IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La fin d'une ère : comment le Kremlin a sacrifié son secteur technologique pour envahir l'Ukraine.
De la Silicon Valley russe à la censure et à l'isolement, le destin tragique de l'industrie tech

Le , par Stéphane le calme

573PARTAGES

16  0 
L’industrie technologique russe, déjà en difficulté, a subi un coup fatal avec l’invasion de l’Ukraine, qui a isolé le pays du reste du monde et mis en péril son plus grand succès, Yandex.

Sept jours après l’invasion de l’Ukraine, Vladimir Belugin a fait ses valises, annulé le bail de son appartement à Moscou, retiré ses enfants de la maternelle et commencé une nouvelle vie hors de Russie. Peu après, il a démissionné de son poste de directeur commercial pour les petites et moyennes entreprises chez Yandex, l’équivalent russe de Google et la plus grande entreprise technologique du pays.

La guerre signifiait que tout allait changer en Russie, tant pour lui que pour son entreprise, a déclaré Belugin depuis sa nouvelle maison à Chypre : « Vous devez accepter les nouvelles règles de ne pas avoir de règles du tout en Russie ».

Belugin était loin d’être le seul travailleur de la tech à partir. Dans les mois qui ont suivi le début de l’invasion, la Russie a connu un exode massif de spécialistes de l’informatique. Selon les chiffres du gouvernement, environ 100 000 spécialistes de l’informatique ont quitté la Russie en 2022, soit environ 10 % de la main-d’œuvre technologique (un chiffre qui est probablement sous-estimé). Parallèlement à ces départs, plus de 1 000 entreprises étrangères ont réduit leurs activités dans le pays, en partie à cause des sanctions les plus larges jamais imposées à une grande économie.

Une détérioration qui a commencé avant la guerre

Cela fait maintenant plus d’un an que l’invasion à grande échelle de l’Ukraine a commencé et les travailleurs de la tech, qui ont tout abandonné pour fuir la Russie, préviennent que le pays est en passe de devenir un village : coupé de l’industrie technologique mondiale, de la recherche, du financement, des échanges scientifiques et des composants critiques. Pendant ce temps, Yandex, l’un de ses plus grands succès technologiques, a commencé à se fragmenter, vendant des activités lucratives à VKontakte (VK), un concurrent contrôlé par des entreprises d’État.

« J’ai eu l’impression qu’on m’avait volé mon pays », a regretté Igor, un cadre chez VK qui a de la famille en Russie et qui a demandé à changer son nom pour pouvoir parler librement. Lorsque la guerre a éclaté, dit-il, il a eu l’impression que 20 ans d’avenir de la Russie avaient été emportés en un battement de cœur.

En Russie, la technologie était l’un des rares secteurs où les gens avaient le sentiment de pouvoir réussir par le mérite plutôt que par les relations. L’industrie avait également conservé un esprit d’ouverture : les entrepreneurs russes ont obtenu des financements internationaux et ont conclu des accords dans le monde entier. Pendant un temps, le Kremlin semblait également embrasser cette ouverture, invitant les entreprises internationales à investir en Russie.

Mais des fissures dans l’industrie technologique russe ont commencé à apparaître bien avant la guerre. Depuis plus d’une décennie, le gouvernement tente de mettre l’internet et ses entreprises technologiques les plus puissantes sous une poigne étroite, menaçant une industrie qui promettait autrefois d’amener le pays vers l’avenir. Les experts disent que la guerre contre l’Ukraine n’a fait qu’accélérer les dégâts qui étaient déjà en cours, poussant davantage les plus grandes entreprises technologiques du pays vers l’isolement et le chaos et enfermant ses citoyens dans son internet domestique étroitement contrôlé, où les nouvelles proviennent de sources officielles du gouvernement et où la liberté d’expression est sévèrement limitée.


Le coût de la conformité

Entre 2015 et 2021, le secteur de l’informatique en Russie a été responsable de plus d’un tiers de la croissance du PIB du pays, atteignant 3,7 billions de roubles (41,24 milliards d'euros) en 2021. Même si ce chiffre est inférieur à celui des États-Unis ou de la Chine, il est impressionnant pour un pays qui a subi une récession économique pendant une grande partie de cette période.

Yandex était le fleuron de cette industrie. Fondée en 1997 par Arkady Volozh et Ilya Segalovich, l’entreprise a commencé comme un moteur de recherche spécialisé dans le traitement du russe, une langue complexe qui pose des défis particuliers aux algorithmes. Au fil des ans, Yandex s’est diversifié dans de nombreux domaines, allant des services de cartographie aux voitures autonomes, en passant par la livraison de nourriture et les services financiers. En 2021, Yandex était la quatrième entreprise technologique la plus valorisée d’Europe, avec une capitalisation boursière de 30 milliards de dollars.

