IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Twitter Files : Twitter a créé des listes noires « secrètes » pour limiter la visibilité de certains tweets ainsi que certains comptes de droite
Selon une journaliste

Le , par Stéphane le calme

196PARTAGES

26  0 
Twitter a créé des listes noires « secrètes » pour limiter la visibilité de certains tweets ainsi que certains comptes de droite, a affirmé la journaliste Bari Weiss, citant une enquête basée sur des documents internes de l'entreprise. Weiss, une ancienne rédactrice d'opinion du New York Times qui dirige maintenant The Free Press, a déclaré vendredi que la direction précédente de la plate-forme de médias sociaux avait limité la portée de comptes particuliers en se basant sur une « liste noire des tendances », une « liste noire de recherche » ainsi qu'une étiquette « Ne pas amplifier ».

Les «*Twitter Files*» sont un ensemble d’extraits de correspondances internes à Twitter, publiés sur le réseau social par les journalistes, dont Weiss et Matt Taibbi. Le nom Twitter Files («*dossiers Twitter*») a été créé par Elon Musk lui-même. Taibbi ne précise pas comment il a obtenu ces documents, mais il fait peu de doutes qu’ils lui ont été transmis par Musk, qui avait promis de rendre publiques les discussions internes à Twitter sur un certain nombre de sujets.

Le premier volet des Twitter Files portait sur la manière dont le réseau social a bloqué la diffusion d’un article du tabloïd conservateur New York Post en octobre*2020, en pleine campagne électorale américaine, consacré à des documents présentés comme issus d’un ordinateur portable appartenant à Hunter Biden, le fils de Joe Biden. Le New York Post avait à l’époque publié des extraits d’e-mails suggérant que Hunter Biden avait bénéficié des connexions politiques de son père pour faire des affaires en Ukraine. Des photos à caractère sexuel ou montrant Hunter Biden consommant de la drogue avaient aussi été diffusées en ligne et présentées comme issues du même ordinateur.

A l’époque, Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, avait rapidement désavoué la communication du réseau social sur le sujet : «Notre communication autour de nos actions sur l’article du @nypost n’était pas géniale. Et bloquer le partage d’URL via tweet ou DM sans contexte expliquant pourquoi nous bloquons : inacceptable», avait-il écrit, relayant des explications publiées via un des comptes officiels de l’oiseau bleu. «Les images contenues dans les articles comportent des informations personnelles et privées – comme des adresses électroniques et des numéros de téléphone – qui enfreignent nos règles», s’étaient justifiées les équipes.

Le deuxième volet souligne, potentiellement, des pratiques plus controversées.

Weiss a publié des captures d'écran d'outils Twitter internes que les modérateurs pourraient utiliser pour limiter la portée des publications et des comptes. Dans le cas du jeune militant conservateur Charlie Kirk de Turning Point USA (une source fréquente de désinformation sur Covid et les élections) il y avait marqué sur son compte « ne pas amplifier ».

Bongino, un animateur de talk-show de droite, a été placé sur une « liste noire de recherche », d'après les documents consultés par Weiss. Un professeur de Stanford qui faisait la promotion d'un programme « d'immunité collective » au début de Covid a également été placé sur une « liste noire des tendances » par les modérateurs de Twitter.

Weiss semble le plus préoccupé par les suspensions répétées du compte, Libs of Tik Tok, que Twitter a sanctionné pour avoir violé indirectement (mais pas explicitement) la politique de «*conduite haineuse*» de Twitter. Le compte est tristement célèbre pour avoir mis en lumière les membres de la communauté LGBTQ, qui finissent par être brigués et harcelés par des trolls en ligne.

La journaliste conservatrice décrit également ces pratiques de modération de contenu (et le débat interne autour d'elles) comme étant néfastes et « secrètes ». Mais le fil Twitter manque de contexte vital. Plus important encore, il ne traite pas de la politique de Twitter, annoncée en 2018, selon laquelle il commencerait à limiter le contenu qu'il estimait « détourner l'attention de la conversation ».

