IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Joe Biden appelle les républicains et les démocrates du Congrès à s'unir contre les abus des Big Tech
Afin d'assurer la protection des enfants, de la vie privée et de la concurrence loyale

Le , par Bill Fassinou

413PARTAGES

7  1 
Dans une tribune publiée mercredi dans le Wall Street Journal (WSJ), le président américain Joe Biden a mis en garde contre le fait que certains acteurs du secteur de la technologie entravent la concurrence loyale, violent les droits à la vie privée des consommateurs et encouragent les discours extrémistes. Il a appelé les républicains et les démocrates du Congrès à travailler ensemble pour adopter une loi bipartisane forte afin de responsabiliser les Big Tech et les mettre au pas. Cet appel intervient quelques jours après que la Chambre, dominée par les républicains, a annoncé une enquête sur une collusion présumée entre la Maison-Blanche et les Big Tech.

Les républicains et les démocrates ont passé une grande partie des dernières années à sonder différents aspects du secteur technologique, convenant largement qu'il y a des problèmes avec le pouvoir de Google d'Alphabet, de Facebook de Meta et d'autres. Mais ils sont largement en désaccord sur la façon de traiter ces problèmes. Un rapport parlementaire d'octobre 2020 a conclu qu'"Amazon, Facebook, Apple, et Google ont des pouvoirs de monopoles, c'est pourquoi ils doivent être démantelés". Le rapport est basé sur une enquête de 16 mois menée par la sous-commission judiciaire de la Chambre des représentants sur ces quatre grandes entreprises.

L'enquête s'est intéressée à la façon dont les quatre entreprises technologiques sont parvenues à leur domination sur le secteur. La sous-commission a voulu savoir si les grandes entreprises technologiques ont usé de stratagèmes pour éliminer leurs concurrents ou si elles ont injustement exploité différents secteurs de leur entreprise pour évincer les plus petits concurrents. Avant l'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche en janvier 2021, un rapport cinglant détaillant les abus de pouvoir de marché par les grandes entreprises technologiques suggère un chemin difficile à parcourir avant de nouvelles règles et une application plus stricte pour les Big Tech.



Dans sa tribune du mercredi, le président a déclaré qu'il souhaitait voir des "protections fédérales sérieuses pour la vie privée des Américains", notamment en limitant la quantité de données telles que la localisation, la biométrie et les informations de santé qui peuvent être collectées. Il a également souligné le risque spécifique pour les enfants. « Les Big Tech collectent d'énormes quantités de données sur les produits que nous achetons, sur les sites Web que nous visitons, sur les endroits où nous allons et, ce qui est le plus troublant, sur nos enfants », a-t-il écrit, appelant à "des protections fédérales sérieuses pour la vie privée des Américains".

« Nous devons tenir les sociétés de médias sociaux responsables de l'expérience qu'elles mènent sur nos enfants à des fins lucratives », note-t-il, citant les luttes des jeunes contre l'intimidation, la violence, les traumatismes et la santé mentale. Biden a également demandé une réforme de la section 230 de la loi sur la décence des communications (Communications Decency Act) afin de forcer les plateformes en ligne à "assumer la responsabilité du contenu qu'elles diffusent et des algorithmes qu'elles utilisent". Bien qu'il aspire à une législation forte contre les Big Tech, Biden n'en a soutenu aucune en particulier dans son article d'opinion.

En juillet, la commission de l'énergie et du commerce de la Chambre des représentants a proposé la loi américaine sur la protection et la confidentialité des données (American Data Privacy and Protection Act), une mesure attendue depuis longtemps qui réformerait la manière dont des sociétés comme Amazon, Google et Facebook recueillent les informations des utilisateurs. Elle a été adoptée par la commission par une large majorité de 53 voix contre 2, mais n'a pas été soumise au vote de la Chambre. Certains démocrates ont fait part de leurs inquiétudes quant à la possibilité que cette mesure passe outre à des lois étatiques solides.

Les démocrates ont cité, par exemple, la loi californienne sur la protection de la vie privée des consommateurs (California Consumer Privacy Act - CCPA). La représentante Cathy McMorris Rodgers, républicaine de l'État de Washington, devrait réintroduire l'ADPPA au cours de cette session. Le locataire de la Maison-Blanche a également appelé à une concurrence plus ouverte dans le domaine de la technologie et a déclaré que de nouvelles directives étaient nécessaires pour créer un terrain de jeu équitable pour les entreprises de toutes tailles. Il a à l'idée des législations qui auront la capacité de casser les monopoles existants.