Mais Yandex a également attiré l’attention du Kremlin, qui voyait d’un mauvais œil son indépendance et son influence sur l’opinion publique. En 2019, le gouvernement a adopté une loi obligeant les entreprises technologiques « stratégiques » à limiter la participation des investisseurs étrangers à 20%. Yandex a dû créer une « fondation publique » pour contrôler ses actions avec droit de vote. En 2020, le gouvernement a exigé que Yandex cède sa division fintech à Sberbank, la plus grande banque du pays et un allié du Kremlin.

L’invasion de l’Ukraine a aggravé la situation. En février 2022, le président Vladimir Poutine a signé un décret ordonnant aux entreprises technologiques russes de se conformer aux demandes du gouvernement en matière de censure et de surveillance. Peu après, Yandex a été accusé par les autorités russes d’avoir diffusé des informations « anti-russes » sur son portail d’information et son service de streaming vidéo. Le ministère russe des Communications a menacé de bloquer l’accès à Yandex si l’entreprise ne supprimait pas les contenus jugés « extrémistes » ou « terroristes ».

En fait, dans les semaines qui ont suivi l'invasion de l'Ukraine par la Russie, un nombre record de 14 millions de personnes par jour se sont dirigées vers Yandex News. Mais au lieu de lire des informations sur les morts et les destructions civiles, on leur a dit que les libérateurs russes « dénazifiaient » l'Ukraine. Environ 70 % des informations sur Yandex News provenaient de sources médiatiques contrôlées par l'État faisant de la propagande.

Anastasiia Diuzharden, qui était alors responsable du marketing de contenu chez Yandex Business, savait que l'entreprise devrait faire preuve de prudence pour survivre. « Si Yandex faisait des déclarations [anti-guerre], cela pouvait signifier la fin de cette entreprise », dit-elle.

Mais la conformité de Yandex avait un coût. Trois semaines après l'invasion, Khudaverdyan a été sanctionné par l'UE pour avoir caché au public des informations sur la guerre et a démissionné de son rôle. Quatre jours plus tard, les actions Yandex ont été arrêtées de se négocier sur le Nasdaq.

Un démantèlement forcé de Yandex ?

En avril 2022, Yandex a annoncé qu’elle vendait sa division e-commerce à VK, le plus grand réseau social du pays, détenu à 48% par Mail.ru Group, une entreprise contrôlée par des oligarques proches du Kremlin. En juin, Yandex a vendu sa division taxi à VK pour 3,8 milliards de dollars. En septembre, Yandex a vendu sa division cloud computing à VK pour 1,5 milliard de dollars. Ces transactions ont été présentées comme des partenariats stratégiques visant à renforcer la compétitivité des entreprises russes sur le marché mondial. Mais selon plusieurs sources proches de Yandex, il s’agissait en fait d’un démantèlement forcé orchestré par le gouvernement.

« Yandex était la dernière entreprise technologique indépendante en Russie », a noté Belugin. « Maintenant, elle n’existe plus ».

La guerre contre l’Ukraine a également eu un impact sur les autres acteurs du secteur technologique russe. Skolkovo, le parc technologique créé en 2010 avec l’ambition de devenir la Silicon Valley russe, a vu partir la plupart de ses partenaires internationaux après l’invasion. Les sanctions imposées par les États-Unis et l’Union européenne ont coupé l’accès des entreprises russes aux composants essentiels tels que les puces et les logiciels. Les restrictions sur les voyages et les visas ont rendu difficile la collaboration avec les chercheurs et les investisseurs étrangers.

« La Russsie est devenue un pays isolé, sans avenir pour la technologie », dit Alexey, un ancien employé de Skolkovo qui a déménagé en Allemagne en 2022 et qui a également demandé à changer son nom.

Les travailleurs de la tech qui ont quitté la Russie disent qu’ils n’avaient pas le choix. Certains craignaient pour leur sécurité personnelle, d’autres pour leur liberté d’expression ou leur intégrité professionnelle. Beaucoup ont trouvé des opportunités dans d’autres pays européens, aux États-Unis ou en Asie. Certains ont rejoint des entreprises internationales, d’autres ont créé leurs propres start-ups.

Mais ils regrettent aussi ce qu’ils ont laissé derrière eux : leur pays, leur culture, leurs amis et leur famille. Ils espèrent qu’un jour, la situation s’améliorera et qu’ils pourront revenir.