Weiss n'explique pas non plus en quoi les précédentes décisions de modération de contenu de Twitter sont en contradiction avec la politique actuelle que Musk lui-même a annoncée pour l'entreprise sous sa direction, insistant sur le fait que Twitter garantirait la « liberté d'expression » mais pas la « liberté d'accès » tout en s'engageant à « atténuer » le contenu offensant. Pour mémoire, Musk est allé jusqu'à suspendre de nouveau Kanye West pour avoir publié du contenu haineux.

De manière significative, Weiss ne met en évidence que les décisions de modération controversées concernant les personnalités de droite. Cela répète un schéma idéologique introduit par Taibbi (qui a souligné les réactions de Twitter uniquement à la campagne Biden, même s'il a reconnu, au passage, que la Maison Blanche de Trump a également fait des demandes de retrait de contenu controversé qui ont été honorées par les cadres supérieurs de Twitter).

La configuration (un PDG conservateur qui fait fuiter des documents vers des journalistes de droite) donne l'impression que le projet #TwitterFiles ne cherche pas tant à aller au fond des graves inconduites, mais plutôt à enflammer les passions de ceux de droite qui se croient être victimes de biais de la part des grandes entreprises technologiques.

Même le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a fait valoir que le public serait mieux servi par une approche plus transparente qui élimine les intermédiaires. « Si l'objectif est la transparence pour instaurer la confiance, pourquoi ne pas tout publier sans filtre et laisser les gens juger par eux-mêmes ? », a-t-il demandé à Musk sur Twitter.


Les propos de la journaliste

Ci-dessous les propos qu'elle a tenu sur son fil de discussion Twitter :

Une nouvelle enquête #TwitterFiles révèle que des équipes d'employés de Twitter créent des listes noires, empêchent les tweets défavorisés d'être tendance et limitent activement la visibilité de comptes entiers ou même de sujets tendances, le tout en secret, sans en informer les utilisateurs.

Twitter avait autrefois pour mission de « donner à chacun le pouvoir de créer et de partager des idées et des informations instantanément, sans barrières ». En cours de route, des barrières ont néanmoins été érigées. Prenez, par exemple, le Dr Jay Bhattacharya de Stanford (@DrJBhattacharya) qui a fait valoir que les confinement de Covid nuiraient aux enfants. Twitter l'a secrètement placé sur une « liste noire des tendances », ce qui a empêché ses tweets de figurer sur les tendances.


Ou considérez le populaire animateur de talk-show de droite, Dan Bongino (@dbongino), qui à un moment donné a été frappé par une « liste noire de recherche ».

Twitter a défini le compte de l'activiste conservateur Charlie Kirk (@charliekirk11) sur "Ne pas amplifier".


Twitter a nié qu'il fait de telles choses. En 2018, Vijaya Gadde (alors responsable de la politique juridique et de la confiance) et Kayvon Beykpour (responsable du produit) de Twitter ont déclaré*: « Nous n'avons pas recours au shadow banning ». Ils ont ajouté: « Et nous n'avons certainement pas recours au shadow banning en fonction dr des points de vue politiques ou une idéologie ».

Ce que beaucoup de gens appellent « shadow banning », les dirigeants et les employés de Twitter l'appellent le « filtrage de la visibilité » ou « VF ». Plusieurs sources de haut niveau ont confirmé sa signification. « Considérez le filtrage de la visibilité comme un moyen pour nous de supprimer ce que les gens voient à différents niveaux. C'est un outil très puissant », nous a dit un employé senior de Twitter. « VF » fait référence au contrôle de Twitter sur la visibilité des utilisateurs. Twitter a utilisé VF pour bloquer les recherches d'utilisateurs individuels ; pour limiter la portée de la découvrabilité d'un tweet particulier*; pour empêcher les publications de certains utilisateurs d'apparaître sur la page « tendance »*; et de l'inclusion dans les recherches de hashtag. Tout ceci à l'insu de l'utilisateur.

« Nous contrôlons pas mal la visibilité. Et nous contrôlons un peu l'amplification de votre contenu. Et les gens normaux ne savent pas ce que nous faisons », nous a dit un ingénieur de Twitter. Confirmation de deux autres employés de Twitter.

