IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le directeur de WhatsApp déclare qu'il ne supprimera pas le chiffrement de bout en bout au profit de la loi britannique sur la sécurité en ligne,
Et que la société quittera le pays si elle est votée

Le , par Bill Fassinou

225PARTAGES

4  0 
Will Cathcart, le directeur de WhatsApp, a de nouveau critiqué le projet de loi britannique sur la sécurité en ligne (Online Safety Bill) visant à affaiblir le chiffrement en faveur de la protection des enfants sur Internet. Récemment interrogé sur le sujet, Will Cathcart a qualifié le projet de loi de "problématique" et le considère comme étant "l'ensemble de règlements sur la sécurité en ligne le plus préoccupant du monde occidental". Il a assuré que WhatsApp fermerait ses portes au Royaume-Uni plutôt que d'affaiblir son chiffrement de bout en bout. Le message de Cathcart fait suite à un avertissement similaire de la part des développeurs de l'application de messagerie chiffrée Signal.

Le projet de loi britannique sur la sécurité en ligne (Online Safety Bill), proposé par l'ancien Premier ministre Boris Johnson, veut obliger les fournisseurs de services de messagerie chiffrée tels que Signal et WhatsApp à mettre en place un système de balayage du côté de l'appareil afin de rechercher dans les messages des utilisateurs le matériel pédopornographique (Child sexual abuse material - CSAM) et le signaler aux autorités. Cela devrait contribuer à la protection des enfants en ligne, mais le chiffrement de bout en bout se retrouverait profondément affaibli. Un compromis que certains fournisseurs comme WhatsApp et Signal ne veulent pas faire.

Dans sa formulation actuelle, le projet de loi obligerait les sociétés de médias sociaux à empêcher les enfants d'être exposés à des contenus préjudiciables en ligne et rendrait les dirigeants pénalement responsables de préjudices tels que le fait de ne pas retirer des contenus illégaux ou de ne pas censurer des messages relevant de la cyberintimidation ou encourageant l'automutilation. Les entreprises technologiques risquent de lourdes amendes si elles ne le font pas. La législation contient ce que les critiques ont appelé "une clause d'espionnage". De tels schémas ont été condamnés par les experts et WhatsApp et Signal menacent de quitter le Royaume-Uni.


« C'est une chose remarquable à laquelle il faut penser. Il n'y a pas moyen de le changer dans une seule partie du monde. Nous avons récemment été bloqués en Iran, par exemple. Mais nous n'avons jamais vu une démocratie libérale agir de la sorte. La réalité, c'est que nos utilisateurs du monde entier veulent de la sécurité. Quatre-vingt-dix-huit pour cent de nos utilisateurs se trouvent en dehors du Royaume-Uni. Ils ne veulent pas que nous réduisions la sécurité du produit. Pour être tout à fait clair, il serait étrange que nous choisissions de réduire la sécurité du produit d'une manière qui affecterait ces 98 % d'utilisateurs », a déclaré le directeur de WhatsApp.

Cathcart a expliqué que le gouvernement britannique a déjà le pouvoir d'exiger la suppression du cryptage grâce à la loi de 2016 sur les pouvoirs d'investigation, mais que WhatsApp n'a jamais reçu de demande légale en ce sens. D'après lui, le projet de loi sur la sécurité en ligne constitue une extension préoccupante de ce pouvoir, en raison de la "zone grise" de la législation. En vertu de la législation, le gouvernement ou l'Ofcom (Office fédéral britannique de la communication) pourraient exiger de WhatsApp qu'il applique des politiques de modération de contenu qu'il serait impossible de respecter sans supprimer le chiffrement de bout en bout.

En cas de refus, WhatsApp s'exposerait à des sanctions ou à des amendes pouvant atteindre 4 % du chiffre d'affaires annuel de sa société mère, Meta, à moins qu'elle ne se retire complètement du marché britannique. Une solution que WhatsApp est prête à envisager. Selon les analystes, bien qu'il existe des substituts, si WhatsApp venait à quitter le Royaume-Uni, cela aurait des conséquences fâcheuses pour les Britanniques, notamment sur la façon dont ils communiquent régulièrement. Selon les données de l'Ofcom, WhatsApp est la plateforme de messagerie la plus populaire au Royaume-Uni, utilisée par plus de sept adultes sur dix qui sont en ligne.

