IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'affaire opposant Craig Wright, le prétendu inventeur du Bitcoin, a 16 développeurs donnera bientôt lieu à un procès.
Wright voudrait les obliger à lui donner accès à 111 000 bitcoins

Le , par Stéphane le calme

135PARTAGES

6  0 
La Cour d'appel du Royaume-Uni a statué qu'une plainte de Tulip Trading (une entreprise appartenant à Craig Wright) contre 16 développeurs de Bitcoin sera jugée à Londres. La plainte allègue que ces développeurs, présumés responsables du réseau Bitcoin, ont certaines obligations de contrôle efficace du réseau Bitcoin, notamment des « obligations fiduciaires » et des « obligations de diligence ».

La Cour d'appel a jugé que la plainte présentait une « question sérieuse à juger » et qu'un procès complet aura lieu au début de l'année prochaine. En 2021, la Haute Cour de Londres a autorisé les avocats de Craig Wright à signifier des documents aux 16 développeurs même s'ils ne résident pas au Royaume-Uni. La demande a été initialement rejetée en mars 2022, mais le plaignant a fait appel... avec succès.


Craig Wright est un entrepreneur australien et un expert en cryptomonnaie. En 2016, il a affirmé être l’homme derrière le pseudonyme Satoshi Nakamoto qui est considéré comme étant à l’origine de la création du Bitcoin (la monnaie cryptographique et le système de paiement peer-to-peer). Il faut dire que déjà fin 2015, l’entrepreneur était déjà fortement soupçonné d’être le père du Bitcoin.

Dans un billet de blog, il a expliqué certains mécanismes sur lesquels repose le système Bitcoin, notamment le processus de vérification de clefs, les fonctions de hash, le processus de signature numérique et la vérification de signature. L’objectif était de fournir un maximum d’informations pour permettre la vérification d’un élément qui permettrait au plus grand nombre parmi les communautés de professionnels de l’informatique de vérifier son assertion. Laquelle ? Un porte-parole de Craig Wright avait fait savoir que le Docteur Wright va effectuer une signature de messages sur son blog … ils seront signés avec la clef associée au Bloc 9. Il s’agit de la seule clef définitivement connue comme étant associée au pseudonyme Satoshi, qui a servi à envoyer des bitcoins à Hal Finney, l’un des pionniers et le premier développeur identifié après Satoshi Nakamoto en 2009.

Une démonstration qui n’a pas eu le mérite de convaincre toute la communauté des experts. Si certains, à l’instar de Gavin Andresen, directeur scientifique à la Bitcoin Foundation, ont manifesté leur soutien à Craig Steven, d’autres, comme l’expert en sécurité Dan Kaminsky, ont émis de sérieuses réserves sur les conclusions qui pouvaient être tirées de ladite preuve.

Quoi qu'il en soit, il a déclaré que ses clefs privées de Bitcoin SV ont été supprimées par des pirates en 2020 et il a décidé de poursuivre les développeurs pour que la justice les contraigne à lui remettre l'accès aux jetons qu'il « possède, mais auxquels il ne peut pas accéder ».


Craig Wright

Les développeurs poursuivis en justice

C'est dans ce contexte que Craig Wright a poursuivi 15 personnes et une entreprise suisse dans l'espoir de les forcer à « réécrire ou modifier le code logiciel sous-jacent » afin que Wright puisse mettre la main sur une grande quantité de Bitcoin SV.

La Haute Cour d'Angleterre et du Pays de Galles a ordonné à Wright de payer la caution du tribunal pour les frais en cas de perte, le jugement qui en a résulté faisant la lumière sur encore plus de litiges anglais impliquant Wright et Bitcoin.

