IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Après le licenciement massif, Google demande à ses employés de partager leurs bureaux, afin de réduire davantage ses coûts opérationnels.
Google a une capitalisation boursière de 1180 Mds $

Le , par Stéphane le calme

140PARTAGES

5  0 
Avec une capitalisation boursière de 1 180 milliards de dollars, Google est l'une des plus grandes entreprises au monde, on ne s'attendrait donc pas à ce que certains de ses employés partagent des bureaux avec des collègues. Mais cela deviendra une réalité à partir du prochain trimestre tandis que Google vise « l'efficacité immobilière ». Le nouveau modèle de partage de bureau s'appliquera à certains des plus grands sites de Google Cloud aux États-Unis : Kirkland (à Washington), New York, San Francisco, Seattle et Sunnyvale (en Californie). En outre, certains bâtiments de la grande enseigne de la technologie seront également libérés. Cela survient alors que l'entreprise réduit son empreinte immobilière dans le cadre d'une mesure plus large de réduction des coûts opérationnels afin que l'entreprise « puisse continuer à investir dans la croissance du Cloud », selon une FAQ interne récemment partagée avec les employés Google Cloud et consultée par certains médias.

Google a demandé à ses employés dans sa division cloud de partager leurs bureaux à partir du prochain trimestre, évoquant « l'efficacité immobilière ».

Afin de partager un bureau entre plusieurs employés, Google a encouragé le personnel à alterner leurs journées de travail, comme les lundis et mercredis ou les mardis et jeudis. Les jours sans bureau attribué, les employés sont autorisés à venir au bureau, mais ils devront être dans un environnement de travail partagé.

« La plupart des Googleurs partageront désormais un bureau avec un autre Googleur », indique le document interne, notant que l'entreprise s'attend à ce que les employés arrivent un jour sur deux afin qu'ils ne soient pas au même bureau le même jour. « Tout au long du processus d'appariement, ils conviendront d'une configuration de bureau de base et établiront des normes avec leur partenaire de bureau et leurs équipes pour garantir une expérience positive dans le nouvel environnement partagé ».

Le nouveau modèle de partage de bureau s'appliquera aux cinq plus grands sites américains de Google Cloud, notammentKirkland (à Washington), New York, San Francisco, Seattle et Sunnyvale (en Californie).

En interne, la direction a donné au nouvel agencement des sièges un titre : « Cloud Office Evolution » ou tout simplement « CLOE », qu'elle décrit comme « combinant le meilleur de la collaboration prépandémique avec la flexibilité du travail hybride ». Le nouveau plan d'espace de travail n'est pas un programme pilote temporaire, note le document. « Cela conduira finalement à une utilisation plus efficace de notre espace », est-il indiqué.

Google a également utilisé ses données internes sur ses modèles de retour au bureau des employés pour éclairer la décision, a indiqué la FAQ. En plus des modèles de retour au bureau plus lents, l'entreprise a ralenti l'embauche et licencié 12 000 employés en janvier, soit 6% de son personnel mondial.


Une situation qui intervient après un licenciement massif

« Au cours des deux dernières années, nous avons connu des périodes de croissance spectaculaire. Pour accompagner et alimenter cette croissance, nous avons embauché pour une réalité économique différente de celle que nous connaissons aujourd'hui », écrit Pichai.

« Nous paierons les employés pendant toute la période de notification (minimum 60 jours). Nous offrirons également une indemnité de départ commençant par 16 semaines de salaire, plus deux semaines pour chaque année supplémentaire passée chez Google et nous accélérerons la mise à disposition d'au moins 4 mois de couverture santé. Nous verserons les primes au titre de l’année 2022. Nous offrirons 6 mois de soins de santé, des services de placement et une aide à l'immigration aux personnes concernées », indique le PDG au sujet du traitement des employés aux États-Unis. Les travailleurs des autres régions du monde seront pris en charge en fonction des lois et pratiques locales.

