IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google affirme que l'organisme antitrust indien a copié certaines parties de l'ordonnance de l'UE
Sur les abus d'Android

Le , par Bruno

82PARTAGES

13  0 
Google a déclaré à un tribunal indien que les enquêteurs antitrust du pays avaient copié certaines parties d'une décision européenne contre l'entreprise américaine pour avoir abusé de la position dominante sur le marché de son système d'exploitation Android, demandant que la décision soit annulée, selon des documents juridiques.

En octobre, la Commission indienne de la concurrence (CCI) a infligé une amende de 161 millions de dollars à Google pour avoir exploité sa position dominante sur des marchés tels que la recherche en ligne et la boutique d'applications Android, et lui a demandé de modifier les restrictions imposées aux fabricants de smartphones concernant la préinstallation d'applications.

Des sources ont déclaré à Reuters en octobre que Google s'inquiétait de la décision indienne car les remèdes ordonnés étaient considérés comme plus vastes que la décision historique de 2018 de la Commission européenne pour avoir imposé des restrictions illégales aux fabricants d'appareils mobiles Android. Google a contesté une amende record de 4,1 milliards d'euros (4,3 milliards de dollars) dans cette affaire.


Dans son dépôt auprès d'un tribunal d'appel indien, Google affirme que l'unité d'enquête de la CCI a « copié-collé largement d'une décision de la Commission européenne, déployant des preuves en Europe qui n'ont pas été examinées en Inde ». « Il y a plus de 50 cas de copier-coller », dans certains cas « mot pour mot », et l'organisme de surveillance a rejeté à tort la question, a déclaré Google dans son dossier qui n'est pas public mais qui a été examiné par Reuters.

« La Commission n'a pas mené une enquête impartiale, équilibrée et juridiquement valable. Les pratiques de Google en matière de distribution d'applications mobiles sont favorables à la concurrence et ne sont pas déloyales/exclusives. » Google a déclaré dans un communiqué qu'il avait décidé de faire appel de la décision de la CCI car il estime que « cette décision constitue un revers majeur pour nos utilisateurs et nos entreprises en Inde ». L'entreprise n'a pas commenté les allégations de copier-coller dans sa déclaration.

La Commission de la concurrence de l'Inde affirme que Google a abusé de la position dominante d'Android

Septembre 2021, une enquête antitrust menée en Inde révèle que Google a abusé de la position dominante d'Android, utilisant son « énorme puissance financière » pour nuire illégalement à ses concurrents. Google a réduit "la capacité et l'incitation des fabricants d'appareils à développer et à vendre des appareils fonctionnant avec des versions alternatives d'Android", indique le rapport de juin de l'unité d'enquête de la Competition Commission of India(CCI).

Le géant technologique américain a déclaré qu'il était impatient de travailler avec la CCI pour « démontrer comment Android a conduit à plus de concurrence et d'innovation, et non à moins. » Le rapport de 750 pages estime que la préinstallation obligatoire des applications "revient à imposer une condition injuste aux fabricants d'appareils" en violation de la loi indienne sur la concurrence, tandis que la société a tiré parti de la position de sa boutique d'applications Play Store pour protéger sa domination.

Les politiques du Play Store étaient "unilatérales, ambiguës, vagues, partiales et arbitraires", tandis qu'Android "jouit de sa position dominante" dans les systèmes d'exploitation sous licence pour smartphones et tablettes depuis 2011, indique le rapport. L'enquête a été déclenchée en 2019 après que deux associés de recherche antitrust juniors indiens et un étudiant en droit ont déposé une plainte.

Google faire face au régulateur antitrust indien

Octobre 2022, le régulateur antitrust indien condamne Google à une amende de 162 millions de dollars pour abus sur la plateforme Android et lui ordonne de modifier son approche considérée anticoncurrentielle. L'Inde a ordonné à Google de ne pas empêcher les utilisateurs de smartphones de désinstaller ses applications préinstallées telles que Google Maps et Gmail. Il a également demandé à Google de permettre aux utilisateurs de choisir le moteur de recherche de leur choix pour tous les services pertinents lorsqu'ils configurent un téléphone pour la première fois.

La Commission de la concurrence de l'Inde (CCI) a déclaré que Google a tiré parti de sa position dominante sur des marchés tels que la recherche en ligne et la boutique d'applications pour Android, afin de protéger la position de ses applications comme Chrome et YouTube dans les navigateurs Web mobiles et l'hébergement de vidéos en ligne.

La CCI a également interdit à Google de conclure certains accords de partage des revenus avec les fabricants de smartphones, notant que ces pratiques l'aidaient à s'assurer l'exclusivité de ses services de recherche « à l'exclusion totale de ses concurrents. » « Les marchés devraient être autorisés à se faire concurrence par les mérites et il incombe aux acteurs dominants (dans le cas présent, Google) de veiller à ce que leur comportement n'affecte pas cette concurrence par les mérites », a déclaré la CCI dans un communiqué.

Le 25 octobre de l’année dernière, l'Inde a ordonné à Google d'autoriser les paiements par des tiers, et a infligé au géant Américain une amende de 113 millions de dollars pour pratiques anticoncurrentielles. La Commission de la concurrence de l'Inde (CCI) a déclaré que Google a utilisé sa "position dominante" pour forcer les développeurs d'applications à utiliser son système de paiement in-app, notant que la vente de biens numériques in-app est un moyen clé pour les développeurs de monétiser leur travail.