« Je suis fier d’être russe, je suis fier de ce que nous avons accompli dans le domaine de la technologie », dit Igor. « Mais je ne peux pas accepter ce que le gouvernement a fait à mon pays et à mon industrie. C’est une tragédie pour nous tous ».

Sources : MIT, chiffres russes

Et vous ?

Que pensez-vous des témoignages et des analyses des professionnels russes de l'informatique ?
Que pensez-vous des décisions du Kremlin sur son industrie technologique en général et sur Yandex en particulier (notamment concernant son démantèlement) ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de ciola
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/04/2023 à 19:46
@blbird
Il ne faut pas juger les gens trop vite. En aucun cas, ce russe donne son avis sur les souffrances ukrainiennes. On ne connait pas non plus le contexte de l'entrevue, les questions étaient peut-être exclusivement orientées sur la tech. Enfin, nous n'avons accès qu'à des parties des réponses, donc un minimum de retenues s'imposent!
10  0 
Avatar de der§en
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/04/2023 à 17:10
Comme d’hab, encore une « news« pas orienté du tout !

Ce qui se passe en Russie et en Ukraine est une tragédie, et une erreur historique pour l’Europe.
7  4 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/04/2023 à 8:39
Citation Envoyé par blbird Voir le message
Donc le fait de tuer des dizaines de milliers de civils et de soldats d'autres pays, de détruire tout sur le passage de l'armée russe, ca le concerne beaucoup moins que les impacts sur l'industrie technologique Russe.
j'aurais répondu la même chose, mon domaine c'est la tech, pas la géopolitique ou le militaire.
Donc si un jour un journaliste m'interview sur la crise actuel, je vais pas parler de la guerre ou des morts mais de l'impact que ca a sur le domaine de la tech.
Je vais surement plus parler des licenciements/réduction d'effectifs dans les boites de la tech, n'ont pas que les morts en Ukraine m'indiffère mais c'est pas a moi d'en parler, pour ca tu en trouves tous les jours sur les plateaux de lci/bfm/cnews des "experts" qui parlent de tous les sujets tous les jours.

Ce type a donné une interview intéressante qui est resté dans le cadre de ces compétences. Il parle de l'impact de sa boite et de l'industrie de la tech en générale. Ca change des experts qui parlent des morts/massacres et ca donnes d'autres informations sur cette crise en dehors de la guerre.

De ce qu'on peut en conclure en tant que francais c'est qu'on peut féliciter Bruno Lemaire, il a réussie a metre yandex a genoux
3  0 
Avatar de laloune
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 28/04/2023 à 10:37
Citation Envoyé par blbird Voir le message
Donc le fait de tuer des dizaines de milliers de civils et de soldats d'autres pays, de détruire tout sur le passage de l'armée russe, ca le concerne beaucoup moins que les impacts sur l'industrie technologique Russe.
intéressant, j'ai rencontré la semaine passé la maman d'un camarade de mon fils qui est arrivée de Russie l'an passé. Elle s'est sentie d'emblée obligée de préciser : "Mais attention, je suis contre Poutine et contre la guerre" ; pourtant on ne lui avait rien demandé sur le sujet, on s'était intéressée à elle en tant que personne, pas au fait qu'elle soit russe. Ca me fait penser aux musulmans à qui on a demandé de condamner les terroristes après le 13 novembre ou après Charlie Hebdo

Ce type est interrogé en tant qu'expert informatique ; c'est assez malhonnête de préjuger de sa position sur l'invasion simplement parce qu'il ne l'a pas évoquée (et on ne lui a pas demandé) ; c'est comme si je critiquais un catholique qui parle de sa foi, en lui reprochant d'occulter le fait que certains catholiques sont contre l'avortement
3  0 
Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/03/2024 à 21:46
la majeur partie de la planète n'est pas libre technologiquement et dépent de d'autre

la russie pourra surement à terme acheter des machines à huawei pour graver les cpu ou faire fabriquer leur cpu en chine via smic

It was a big deal at the time. But last week, the Financial Times reported that SMIC is setting up new production lines to make 5 nanometer chips for Huawei. That would signal even further advancement for China's biggest chipmaker.
3  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/03/2024 à 11:19
Quand on a droit à ce genre d'information, il y a toujours lieu de se demander qui est la source de l'information et quelles peuvent être ses motivations... Cela d'autant plus quand on parle d'un élément clé dans la cadre d'une guerre...