Maître Clark, le juge de procédure, a résumé l'affaire principale comme suit :

« Le demandeur prétend être le propriétaire d'environ 4,5 milliards de dollars d'actifs numériques ("le Bitcoin", qui ont été consultés et contrôlés par le Dr Wright à partir de son ordinateur et de son réseau en Angleterre. Pour ce faire, le Dr Wright a utilisé des "clefs privées" sécurisées. Ces clefs privées ont été supprimées (vraisemblablement après avoir été copiées) par des pirates qui ont accédé à l'ordinateur du Dr Wright en février 2020 ».

Wright affirme que les défendeurs « ont des obligations fiduciaires et délictuelles » pour « réécrire ou modifier le code logiciel sous-jacent pour permettre à [Tulip Trading] d'accéder au Bitcoin ». Il semble que le juge ait confondu Bitcoin avec Bitcoin SV.

Le Bitcoin SV, ou Bitcoin Satoshi Vision, est une cryptomonnaie dérivée de la blockchain Bitcoin Cash ; cette dernière étant elle-même dérivée de la blockchain du Bitcoin (BTC), la toute première cryptomonnaie mise en circulation. Cette dérivation, appelée hard fork dans le milieu des cryptoactifs, a eu lieu le 15 novembre 2018. Elle résulte d'une divergence majeure au sein de la communauté du Bitcoin Cash, concernant la nécessité ou non de modifier le protocole de la blockchain de manière récurrente.

À la date du hard fork, les détenteurs de BTC étaient en droit d'obtenir la quantité correspondante en BSV (Bitcoin Satoshi Vision), ou en BCH (Bitcoin Cash).

Le Bitcoin SV a pour vocation de correspondre à la vision originelle supposée de Satoshi Nakamoto, créateur du Bitcoin en 2009.

Tulip Trading Ltd de Wrighr a perdu son offre pour éviter d'avoir à payer une garantie pour les coûts. Il s'agit d'une procédure judiciaire dans laquelle, si un juge estime qu'un demandeur n'a peut-être pas, dans la juridiction, d'actifs pouvant être utilisés pour payer les frais de justice de l'autre partie s'il gagne, le demandeur doit payer une somme substantielle au tribunal, qui la transmet aux défendeurs à la fin de l'affaire ou la renvoie. Si le demandeur ne paie pas, le dossier est suspendu.

Les 15 accusés incluent le vlogger Bitcoin Roger Ver, la société suisse Bitcoin Association for BSV, et une liste d'autres passionnés de cryptomonnaie, qui, selon Wright, sont tous des développeurs impliqués dans Bitcoin Core et Bitcoin Cash ABC, quoi que ce soit.

Ils ont tous refusé les demandes de Wright, bien qu'une entreprise appelée nChain Ltd « travaille sur une modification du logiciel client BSV existant, qui permettrait à quelqu'un qui possède, mais ne peut pas accéder au BSV d'en reprendre le contrôle ».

Le juge a donc rejeté un argument selon lequel l'incapacité de Wright à accéder à au moins certains des bitcoins contestés est le résultat des actions du défendeur. Une offre de Wright de transférer une partie des bitcoins à un tiers de confiance en attendant l'issue du procès obligerait les accusés à écrire un nouveau logiciel. Même si cela pouvait être réalisé, a noté le juge, « il n'y a aucune base légale... pour exiger qu'un défendeur dépense son temps et son argent afin de produire lui-même ses frais en toute sécurité ».

Recherchant la sécurité au motif d'impécuniosité, le tribunal a appris que Tulip Trading est une société holding pour les bitcoins au centre du litige, qu'elle n'a pas de compte bancaire et ne dépose pas de comptes ni de déclarations de revenus.

L'affaire sera finalement entendue

La Cour d'appel du Royaume-Uni a statué que la plainte déposée par Tulip Trading contre 16 développeurs de Bitcoin devait être jugée à Londres. La demande a été initialement rejetée en mars 2022.