« La prochaine génération de grandes entreprises américaines ne devrait pas être étouffée par les entreprises dominantes en place avant qu'elles n'aient eu la chance de décoller », a écrit Biden. Dans une déclaration faisant suite à la publication de l'article d'opinion de Biden par le Wall Street Journal, la sénatrice démocrate Amy Klobuchar a déclaré qu'elle continuerait à faire pression pour l'adoption de la législation bipartisane qu'elle a parrainée pour empêcher les sociétés de favoriser leurs propres entreprises dans les résultats de recherche au détriment de leurs concurrents, entre autres mesures.

La tribune de Biden intervient à un moment où les républicains de la Chambre des représentants accusent la Maison-Blanche de travailler étroitement avec les Big Tech pour censurer les voix conservatrices en ligne. Les républicains ont l'intention de créer une nouvelle sous-commission qui se chargera de passer au crible toutes les communications entre l'administration Biden et les géants de la Tech, notamment les entreprises telles que Facebook, Instagram, Twitter, YouTube, Google, etc. Les républicains de la Chambre accusent la Maison-Blanche d'avoir fait pression sur ces entreprises pour influencer le contenu hébergé sur leurs plateformes.

Ian Sams, le porte-parole de la Maison-Blanche, a rejeté ces allégations. « Les républicains de la Chambre des représentants continuent de se concentrer sur le lancement de cascades politiques partisanes, au lieu de se joindre au président pour s'attaquer aux questions qui préoccupent le plus le peuple américain, comme l'inflation », a-t-il déclaré. La création de ce panel intervient après qu'Elon Musk, le propriétaire de Twitter, a publié les "Twitter Files" qui ont relancé la ferveur autour des décisions de modération de contenu prises par la plateforme au cours de ces dernières années, notamment sous l'ancien PDG, Jack Dorsey.

Le plus examiné de ces choix a été la décision de Twitter (avant l'arrivée de Musk à la tête de l'entreprise) de bloquer les liens vers un article du New York Post avant l'élection de 2020, affirmant avoir trouvé des courriels "fumants" liés à Joe Biden, alors candidat démocrate à la présidence, et à son fils Hunter. À l'époque, Twitter avait déclaré qu'il pensait que l'article violait sa politique relative aux documents piratés. La plateforme de microblogging est ensuite revenue sur sa décision et son PDG de l'époque, Jack Dorsey, a déclaré que les actions de la plateforme étaient "mauvaises", modifiant ses politiques pour éviter que cela ne se reproduise.

Source : Joe Biden

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

La Chambre des représentants, dirigée par les républicains, va enquêter sur la collusion présumée entre la Maison-Blanche et les géants de la Tech, pour censurer les voix conservatrices en ligne

Twitter Files : Twitter a créé des listes noires « secrètes » pour limiter la visibilité de certains tweets ainsi que certains comptes de droite, selon une journaliste

Amazon, Facebook, Apple, et Google ont des pouvoirs de monopoles, c'est pourquoi ils doivent être démantelés, d'après le rapport parlementaire US

La commission de la Chambre des représentants des États-Unis approuve un plan directeur de répression contre la "Big Tech", qui vise à limiter leur pouvoir de marché

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de darklinux
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/01/2023 à 2:58
Une preuve parmi tant d ' autre que le personnel politique est en retard d ' une guerre , voir deux Les mégacorpo sont là, chat GPT et ces descendants , vont tuer les métiers " intellectuels " , les freelances et autre out sourcing , pour le prix d ' un abonnement Netflix , les salaires , les droits sociaux sont caducs , il va falloir repenser la société
2  1 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/01/2023 à 22:09
Citation Envoyé par darklinux Voir le message
Une preuve parmi tant d ' autre que le personnel politique est en retard d ' une guerre , voir deux Les mégacorpo sont là, chat GPT et ces descendants , vont tuer les métiers " intellectuels " , les freelances et autre out sourcing , pour le prix d ' un abonnement Netflix , les salaires , les droits sociaux sont caducs , il va falloir repenser la société
Nous sommes à une époque ou des choses comme le revenu universel, auraient été dans un pays saint d'esprit, quelque chose qui aurait coulé de source.
Les salariés produisent entre 20 et 70% plus qu'il y a 20 ans et pourtant, si l'on compare à rentabilité égale, ils sont payés largement moins cher qu'avant.