Avec les puces électroniques et les russes, on a déjà eu droit au "les russes achètent en masse des frigidaires pour obtenir des puces pour leur missiles" et quand des experts ont analysé les restes de missiles russes envoyés sur l'Ukraine, ils ont constaté que leur puces n'avaient rien d'une origine "frigorifique" mais étaient bien des puces de niveau militaire livrées par... des entreprises occidentales!!!

Qui nous donne donc cette information "les russes sont nuls, 50% de leur puces sont défectueuses"? Vedomosti, un journal économique fondé par...les journaux américains Financial Times et Wall Street Journal...

Laissons la chaine d'information LCI et ses pseudo-experts commenter cette information réjouissante pour les ukrainiens... A moins que...
5  2 
Avatar de Captailereve
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 28/04/2023 à 15:06
@ "Ce qui se passe en Russie et en Ukraine est une tragédie, et une erreur historique pour l’Europe"
Hum !!!
Il n'existe pas d'erreur en Histoire, que des faits que l'on apprécie... ou non.
Car l'erreur, du point de vue du concept intellectuel, est le propre de l'Homme (entendre hommes et femmes...).
Ce sont les acteurs de l'Histoire qui font des erreurs, et plus encore ceux qui l'analysent comme un reflet de leur point de vue ; En deux mots, l'Histoire est Factuelle.
Toute info, comme ce sujet, devrait être contextualisée par le journaliste éditeur de ladite info.
Aussi, qu'il y ait une crise technologique et high-tech en Russie n'est pas une nouvelle, cela dure depuis plus de 100 ans...
Que la Russie aie une batterie (au sens élevage de poules pondeuses) d'informaticiens sous contrat avec l’État (l'armée) est connu, et cela ne concerne pas les "libres travailleurs" partis en exiles, qui d'ailleurs, n'abordent pas souvent le sujet...
Mais bon ce que j'en dis...
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 07/04/2024 à 11:27
au contraire cette news est pro russe, car ca veut dire que eux au moins sont capable de fabriquer eux même leurs propre puces.

l'ukraine et l'union européenne en est bien incapable. ST Micro est tous juste capable technologiquement de faire des puces de lave linge. La russie a des architecture et des fonderies capable de faire de vrai ordinateurs qui ont "a peine" 15ans de retard par rapport à intel. largement suffisant pour des missiles ou des tanks ou des ordinateurs de l’administration.

le dernier ordinateur produit en france ce doit être le minitel donc bon pas de quoi être fier sur les plateaux de LCI...
1  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 07/04/2024 à 16:29
50% d’échec, j’appelle pas ça être capable, ce n'est pas suffisant pour produire de façon autonome je pense. Mais rien ne dit qu'ils ne pourront pas s’améliorer (je ne suis pas pro-russe, c'est logique de ne pas avoir un résultat optimal quand on débute quelque chose).

Tout pays qui sous-traite dans un pays étranger perd son autonomie sur la production et la disponibilité de ce qui est sous-traité.
1  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/04/2024 à 8:37
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
50% d’échec, j’appelle pas ça être capable, ce n'est pas suffisant pour produire de façon autonome je pense. Mais rien ne dit qu'ils ne pourront pas s’améliorer (je ne suis pas pro-russe, c'est logique de ne pas avoir un résultat optimal quand on débute quelque chose).

Tout pays qui sous-traite dans un pays étranger perd son autonomie sur la production et la disponibilité de ce qui est sous-traité.
ils vont fatalement s'améliorer et rattraper leurs retard, tout comme la chine qui devient désormais le leader dans tous les domaines. Sur les capteurs photos par exemple avant il n'y avait que Sony et Samsung, désormais Omminivision fournie des capteurs aussi bon et même meilleurs....
Coté gpu la chine avec ces MTT S80 par exemple n'a plus que 5ans de retard.

Je trouve juste ironique que certains ce moque des russes alors que aucun pays européen ne conçoit et fabrique des cpu..., pas d'équivalent aux Elbrus par exemple.
Même remarque avec le programme spatial russe, le programme Ariane et l'ESA m'a pas l'air d'être en meilleur forme que chez les russes...

edit: pour ceux qui ce moque de l'armée russe ou les va en guerre, j'éviterais perso de la ramener la aussi, la puissance militaire française est en dessous du... pakistan

la france n'est plus la france des années 30 ou 80 "maitre du monde", l'europe n'est plus l'europe des années 2000, il y'a eux en 25ans un très très gros déclassement.

pour les nostalgiques, ces cpu avec une gravure de pointes et des appareils fabriqué en france:
1  0