IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple perd 1 000 Mds $ de valeur marchande en un an, sa capitalisation boursière passant sous les 2 000 Mds $.
Le krash des entreprises technologiques semble se poursuivre en 2023

Le , par Stéphane le calme

74PARTAGES

8  0 
La capitalisation boursière d'Apple est passée légèrement en dessous des 2 000 milliards de dollars lors de la première séance de bourse de 2023, un an après avoir été propulsé au-delà des 3 000 milliards de dollars. Il s'agissait d'ailleurs de la première fois qu'une entreprise américaine franchissait ce seuil.

En janvier 2022, Apple est devenue la première entreprise à atteindre une capitalisation boursière de 3 000 milliards de dollars, après que sa valeur a augmenté de 1 000 milliards de dollars en moins de 16 mois alors que la pandémie de coronavirus a énormément profité aux grandes entreprises technologiques. Le fabricant d'iPhone est devenu une entreprise de 1 000 milliards de dollars en août 2018 et, deux ans plus tard, est devenu la première entreprise à être évaluée à 2 000 milliards de dollars. Apple a brièvement perdu son titre d'entreprise la plus précieuse au monde au profit de Microsoft fin octobre 2021. Cependant, un fort rallye en novembre de la même année a restauré sa couronne. Il a ensuite augmenté jusqu'à la fin de 2021 et a ajouté un 500 milliards de dollars à sa valeur marchande depuis le 15 novembre 2021.

Néanmoins, un an plus tard, Apple est désormais en deçà des 2 000 milliards de dollars de capitalisation boursière, une première depuis mars 2021. Ses actions coûtent désormais 125,07 dollars, contre 182 à la même période l'année dernière.


La chaîne d'approvisionnement technologique de la Chine se dirige vers la nouvelle année face au double défi de l'effondrement de la demande et du chaos de la dotation en personnel causé par le brusque revirement de Pékin sur les contrôles COVID. Signe des sombres perspectives de l'électronique grand public, Apple a demandé à plusieurs fournisseurs de fabriquer moins de composants pour les AirPods, l'Apple Watch et les MacBook pour le premier trimestre, invoquant l'affaiblissement de la demande, selon les vérifications de la chaîne d'approvisionnement de Nikkei Asia auprès de plusieurs fournisseurs de composants.

Une situation qui exacerbe également les inquiétudes des investisseurs quant au ralentissement de l'économie mondiale et à la forte inflation qui pourraient nuire à la demande d'appareils Apple.

L'analyste d'Exane BNP Paribas, Jérôme Ramel, a réduit ses objectifs de livraisons d'iPhone pour l'exercice 2023 à 224 millions d'unités contre 245 millions d'unités, reflétant les problèmes de chaîne d'approvisionnement du fabricant Foxconn ainsi que le fait que les consommateurs réduisent leurs dépenses en téléphones haut de gamme.

Les actions d'Apple ont augmenté de 34% en 2021 lorsque les marchés technologiques ont connu l'une de leurs meilleures années de tous les temps. Cependant, l'inflation rapide et la hausse des taux d'intérêt ont changé l'humeur des consommateurs et remanié les conditions du marché en 2022, mettant fin à 20 ans de croissance folle au sein des grandes entreprises technologiques.

Cela n'a pourtant pas empêché Apple de mieux faire que ses pairs Big Tech (Meta, Amazon, Alphabet et Netflix) et le Nasdaq 100 l'année dernière.

Les cinq plus grosses entreprises US ont perdu une capitalisation combinée de 4 000 milliards de dollars

En novembre, Amazon est devenue la première entreprise à perdre 1 000 milliards de dollars en capitalisation boursière. En fait, en 2022, les cinq plus grosses entreprises US ont perdu une capitalisation combinée de 4 000 milliards de dollars.

Microsoft, fondée par Bill Gates et Paul Allen en 1975, est devenue l'une des entreprises les plus puissantes au monde. Ses principaux produits comprennent son système d'exploitation Windows, sa suite logicielle Office, son service de cloud computing Azure, ses tablettes Surface et ses consoles de jeu Xbox. L'entreprise a également réalisé plusieurs acquisitions d'un milliard de dollars, notamment Skype, le fabricant de Minecraft Mojang et LinkedIn au cours de la dernière décennie.