Google a ainsi emboîté le pas à d’autres grandes entreprises technologiques. Le secteur de la technologie a connu un sérieux ralentissement ces derniers mois, après un pic de succès lorsque le monde s'est replié sur lui-même pendant la pandémie. Le ralentissement de l'économie mondiale, la hausse des taux d'intérêt et les luttes réglementaires ont poussé les entreprises technologiques, dont Alphabet et Amazon, à ralentir ou à arrêter leurs recrutements. Fin août 2022, Snap a licencié 1300 personnes et réduit ses investissements. Au début du mois de novembre 2022, Twitter a licencié la moitié de ses effectifs à la suite du rachat de l'entreprise par Elon Musk pour 44 milliards de dollars.

Microsoft a licencié environ 1000 employés dans plusieurs divisions en octobre de l’année dernière, puis a procédé au licenciement de 10 000 personnes, soit 5% de ses effectifs mondiaux. L'équipe derrière AltSpaceVR ainsi que l'équipe Mixed Reality Tool Kit ont été licenciées dans leur intégralité. AltSpaceVR était l'une des principales plates-formes sociales de réalité virtuelle, avec l'acquisition de la société par Microsoft en 2017, mais elle est maintenant prête à être fermée en mars et semble enterrer les ambitions métavers de Microsoft. Microsoft Mesh va apparemment prendre sa place, mais il reste à voir à quel point l'entreprise est engagée dans le concept de métavers. Quoi qu'il en soit, ces licenciements jettent de sérieux doutes sur l'avenir d'HoloLens, qui peine actuellement à conserver son contrat militaire avec le gouvernement américain.

Néanmoins, pour le milliardaire Christopher Hohn, fondateur du TCI Fund Management actionnaire chez Alphabet, l'entreprise disposait toujours de plus de travailleurs que nécessaire. Dans une lettre adressée au PDG d'Alphabet, Hohn a reconnu que licencier des gens n'est jamais un choix facile, mais il a également indiqué à Pichai que les effectifs d'Alphabet (la société mère de Google) devaient être réduits de 20 %. Il suggère donc de licencier 14 % supplémentaires du personnel pour arrondir à une « réduction des effectifs » de 20%. Cela représente environ 28 000 travailleurs, en plus des 12 000 déjà licenciés.

Dans sa lettre, Hohn note que « la direction devrait également saisir l'occasion pour s'attaquer à la rémunération excessive des employés ». Sa logique pour la réduction de la rémunération est que « la concurrence pour les talents dans l'industrie technologique a considérablement diminué ».

Les employés de Google sont bien payés (et sont parmi les mieux payés de toute l'industrie). Pourtant, lorsque votre salaire quotidien s'élève à près de sept revenus annuels médians des employés de Google et représente plus de 16 000 fois le revenu quotidien d'un travailleur au salaire minimum californien, il est peut-être préférable de ne pas publier publiquement vos opinions sur le revenu des travailleurs. Pour mémoire, la fortune de Hohn s'élève à 7,48 milliards de dollars et, selon Fortune Magazine, il s'est payé près de 2 millions de dollars par jour en 2022, faisant de lui l'homme le mieux payé de l'histoire de la Grande-Bretagne. Il est le 302e homme le plus riche du monde.

Citation Envoyé par Sir Christopher Hohn
J'ai apprécié notre récent dialogue concernant la base de coûts d'Alphabet. Je suis encouragé de voir que vous prenez maintenant des mesures pour redimensionner la base de coûts d'Alphabet et comprenez que ce n'est jamais une décision facile de laisser partir les gens.

J'ai soutenu dans ma lettre précédente que les effectifs d'Alphabet avaient augmenté au-delà de ce qui était nécessaire sur le plan opérationnel. Au cours des 5 dernières années, Alphabet a plus que doublé ses effectifs, ajoutant plus de 100 000 employés, dont 30 000 au cours des 9 premiers mois de 2022 seulement. La décision de supprimer 12 000 emplois est un pas dans la bonne direction, mais elle n'inverse même pas la très forte croissance des effectifs de 2022.

