IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Twitter n'applique plus sa politique visant à lutter contre la désinformation liée au Covid
Une décision qui suscite la colère des uns mais marque le début de la fin de la censure pour les autres

Le , par Stéphane le calme

88PARTAGES

12  1 
Twitter Inc a annulé une politique qui visait à lutter contre la désinformation liée au COVID-19 sur la plate-forme de médias sociaux, se prêtant au risque d'une augmentation potentielle des fausses déclarations alors même que les cas augmentent en Chine et dans certaines parties du monde.

Cette décision intervient également dans un contexte d'inquiétudes quant à la capacité de Twitter à lutter contre la désinformation après avoir licencié environ la moitié de son personnel, y compris ceux impliqués dans la modération de contenu, sous le nouveau patron Elon Musk.

« À compter du 23 novembre 2022, Twitter n'applique plus la politique d'information trompeuse COVID-19 », selon une mise à jour sur sa page de blog.

Mais certains se réjouissent de ce tournant : « Cette politique a été utilisée pour faire taire les personnes du monde entier qui remettaient en question le récit médiatique entourant le virus et les options de traitement », estime le Dr Simon Gold


Sous la direction du milliardaire Elon Musk, la plate-forme de médias sociaux Twitter a abandonné ses efforts pour empêcher la propagation de fausses informations sur le COVID-19 sur sa plate-forme. Consternés, des experts disent que des informations de santé fausses et trompeuses peuvent nuire aux individus et mettre des vies en danger.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les réponses de santé publique ont été gravement entravées par un fléau de désinformation, souvent dans les espaces numériques.

Fin 2020, l'Organisation mondiale de la santé a lancé un appel à l'action pour lutter contre ce qu'elle a appelé « l'infodémie » [ndlr. l’infodémie est la propagation rapide et large d'un mélange d'informations à la fois exactes et inexactes sur un sujet. À mesure que les faits, les rumeurs et les craintes se mélangent et se dispersent, il devient alors difficile d'obtenir des informations essentielles sur un problème], qui visait à « atténuer les dommages causés par la désinformation sur la santé » qui peut causer de la confusion, de la méfiance, des comportements à risque nocifs et peut prolonger et intensifier les épidémies. L'OMS a lancé une campagne de démystification pour tenter de lutter contre la désinformation, en produisant des avis précisant que les masques médicaux ne provoquent pas de privation d'oxygène et que boire de l'eau de Javel n'empêche pas d'attraper le COVID-19 mais nuira certainement à votre santé.

Lors d'un point de presse plus tôt cette année, Katherine O'Brien, directrice du Département de l'immunisation, des vaccins et des produits biologiques de l'OMS, a noté que les informations fausses et trompeuses sur les réseaux sociaux ne sont pas anodines : « Ce n'est pas seulement une question de bavardage sur les réseaux sociaux », a déclaré O'Brien. « Cela a vraiment un impact sur ce que les gens font, ce qu'ils choisissent de faire, ce qu'ils choisissent de faire pour eux-mêmes, pour leurs enfants, pour leur famille. C'est donc quelque chose que nous prenons très au sérieux ».

En septembre, une nouvelle analyse de l’OMS a montré qu’une interprétation incorrecte des informations relatives à la santé, plus fréquente en cas de flambée épidémique ou de catastrophe, influence souvent négativement la santé mentale des individus et augmente la réticence face aux vaccins, et peut retarder l’apport de soins de santé. Les auteurs ont conclu que les effets de l’infodémie et de la désinformation en ligne sur la santé peuvent être déjoués grâce à l’élaboration de politiques réglementaires, l'organisation et la promotion de campagnes de sensibilisation, de meilleurs supports d’informations relatives à la santé dans les médias de masse et l’amélioration de la littératie numérique et de la littératie en santé.

« Twitter, Facebook, YouTube et Instagram sont essentiels à la propagation rapide et à grande échelle de l'information », explique-t-on dans l'analyse systématique. Les répercussions de la désinformation sur les médias sociaux englobent des effets négatifs tels « qu'une intensification de l’interprétation erronée des connaissances scientifiques, une polarisation de l’opinion, l’escalade de la peur et de la panique ou un accès moins fréquent aux services de santé ».

La propagation accrue de fausses informations dans le cadre d’une situation d’urgence sanitaire est accélérée par un accès facile à un contenu en ligne, en particulier sur les smartphones. « Pendant les crises telles que les flambées de maladies infectieuses ou les catastrophes, la surproduction de renseignements provenant de multiples sources, le degré de qualité de l’information et la vitesse à laquelle de nouvelles informations sont diffusées provoquent un impact social et sanitaire. »

Les auteurs constatent que les médias sociaux ont propagé des informations sanitaires de qualité médiocre pendant les pandémies, les crises humanitaires et les situations d’urgence sanitaire, à un rythme croissant. « Une telle propagation de données non fiables sur des thèmes de santé amplifie la réticence face à la vaccination et favorise les traitements expérimentaux », observent-ils.


