IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google ne paiera pas le reste du congé parental ou médical des personnes licenciées pendant leurs congés, ce qui scandalise les employés,
Ils accusent l'entreprise de mauvais traitement

Le , par Bill Fassinou

103PARTAGES

3  0 
Google est aux prises avec les employés qu'il a licenciés alors qu'ils étaient en congé parental ou en congé médical. Ces employés sont en colère, car Google leur a fait savoir qu'ils ne seront pas payés pour la totalité du temps de congé restant. Ils se disent scandalisés et une centaine d'entre eux ont créé un groupe appelé "Laid Off on Leave" (licenciés en congé) pour faire entendre leur voix. Le groupe a adressé à Google et à sa société mère, Alphabet, une lettre dans laquelle il demande aux dirigeants de les payer pour les semaines et les mois de congés qu'ils avaient été autorisés à prendre avant l'annonce des suppressions d'emplois en janvier.

Google s'est lancé depuis l'année dernière dans une politique de réduction des coûts, dont l'une des composantes est le licenciement collectif. Selon plusieurs sources, plus de 12 000 employés auraient été licenciés par le géant de Mountain View et ce nombre pourrait augmenter dans les mois à venir. À titre d'exemple, les employés européens de Google viennent tout juste d'être licenciés. Plus de 200 travailleurs auraient été licenciés de la succursale de Zürich, en Suisse, la semaine dernière. Les employés du bureau de Zürich ont protesté contre cette décision et auraient même proposé des réductions de salaire pour éviter les suppressions d'emploi.

Le géant de la recherche en ligne est accusé d'avoir mal géré la plus grande vague de licenciements de son histoire, mettant les employés touchés par ces mesures en colère. Les employés actuels et anciens estiment que Google fait preuve de cruauté dans sa manière de traiter les employés qui étaient en congé médical ou parental pendant les licenciements. Google aurait décidé de ne pas payer les congés approuvés à l'avance pour les employés licenciés. Ainsi, le groupe "Laid Off on Leave" tente désormais d'obtenir de Google qu'elle respecte les délais précédemment convenus pour les employés qui traversent des changements de vie importants.


En effet, l'entreprise a annoncé début 2022 qu'elle étendait le congé parental à 18 semaines pour le personnel à temps plein (24 semaines pour les parents biologiques). Par contre, elle a annoncé aux employés licenciés qu'ils recevraient 16 semaines d'indemnités de licenciement, plus deux semaines pour chaque année supplémentaire d'emploi, y compris les congés payés. Dans la lettre adressée à Google la semaine dernière, les membres du groupe "Laid Off on Leave" affirment que cette approche a eu un impact non seulement sur leurs projets parentaux (y compris ceux qui venaient d'accoucher), mais qu'elle a également perturbé les soins de santé.

Les employés du bureau suisse de Google ont débrayé une deuxième fois pour protester contre les licenciements. Mais les licenciements de Google semblent motivés par la volonté d'apaiser le marché boursier, et il n'est donc pas surprenant que ces offres soient tombées dans l'oreille d'un sourd. Un grand nombre des travailleurs suisses ayant débrayé en signe de protestation sont membres du syndicat des travailleurs de l'informatique Syndicom. Un porte-parole du syndicat a déclaré : « nos membres chez Google Zürich et tous les employés qui se sont joints au débrayage font preuve de solidarité avec les personnes qui ont été licenciées ».

« Ils sont dérangés par la nature non transparente des licenciements et sont particulièrement déçus que Google licencie des travailleurs à un moment où la société fait des milliards de bénéfices chaque année », a-t-il ajouté. Faire en sorte que Google respecte ses accords antérieurs en matière de congés ne consiste pas seulement à ce que les employés soient payés lorsqu'ils ont des problèmes médicaux ou familiaux, mais aussi à ce qu'ils puissent bénéficier de soins médicaux continus lorsqu'ils en ont le plus besoin. Selon les règles appliquées par l'entreprise, le licenciement entraîne la perte instantanée de l'accès aux installations de Google.