Bien que WhatsApp soit surtout une application de messagerie, elle a également des fonctions de type réseau social grâce à son offre "communautés", qui permet de regrouper des chats de plus de 1 000 utilisateurs pour imiter des services tels que Slack et Discord. Cathcart a fait valoir que les risques qu'une grande communauté cause des problèmes étaient faibles. « Lorsque vous vous retrouvez dans un groupe de cette taille, il est très facile pour une personne de le signaler, à tel point que si quelque chose de grave se passe, il est très facile pour une personne de le signaler et il est facile pour quelqu'un qui enquête d'y avoir accès », a déclaré Cathcart.

Le projet de loi sur la sécurité en ligne devrait revenir devant le Parlement britannique cet été. S'il est adopté, il conférera à l'Ofcom de nouveaux pouvoirs importants en tant qu'autorité de régulation de l'Internet et lui permettra d'exiger une modération efficace des contenus sous peine de lourdes amendes. La législation ne précise pas comment ces analyses seraient mises en œuvre, mais les chercheurs en sécurité affirment qu'il est impossible de les introduire sans briser le chiffrement de bout en bout. Les partisans du projet de loi rejettent les propos des experts techniques et les accusent d'entraver les efforts pour la protection des enfants en ligne.

L'avertissement du directeur de WhatsApp fait suite à des menaces similaires de la part d'une autre application de messagerie chiffrée, Signal. La présidente de Signal, Meredith Whittaker, a déclaré dans une interview le mois dernier que l'entreprise "était à 1 000 % opposée à la loi britannique visant à affaiblir le chiffrement" et que la plateforme quitterait le pays si le projet de loi était voté. « Nous quitterions absolument n'importe quel pays si le choix était entre rester dans le pays et saper les strictes promesses de confidentialité que nous faisons aux personnes qui comptent sur nous. Le Royaume-Uni ne fait pas exception », a déclaré Whittaker.


« Des millions de personnes comptent sur nous pour fournir un service de messagerie sûr et sécurisé pour faire du journalisme, exprimer leur dissidence, exprimer des pensées intimes ou vulnérables, et parler de toute autre manière à ceux par qui ils veulent être entendus sans subir une quelconque forme de surveillance. Nous n'avons jamais rompu, et ne romprons jamais, notre engagement envers les personnes qui utilisent Signal et lui font confiance. Cela signifie que nous choisirions absolument de cesser nos activités dans une région donnée si l'alternative signifiait la remise en cause de nos engagements en matière de vie privée », a-t-elle ajouté.

Cependant, WhatsApp et Signal ne sont pas les seules à opposer un refus catégorique au projet de loi britannique sur la sécurité en ligne ou à d'autres projets de loi de ce type. Le 1er mars, le Parlement allemand a tenu une audition au sein de sa Commission numérique sur le projet de loi de la Commission européenne visant à lutter contre les abus sexuels d'enfants en ligne. Les experts techniques, les défenseurs des libertés civiles, les responsables de l'application des lois et même les protecteurs de l'enfance sont d'accord : la proposition de la Commission européenne ne protège pas les enfants, mais présente des risques majeurs pour les droits fondamentaux.

Contrairement au Royaume-Uni, l'Allemagne s'oppose aux projets de l'UE visant à affaiblir le chiffrement grâce à une analyse côté appareil. L'Allemagne était en outre l'un des seuls pays à avoir rappelé Apple à l'ordre lorsque cette dernière a tenté en 2021 d'introduire un système pour analyser minutieusement les messages des utilisateurs d'iPhone à la recherche de CSAM. L'entreprise a abandonné le projet l'année dernière après des critiques soutenues de la part de la communauté des chercheurs en cybersécurité. Ils ont mis en garde contre les dérives qu'un système d'analyse des messages privés des utilisateurs pourrait occasionner lorsqu'il sera déployé.

Par exemple, certains pays pourraient lentement forcer les entreprises à ajouter davantage de formes de contenus interdits à leurs analyses, érodant ainsi les normes de la communication privée. En outre, le projet de loi sur la sécurité en ligne a déjà été critiqué pour ses distinctions floues entre contenu illégal et contenu indésirable. À l'origine, il exigeait des plateformes technologiques qu'elles modèrent ce qu'elle appelait les contenus "légaux, mais nuisibles", mais cette formulation a été retirée du projet en novembre dernier. Dans sa forme actuelle, il élargit les pouvoirs du gouvernement britannique en matière de modération des plateformes en ligne.

Selon certaines sources, le projet de loi britannique sur la sécurité en ligne devrait être adopté dans le courant de l'année. Cathcart a demandé à ce qu'une formulation protégeant explicitement le chiffrement de bout en bout soit insérée dans le projet de loi britannique avant qu'il ne soit adopté. « Il pourrait préciser que la protection de la vie privée et la sécurité doivent être prises en compte dans le cadre. Il pourrait dire explicitement que le chiffrement de bout en bout ne doit pas être supprimé. Il pourrait y avoir plus de garanties procédurales afin que cela ne se produise pas indépendamment comme une décision », a déclaré le directeur de WhatsApp.

