IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un tribunal juge que Craig Wright ne peut pas protéger le format de fichier du Bitcoin par un droit d'auteur,
Ce qui constitue un revers pour l'inventeur autoproclamé du bitcoin

Le , par Bill Fassinou

146PARTAGES

3  1 
Un tribunal londonien a statué que l'inventeur autoproclamé du bitcoin, Craig Wright, ne peut pas revendiquer un droit d'auteur pour le format de fichier utilisé dans le système de la cryptomonnaie. L'informaticien australien, qui s'apprête à affronter les opérateurs de la blockchain du bitcoin dans un conflit de droits plus large, vient de subir un premier revers dans sa longue marche visant à prouver qu'il est véritablement l'identité derrière le célèbre pseudonyme de Satoshi Nakamoto. En raison de cette décision de la Cour, Craig Wright ne sera pas en mesure de restreindre le fonctionnement de la cryptomonnaie Bitcoin (BTC) et de son fork Bitcoin Cash (BCH).

Craig Wright est un informaticien australien et un expert en cryptomonnaie. En 2016, il a affirmé publiquement être la personne qui se cache derrière le pseudonyme Satoshi Nakamoto, considéré comme étant à l’origine de la création du Bitcoin. Wright, qui affirme avoir rédigé le livre blanc sur le bitcoin en 2008, avait tenté de faire valoir qu'il devrait être en mesure de bloquer l'exploitation du bitcoin et du système qui en est issu, Bitcoin Cash, car ils violent ses droits de propriété intellectuelle. Il faut dire que déjà fin 2015, l’entrepreneur était déjà fortement soupçonné d’être le père du Bitcoin - tout comme Elon Musk, PDG de Tesla et de SpaceX.

Alors Wright est-il réellement Satoshi Nakamoto ou a-t-il voulu surfer sur la vague de ces soupçons ? Il est en effet difficile de démêler le vrai du faux et les documents brandis par l'intéressé lui-même pour justifier ses propos font parfois l'objet de controverses. La plainte de Wright a été déposée contre une foule de défendeurs associés à bitcoin, y compris plusieurs unités de la bourse de cryptomonnaies Coinbase. Wright affirme que la blockchain Bitcoin Satoshi Vision qu'il a créée à partir d'un autre fork du Bitcoin est la blockchain authentique derrière la cryptomonnaie bitcoin. Il faut noter que jusqu'ici, il y a eu de nombreux forks du Bitcoin.


Craig Wright

Mais selon CoinGecko, la plus importante est le Bitcoin Cash, le 28e actif numérique le plus important, avec une capitalisation totale de 2,56 milliards de dollars. Dans une décision rendue mardi, le juge de l'affaire, James Mellor a déclaré que le format de fichier de Bitcoin - la séquence d'un en-tête et d'une liste de transactions qui forment ensemble un bloc - ne peut pas être traité comme une œuvre littéraire parce que Wright n'est pas en mesure de montrer comment ils ont été enregistrés pour la première fois. Ce test est appelé "fixation" - quand quelque chose peut être protégé par le droit d'auteur parce qu'il existe dans sa forme originale.

Mardi, le juge Mellor, de la Haute Cour d'Angleterre et du Pays de Galles, a déclaré : « si je reconnais que la loi sur le droit d'auteur continuera à faire face aux défis posés par les nouvelles technologies numériques, je ne vois aucune perspective de la loi telle qu'elle est actuellement énoncée et comprise dans la jurisprudence permettant la protection par le droit d'auteur d'un objet qui n'est exprimé ou fixé nulle part. Il n'en reste pas moins qu'aucun travail pertinent n'a été identifié comme contenant du contenu définissant la structure du format de fichier Bitcoin, bien que les requérants aient eu toute latitude pour le faire ».