Wright a indiqué dans sa plainte que les développeurs doivent modifier le code du protocole. L’objectif est de lui permettre d’accéder à 111 000 bitcoins (BTC). Ce montant de BTC se retrouve sur deux portefeuilles dont les clefs privées auraient été volées puis effacées dans un hack. Wright prétend être le propriétaire de ces derniers. L’un des portefeuilles contient près de 80 000 BTC qui seraient liés au piratage de Mt. Gox, la bourse de bitcoins basée à Tokyo qui a fait faillite après une série de piratages entre 2011 et 2014. Sa propriété de ces jetons est, en tant que telle, contestée.

L'affaire a été entendue pour la première fois devant la Haute Cour d'Angleterre et du Pays de Galles l'année dernière par la juge Falk, qui a conclu que Tulip n'avait pas « établi une question sérieuse à juger ». Wright a ensuite fait appel du jugement de Falk et une audience de 2 jours a eu lieu fin 2022 devant la Cour d'appel.

Dans son jugement, la Cour d'appel a déclaré que la demande présentait une « question sérieuse à juger » et a cité quatre motifs pour que l'appel réussisse, notamment que le domaine du droit concerné est en développement, incertain et complexe et justifie donc un procès.

Dans les relations fiduciaires-bénéficiaires, les fiduciaires sont légalement tenus d'agir dans le meilleur intérêt des bénéficiaires (par exemple, les relations avocat-client). Les obligations délictuelles exigent une relation dans laquelle le fournisseur de services est censé protéger raisonnablement une personne contre une forme de préjudice, à défaut de quoi, la personne peut avoir droit à une compensation monétaire (par exemple, relations médecin-patient).

Wright demande essentiellement au tribunal de traiter les relations développeur-utilisateur de la même manière qu'il traite les relations avocat-client et médecin-patient.

Les développeurs de Bitcoin Core travaillent sur le logiciel clef qui sous-tend Bitcoin, concentrant leurs efforts sur une variété d'améliorations (confidentialité, sécurité, expérience utilisateur, etc.) au niveau de la couche de base de Bitcoin. Ce sont souvent des bénévoles qui peuvent parfois accepter des subventions ou des dons pour soutenir leur travail.

Wright soutient que les développeurs de Bitcoin peuvent facilement modifier le code du protocole afin de lui rendre les clefs de ces fonds.

L'année dernière, l'autre société de Wright, nChain, a développé un gestionnaire de liste noire pour le réseau Bitcoin SV (BSV). L'outil permet aux utilisateurs de geler et de confisquer les jetons BSV tant qu'ils fournissent des documents juridiques prouvant la propriété légitime. Beaucoup voient cela comme un affront à la philosophie Bitcoin de la décentralisation et de la résistance à la censure.

En 2021, la Haute Cour de Londres a autorisé les avocats de Craig Wright à engager des actions contre 16 développeurs, même s'ils ne résident pas au Royaume-Uni. Les développeurs incluent Cory Fields, Peter Todd, Roger Ver, Pieter Wuille et d'autres qui ont travaillé sur le réseau Bitcoin.

Un représentant légal de 14 des développeurs a déclaré que la Cour d'appel se sentait encline à renvoyer l'affaire en justice parce que les promoteurs étaient tous en dehors de la juridiction du tribunal, a rapporté City AM.

La cour du Royaume-Uni a indiqué que les audiences vont commencer au début de l’année 2024.

Source : City A.M

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/02/2023 à 11:47
Un dev qui n'aurait pas des copies et des copies de copies de son travail... Je n'y crois pas un instant. Je ne crois pas non plus que les clés privées n'auraient pas été extraites voire imprimées durant les phases de tests. Ce type essaie juste de faire main basse sur 2 milliards de dollars ; les gens deviennent malhonnêtes pour 20 millions de fois moins que cela.
5  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/10/2023 à 11:23
Ce qu'il y a de formidable avec les médias en général, c'est leur suivisme...

Il fut un temps où tous les médias nous parlaient du bitcoin dont la valeur ne cessait de prendre l'ascenseur...

Et voilà que aujourd'hui, tous les médias nous parlent de l'équation "Bitcoin = escroquerie"...