Je pense que la direction devrait viser à réduire les effectifs à environ 150 000, ce qui est en ligne avec les effectifs d'Alphabet fin 2021. Cela nécessitera une réduction totale des effectifs de l'ordre de 20 %.

Il est important que la direction profite également de l'occasion pour remédier à la rémunération excessive des employés. Le salaire médian chez Alphabet en 2021 s'élevait à près de 300 000 dollars, et le salaire moyen est bien supérieur. La concurrence pour les talents dans l'industrie technologique a considérablement diminué, ce qui a permis à Alphabet de réduire considérablement la rémunération par employé. En particulier, Alphabet devrait limiter la rémunération à base d'actions compte tenu de la baisse du cours de l'action.

J'espère poursuivre le dialogue avec vous sur ces questions en temps voulu.

Des employés de Google ont commencé à se moquer de leur employeur

Des mèmes ont commencé à apparaître sur la plate-forme de l'entreprise Memegen, se moquant du changement (parodiant spécifiquement les dirigeants qui essayent de vanter le nouvel agencement de bureau dans ce qui est considéré comme une simple mesure de réduction des coûts).

« Toutes les mesures de réduction des coûts n'ont pas besoin d'être emballées dans un joli papier cadeau pour qu'elles sonnent bien pour les employés », indiquait un mème populaire. « Un simple "nous réduisons l'espace de bureau pour réduire les coûts" rendrait le leadership plus crédible ».

Un porte-parole de Google a expliqué : « Depuis notre retour au bureau, nous avons mené des projets pilotes et mené des enquêtes auprès des employés du Cloud pour explorer différents modèles de travail hybrides et aider à façonner la meilleure expérience. Nos données montrent que les Googleurs du Cloud apprécient la collaboration en personne garantie lorsqu'ils sont au bureau, ainsi que la possibilité de travailler à domicile quelques jours par semaine. Grâce à ces commentaires, nous avons développé notre nouveau modèle de rotation, combinant le meilleur de la collaboration prépandémique avec la flexibilité et la concentration que nous apprécions tous du travail à distance, tout en nous permettant d'utiliser nos espaces plus efficacement ».

Cette décision intervient alors que Google réduit son empreinte immobilière dans le cadre d'une réduction des coûts plus large. Cependant, il n'a pas encore précisé les régions ou les bâtiments qu'il prévoit de réduire.

Lors de son appel aux résultats du quatrième trimestre, les dirigeants de Google ont déclaré qu'ils prévoyaient d'engager des coûts d'environ 500 millions de dollars liés à la réduction de l'espace de bureau mondial au cours du trimestre en cours, et ont averti que d'autres charges immobilières étaient possibles à l'avenir. Plus tôt ce mois-ci, SFGate a annoncé que la société mettrait fin aux baux pour « un certain nombre d'espaces inoccupés » dans la région de la baie de San Francisco, la région où se trouve son siège social.

L'unité cloud, qui représente plus d'un quart des revenus de Google, est l'un des secteurs à plus forte croissance de l'entreprise, mais n'est pas rentable.

Au quatrième trimestre, Google Cloud a rapporté 7,32 milliards de dollars, en croissance de 32 % par rapport à l'année précédente, bien plus rapidement que le taux de croissance global de l'entreprise de moins de 10 %. Mais ce chiffre d'affaires était inférieur aux attentes du consensus de Wall Street, et l'unité Cloud perd toujours des centaines de millions de dollars chaque trimestre (480 millions de dollars au quatrième trimestre, bien que cela représente près de la moitié de la perte de l'année précédente).

Dans l'ensemble, cependant, Google a réalisé un bénéfice net de 13,62 milliards de dollars au cours du trimestre et de 59,97 milliards de dollars pour l'ensemble de 2022. Les deux étaient des baisses importantes par rapport à 2021.

Source : Fortune

Et vous ?