Le groupe qui a décidé de limiter la portée de certains utilisateurs était l'équipe de réponse stratégique - l'équipe d'escalade globale, ou SRT-GET. Elle traitait souvent jusqu'à 200 « cas » par jour. Mais il existait un niveau au-delà de la gestion officielle, au-delà des modérateurs de base suivant la politique de l'entreprise sur papier. Il s'agit de la «*Politique d'intégrité du site, Prise en charge de l'escalade des politiques*», connue sous le nom de «*SIP-PES*». Ce groupe secret comprenait le responsable juridique, politique et confiance (Vijaya Gadde), le responsable mondial de la confiance et de la sécurité (Yoel Roth), les PDG ultérieurs Jack Dorsey et Parag Agrawal, et d'autres.

C'est là que les décisions les plus importantes et les plus politiquement sensibles ont été prises. « Pensez à un compte d'abonnés élevé, controversé », nous a dit un autre employé de Twitter. Pour eux, « il n'y aurait pas de trace ou quoi que ce soit."

L'un des comptes qui a atteint ce niveau d'examen était @libsoftiktok, un compte qui figurait sur la « liste noire des tendances » et a été désigné comme « Ne pas agir sur l'utilisateur sans consulter SIP-PES ».


Le compte (que Chaya Raichik a lancé en novembre 2020 et compte désormais plus de 1,4 million d'abonnés) a fait l'objet de six suspensions rien qu'en 2022, explique Raichik. À chaque fois, Raichik a été bloqué pendant une semaine. Twitter a informé à plusieurs reprises Raichik qu'elle avait été suspendue pour avoir enfreint la politique de Twitter contre les « conduites haineuses ».

Mais dans une note interne SIP-PES d'octobre 2022, après sa septième suspension, le comité a reconnu que « LTT n'a pas directement adopté un comportement contraire à la politique sur les conduites haineuses ». Voir ici*:


Le comité a justifié ses suspensions en interne en affirmant que ses messages encourageaient le harcèlement en ligne des « hôpitaux et des prestataires de soins médicaux » en insinuant « que les soins de santé affirmant le genre équivalaient à la maltraitance ou au grooming des enfants ». Comparez cela à ce qui s'est passé lorsque Raichik elle-même a été doxxée le 21 novembre 2022. Une photo de sa maison avec son adresse a été publiée dans un tweet qui a recueilli plus de 10 000 likes.

Lorsque Raichik a dit à Twitter que son adresse avait été diffusée, elle a déclaré que le support de Twitter avait répondu avec ce message*: « Nous avons examiné le contenu signalé et n'avons pas trouvé qu'il enfreignait les règles de Twitter ». Aucune mesure n'a été prise. Le tweet doxxing est toujours en place.

Dans les messages internes de Slack, les employés de Twitter ont parlé d'utiliser des techniques pour restreindre la visibilité des tweets et des sujets. Voici Yoel Roth, alors responsable mondial de la confiance et de la sécurité chez Twitter, dans un message direct à un collègue début 2021*:


Six jours plus tard, dans un message direct avec un employé de l'équipe de recherche sur la santé, la désinformation, la confidentialité et l'identité, Roth a demandé plus de recherches pour soutenir l'expansion des « interventions de politique de non-retrait comme la désactivation des engagements et la désamplification/filtrage de la visibilité ».


Roth a écrit: « L'hypothèse sous-jacente à une grande partie de ce que nous avons mis en œuvre est que si l'exposition à, par exemple, la désinformation cause directement des dommages, nous devrions utiliser des mesures correctives qui réduisent l'exposition, et limiter la propagation/viralité du contenu est un bon moyen de le faire ». Il a ajouté: « Nous avons convaincu Jack de mettre en œuvre cela pour l'intégrité civique à court terme, mais nous allons devoir présenter des arguments plus solides pour intégrer cela dans notre répertoire de mesures correctives politiques - en particulier pour d'autres domaines politiques ».