Bien que le coronavirus ait créé des difficultés économiques pour de nombreuses entreprises et travailleurs, le contexte a été une aubaine pour Apple et d'autres grandes entreprises technologiques ; les personnes confinées se sont tournées vers la technologie pour disposer d'appareils et de services numériques leur permettant de travailler ou étudier de chez eux, d'effectuer des commandes (boissons, nourriture, vêtements, etc.) et bien d'autres choses encore. Les entreprises technologiques et d'autres poids lourds ont atteint des niveaux records pendant la pandémie de coronavirus, les consommateurs s'appuyant davantage sur le commerce électronique, le streaming vidéo et d'autres services qu'ils fournissent. Les investisseurs ont parié que ces sociétés sortiront de la pandémie plus fortes que leurs concurrents plus petits, certains considérant même leurs actions volatiles comme des valeurs refuges.

Il y a quelque chose de particulier dans le modèle commercial de Microsoft. Contrairement à Apple, par exemple, dont les revenus proviennent principalement de l'iPhone (environ la moitié des ventes totales), le P&L (en finance, une façon de modéliser un projet ou une affaire donnée afin de faire apparaître la marge qui peut être récupérée) de Microsoft est beaucoup plus diversifié.

Environ un tiers des résultats de haut niveau de la grande enseigne de technologie est produit par chacun de ses trois principaux segments : la productivité des entreprises (par exemple Office et Dynamics), le « cloud intelligent » (par exemple Azure) et l'informatique personnelle (par exemple Xbox et Surface). De plus, une grande partie des revenus de Microsoft sont récurrents et quelque peu prévisibles par nature – pensez aux abonnements aux logiciels cloud et à LinkedIn, etc.

Fort de cette caractéristique, Microsoft a brièvement dépassé Apple en tant que société avec la plus grosse capitalisation boursière en avril 2021.

Pourtant, cela ne l'a pas empêché d'occuper la deuxième place des entreprises ayant le plus perdu en bourse. Après Amazon vient donc Microsoft, avec des pertes oscillant autour de 900 milliards de dollars. Combinées, les baisses des deux sociétés illustrent une année difficile que la plupart des entreprises technologiques aimeraient bientôt oublier.

Ces déclins ne se limitent pas seulement à Amazon et Microsoft. Les cinq plus grosses entreprises technologiques américaines sur le plan du chiffre d'affaires ont perdu une valeur combinée de 4 000 milliards de dollars en 2022 en capitalisation boursière. Pour mettre cela en perspective, c'est plus que les PIB combinés de la Turquie, de l'Argentine et de la Suisse.

La capitalisation boursière de Meta divisée par plus de trois en un peu plus d'un an

En février, la société mère de Facebook, Meta, a été éjectée du top 10 des entreprises les plus valorisées au monde (capitalisation boursière) après une série de revers brutaux les semaines précédentes.

La grande enseigne des médias sociaux de Mark Zuckerberg valait environ 327 milliards de dollars à la clôture du marché, une baisse étonnante par rapport à sa situation mi-2021, lorsque Facebook se classait au sixième rang des entreprises les plus valorisées au monde.


Facebook était autrefois une entreprise qui valait plus de 1 000 milliards de dollars, grâce à son système de suivi impeccable. Cependant, la nouvelle fonctionnalité d'Apple qui permet à ses utilisateurs de choisir de bloquer les traceurs publicitaires a neutralisé cette force de Facebook. Même la base d'utilisateurs de Facebook a commencé à diminuer après une vague de révélations de lanceurs d'alerte, montrant les effets néfastes des médias sociaux pour les jeunes utilisateurs.

Et comme si cela ne suffisait pas, Meta a encore fait pire : l'entreprise ne figure plus dans le top 20 des plus grosses capitalisations boursières du monde. La société a perdu 70 % de sa valeur en 2022 et 74 % depuis le sommet atteint par l'action en septembre 2021, ce qui représente une perte totale de plus de 730 milliards de dollars en capitalisation boursière.