Le groupe comprend des employés ayant été approuvés pour un congé de maternité, un congé de naissance, un congé familial, un congé personnel, un congé médical, ou de personnes qui sont en train de le faire. Certains anciens travailleurs ont déclaré qu'ils avaient perdu l'accès aux soins médicaux internes de Google le jour où ils ont reçu leur avis de licenciement, ce qui les a empêchés d'avoir accès à un traitement en personne. Google a proposé des rendez-vous médicaux virtuels, mais a demandé aux personnes concernées de trouver d'autres solutions. Le groupe demande aux dirigeants de clarifier la question en raison d'une échéance imminente.

Dans une déclaration à Engadget, Google a réitéré son plan d'indemnités de licenciement de 16 semaines et a précisé que les employés sortants auraient droit à un salaire normal et à des actions pendant leur période de préavis de "plus de 60 jours". Google affirme que ses mesures d'adaptation pour les personnes en congé se comparent "favorablement" à celles d'autres entreprises. Cependant, les déclarations de l'entreprise ne suffisent pas à apaiser la colère des employés licenciés. Les personnes concernées exigent que le PDG Sundar Pichai et d'autres membres de la direction clarifient rapidement la politique en matière de congés.

Les conditions officielles de licenciement devraient arriver dès le 31 mars. « Exactement une semaine après avoir reçu le texte et partagé la nouvelle excitante que mon congé de maternité avait été approuvé, j'ai reçu le courriel dont on a déjà beaucoup parlé, m'informant que je faisais partie des 12 000 personnes licenciées. Une cible facile ? Peut-être », a écrit un ancien gestionnaire de programme de Google. Une autre employée licenciée par Google a déclaré qu'elle a appris son licenciement juste quelques heures après son accouchement. Le groupe "Laid Off on Leave" souligne que Google n'est pas à la hauteur de l'image qu'il véhicule dans le monde.

Un autre groupe de Googlers a adressé une lettre ouverte à Sundar Pichai, PDG de Google, pour demander à l'entreprise de continuer à employer des personnes en congé médical, de geler les nouvelles embauches pendant le processus de licenciement et de donner la priorité à la réembauche des employés licenciés à l'avenir. La lettre demande également à Google de s'assurer que les licenciements ne sont pas discriminatoires et que l'entreprise protège les employés confrontés à des crises humanitaires en ne licenciant pas les employés d'Ukraine ou de Russie titulaires d'un visa. À ce jour, plus de 1 400 employés de Google ont signé la lettre.

Le secteur de la technologie a connu un ralentissement ces derniers mois, après un pic de croissance lorsque le monde entier s'est confiné pendant la pandémie de la Covid-19. Le ralentissement de l'économie mondiale, la hausse des taux d'intérêt et les luttes réglementaires ont poussé les entreprises technologiques, dont Amazon, Alphabet, Meta et Google, à ralentir ou à cesser tout recrutement. À la fin du mois d'août 2022, Snap a licencié 1300 personnes et réduit ses investissements. Au début du mois de novembre 2022, Twitter a licencié la moitié de ses effectifs à la suite du rachat de l'entreprise par Elon Musk pour 44 milliards de dollars.

Microsoft a licencié environ 10 000 personnes, soit 5 % de ses effectifs mondiaux. L'équipe AltSpaceVR ainsi que l'équipe Mixed Reality Tool Kit ont été licenciées dans leur intégralité. Après l'acquisition d'AltSpaceVR par Microsoft en 2017, elle est devenue l'une des principales plateformes sociales de réalité virtuelle, mais elle devrait être fermée ce mois-ci. Microsoft Mesh va apparemment prendre sa place, mais il reste à voir à quel point la société est engagée dans le concept du métavers. En outre, ces licenciements jettent de sérieux doutes sur l'avenir d'HoloLens, qui peine actuellement à conserver son contrat militaire avec le gouvernement américain.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

« Don't Be Evil » : Les employés de Google écrivent une lettre à leur PDG au sujet des licenciements massifs, l'invitant à geler les embauches et donner la priorité aux travailleurs licenciés

Après le licenciement massif, Google demande à ses employés de partager leurs bureaux, afin de réduire davantage ses coûts opérationnels. Google a une capitalisation boursière de 1180 Mds $

Un milliardaire demande à Google de licencier 28 000 personnes de plus. Fondateur du TCI Fund Management actionnaire chez Alphabet, Hon estime que l'entreprise a plus de travailleurs que nécessaire

Plus de 10 000 employés de Google pourraient être classés comme peu performants en vertu du nouveau système d'évaluation de l'entreprise, ce qui pourrait servir de prétexte pour les licencier

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 15:53
Citation Envoyé par mood8moody Voir le message
J'ai vraiment choisi la mauvaise voie.

