédés par votre nombril !

Les liberté reculent de plus en plus et certains en redemandent.

Oui, il y a des fous, des gens profondément atteints psychologiquement, nous devons les soigner
avant qu'ils ne fassent du mal, mais ceux qui vous dictent comment vivre, eux ne sont'ils pas fous ?

Et croire que les gens qui font du renseignement ne sont pas soumis à l'autorité, cet argument ne vaux rien,
ils sont capables du pire pour peu qu'ils arrivent à payer le crédit de la maison !

Franchement, je ne comprend pas les arguments en faveur de moins de chiffrement au nom de la lutte contre la pédo-criminalité,
c'est oublier qu'avant le numérique, les pédophiles existaient déjà et c'est là, à mon avis, qu'est le cœur du problème !

Soignons les humains et laissez-nous notre vie privée tranquille, la plupart des gens,
bien que plus assimilés à des clones qu'à de véritables être humains,
ne sont pas de mauvaises personnes avec de mauvaises intentions.

L'argument de la lutte contre la pédo-criminalité n'est qu'un argument en faveur de ceux qui rêvent de contrôler totalement les humains,
pour en faire des marionnettes serviles, ce sont eux les vrais malades !
8  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/10/2023 à 14:27
Citation Envoyé par petitours Voir le message
Je fais partie de ces gens là et pourtant j'ai pleinement conscience du sujet.
1) Nos échanges privés sont déjà copieusement scrutés, pas par une organisation démocratique sous le contrôle d'élus qui changent régulièrement mais par des entreprises privées à but très lucratif.
2) Qu'est ce que j'en ai à faire que cette organisation publique scrute mes échanges ? Entre les nouvelles que je donne à ma famille et les mots doux que j’envoie à madame, rien qui ne soit pas diffusé largement sur d'autres canaux non informatiques
3) Rien empêche de chiffrer ce qui est réellement à chiffrer (et pas via les outils des plateformes gratuites à but lucratif...)
4) Le chiffrement privé servant à rien c'est une dépense énergétique et environnementale dont on doit se passer
5) Tant mieux si ça permet de stopper quelques pédophiles. Récemment le déchiffrement de communications a permis de stopper un réseau de trafic d'arme et de drogue en France, ça aurait été idiot de s'en priver pour protéger le récit du petit fils Paul qui a fait ses premiers pas dans le jardin.
Désolé de ne pas être d'accord avec toi. Certes, ce que tu dis est juste.
Toutefois, j'émettrais les réserves suivantes.
1) Si tu envoies des photos de tes enfants en maillot de bain à tes parents ou beaux-parents, seras-tu content de voir les flics débarqués avec un mandat de perquisition chez toi, et toi et ta femme embarqués pour pédophilie ?
2) Si les enquêteurs veulent déchiffrer des conversations, qu'ils demandent aux juges de leur délivrer une autorisation. Autorisation qui exigera qu'une enquête prouve qu'il y a un risque potentiel.
3) Si le chiffrement est interdit, tu ne pourras pas chiffrer ce qui est réellement à chiffrer.
4) Quelles garanties avons-nous que nos discussions ne soient utilisées contre nous à un quelconque moment. Ex. Mettons que Jean et Paul discutent politique, Paul critiquant telle ou telle loi. Et, voilà que le fils de Paul se voit refuser une bourse, une entrée en université, ... que sais-je encore. Évidemment, officiellement ça n'aura aucun lien, mais en réalité ?

En bref, je dirais que la porte ouverte à toutes les fenêtres... Et une fois ouverte, pas facile de les refermer. Et, ça, c'est en supposant que l'on reste dans un pays "démocratique" (ce qu'il est de moins en moins), imaginons une seconde le pays basculant dans un état plus... dictatorial.
8  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/05/2023 à 19:23
Que pensez-vous de l'avis du service juridique de l'UE ?
Il rejoint tout ce qui a été dit précédemment sur cette loi sur ce forum et bien content de leur avis.
Les états devraient plutôt traquer dans le dark web les pédophiles puisque des sites existent mettant en relation des pédophiles entre eux. Rien n'est impossible sur internet et même si c'est plus difficile que de traquer toutes les communications, au moins ce sera efficace et pas injuste et illégal comme le dit le service juridique de l'UE.
7  0 
Avatar de ALT
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 23/05/2023 à 17:20
À petitours :
Autrement dit : vivons dans des logements en verre, échangeons des courriers postaux sans les enveloppes, &c., ça évitera une dépense inutile d'énergie & ça facilitera le travail des services de surveillance (=espionnage de l'État sur ses citoyens).
Et puis on pourrait avoir l'obligation de laisser nos mobiles allumés & connectés à un ECHELON à l'européenne.
Pendant qu'on y est, interdisons toute communication entre humains, ça économisera encore plus de ressources !

Bref, moi pas comprendre ce genre de raisonnement.
8  1 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/07/2023 à 14:34
George Orwell, de nationalité britannique, doit se retourner dans sa tombe.
7  0 
Avatar de ALT
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/05/2023 à 11:21
A vous cacher derrière le chiffrement qui serait un signe de liberté vous ne faites que vous priver de la liberté qui vous intéresse vraiment : le respect de votre vie privée.
Aucune loi ne peut garantir une absence d'espionnage de la vie privée (ne serait-ce que par des puissances étrangères qui se tamponnent des lois françaises ou européennes), sauf celle autorisant le chiffrement. D'ailleurs, les services de renseignement intérieur (FBI, DGSI [ex-RG], FSB...) passent leur temps à ce genre d'opérations. Et, souvent, en toute illégalité.