Il va du bitcoin comme des Peoples en général: "Glorifié un jour par les médias, c'est être détruit plus tard par ces mêmes médias"
6  2 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/02/2023 à 23:57
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
le projet bitcoin me semble bien trop complexe pour un seul homme. Par ailleurs, son émergence signe plutôt son origine en Europe du Nord (Angleterre ; Suède ; Finlande ; ...Allemagne ?). Je ne serais pas étonné que Satoshi N. soit en fait un groupe d'étudiants d'une école bien cotée.
Bof.
Pas tant que ça en réalité, c'est du peer-to-peer sécurisé par un système de jeton non fongible.

Moi je ne serais pas surpris qu'un bon 80% de la forme initiale du bitcoin soit l'œuvre d'une seule personne.

Par contre, Craig Wright est vraiment pas très malin ...
Car il va se retrouver face à son mensonge et non seulement, il va passer pour un guignol à échelle internationale, puisque le créateur du bitcoin, ce n'est pas lui.
Mais en plus, il va se retrouver à devoir payer les réparations pour les préjudices divers pour usurpation d'identité.

Bon courage à lui et à son abonnement au crédit sofinco.
2  0 
Avatar de Prox_13
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/02/2024 à 17:15
Je ne suis pas sûr que l'argument "Qui d'autre que moi?" soit recevable... D'autant que ça pourrait l'incriminer dans le cas où il s'avèrerait que le Satoshi en question se serait suicidé de deux balles dans la tête.
De plus rien ne prouve que Satoshi n'est pas un ermite, quelqu'un de désintéressé, quelqu'un d'amusé par la situation ou même n'importe quel économiste.

Tout pourrait ou devrait reposer pourtant sur un seul élément; Craig Wright devrait être en possession des clés privées de Satoshi Nakamoto s'il s'agissait de la même personne, ce qui n'est manifestement pas le cas puisqu'il a falsifié des signatures cryptographiques pour supporter ses hypothèses.

Soit nous avons le génie le plus débile ou le plus malchanceux, soit nous avons un des menteurs les plus éhontés, de l'histoire.
2  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/02/2023 à 13:29
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
[...]Par contre, Craig Wright est vraiment pas très malin ...
Car il va se retrouver face à son mensonge et non seulement, il va passer pour un guignol à échelle internationale, puisque le créateur du bitcoin, ce n'est pas lui.
Mais en plus, il va se retrouver à devoir payer les réparations pour les préjudices divers pour usurpation d'identité.[...]
Ce n'est pas la première fois. Il fait le coup environ tous les deux ans depuis des années.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/02/2024 à 22:09
Il est encore là lui ?
1  0 
Avatar de Eye_Py_Ros
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 07/02/2024 à 9:42
Je pense que satoshi n'est plus de se monde et que wright était dans la confidence,
c'est pour ça qu'il profite de la situation pour essayer de prendre le contrôle de ce qui ne lui appartient pas pour tenter de s'enrichir sur le dos de tous.
Car il pense qu'il n'aura pas grand monde pour le contredire....
1  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/02/2024 à 14:19
Rien ne dit qu'il soit décédé. Son niveau d'utilisation de l'anglais US fait que les experts supputent qu'il serait américain, et vu qu'il a empoché plusieurs centaines de millions en bitcoin, si c'était le cas il ne les aurait pas déclaré au fisc USA, donc il doit rester caché, et il vit sans doute paisiblement dans une villa au Costa Rica ou un truc comme ça. Je pense que les tribulations de Graig Wright doivent bien le faire marrer, s'il est encore de ce monde.
1  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/02/2023 à 20:21
le projet bitcoin me semble bien trop complexe pour un seul homme. Par ailleurs, son émergence signe plutôt son origine en Europe du Nord (Angleterre ; Suède ; Finlande ; ...Allemagne ?). Je ne serais pas étonné que Satoshi N. soit en fait un groupe d'étudiants d'une école bien cotée.
0  1