Source : Will Cathcart, responsable de WhatsApp chez Meta

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des déclarations du directeur de WhatsApp ?
Quels impacts un retrait de WhatsApp et de Signal pourrait-il avoir sur le marché britannique ?
Que pensez-vous du projet de loi britannique sur la sécurité en ligne (Online Safety Bill) ? S'agit-il d'une loi liberticide ?
Selon vous, ce projet de loi permettra-t-il réellement de protéger les enfants sur Internet ?
Selon vous, quels sont les risques inhérents à ce projet de loi ? Que pensez-vous de la mise en garde des experts ?
Pensez-vous que le projet de loi en ligne sera adopté malgré la menace de WhatsApp et de Signal, ainsi que les risques relevés par les experts ?

Voir aussi

Le PDG de Signal : « nous sommes à 1 000 % opposés à la loi britannique visant à affaiblir le chiffrement », la société annonce qu'elle fermera ses portes au Royaume-Uni si le projet de loi est voté

Le patron de WhatsApp a déclaré qu'il n'introduira pas des filtres d'IA pour scanner les conversations chiffrées, comme l'exige un projet de loi du gouvernement britannique

Les entreprises technologiques risquent de lourdes amendes si elles ne recherchent pas le CSAM dans les conversations chiffrées, un projet de loi britannique prévoit 25 millions de dollars d'amende

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de ALT
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 13/03/2023 à 18:04

Comme je dis toujours, tous les dictateurs suppriment (progressivement) tous les droits de leurs administrés soi-disant pour des raisons de
  • sûreté nationale (y a des ennemis partout)
  • lutte contre la désinformation (due aux factieux, aux ennemis [intérieurs ou extérieurs = étrangers] ; ce qui vient du pouvoir n'est évidemment que vérité)
  • protection de la société (contre quoi ?)
  • « anti-terrorisme »
  • maintien de l'ordre
  • chasse aux opposants ennemis du peuple | saboteurs | agents infiltrés | espions... (garder toutes les mentions utiles)
  • etc.

D'ailleurs, c'est bien la rhétorique utilisée en Chine, en Russie, en Turquie, au Vénézuéla, en Corée du Nord &c. Il n'y a qu'à écouter Xi, Poutine, Kim ou Erdogan.
Mais, hélas, de plus en plus dans les démocraties. C'est presque indolore car très progressif & fort peu médiatisé, mais il n'y a qu'à observer l'épaisseur croissante de nos différents codes (civil, pénal, général des impôts, rural, de l'urbanisme...) ainsi que leur multiplication (78 à ce jour) !
Bref, c'est imbitable, même pour les spécialistes ! Pourtant, nul n'est sensé ignorer la loi​.
Mais l'imagination des politiciens est illimitée. Hélas. Surtout pour assurer notre bien-être.
10  0 
Avatar de Prox_13
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/10/2023 à 11:25
Ouiiii ouiiii, évidemment. C'est pour les enfants, c'est ça? Comme les fois d'avant? Ils nous prennent vraiment pour des bons.
9  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 23/05/2023 à 18:07
Citation Envoyé par petitours Voir le message
Après à ceux qui ne comprennent pas ce que je veux dire, je pose la question :
Que voulez vous protéger dans votre vie privée ? Pourquoi ? est ce aujourd’hui protégé ?
Pourquoi, d'après vous, la vie privée est inscrite dans les droits fondamentaux ?

Rien ne vous obligent à garder privée votre vie privée. Parc contre, rien ne doit interdire quelque qu'un de garder privée sa vie privée.

Quand à l'efficacité des services de renseignement... Ce qui compte n'est pas leurs intentions, mais le fait qu'ils bafouent les droits humains.
9  1 
Avatar de oooopppp
Membre actif https://www.developpez.com
Le 30/05/2023 à 13:32
Salut,
on vous dicte déjà comment vivre, comment consommer et comment travailler,
on vous dicte quand faire la fête, on vous dicte comment vous droguer,
on vous dicte aussi comment baiser,
si être un mouton vous plait, à moi ça ne me plait pas !
ça ne me plait pas non plus de ne plus avoir de vie privée,
ça ne me plait pas que le gouv. sache que je préfère le POV quand je regarde du porno,
-> vous en regardez aussi.

A un moment donné, si vous voulez tous qu'on vous dicte votre vie,
si vous voulez tous vous ressembler, si vous voulez tous devenir des robots,
je peux rien pour vous, moi ça ne me plait pas, je ne veux pas de cette vie sous dictat / en dictature.