L'effondrement stupéfiant du cours de l'action Meta rappelle l'époque de l'effondrement des dot-com, mais il est bien plus important en ce qui concerne la valeur effacée d'une seule entreprise. La chute a commencé fin 2021, alors que les signes d'une économie en berne commençaient à apparaître, et s'est accélérée au début de l'année 2022 après que l'entreprise a déclaré que la modification d'iOS par Apple concernant la protection de la vie privée entraînerait une perte de revenus de 10 milliards de dollars cette année.

Meta est impacté par la baisse des revenus publicitaires. Mais le plus gros problème de Meta reste ses gigantesques investissements sur le métavers. Ses dépenses ont augmenté de 19 %. Le groupe continue de parier son avenir sur le métavers. Les difficultés de Meta proviennent par exemple de sa tentative de réinventer son modèle d'affaires pour être moins dépendant de la publicité, qui lui rapporte de moins en moins de recettes. Pour cela, l'entreprise a misé sur le métavers, dans lequel elle engloutit des sommes faramineuses (pas moins de 21 milliards de dollars en deux ans). Pourtant, des voix sceptiques se font de plus en plus entendre alors que la réalité virtuelle a bien du mal à se démocratiser, et suscitant la méfiance des investisseurs qui doutent quant aux capacités d'un tel investissement à générer de l'argent à court terme.

« Je sais que de nombreuses personnes désapprouvent cet investissement. Cependant, je pense que ce serait une erreur pour nous de ne pas nous focaliser sur ce domaine, qui sera à mon avis d'une importance fondamentale dans l'avenir » , a concédé Mark Zuckerberg lors de l’échange avec des analystes financiers l'année dernière.

Le fondateur et PDG Mark Zuckerberg n'a pas été en mesure d'arrêter l'hémorragie et semble seulement aggraver la situation. Un Zuckerberg quelque peu perplexe a reconnu lors de la téléconférence avec les investisseurs « qu'il y a beaucoup de choses qui se passent en ce moment dans l'entreprise et dans le monde ».

En plus des difficultés macroéconomiques, Meta est confronté à une confluence de défis, y compris la concurrence croissante pour sa plateforme Instagram de la part de rivaux tels que l'application de vidéo de courte durée TikTok et les difficultés à cibler et à mesurer la publicité en raison des changements de la politique de confidentialité d'Apple. « Il y a des problèmes macroéconomiques, il y a beaucoup de concurrence, il y a des défis publicitaires en particulier venant d'Apple, et puis il y a certaines des choses à plus long terme que nous prenons en charge parce que nous pensons qu'elles vont fournir de meilleurs retours sur le temps », a déclaré Zuckerberg.

Mark Zuckerberg a averti que l'entreprise était confrontée à des « défis à court terme en matière de revenus », mais a déclaré que « les fondamentaux sont là pour un retour à une croissance plus forte des revenus ». Il a réitéré ses principaux paris, notamment le développement d'un format vidéo court pour rivaliser avec TikTok, la messagerie professionnelle et le métavers. Il a tenté de rassurer les investisseurs sur le fait que les investissements dans ces domaines seraient payants à long terme. « J'apprécie la patience et je pense que ceux qui sont patients et investissent avec nous finiront par être récompensés », a-t-il déclaré, arguant que l'entreprise faisait un « travail de premier plan » sur le métavers qui serait « d'une importance historique ».

Comment la pandémie affecte-t-elle toujours l'industrie technologique ?

Au début de la pandémie de COVID-19, les gens comptaient plus que jamais sur la technologie pour traverser la crise, qui a fait monter en flèche les actions des services de streaming, des sociétés de commerce électronique et des fournisseurs de logiciels de travail à distance.

Ces entreprises ne peuvent pas maintenir le même succès qu'elles ont trouvé au plus fort de la pandémie. Peloton, par exemple, est devenu très populaire entre 2019 et 2020 et a maintenant du mal à trouver sa place. Netflix a surestimé son potentiel de croissance à court terme après avoir accueilli une vague de nouveaux abonnés au début de 2020. Shopify, Etsy et d'autres plateformes de commerce électronique ressentent les effets du retour des gens dans les magasins. Les cours des actions ont chuté de façon spectaculaire pour les entreprises technologiques qui avaient embauché en masse pendant la pandémie.