Êtes-vous surpris de voir Google adopter de telles mesures ?
Est-il, selon vous, envisageable que ces mesures s'étendent à d'autres divisions de Google et/ou d'autres sites de Google ?
Comprenez-vous les réactions des employés qui auraient préféré que leur employeur assume ses tentatives de réductions des coûts opérationnels au lieu de présenter cette mesure comme étant un moyen de s'adapter à l'ère post-covid ?
Avez-vous une anecdote sur les réductions de coût déguisées par une entreprise en « truc trop cool dans l'air du temps » ?

Voir aussi :

Plus de 10 000 employés de Google pourraient être classés comme peu performants en vertu du nouveau système d'évaluation de l'entreprise, ce qui pourrait servir de prétexte pour les licencier

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 15:53
Citation Envoyé par mood8moody Voir le message
J'ai vraiment choisi la mauvaise voie.

20 ans de carrière où j'aurais pu apprendre des connaissances pour un métier qui reste stable dans le temps, comme la justice, notaire, même médecin, et qui ont des syndicats qui les protègent des problèmes de ce genre. À la moindre contrariété, il y a soulèvement général.

Nous, on est jetables, mal payés et en première ligne dès qu'il y a un souci.
Je vous rassure je pense que c'est généralisé. On est dans un système ultra hypocrite ou on vit des changements majeurs en temps réel avec des politiques qui font tout pour nous faire croire que "non c'est comme avant voir mieux !".

Les médecins avec le numerus clausus bloqué depuis 30 ans payent le prix du refus du gouvernement d'anticiper la pénurie de médecin. Aujourdhui la France pille des cerveaux dans le monde entier (principalement Afrique et Europe de l'est mais aussi pas mal l'Espagne) pour que des médecins s'installent chez nous, à moindre frais. Ils sont mêmes en train de passer des textes pour faciliter le processus. Ils se sont pas vantés d'avoir virer 2 000 médecin étranger qui n'avait même pas les diplômes pour le faire en France...

C'est toujours plus simple que d'augmenter le nombre de médecin Français très bien formés et très bien payés dans des hôpitaux bien entretenus.

Du côté de la justice, secteur ou je bosse, même remarque. Que ce soit en cabinet d'affaire ou autre ça délocalise sec la compta, et le refus d'augmenter les salaires sur les 20 dernières années va bientôt pousser la profession en secteur prioritaire comme la restauration, excuse de plus pour passer une loi qui va dire "Ok sur ces secteurs la on recrute à mort des étrangers".

C'est toujours la même stratégie, on fatigue les gens en poste, on arrête d'augmenter les salaires et quand plus personne veut bosser ils chialent auprès du poto Bruno Le Maire, le grand dilateur, pour qu'on dérégule le secteur et qu'on brule les conventions collectives puisqu'après tout il y aura bien un roumain ou un polonais pour le faire.

Le secteur bancaire Français a largement délocalisé, par exemple la SG a ses centres de formation en Roumanie...

J'ai travaillé dans un groupe de legal tech, une licorne qui se félicitais de vendre ses boites aux américains dès que la valorisation dépasse 1 million. On va nul part comme ça.

Les notaires flippent car l'UE veut abolir leur monopole pour le refiler aux avocats.

De toute façon le droit Français meurt peu à peu, il sera bientôt full européen, comme nous, et la France ce sera notre souvenir de boomer à nous.

Bref je suis ultra pessimiste mais l'IA c'est une goutte dans l'océan et je suis de tout cœur avec toi camarade. Une excuse de plus qu'utilise le capital pour ne pas nous dire que le problème c'est qu'on croit encore qu'on devient riche en travaillant, ou que ça allait au moins améliorer nos vies. Grave erreur de notre part !

L'éducation c'est déjà détruit, comme le travail en général, les autres secteurs privilégiés suivront les uns après les autres au profit du capital.