Le juge Mellor a ajouté que les revendications concernant les droits d'auteur sur le livre blanc de 2008 et la question de savoir si Craig Wright en est le véritable auteur feront l'objet de décisions ultérieures. Malgré ses nombreuses tentatives, l'informaticien australien n'a jamais été capable de prouver qu'il est Satoshi Nakamoto. La manière la plus définitive de le faire serait de démontrer qu'il possède les clés privées de l'adresse Bitcoin de Satoshi, mais les avocats de Wright ont déclaré en 2020 qu'il ne les avait pas. L'Australien a laissé entendre en décembre qu'il ne souhaitait peut-être pas que les gens croient qu'il était le véritable créateur de Bitcoin.

Une déclaration qui a créé la confusion sur ses véritables intentions. Wright est actuellement en train de poursuivre 15 développeurs de bitcoins pour récupérer environ 111 000 bitcoins. Il a déclaré avoir perdu les clés de déchiffrement permettant d'y accéder lorsque le réseau informatique de son domicile aurait été piraté. Un tribunal londonien a décidé la semaine dernière que l'affaire pouvait être jugée. La Haute Cour d'Angleterre et du Pays de Galles a ordonné à Wright de payer la caution du tribunal pour les frais en cas de perte, le jugement qui en a résulté faisant la lumière sur encore plus de litiges anglais impliquant Wright et Bitcoin.

Le juge chargé de l'affaire l'a résumé comme suit : « le demandeur prétend être le propriétaire d'environ 4,5 milliards de dollars d'actifs numériques (notamment le Bitcoin), qui ont été consultés et contrôlés par le Dr Wright à partir de son ordinateur et de son réseau en Angleterre. Pour ce faire, le Dr Wright a utilisé des "clés privées" sécurisées. Ces clés privées ont été supprimées (vraisemblablement après avoir été copiées) par des pirates qui ont accédé à l'ordinateur du Dr Wright en février 2020 ». Wright affirme que les défendeurs ont des obligations fiduciaires et délictuelles pour réécrire ou modifier le code logiciel sous-jacent.

Cela permettrait à Tulip Trading Ltd d'accéder aux bitcoins qu'il revendique. Les 15 accusés incluent le vlogger Bitcoin Roger Ver, la société suisse Bitcoin Association for BSV, et une liste d'autres passionnés de cryptomonnaies, qui, selon Wright, sont tous des développeurs impliqués dans Bitcoin Core et Bitcoin Cash ABC. Ils ont tous refusé les demandes de Wright. Cependant, l'année dernière, l'autre société de Wright, nChain, a développé un gestionnaire de liste noire pour le réseau Bitcoin SV (BSV). L'outil permet aux utilisateurs de geler et de confisquer les jetons BSV tant qu'ils fournissent des documents juridiques prouvant la propriété légitime.

Beaucoup voient cela comme un affront à la philosophie Bitcoin de la décentralisation et de la résistance à la censure. Le juge a rejeté l'argument selon lequel l'incapacité de Wright à accéder à certains des bitcoins qu'il revendique est le résultat des actions du défendeur. Une offre de Wright de transférer une partie des bitcoins à un tiers de confiance en attendant l'issue du procès obligerait les accusés à écrire un nouveau logiciel. Selon le juge, même si cela pouvait être réalisé, il n'y a aucune base légale pour exiger qu'un défendeur dépense son temps et son argent afin de produire lui-même ses frais en toute sécurité.

Dans une affaire entendue à Oslo l'année dernière, de nombreux témoins ont présenté des preuves médico-légales selon lesquelles les documents fournis par Wright, censés étayer sa revendication d'être Satoshi Nakomoto, contiennent des anomalies, telles que des polices de caractères qui n'étaient pas disponibles à l'époque.

Source : Décision de la Haute Cour d'Angleterre et du Pays de Galles

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pensez-vous que Craig Wright est l'inventeur du bitcoin ?