La décision de la CCI est le dernier revers en date pour Google sur l'un de ses marchés prioritaires, où l'organisme de surveillance lui a infligé une nouvelle amende de 162 millions de dollars pour des pratiques anticoncurrentielles liées à son système d'exploitation Android, et lui a demandé de modifier son approche de la plateforme Android.

Le régulateur antitrust indien aurait copié l’UE dans sa démarche contre Google

La décision de la CCI indienne intervient alors que Google fait l'objet d'une surveillance antitrust accrue dans le monde entier. Google accorde des licences pour son système Android aux fabricants de smartphones, mais les critiques affirment qu'il impose des restrictions qui sont anticoncurrentielles. L'entreprise américaine estime que l'organisme antitrust indien a copié certaines parties de l'ordonnance de l'UE sur les abus d'Android.

En effet, en avril 2016, la Commission européenne a ouvert une procédure formelle d'examen contre Google sur son système d'exploitation Android. L'article 101 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) interdit les décisions d'associations d'entreprises et les accords anticoncurrentiels entre entreprises. L’article 102 du TFUE interdit les abus de position dominante susceptibles d’affecter le commerce et d’empêcher ou de restreindre la concurrence. Le règlement sur les ententes et abus de position dominante (règlement n° 1/2003 du Conseil) définit les modalités d’application de cette disposition par la Commission et les autorités nationales de concurrence.

Aussi, à la suite de deux plaintes, et après avoir mené une enquête initiale de sa propre initiative, la Commission européenne a ouvert une procédure formelle d’examen contre Google afin d’examiner en profondeur si le comportement de l'entreprise concernant son système d’exploitation pour appareils mobiles Android ainsi que les applications et des services pour téléphones intelligents et tablettes enfreint les règles de l’UE en matière de concurrence.

20 avril 2016, la Commission européenne a informé Google de sa conclusion préliminaire selon laquelle la société a, en violation des règles de concurrence de l’UE, abusé de sa position dominante en imposant des restrictions aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de réseaux mobiles. La Commission soutient que son enquête a démontré que les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store, la boutique d'applications de Google pour Android, sur leurs appareils sont forcés par Google de préinstaller également Google Search et d'en faire leur moteur de recherche par défaut sur ces appareils. En outre, les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store ou Google Search doivent aussi préinstaller le navigateur Chrome de Google. De cette manière, Google a fait en sorte que son moteur de recherche et son navigateur soient préinstallés sur la grande majorité des appareils vendus dans l’EEE.

Voulant fait usage de son droit de réponse, Google a demandé un prolongement du délai initial de trois mois qui lui a été accordé par la Commission européenne, pour pouvoir bien examiner les documents du dossier. À la demande de la filiale d’Alphabet, ce délai a été repoussé à trois reprises et la dernière date limite avait été fixée au 7 octobre de cette époque (2016). D’après le quotidien Reuters, Google a obtenu un quatrième délai, jusqu’au 31 octobre, pour présenter sa défense face aux accusations de la Commission européenne.

En fin juillet 2017, Google est condamné à une amende de 2,4 milliards d'euros ; l’entreprise exprime son désaccord avec la décision de la Commission européenne et envisage de faire appel. Dans un billet, Kent Walker, Senior Vice-Président et avocat général de Google explique que le rôle de la firme est de connecter ses utilisateurs avec des milliers d'annonceurs, quelle que soit leur taille, et d’une manière qui soit utile pour les deux groupes. Il estime donc que « la décision de la Commission européenne sur les achats en ligne sous-estime la valeur de ces types de connexions rapides et faciles. »

Google dit également être guidé par ses utilisateurs et non par un désir d’écraser la concurrence. « Bien que certains sites de comparaison préfèrent naturellement que Google les mette plus en évidence, nos données montrent que les gens préfèrent habituellement des liens qui les mènent directement aux produits qu'ils souhaitent, et non à des sites Web où ils doivent répéter leurs recherches », ajoute Kent Walker. À travers son service, Google dit encore permettre à des milliers de marchands européens de concurrencer de grandes entreprises comme Amazon et eBay. Kent Walker ne manque pas non plus de rappeler qu’Amazon reste le port d’escale pour la recherche de produits en ligne. Pour soutenir sa déclaration, il cite un article de Bloomberg qui indique que plus de 50 % des acheteurs se tournent d’abord vers Amazon lorsqu’ils veulent rechercher des produits en ligne.

Google a demandé au tribunal d'annuler l'ordonnance de la Commission de la concurrence de l'Inde et l'affaire sera entendue mercredi. L'entreprise américaine affirme qu'Android a élargi le choix pour tout le monde et que ces accords contribuent à maintenir la liberté du système d'exploitation. En Europe, 75 % des 550 millions de smartphones fonctionnent sous Android, contre 97 % des 600 millions d'appareils en Inde, selon Counterpoint Research.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Condamné à une amende de 2,4 milliards d'euros, Google exprime son désaccord avec la décision de la Commission européenne et envisage de faire appel

L'Inde ordonne à Google d'autoriser les paiements par des tiers, et inflige au géant américain une amende de 113 millions de dollars pour pratiques anticoncurrentielles

Le régulateur antitrust indien condamne Google à une amende de 162 millions de dollars pour abus sur la plateforme Android et lui ordonne de modifier son approche considérée anticoncurrentielle

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/01/2023 à 9:29
S'il y a des bonnes idées, ça ne sert à rien de tout réinventer.
2  0