Et je me considère comme de droite ! Mais l'Europe est la plus grosse arnaque qu'on ait connu depuis la révolution Française.
7  0 
Avatar de Nym4x
Membre averti https://www.developpez.com
Le 20/03/2023 à 9:45
Ah merde l'image silicon valley "on est des jeunes, on est trop cool, on fait de l'oseille, venez on a des baby foot" en prend un coup
6  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/03/2023 à 19:58
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Les conditions officielles de licenciement devraient arriver dès le 31 mars. « Exactement une semaine après avoir reçu le texte et partagé la nouvelle excitante que mon congé de maternité avait été approuvé, j'ai reçu le courriel dont on a déjà beaucoup parlé, m'informant que je faisais partie des 12 000 personnes licenciées. Une cible facile ? Peut-être », a écrit un ancien gestionnaire de programme de Google. Une autre employée licenciée par Google a déclaré qu'elle a appris son licenciement juste quelques heures après son accouchement. Le groupe "Laid Off on Leave" souligne que Google n'est pas à la hauteur de l'image qu'il véhicule dans le monde.
Parfois le timing des évènement est marrant.
Quand tu vires 12 000 personnes d'un coup ce genre de chose doit arriver.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
« Ils sont dérangés par la nature non transparente des licenciements et sont particulièrement déçus que Google licencie des travailleurs à un moment où la société fait des milliards de bénéfices chaque année », a-t-il ajouté.
Ouais mais en virant des employés Google pourra faire encore un peu plus de profit !

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Mais les licenciements de Google semblent motivés par la volonté d'apaiser le marché boursier
L'objectif de l'entreprise c'est de faire plaisir aux investisseurs pas de satisfaire ses employés.
6  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 20/03/2023 à 14:08
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je pense que là où ça a été fait, c'est légal et qu'il n'y a rien à faire.
Dans certains pays tu peux virer des salariés sans raison. (il parait que quand il est facile de virer les salariés les entreprises ont plus de facilité à embaucher des salariés ).

Pour une entreprise aussi grosse un employé est moins qu'un numéro.
Dans les entreprises comme Meta, Google, Microsoft, ceux qui ont pris la décision de virer 20% du personnel, on peut-être vu des cellules dans un tableau et se sont dit "on paie beaucoup trop en salaire, il faudrait virer du monde".
Qu'est-ce qu'ils en ont à foutre de l'histoire personnel de chaque employé ?
L'entreprise s'en fout que tu t'occupes de ton enfant handicapé, de ta femme mourante, ou quoi que ce soit.
Tu bosses bien, mais on va te virer quand même car on veut payer moins de salaire.

======
Voilà ce qu'il se passe quand t'es sympa avec ton patron :
Elle donne un rein à sa patronne puis se fait licencier

L'entreprise est là pour t'écraser puis te recracher.
Ce n'est pas ton amie. (ou alors tu souffres du syndrome de Stockholm)
c'est avec ce genre d'histoire qu'a force un jeune motivé a taffé et plein d'ambition se trouve un poste planqué, n'en branle plus 1 de toute sa vie en attendant la retraite.
Tous les jeunes que j'ai rencontré au début était tres content de bosser, il voulait bien faire, vite...
Puis apres 2-3ans, gros changement, il se rendent compte que le travail ne paie, qu'il ne seront jamais considéré par leurs hierarchie, autre que comme un pisseur de code jetable et donc puisque c'est comme ça, ils font le scrict minimum en travail, font leurs heure sans dépasser de 1 minutes et à la 1ere bonne opportunité se casse dans une autre boite pour gagner en salaire (seul moyen d'évoluer en france)
5  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/04/2023 à 9:34
Encore heureux que c'est difficile de licencier en France !

Quelles bandes de dingues !
8  3 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/04/2023 à 17:50
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
ça change quoi ?
Pour l'entreprise cliente c'est moins chiant de prendre des prestataires parce que c'est plus simple à s'en défaire. Il suffit de ne pas renouveler le contrat par exemple.
Souvent les gens qui bossent pour une ESN démissionnent, donc il n'y a pas à les virer.
Et sinon il y a moyen de mettre le prestataire sur une autre mission d'un autre client.

