IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Meta, la société mère de Facebook, va régler l'affaire Cambridge Analytica pour 725 millions de dollars,
Mais la société n'a pas fini d'entendre parler de ce scandale, car d'autres procès demeurent

Le , par Bill Fassinou

2KPARTAGES

5  0 
Meta, la société mère de Facebook, a accepté cette semaine de payer 725 millions de dollars pour résoudre un procès en recours collectif accusant le géant des médias sociaux d'avoir permis à des tiers, y compris Cambridge Analytica, d'accéder aux informations personnelles des utilisateurs. Dans un document judiciaire déposé tard jeudi, les plaignants affirment qu'il s'agit du plus important recouvrement jamais obtenu dans le cadre d'un recours collectif relatif à la confidentialité des données et du montant le plus élevé jamais versé par Facebook pour résoudre un recours collectif privé. La société Cambridge Analytica est morte, mais continue de hanter Mark Zuckerberg et les siens.

Plus de quatre ans après l'éclatement du scandale Cambridge Analytica, Meta (alors Facebook) se débat toujours pour tourner la page du plus grand scandale lié à la confidentialité des données de son histoire. En 2016, Cambridge Analytica avait canalisé les données de dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook par le biais d'une application de sondage appelée MyDigitalLife, afin d'influencer le comportement des électeurs américains à l'aide de publicités ciblées. Le brouhaha qui a suivi en matière de protection de la vie privée a donné lieu à plusieurs amendes et règlements dans plusieurs juridictions, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Meta a payé 5 milliards de dollars dans le cadre d'un accord avec la Federal Trade Commission (FTC), 100 millions de dollars à la Securities and Exchange Commission (SEC), pour avoir induit les investisseurs en erreur, et une modeste somme de 500 000 euros (600 000 $) au bureau du commissaire à l'information du Royaume-Uni. Une série de procès a ensuite frappé le réseau social, dont un recours collectif en 2018. L'action en justice accusait Facebook de partager indûment les données des utilisateurs avec des tiers. Cette semaine, Meta a conclu un accord provisoire avec les différentes parties prenantes, acceptant de payer 725 millions de dollars.



Il convient également de noter que si la genèse de cette action collective était Cambridge Analytica, elle s'est élargie pour inclure d'autres tiers qui auraient utilisé de manière inappropriée les données des utilisateurs de Facebook. Meta n'a pas reconnu ses torts dans le cadre du règlement, qui doit encore être approuvé par un juge. La société a déclaré cette semaine que le règlement était "dans le meilleur intérêt de notre communauté et de nos actionnaires". « Au cours des trois dernières années, nous avons réorganisé notre approche de la protection de la vie privée et mis en place un programme complet de protection de la vie privée », a déclaré Meta.

Du côté des plaignants, on se félicite pour cette victoire. « Ce règlement historique apportera une aide significative au groupe dans cette affaire complexe et inédite de protection de la vie privée », ont déclaré les avocats principaux des plaignants, Derek Loeser et Lesley Weaver, dans une déclaration commune. L'accord est intervenu près de quatre mois après que Meta a proposé un règlement dans le district nord de Californie, où le procès a été intenté en 2018. Meta avait repoussé le procès en faisant valoir que ceux qui se sont inscrits volontairement sur le réseau social ne devraient pas avoir de réelles attentes en matière de vie privée.

Cependant, le juge chargé de l'affaire en 2019 a qualifié cette déclaration de Meta de "totalement erronée". Les avocats des plaignants ont régulièrement obtenu l'accès aux dossiers internes de Facebook pour étayer leurs affirmations selon lesquelles le réseau social n'avait pas protégé leurs données personnelles. Meta aurait pu avoir à payer des centaines de millions de dollars supplémentaires si elle avait perdu le procès. « Nous avons cherché à obtenir un règlement à l'amiable, car c'est dans le meilleur intérêt de notre communauté et de nos actionnaires », a déclaré Meta. Le règlement affirme que Facebook s'est redressée sur certains points.