20 ans de carrière où j'aurais pu apprendre des connaissances pour un métier qui reste stable dans le temps, comme la justice, notaire, même médecin, et qui ont des syndicats qui les protègent des problèmes de ce genre. À la moindre contrariété, il y a soulèvement général.

Nous, on est jetables, mal payés et en première ligne dès qu'il y a un souci.
Je vous rassure je pense que c'est généralisé. On est dans un système ultra hypocrite ou on vit des changements majeurs en temps réel avec des politiques qui font tout pour nous faire croire que "non c'est comme avant voir mieux !".

Les médecins avec le numerus clausus bloqué depuis 30 ans payent le prix du refus du gouvernement d'anticiper la pénurie de médecin. Aujourdhui la France pille des cerveaux dans le monde entier (principalement Afrique et Europe de l'est mais aussi pas mal l'Espagne) pour que des médecins s'installent chez nous, à moindre frais. Ils sont mêmes en train de passer des textes pour faciliter le processus. Ils se sont pas vantés d'avoir virer 2 000 médecin étranger qui n'avait même pas les diplômes pour le faire en France...

C'est toujours plus simple que d'augmenter le nombre de médecin Français très bien formés et très bien payés dans des hôpitaux bien entretenus.

Du côté de la justice, secteur ou je bosse, même remarque. Que ce soit en cabinet d'affaire ou autre ça délocalise sec la compta, et le refus d'augmenter les salaires sur les 20 dernières années va bientôt pousser la profession en secteur prioritaire comme la restauration, excuse de plus pour passer une loi qui va dire "Ok sur ces secteurs la on recrute à mort des étrangers".

C'est toujours la même stratégie, on fatigue les gens en poste, on arrête d'augmenter les salaires et quand plus personne veut bosser ils chialent auprès du poto Bruno Le Maire, le grand dilateur, pour qu'on dérégule le secteur et qu'on brule les conventions collectives puisqu'après tout il y aura bien un roumain ou un polonais pour le faire.

Le secteur bancaire Français a largement délocalisé, par exemple la SG a ses centres de formation en Roumanie...

J'ai travaillé dans un groupe de legal tech, une licorne qui se félicitais de vendre ses boites aux américains dès que la valorisation dépasse 1 million. On va nul part comme ça.

Les notaires flippent car l'UE veut abolir leur monopole pour le refiler aux avocats.

De toute façon le droit Français meurt peu à peu, il sera bientôt full européen, comme nous, et la France ce sera notre souvenir de boomer à nous.

Bref je suis ultra pessimiste mais l'IA c'est une goutte dans l'océan et je suis de tout cœur avec toi camarade. Une excuse de plus qu'utilise le capital pour ne pas nous dire que le problème c'est qu'on croit encore qu'on devient riche en travaillant, ou que ça allait au moins améliorer nos vies. Grave erreur de notre part !

L'éducation c'est déjà détruit, comme le travail en général, les autres secteurs privilégiés suivront les uns après les autres au profit du capital.

Et je me considère comme de droite ! Mais l'Europe est la plus grosse arnaque qu'on ait connu depuis la révolution Française.
7  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/03/2023 à 19:58
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Les conditions officielles de licenciement devraient arriver dès le 31 mars. « Exactement une semaine après avoir reçu le texte et partagé la nouvelle excitante que mon congé de maternité avait été approuvé, j'ai reçu le courriel dont on a déjà beaucoup parlé, m'informant que je faisais partie des 12 000 personnes licenciées. Une cible facile ? Peut-être », a écrit un ancien gestionnaire de programme de Google. Une autre employée licenciée par Google a déclaré qu'elle a appris son licenciement juste quelques heures après son accouchement. Le groupe "Laid Off on Leave" souligne que Google n'est pas à la hauteur de l'image qu'il véhicule dans le monde.
Parfois le timing des évènement est marrant.
Quand tu vires 12 000 personnes d'un coup ce genre de chose doit arriver.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
« Ils sont dérangés par la nature non transparente des licenciements et sont particulièrement déçus que Google licencie des travailleurs à un moment où la société fait des milliards de bénéfices chaque année », a-t-il ajouté.
Ouais mais en virant des employés Google pourra faire encore un peu plus de profit !