Bien sûr que la vie privée et le chiffrement sont absolument nécessaires,
les états s'espionnent sans cesse, il y a la guerre commerciale,
déjà qu'avec une carte bancaire et un smartphone dans la poche, on vous flique de partout,
un jour ou l'autre quelqu'un se servira de vos infos pour vous faire du chantage,
pour voler votre argent, pour voler votre identité ou bien votre ADN (permutation dans la BDD).

Si nous voulons combattre la pédophilie, il faudrait commencer par l'éducation et la pédagogie,
écouter les enfants qui ont des comportement étranges, au lieu de s'en foutre et de les traiter de cassos.

Chaque photocopie, chaque image est traçable par des moyens gardés secrets et une enquête
c'est d'abord des gens qui réfléchissent, pas des gens qui utilisent des gadgets numériques.

Aussi, il est assez aisé de rentrer dans n'importe quel appareil numérique, rappelez-vous "Pegasus".

Le fait de ne plus pouvoir chiffrer est une voie directe vers la dictature, alors vous ne morflez pas encore,
mais sans cela vous morflerez bientôt, déjà, on ne peut plus s'exprimer librement en public,
il faut constamment faire attention à ses propos car si ils ne plaisent pas à micron, vous en payerez le prix fort !

Le chiffrement est le garant de notre liberté, pour ceux qui s'est soucient encore.

Combien de journalistes risquent leur vie dans des dictatures ?
- Mais ça vous vous en foutez tant vous êtes obsédés par votre nombril !

Les liberté reculent de plus en plus et certains en redemandent.

Oui, il y a des fous, des gens profondément atteints psychologiquement, nous devons les soigner
avant qu'ils ne fassent du mal, mais ceux qui vous dictent comment vivre, eux ne sont'ils pas fous ?

Et croire que les gens qui font du renseignement ne sont pas soumis à l'autorité, cet argument ne vaux rien,
ils sont capables du pire pour peu qu'ils arrivent à payer le crédit de la maison !

Franchement, je ne comprend pas les arguments en faveur de moins de chiffrement au nom de la lutte contre la pédo-criminalité,
c'est oublier qu'avant le numérique, les pédophiles existaient déjà et c'est là, à mon avis, qu'est le cœur du problème !

Soignons les humains et laissez-nous notre vie privée tranquille, la plupart des gens,
bien que plus assimilés à des clones qu'à de véritables être humains,
ne sont pas de mauvaises personnes avec de mauvaises intentions.

L'argument de la lutte contre la pédo-criminalité n'est qu'un argument en faveur de ceux qui rêvent de contrôler totalement les humains,
pour en faire des marionnettes serviles, ce sont eux les vrais malades !
8  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/10/2023 à 14:27
Citation Envoyé par petitours Voir le message
Je fais partie de ces gens là et pourtant j'ai pleinement conscience du sujet.
1) Nos échanges privés sont déjà copieusement scrutés, pas par une organisation démocratique sous le contrôle d'élus qui changent régulièrement mais par des entreprises privées à but très lucratif.
2) Qu'est ce que j'en ai à faire que cette organisation publique scrute mes échanges ? Entre les nouvelles que je donne à ma famille et les mots doux que j’envoie à madame, rien qui ne soit pas diffusé largement sur d'autres canaux non informatiques
3) Rien empêche de chiffrer ce qui est réellement à chiffrer (et pas via les outils des plateformes gratuites à but lucratif...)
4) Le chiffrement privé servant à rien c'est une dépense énergétique et environnementale dont on doit se passer
5) Tant mieux si ça permet de stopper quelques pédophiles. Récemment le déchiffrement de communications a permis de stopper un réseau de trafic d'arme et de drogue en France, ça aurait été idiot de s'en priver pour protéger le récit du petit fils Paul qui a fait ses premiers pas dans le jardin.
Désolé de ne pas être d'accord avec toi. Certes, ce que tu dis est juste.
Toutefois, j'émettrais les réserves suivantes.
1) Si tu envoies des photos de tes enfants en maillot de bain à tes parents ou beaux-parents, seras-tu content de voir les flics débarqués avec un mandat de perquisition chez toi, et toi et ta femme embarqués pour pédophilie ?
2) Si les enquêteurs veulent déchiffrer des conversations, qu'ils demandent aux juges de leur délivrer une autorisation. Autorisation qui exigera qu'une enquête prouve qu'il y a un risque potentiel.
3) Si le chiffrement est interdit, tu ne pourras pas chiffrer ce qui est réellement à chiffrer.
4) Quelles garanties avons-nous que nos discussions ne soient utilisées contre nous à un quelconque moment. Ex. Mettons que Jean et Paul discutent politique, Paul critiquant telle ou telle loi. Et, voilà que le fils de Paul se voit refuser une bourse, une entrée en université, ... que sais-je encore. Évidemment, officiellement ça n'aura aucun lien, mais en réalité ?