Dans le document judiciaire détaillant le règlement, les plaignants ont déclaré que depuis le dépôt de l'affaire, Facebook a cessé de permettre à des tiers d'accéder aux données des utilisateurs par l'intermédiaire de leurs amis. La société a également renforcé sa capacité à restreindre et à surveiller la manière dont les tiers acquièrent et utilisent les informations des utilisateurs de Facebook, et aurait amélioré ses méthodes pour informer les utilisateurs des informations que Facebook collecte et partage à leur sujet. Selon le document judiciaire, l'accord entre Meta et les plaignants s'applique à tous les utilisateurs de Facebook aux États-Unis.

L'accord met en effet fin à des plaintes d'utilisateurs de Facebook selon lesquelles l'entreprise a violé diverses lois fédérales et étatiques en laissant les développeurs d'applications et les partenaires commerciaux récolter leurs données personnelles sans leur consentement, et ce de manière généralisée. Les avocats des utilisateurs ont allégué que Facebook les avait induits en erreur en leur faisant croire qu'ils pouvaient garder le contrôle de leurs données personnelles, alors qu'en fait, il laissait des milliers de personnes extérieures privilégiées y avoir accès. Le règlement couvre environ 250 à 280 millions d'utilisateurs de Facebook.

Le montant que recevra un utilisateur individuel dépendra du nombre de personnes qui soumettront des demandes valables pour une part du règlement. Les avocats des plaignants ont toutefois déclaré qu'ils prévoyaient de demander au juge de leur accorder jusqu'à 25 % du règlement au titre des honoraires d'avocat, soit environ 181 millions de dollars. Par ailleurs, malgré ce règlement, Meta n'a pas fini d'être hanté par Cambridge Analytica. Plusieurs enquêtes menées par les procureurs généraux des États sont toujours en cours et l'entreprise de médias sociaux se bat contre une action en justice intentée par le procureur général de Washington DC, Karl Racine.

Ce dernier allègue que le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, était personnellement responsable des échecs ayant conduit au scandale. Le Bureau de Karl Racine évoque des preuves compilées dans le cadre d'une enquête approfondie pour alléguer que Zuckerberg a contribué à la surveillance des données des utilisateurs par Facebook et à la mise en œuvre d'accords de confidentialité trompeurs. En conséquence, cela a permis à Cambridge Analytica d'obtenir des données personnelles de 87 millions d'Américains, dont plus de la moitié des résidents du district, et d'utiliser ces données pour manipuler les élections présidentielles américaines de 2016.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Le procureur général de Washington DC poursuit Mark Zuckerberg suite à la violation de données de Cambridge Analytica, « ce procès est non seulement justifié, mais nécessaire »

Facebook parvient à un accord de principe dans le procès du scandale Cambridge Analytica. Mark Zuckerberg est désespéré et tente tout pour ne pas être interrogé, selon une journaliste

Meta / Facebook ne pourra pas se relever tant que Mark Zuckerberg en demeure le PDG, selon Frances Haugen, ancienne employée Facebook devenue lanceuse d'alerte

Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg a désigné le cabinet parmi les entités qui pouvaient potentiellement impacter les élections, des mois avant que la fuite de données ne soit révélée

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Prox_13
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 23/05/2023 à 14:28
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?


2  0 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/07/2023 à 7:13
La Norvège agit, mais qu'attendons nous pour en faire autant ainsi que tous les pays de l'UE.

Ca fait des années que les GAFAM commettent des abus, arrêtons d'être gentils.
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/12/2022 à 19:08
Bonsoir

Meta, la société mère de Facebook, va régler l'affaire Cambridge Analytica pour 725 millions de dollars mais la société n'a pas fini d'entendre parler de ce scandale, car d'autres procès demeurent

Quel est votre avis sur le sujet ?
La justice devrait multiplier par 100 le montant de l'amende 72,5 milliards , voir par mille 725 milliards . De quoi bien frapper au porte feuille. On dirait ici que Meta "budgetise" ses amendes. C'est scandaleux.

Justice à 2 vitesses .... C'est comme ci selon le délinquant , celui ci budgétisait à l'avance combien allait couter ces actes on nage en plein délire !

Quand le quidam moyen commet une action amendable , celui ci n'a pas d'autres choix que de payer et de se faire aligner !
1  1