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Mais les licenciements de Google semblent motivés par la volonté d'apaiser le marché boursier
L'objectif de l'entreprise c'est de faire plaisir aux investisseurs pas de satisfaire ses employés.
6  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/04/2023 à 9:34
Encore heureux que c'est difficile de licencier en France !

Quelles bandes de dingues !
8  3 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/04/2023 à 17:50
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
ça change quoi ?
Pour l'entreprise cliente c'est moins chiant de prendre des prestataires parce que c'est plus simple à s'en défaire. Il suffit de ne pas renouveler le contrat par exemple.
Souvent les gens qui bossent pour une ESN démissionnent, donc il n'y a pas à les virer.
Et sinon il y a moyen de mettre le prestataire sur une autre mission d'un autre client.

Je pense que la fait qu'il est difficile de virer quelqu'un est un des facteurs qui explique pourquoi les entreprises Françaises passent souvent par des prestataires.
6  1 
Avatar de mach1974
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/01/2024 à 10:50
Ce n'est pas le problème d'être mono client mais plus du cocher et de la voiture avec le moteur thermique.
Le temps que le Monde redescende sur terre avec les possibilités de l'IA .
Le plus drôle est l'association GNU ZIP KNN qui a les mêmes résultats que BERT
https://alt-gr.tech/blog-texts/2023-7-gzip-gt-bert
4  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 15:17
Si Google est remplacé par des chatbots, ce qui est en train d'arriver d'après les rapports, Google risque de perdre plus de la moitié de son CA, voir bien plus.
En prévision de cette catastrophe, ils doivent préventivement réduire leurs couts.

Fini les informaticiens US payés des fortunes, ils se lancent dans l'offshore pour réduire leurs couts. Sauf pour les ingés IA, ceux la ils vont continuer à les payer des fortunes.
4  0 
Avatar de mood8moody
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 15:18
Le plus ironique, c'est que les développeurs et informaticiens en général, qui ont aidé à développer et mettre en place les infrastructures pour l'IA générative, soient les premiers remplacés par ces outils. Reste les surdiplomés et surqualifiés en IA qui garde leurs places, chercheur...

Nous aurions pu penser que les emplois à faible valeur ajoutée et facilement automatisables allaient être remplacés, mais ce sont nous, les informaticiens, qui subissons les conséquences en premier.

Bientôt, les secrétaires auront des LLM et des outils similaires pour assister leur travail, pendant que nous serons éjectés des services et remplacés par un simple technicien informatique externalisé qui se chargera du brassage, de changer les cartouches d'encre, d'installer Windows et de remplacer les PC et écrans défectueux pour 1200 euros par mois.

J'ai vraiment choisi la mauvaise voie.

Même avant l'IA, quand on voit dans notre domaine les connaissances qu'il faut ingurgiter tous les jours pour se maintenir à flot et les offres d'emploi avec des demandes de compétences longues comme le bras pour des salaires de caissier...

20 ans de carrière où j'aurais pu apprendre des connaissances pour un métier qui reste stable dans le temps, comme la justice, notaire, même médecin, et qui ont des syndicats qui les protègent des problèmes de ce genre. À la moindre contrariété, il y a soulèvement général.

Nous, on est jetables, mal payés et en première ligne dès qu'il y a un souci.
4  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 20/03/2023 à 23:14
Citation Envoyé par Nym4x Voir le message
Ah merde l'image silicon valley "on est des jeunes, on est trop cool, on fait de l'oseille, venez on a des baby foot" en prend un coup
Si, c'est toujours possible de véhiculer cette image là ; la seule différence, c'est que celui qui perd la partie de baby foot est licencié.

3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/03/2023 à 11:11
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
juste hyper honteux surtout de la part de géants financiers tel que Google !!!
Qu'est-ce que ça peut faire ?
Personne ne va arrêter d'utiliser Google, YouTube, Chrome, Android, etc.

En plus virer des employés comme ça, ça doit exciter les investisseurs.
Ils doivent avoir très envie d'acheter des actions Google, Microsoft, Meta, etc.
3  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 12/04/2023 à 20:01
Autre élément à prendre en compte, au delà de 50 salariés, tu dois avoir un comité d'entreprise et verser des participations. Si tu es 49, il vaut mieux prendre un freelance ou une presta d'ESN.
3  0