Voir aussi

L'affaire opposant Craig Wright, le prétendu inventeur du Bitcoin, a 16 développeurs donnera bientôt lieu à un procès, Wright voudrait les obliger à lui donner accès à 111 000 bitcoins

Craig Wright dit au tribunal qu'il a "détruit le disque dur" contenant les clés du portefeuille Satoshi, ce qui signifie qu'il lui sera très difficile de prouver qu'il est le créateur du bitcoin

Craig Wright, le prétendu inventeur du Bitcoin, est accusé d'avoir volé 1 million de bitcoin et falsifié des preuves

Craig Wright, l'autoproclamé inventeur du Bitcoin, poursuit des développeurs pour les forcer à lui donner accès à des Bitcoin SV qu'il « possède, mais auxquels il ne peut pas accéder »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/02/2023 à 11:47
Un dev qui n'aurait pas des copies et des copies de copies de son travail... Je n'y crois pas un instant. Je ne crois pas non plus que les clés privées n'auraient pas été extraites voire imprimées durant les phases de tests. Ce type essaie juste de faire main basse sur 2 milliards de dollars ; les gens deviennent malhonnêtes pour 20 millions de fois moins que cela.
5  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/10/2023 à 11:23
Ce qu'il y a de formidable avec les médias en général, c'est leur suivisme...

Il fut un temps où tous les médias nous parlaient du bitcoin dont la valeur ne cessait de prendre l'ascenseur...

Et voilà que aujourd'hui, tous les médias nous parlent de l'équation "Bitcoin = escroquerie"...

Il va du bitcoin comme des Peoples en général: "Glorifié un jour par les médias, c'est être détruit plus tard par ces mêmes médias"
6  2 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 06/02/2024 à 17:15
Je ne suis pas sûr que l'argument "Qui d'autre que moi?" soit recevable... D'autant que ça pourrait l'incriminer dans le cas où il s'avèrerait que le Satoshi en question se serait suicidé de deux balles dans la tête.
De plus rien ne prouve que Satoshi n'est pas un ermite, quelqu'un de désintéressé, quelqu'un d'amusé par la situation ou même n'importe quel économiste.

Tout pourrait ou devrait reposer pourtant sur un seul élément; Craig Wright devrait être en possession des clés privées de Satoshi Nakamoto s'il s'agissait de la même personne, ce qui n'est manifestement pas le cas puisqu'il a falsifié des signatures cryptographiques pour supporter ses hypothèses.

Soit nous avons le génie le plus débile ou le plus malchanceux, soit nous avons un des menteurs les plus éhontés, de l'histoire.
2  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/02/2023 à 13:29
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
[...]Par contre, Craig Wright est vraiment pas très malin ...
Car il va se retrouver face à son mensonge et non seulement, il va passer pour un guignol à échelle internationale, puisque le créateur du bitcoin, ce n'est pas lui.
Mais en plus, il va se retrouver à devoir payer les réparations pour les préjudices divers pour usurpation d'identité.[...]
Ce n'est pas la première fois. Il fait le coup environ tous les deux ans depuis des années.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/02/2024 à 22:09
Il est encore là lui ?
1  0 
Avatar de Eye_Py_Ros
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 07/02/2024 à 9:42
Je pense que satoshi n'est plus de se monde et que wright était dans la confidence,
c'est pour ça qu'il profite de la situation pour essayer de prendre le contrôle de ce qui ne lui appartient pas pour tenter de s'enrichir sur le dos de tous.
Car il pense qu'il n'aura pas grand monde pour le contredire....
1  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/02/2024 à 14:19
Rien ne dit qu'il soit décédé. Son niveau d'utilisation de l'anglais US fait que les experts supputent qu'il serait américain, et vu qu'il a empoché plusieurs centaines de millions en bitcoin, si c'était le cas il ne les aurait pas déclaré au fisc USA, donc il doit rester caché, et il vit sans doute paisiblement dans une villa au Costa Rica ou un truc comme ça. Je pense que les tribulations de Graig Wright doivent bien le faire marrer, s'il est encore de ce monde.
1  0