De plus en plus les robots vont remplacer l'humain et de moins en moins travailler sera justifié, ça commence par l'intellectuel et ça finira par le physique.
Pourtant, il y a aura toujours l'ultra capitalisme pour convaincre les gens qu'ils sont nés pour être des produits de consommations, qui doivent passer l'entièreté de leur seule et unique vie, à travailler, comme si au fond, la vie était un jeu vidéo et qu'ils en avaient d'autres et pour cela, ils vont les assommer de plus en plus de taxes, de charges et tout ce qui va avec.

Moi je pense que nous sommes à un tournant ou il est temps que l'argent circule de moins en moins, que les notions de villes et de campagnes prennent du sens car chacun va se mettre à troquer quelque chose et à s'entraider, ce qui peut aussi être un piège, le piège de l'appartenance à un groupe et donc, rester sur le carreau si l'on a pas les bons amis, la bonne tronche et devenir l'inverse de ce que ça doit être : quelque chose de désintéressé.

Exemple : tu m'aides à construire ma maison, je te donne des légumes de mon jardin pendant x années et j'en passe.
Dans cette logique, les gens ne travailles plus, ont des maisons totalement autonome et sortent de ce monde capitaliste à la con qui les transforment en denrée, en quelque sorte, c'est un retour à la jungle, mais avec toute l'expérience de ce qu'à produit l'évolution des sociétés et ce qu'il faut en garder (les avancées technologiques, ...) et, en extraire.

Une personne qui ne travaille plus ou à un minimum en terme de revenu, n'est plus imposable et pourtant si la personne est intelligente, est pourtant riche de plein de choses (nourritures, électricité, ...) qui se monnaies, mais différemment qu'avec des billets. L'idée ici étant justement de ne pas ni retomber dans le capitalisme, ni retomber dans le communisme.

On parle souvent de décroissance, mais je pense qu'il le faut et que nous n'avons tout simplement le choix que de consacrer cela à partir d'hier.
Il le faut car nos sociétés sont totalement malades, contraignent les individus dès l'enfance à être dans un moule malsain de la compétition, de vivre pour l'image, de vouloir briller en société et tout ce qu'à apporté son lot de mauvais de toutes les sociétés, car toutes, ont été fondées sur la base de religions.

Il est compliqué d'admettre que sa vie entière, nous avons étés fabriqués, endoctrinés, ... pour n'être que les produits de consommation d'une société initialement fabriqué par les individus pour les protéger et qui aujourd'hui, est devenu une espèce d'entité qui mange ses enfants et qui ne considère ses citoyens que comme de la marchandise, ici, pour être rentable et lui permettre d'exister.

Hors, l'état, n'a pas de raison d'être à proprement parlé, il n'est là que pour être le reflet d'un instant T de la volonté de ceux qui la compose, c'est-à-dire, le peuple.
Et, de son besoin de se défendre face au reste du monde.

La cinquième république ne fonctionne pas, le seul vrai président qui l'avait compris, c'était De Gaule, tout les autres ne sont que des fonctionnaires.
Dit autrement, tout les autres ne sont que des profiteurs sans scrupules ici pour être ce que la société veut faire des individus : des sociopathes, imbus d'eux-mêmes, convaincu d'une supériorité et d'un destin et dont le seul but, est à la fin de la journée, de masturber leur égo.

Donc une 6ième serait encore moins une réponse.
C'est un changement en profondeur qu'il faut opérer qui ne pourra venir que, par la mise en place de "lots" de citoyens autonomes coordonnés par cette même mentalité qui consiste à accepter le changement, la remise en question permanente sans pour autant tomber dans un système qui s'exploite les uns les autres.

Donc ce ne sont surement des Atali, Macron, Hollande, ... la clique des religieux, la clique des capitalistes, des communistes, des PDG milliardaires et tout ce merdasse représentant à proprement parlé la notion d'état de 2023, qui seront la réponse.
2  1