Il ne faut pas oublier l'espionnage industriel, qui serait alors facilité au profit de tous les pays non européens (Chine, États-Unis, Russie, Inde, Iran, Arabie Séoudite, Algérie, &c. : je ne peux pas tous les citer).
Et il faut penser à tous les individus qui sont (potentiellement) menacés dans leur vie privée : militaires, forces de l'ordre, gardiens de prisons, juges, élus, médecins... Ils ne souhaitent pas qu'un quidam puisse savoir, via une communication privée, où ils se trouvent.
Et le particulier Je-n'ai-rien-à-cacher : qu'il annonce dans une conversation privée qu'il part en vacances quelques jours, en indiquant les dates, & les cambrioleurs feront la queue pour se servir chez lui. Sans compter les occupants illégaux, qui auront tout le temps de s'installer.

Et comme ce sont des actes déjà répréhensibles (comme le port d'arme) mais pratiqués par des individus qui ont précisément décidé de ne pas respecter la loi, je ne vois pas comment celle-ci pourrait nous défendre. Car la loi est sensée nous protéger, mais une fois qu'on a subi le préjudice, suite à l'espionnage, c'est trop tard.
Surtout que, contrairement à une agression (y compris un vol), l'espionnage est quasiment impossible à prouver, donc à punir. Et c'est la différence majeure avec la jeune fille qui a peur de sortir.

Bref, il y a ce qu'on peut réellement verrouiller par la réglementation & ce qu'il est illusoire de chercher à garantir. Et la vie privée ne peut se préserver uniquement avec des lois. Sauf à considérer que l'autorisation du chiffrement en est une !
6  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 14/08/2023 à 18:03
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Comment le Royaume-Uni peut-il protéger les enfants en ligne, si les géants de la tech veulent protéger leurs profits ?
Personne ne veut protéger les enfants: ni le Royaume Uni, ni les Big Techs.

Les Big Techs pensent à leur profit, et le Royaume Uni pense à fliquer ses habitants - c'est déjà en grande partie le cas avec toutes les caméras partout, mais là on passe un autre cap.

Le thème des enfants, c'est juste une excuse parce que personne ne peut être contre la protection des enfants.

Mais comme ça devient un peu lassant, à la longue, voici un certain nombre de thèmes alternatifs pour nos amis du Royaume Uni, des fois qu'ils voudraient changer un peu d'alibis pour faire passer leurs lois liberticides:
  • Affaiblir le chiffrement pour lutter contre le réchauffement climatique, parce que ça économise des cycles de calcul
  • Affaiblir le chiffrement pour faire des économies d'énergies, parce qu'il n'y a plus de courant pour tout le monde, ma bonne dame
  • Affaiblir le chiffrement pour lutter contre la discrimination et pour être inclusifs: pensez à tous ces pauvres protocoles non-chiffrés, discriminés de manière injuste à cause de leur nature
  • Affaiblir le chiffrement pour protéger les fleurs, parce... pourquoi pas ça aussi.


Non, sérieusement, on parle d'un pays qui a des histoires sordides de pédophilie comme l'abus des orphelins des îles Jersey par des personnalités médiatiques, des politiciens et des gens de la noblesse, et qui continue à cacher/essayer d'étouffer ces histoires jusqu'à aujourd'hui...

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Quels sont les risques pour les enfants si le chiffrement des messages n’est pas régulé ?
Euh... Non. La bonne question est "quels sont les risques pour les enfants et pour tout le monde, si le chiffrement est affaiblit". Et la réponse est toute simple: tout le monde pourra intercepter les communications de tout le monde. Fini, les possibilités de lancer des alertes sans être inquiété. Bonjour 1984.

Il n'y aura même plus besoin d'airtags pour les prédateurs/harceleurs: tout sera en clair. Pratique, non? Mais c'est pour la sécurité des enfants, on vous dit!

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Quelles sont les alternatives possibles pour concilier la sécurité en ligne et la sécurité des enfants ?
Bon, pour commencer, j'en remets une couche moi aussi, avec des sujets qui n'ont pas de relations non plus. Quoique...

  • Quelles sont les alternatives possibles pour concilier la sécurité en ligne et la la lutte contre le réchauffement climatique ?
  • Quelles sont les alternatives possibles pour concilier la sécurité en ligne et les économies d'énergie ?
  • Quelles sont les alternatives possibles pour concilier la sécurité en ligne et la lutte contre les discriminations ?
  • Quelles sont les alternatives possibles pour concilier la sécurité en ligne et la protection des fleurs ?


Euh... Pour commencer, ne pas toucher au chiffrement. Laisser les parents éloigner leurs enfants de ces cochonneries de médias sociaux. Mettre en avant les liens entre certaines personnes très haut-placées et des réseaux de pédophilie (qui a dit Epstein?).
6  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/10/2023 à 19:40
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Le sujet est très délicat en termes de vie privée, de libertés publiques, oui.
Mais les enculeurs de nourrissons doivent être attrapés et sanctionnés, aussi.
Ça tombe bien, les enculeurs de nourrissons opèrent dans le monde analogique. Le monde numérique est encore moins coupable qu'une camionnette servant à kidnapper un enfant. Pourtant, personne en pense à installer une caméra dans une camionnette, alors que c'est un outils finalement plus plus dangereux qu'un ordinateur.
6  0