Source : Bari Weiss

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?
Partagez-vous le point de vue de Jack Dorsey lorsqu'il rétorque à Elon Musk : « Si l'objectif est la transparence pour instaurer la confiance, pourquoi ne pas tout publier sans filtre et laisser les gens juger par eux-mêmes ? »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 9:16
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il prend des décisions rapides
Des décisions hâtives, prises sur un coup de tête, et pour lesquelles le désastre était évident avant même de l'effectuer.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il mesure ses résultats immédiatement
Le désastre j'aurais dis. Mais oui, il le voit. Preuve qu'il n'est pas complètement fou.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il n'hésite pas à itérer rapidement et à tester autre chose
Il répare le désastre qu'il a lui-même causé à de nombreuses reprises.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
Même si 80% de ses décisions sont mauvaises, le fait d'itérer rapidement dans cette boucle de feedback utilisateur, c'est la manière typique des startups pour innover et grandir rapidement.
Innover ? Le mot typique du commercial pour se défendre contre toute décision impopulaire. Ce mot est, en ce qui me concerne, banni de mon vocabulaire, car trop utilisé pour couvrir la mafia de l'informatique.

Très honnêtement, je l'avais imaginé tout de suite, obtenir la coche bleue pour 8 € / mois allait permettre à n'importer qui d'avoir la coche bleue, qui n'avait plus le sens de validé, mais le sens de "a payé", donc autrement dit, aucun sens pour le visiteur qui n'en a que f... Mais comme le visiteur ne sait pas forcément que la coche bleue a changé de signification, il était évident que cela allait servir aux petits plaisantins du Web de profiter d'une notoriété si facile à obtenir.

Virer en masse des équipes dans l'unique but de réduire la masse salariale, puis être obligé de rappeler quand on se rend compte qu'on a peut-être pas viré les bons, là encore c'est juste une impulsion. Je ne nie pas le besoin de réduire la masse salariale, mais il faut le faire d'une manière raisonnée. Rappeler quelqu'un après l'avoir viré c'est juste la preuve d'une incompétence crasse.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
mais peut-être va-t-il en sortir quelque chose de radicalement innovant et qui va fonctionner dans quelques mois.
A contrario, ne pas oser itérer radicalement dans une entreprise qui n'a pas trouvé son modèle pour survivre, ça aurait été un crash assuré. Je suis donc la suite des événement avec beaucoup d'intérêt (et de popcorn) !
Quand on le voit poster lui-même un sondage sur "devrais-je quitter l'entreprise" et voir 58% de oui, permet-moi de douter de sa compétence. Surtout que je ne crois pas une seconde qu'il va le faire, bien que tout montre qu'il devrait. Car non seulement il crache Twitter, mais il entraîne ses autres entreprises à succès (Tesla, SpaceX) dans sa chute.

Au niveau de la dernière actu, je pense que Twitter est coupable de ne pas avoir signifié son désir de rompre le contrat avec cette entreprise, puisqu'il se contente de jeter les factures à la poubelle. D'un autre côté, une facture trimestrielle de 1 million de dollars pour une fourniture de service apparemment dispensable puisque Twitter ne s'est pas encore effondré, même sans connaître les détails, cela semble largement excessif.
10  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/12/2022 à 18:11
Il certifie les comptes, il les certifie plus, Apple c'est son ennemi, le lendemain c'est son pote, il bannit les journalistes, il les bannit plus, il banni le compte ElonJet, il le dé-bannit, il le re-bannit, maintenant il banni les liens réseaux sociaux, puis il change encore d'avis et il vire la page.
Aussi bien je suis impressionné par les succès de SpaceX avec ses lanceurs réutilisables, autant la je ne suis pas ébahi par sa gestion de Twitter.
Ça fait pas très sérieux tout ça, je pense qu'il ferait mieux de prendre des vacances...

Je me demande s'il va tenir son engagement de démissionner, j'ai un doute.... Et je me demande qui il pourrait trouver pour gérer ce foutoir...
9  1 
Avatar de rbolan
Membre actif https://www.developpez.com
Le 15/12/2022 à 11:39
"Twitter a cessé de payer le loyer des bureaux" : Pour un propriétaire qui est bec et ongle contre le télétravail, c'est très cohérent quand on y pense
7  0 
Avatar de daerlnaxe
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/12/2022 à 15:29
C'est surtout consternant en fait. Idem pour un paquet de journalistes qui se contentent d'aller "chercher l'info" sur Twitter, et il y a eu nombre de dérives à cause de ça.

Pour ça, à la limite si Twitter crève mais franchement tant mieux.
7  0 
Avatar de SofEvans
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/12/2022 à 16:48
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Et tu crois que tu aurais l'air plus brillant, si tu avais hérité du plus gros scandale politique depuis le Wategate?