La levée des restrictions liées au COVID-19 a nui à certaines entreprises, mais les mesures de confinement liées à la pandémie en Chine en affectent d'autres. Apple a déclaré que les mesures de confinement dans le pays devraient continuer à affecter ses ventes, tandis que les entreprises de véhicules électriques, dont Tesla, ont du mal à maintenir la production dans le pays. Lyft a déclaré qu'il prévoyait d'augmenter les dépenses pour attirer les conducteurs qui craignent de revenir à cause du virus.

C’est la fin de l’abondance pour les GAFAM aussi. Si la crise causée par le Covid a plutôt gonflé leur dynamique, les tensions géopolitiques actuelles, des taux d’échange défavorables et la crise économique désormais bien installée ont en revanche fini par les atteindre. Tous avaient déjà annoncé cet été une mise en pause des embauches et tous ont plus ou moins commencé des vagues réduites de licenciements pour mieux se focaliser sur les projets les plus prometteurs et porteurs. Mais ce sont surtout les perspectives du prochain trimestre qui affolent quelque peu les marchés financiers.

Et vous ?

Êtes-vous surpris de voir une telle situation au sein des grandes entreprises technologiques ?
Quelle lecture en faites-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/01/2023 à 9:25
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Quelle lecture en faites-vous ?
Les cours des actions Apple, Meta, Tesla sont des bulles spéculatives, peut-être que c'est positif quelles se dégonflent, au moins ce n'est pas une explosion.
Autours de l'année 2000 il y a un la fin de la bulle internet et des actions ont chutées plus violemment que ça.

Il n'y a pas de corrélation entre le valeur réelle d'une entreprise comme Tesla et sa valeur sur les marchés.
2  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/01/2023 à 10:05
du meme avis que Ryu2000.
Ce sont des bulles, c'est plus mal que ca s'effondre maintenant. Plus sa s'effondre tôt moins y'a d'impact pour le monde réel.
On aura une récession cette année mais ce sera pas aussi violent que par le passé et ca aurait pu être bien pire.

On a la chance en France que nos boite étaient a leurs juste valeurs, oui elles valait rien il y'a 1ans par rapport aux gafam, mais elles étaient plu porche de leurs valeurs réel que ne l'étaient les gafam.

Mais ces boites valent encore trop cher, ca va continuer de baisser lentement cette année.
1  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 04/01/2023 à 11:16
Ca reste encore surévalué mais cette baisse est une bonne chose.
1  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/01/2023 à 12:59
Êtes-vous surpris de voir une telle situation au sein des grandes entreprises technologiques ?
Cette baisse généralisée des GAFAM en bourse provient du fait que ce sont des valeurs de croissance comme toutes les valeurs de la tech qui ont perdu 20% de capitalisation en moyenne de plus par rapport aux autres valeurs. Hors stratégie et bilan comptable, elles ont en effet besoin de liquidités et donc de prêts pour développer la recherche. Elles sont donc sensibles aux taux d'intérêts; lesquels remontent dans le monde entier et en particulier aux Etats-Unis pour lutter contre l'inflation.

Quelle lecture en faites-vous ?
Cette remontée des taux d'intérêts va donc les impacter directement au delà de créer une récession qui touchera tous les compartiments de l'économie. De plus, la politique agressive de la FED fait remonter le dollar par rapport à toutes les autres devises. Un dollar fort joue en défaveur des valeurs américaines puisqu'auparavant, pour un euro nous avions 1,15/1,20 dollar. Donc aujourd'hui et pour l'année à venir, cela signifie moins de rentrées d'argent pour les entreprises américaines comme les GAFAM, entre autres. Ainsi, les GAFAM vont continuer à baisser en valeur au moins pendant un an comme tout le NASDAQ et, dans une moindre mesure, le Dow Jones.

NB : la capitalisation boursière est loin d'être anodine puisqu'elle octroie une capacité d'emprunt plus ou moins avantageuse sur les marchés.
1  1