En bref, je dirais que la porte ouverte à toutes les fenêtres... Et une fois ouverte, pas facile de les refermer. Et, ça, c'est en supposant que l'on reste dans un pays "démocratique" (ce qu'il est de moins en moins), imaginons une seconde le pays basculant dans un état plus... dictatorial.
8  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/05/2023 à 19:23
Que pensez-vous de l'avis du service juridique de l'UE ?
Il rejoint tout ce qui a été dit précédemment sur cette loi sur ce forum et bien content de leur avis.
Les états devraient plutôt traquer dans le dark web les pédophiles puisque des sites existent mettant en relation des pédophiles entre eux. Rien n'est impossible sur internet et même si c'est plus difficile que de traquer toutes les communications, au moins ce sera efficace et pas injuste et illégal comme le dit le service juridique de l'UE.
7  0 
Avatar de ALT
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 23/05/2023 à 17:20
À petitours :
Autrement dit : vivons dans des logements en verre, échangeons des courriers postaux sans les enveloppes, &c., ça évitera une dépense inutile d'énergie & ça facilitera le travail des services de surveillance (=espionnage de l'État sur ses citoyens).
Et puis on pourrait avoir l'obligation de laisser nos mobiles allumés & connectés à un ECHELON à l'européenne.
Pendant qu'on y est, interdisons toute communication entre humains, ça économisera encore plus de ressources !

Bref, moi pas comprendre ce genre de raisonnement.
8  1 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/07/2023 à 14:34
George Orwell, de nationalité britannique, doit se retourner dans sa tombe.
7  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/04/2024 à 11:41
Je vois que qu'effectivement c'est toujours dans les tuyaux...

Décidément l'Europe c'est vraiment pas l'amour des peuples et des nations, c'est bel et bien l'antichambre du quatrième Reich.

Et dire qu'ils sont aussi en train de pousser à la création d'un état européen pour définitivement nous spolier des états nations, on sera vraiment tout nus si ils arrivent à passer ça.
7  0 
Avatar de ALT
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/05/2023 à 11:21
A vous cacher derrière le chiffrement qui serait un signe de liberté vous ne faites que vous priver de la liberté qui vous intéresse vraiment : le respect de votre vie privée.
Aucune loi ne peut garantir une absence d'espionnage de la vie privée (ne serait-ce que par des puissances étrangères qui se tamponnent des lois françaises ou européennes), sauf celle autorisant le chiffrement. D'ailleurs, les services de renseignement intérieur (FBI, DGSI [ex-RG], FSB...) passent leur temps à ce genre d'opérations. Et, souvent, en toute illégalité.

Il ne faut pas oublier l'espionnage industriel, qui serait alors facilité au profit de tous les pays non européens (Chine, États-Unis, Russie, Inde, Iran, Arabie Séoudite, Algérie, &c. : je ne peux pas tous les citer).
Et il faut penser à tous les individus qui sont (potentiellement) menacés dans leur vie privée : militaires, forces de l'ordre, gardiens de prisons, juges, élus, médecins... Ils ne souhaitent pas qu'un quidam puisse savoir, via une communication privée, où ils se trouvent.
Et le particulier Je-n'ai-rien-à-cacher : qu'il annonce dans une conversation privée qu'il part en vacances quelques jours, en indiquant les dates, & les cambrioleurs feront la queue pour se servir chez lui. Sans compter les occupants illégaux, qui auront tout le temps de s'installer.

Et comme ce sont des actes déjà répréhensibles (comme le port d'arme) mais pratiqués par des individus qui ont précisément décidé de ne pas respecter la loi, je ne vois pas comment celle-ci pourrait nous défendre. Car la loi est sensée nous protéger, mais une fois qu'on a subi le préjudice, suite à l'espionnage, c'est trop tard.
Surtout que, contrairement à une agression (y compris un vol), l'espionnage est quasiment impossible à prouver, donc à punir. Et c'est la différence majeure avec la jeune fille qui a peur de sortir.

Bref, il y a ce qu'on peut réellement verrouiller par la réglementation & ce qu'il est illusoire de chercher à garantir. Et la vie privée ne peut se préserver uniquement avec des lois. Sauf à considérer que l'autorisation du chiffrement en est une !
6  0