Les courriels de Twitter confirme que

* le FBI ont toujours su la vérité sur le dossier Steele et la supposé implication de la Russie dans les élections américaines,
* le FBI a commencé ses opérations dès que Trump a annoncé sa campagne à la présidence.
* les opérations ont également duré pendant sa Présidence.
* que Facebook était également sous influence du FBI.
C'est quoi le rapport entre ce que tu dis et ce que je dis ?

Je dis que quelqu'un traitant ses employés comme de la merde (tiens toi j'te licencie, toi aussi, toi aussi mais ah mais non mais zut reviens s't'plait j'me suis planté, et pis ceux qui restent faites une croix sur vot' vie perso maintenant vous allez taffer 18h par jour, et ceux à Neuralink, bossez comme si vous z'aviez une bombe collé à la tête parce que vot' lenteur me rend fou !) qui semble faire absolument n'importe quoi avec Twitter (Twitter permet quand même à des gens - les employés - de vivre, hein !) me donne la sensation d'être un psychopathe.

Je sais qu'il n'existe pas de réelle définition stricte de la psychopathie (et dans la même veine pour la définition de la sociopathie et de la différence psychopathe/sociopathe) mais "on" s'accorde à dire généralement que l'impulsivité, l'absence de remords, l'absence de considération pour les autres, l'égocentrisme sont des trait de personnalité de psychopathe (en gros).
Et vu tout ce qu'on le voit faire, ça me donne sincèrement cette impression.

C'est quoi le rapport avec le fait qu'après qu'il ai racheter Twitter il se soit aperçu dans les documents internes de truc ultra pas joli (et tellement pas prévisible) concernant le gouvernement ?
9  2 
Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/12/2022 à 16:51
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
Twitter n'allait pas si mal, et était presque a l'équilibre. En 6 semaines il détruit tout
à ce que je sais ( entendu sur Bfm TV) Twitter perd 5 millions de dollars par jour et ceci bien avant le rachat par E Musk.
Si vous voulez que je recherche la source de cette information je peux
6  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/12/2022 à 8:31
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Musk s'est débarrasser d'une tonne de bras cassé qui était plus intéressé à bloquer les opinions de droite que de bloquer Antifa et les terroristes islamiques qui utilisaient la plateforme pour coordonner leur attaques. Et les pédophiles qui s'échangeait des adresses de sites de pornographie enfantiles en toute tranquillité.

Il n'y avait pas que quelque élément gouvernemental. Twitter étaient pratiquement une branche du FBI. Et recevait 30 millions par année pour être les petites mains du FBI. Et probablement de la CIA. Car Twitter était probablement également utiliser pour affecter des élections à l'étranger.
À ce niveau là, c'est pathologique
Donald Trump, sors de ce corps !
8  3 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 02/01/2023 à 23:49
Je le demande vraiment ce que EM cherche.

Il serait en train de se préparer une carrière politique que je ne serai pas surpris.

Pour l'affaire Biden, je doute que les choses soient si simple. On a des Fake news et de la désinformation massive de plus en plus souvent... Et je ne sais pas comment ça peut se traiter sans être condamné par la populace par la suite.

Pour Trump, idem. Bien sûr que des discussions et des désaccords ont existé en interne...

Mais vu la situation incontrôlable et totalement nouvelle... Que pouvait ils faire d'autres.

Même si on part dans l'idée que Trump n était pas l'organisateur... Il avait le pouvoir et la responsabilité d'arrêter tout. Et il n'a rien fait. Rien que ça c'est super suspect.
Twitter pouvait il attendre que la justice fasse son travail pour bloquer le compte... Je ne pense pas.
6  1 
Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/01/2023 à 11:30
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Rien que pour cela, je considère cette loi comme illégitime et antidémocratique.
Tu peux préciser un peu ton propos ? Je ne vois le lien entre le contenu que tu mets en gras et le fait que la loi soit illégitime et antidémocratique
Le fait que ce soit illégitime ou antidémocratique pour moi ça aurait plutôt avoir la manière donc ça a été décidé / voté / mis en œuvre plutôt que le contenu
6  1 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/12/2022 à 15:23
Comme quoi, cumuler plusieurs emplois (Twitter, Tesla, SpaceX) ne permet pas de bien faire.
4  0