Je pense que la fait qu'il est difficile de virer quelqu'un est un des facteurs qui explique pourquoi les entreprises Françaises passent souvent par des prestataires.
6  1 
Avatar de mach1974
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/01/2024 à 10:50
Ce n'est pas le problème d'être mono client mais plus du cocher et de la voiture avec le moteur thermique.
Le temps que le Monde redescende sur terre avec les possibilités de l'IA .
Le plus drôle est l'association GNU ZIP KNN qui a les mêmes résultats que BERT
https://alt-gr.tech/blog-texts/2023-7-gzip-gt-bert
4  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 15:17
Si Google est remplacé par des chatbots, ce qui est en train d'arriver d'après les rapports, Google risque de perdre plus de la moitié de son CA, voir bien plus.
En prévision de cette catastrophe, ils doivent préventivement réduire leurs couts.

Fini les informaticiens US payés des fortunes, ils se lancent dans l'offshore pour réduire leurs couts. Sauf pour les ingés IA, ceux la ils vont continuer à les payer des fortunes.
4  0 
Avatar de mood8moody
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 15:18
Le plus ironique, c'est que les développeurs et informaticiens en général, qui ont aidé à développer et mettre en place les infrastructures pour l'IA générative, soient les premiers remplacés par ces outils. Reste les surdiplomés et surqualifiés en IA qui garde leurs places, chercheur...

Nous aurions pu penser que les emplois à faible valeur ajoutée et facilement automatisables allaient être remplacés, mais ce sont nous, les informaticiens, qui subissons les conséquences en premier.

Bientôt, les secrétaires auront des LLM et des outils similaires pour assister leur travail, pendant que nous serons éjectés des services et remplacés par un simple technicien informatique externalisé qui se chargera du brassage, de changer les cartouches d'encre, d'installer Windows et de remplacer les PC et écrans défectueux pour 1200 euros par mois.

J'ai vraiment choisi la mauvaise voie.

Même avant l'IA, quand on voit dans notre domaine les connaissances qu'il faut ingurgiter tous les jours pour se maintenir à flot et les offres d'emploi avec des demandes de compétences longues comme le bras pour des salaires de caissier...

20 ans de carrière où j'aurais pu apprendre des connaissances pour un métier qui reste stable dans le temps, comme la justice, notaire, même médecin, et qui ont des syndicats qui les protègent des problèmes de ce genre. À la moindre contrariété, il y a soulèvement général.

Nous, on est jetables, mal payés et en première ligne dès qu'il y a un souci.
4  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/03/2023 à 8:25
les mêmes problèmes dans toute les grosses structure.
oui le télétravail permet d'économiser de l'argent (plus/très peu de locaux à payer)

la hiérarchie pyramidale est un vrai problème. J'ai fait beaucoup de boite du cac40 et pas je me suis retrouvé dans des cas ou il y'a plus de manager que d'ingénieur.
entre le pdg, le pdg de la filiale, le directeur de la division mondial, directeur de la division france, le sous directeur de la région ouest france, le directeur de site, le directeur du produit, le po, le pm, le po proxy, le scrum master qui fait en réalité le boulot du po...etc.
tous ca pour faire un bosser un stagiaire/alternant sur 1 projet en solo (oui oui du déja vu).
je me suis déja retrouvé à bosser pour 3 chef de projet, dans l'équipe on était 2 dev et 3 chef de projet.... normal.

il faut moins de manager et avoir de bon salaire pour les "petite main". Pourquoi tous le monde veux faire des étrudes bac+5 ? pourquoi les étudiants ne font pas de science et font des études de droit/médecine ?
le salaire.
Pourquoi après quelques années d'expériences la plupart des dev parte en freelance ou arrête d'etre dev pour devenir manager/chef de projet ? le salaire. la passion du code est toujours la mais si c'est pour etre mal payé...

peut être que demain il n'y aura plus de pénurie d’hôtelier de soudeur ou de chaudronnier.
et les étudiants feront des études en science (informatique par exemple) si les salaires sont attractifs plutôt que de faire médecin ou avocat.

mes gosses je les déconseilles de faire un métier scientifique et de faire avocat ou notaire ou taf dans la finances. Car les métiers de paperasserie bullshit rapporte 10 fois plus qu'un gars qui conçoit un logiciel, une voiture, un avion ou un robot
4  1