Effets de la désinformation en ligne sur les comportements de la population en matière de santé

« La promotion et la diffusion d'informations fiables sur la santé sont indispensables pour que les pouvoirs publics, les autorités de la santé, les chercheurs et les cliniciens puissent contrebalancer les informations fausses ou trompeuses diffusées sur les médias sociaux », indique le document d'analyse. Celui-ci souligne que les canaux des médias sociaux peuvent également être utilisés pour contrer les informations fausses ou trompeuses, mais que d’autres études pourraient être nécessaires pour évaluer quel serait le meilleur format de cette communication et déterminer quels canaux sont les plus appropriés pour les différents groupes de population, emplacements géographiques et contextes culturels.

Dans le cadre de cette analyse systématique, il a été observé que les individus éprouvaient de la détresse sur le plan mental, social, politique et/ou économique à cause d’informations trompeuses et fausses sur la santé, diffusées sur les médias sociaux pendant les pandémies, les situations d’urgence sanitaire et les crises humanitaires.

Toutefois, les médias sociaux n’ont pas eu que des effets négatifs pendant la pandémie de COVID-19. Huit études ont constaté des résultats positifs, et certaines ont montré que plusieurs plates-formes de médias sociaux amélioraient sensiblement les connaissances et induisaient une plus grande prise de conscience, un meilleur respect des recommandations et des comportements plus positifs en matière de santé chez les utilisateurs que les modes traditionnels de diffusion de l’information.

L’analyse globale reconnaît le rôle des médias sociaux pour la communication et la gestion de crise pendant les urgences sanitaires, mais relève la nécessité de contrer la désinformation sur ces plates-formes. Des efforts et des études supplémentaires sont nécessaires à l’échelle locale, nationale et internationale.

« Les études futures devraient permettre d’analyser l’efficacité et la sécurité de mesures correctives et d’interventions par l’informatique contre la désinformation dans le domaine de la santé, et d’adapter des moyens de diffuser des informations sanitaires sur les plates-formes des médias sociaux sans déformation du message ».

Un changement de direction avec Elon Musk

Au début de la pandémie, Twitter a mis en place un certain nombre de mesures, notamment des étiquettes et des messages d'avertissement sur les tweets contenant des informations contestées sur la crise sanitaire et un cadre permettant aux utilisateurs de supprimer les tweets qui avançaient de fausses allégations nuisibles liées aux vaccins. Une mesure qui va dans le sens des recommandations de l'OMS qui estime que, pour contrer la monter en puissance de la désinformation, « les contre-mesures sont notamment des campagnes de sensibilisation pour les patients et les professionnels des soins de santé, des plates-formes avec des informations fondées sur des bases factuelles, l’inclusion de preuves scientifiques dans le contenu relatif à la santé dans les médias de masse, et les efforts visant à accroître la connaissance des médias et la littératie en santé ».

Facebook, propriété de Meta Platforms Inc (META.O), et les services YouTube d'Alphabet Inc ont utilisé des mesures similaires, qui sont actuellement en place.

En juillet, Meta a demandé l'avis de son conseil de surveillance indépendant sur les changements apportés à son approche actuelle compte tenu de l'amélioration des sources d'informations authentiques et de la sensibilisation générale autour de COVID.

Au début de cette année, Twitter a déclaré que depuis mars 2021, il avait cessé d'appliquer une « politique d'intégrité civique » liée aux mensonges sur l'élection présidentielle américaine de 2020.

Le milliardaire Musk a repris Twitter le 27 octobre, contre 44 milliards de dollars, et a agi rapidement pour initier un certain nombre de changements au produit et au personnel. Musk a déclaré le 29 octobre qu'il mettrait en place un conseil de modération de contenu avec « des points de vue très divers », pour se rétracter plus tard en accusant des militants d'avoir fait pression sur les annonceurs pour qu'ils quittent la plate-forme malgré une supposée entente que les militants ont vite fait de nier.

Quoi qu'il en soit, sous Musk, les priorités de l'entreprise ont clairement changé. Musk lui-même a une relation trouble avec la désinformation sur la santé liée au COVID. En mars 2020, il a tweeté que « la panique du coronavirus est stupide », puis que les enfants sont « essentiellement immunisés » contre le COVID-19. Cependant, il a ensuite tweeté soutenir les vaccins.


Musk a provoqué une escarmouche avec Apple après avoir affirmé que le géant de la technologie avait « presque arrêté » la publicité sur Twitter et menacé de retirer l'application Twitter de son App Store. Musk a accusé Apple de détester la liberté d'expression et de « censure » après qu'un utilisateur de Twitter a allégué qu'Apple avait filtré les termes de recherche d'applications liés au COVID-19.

La décentralisation du contenu et du discours crédibles sur Twitter est susceptible de susciter encore plus d'inquiétude de la part des responsables de la santé face à la désinformation sur les plates-formes de médias sociaux.

« Quand quelqu'un atteint une position dans la vie où il a autant d'influence potentielle sur la façon dont l'information est partagée avec les communautés, il assume une énorme responsabilité », a déclaré Mike Ryan de l'OMS plus tôt cette année, faisant référence à la prise de contrôle de Twitter par Musk qui était encore à venir. « Nous souhaitons bonne chance à M. Musk dans ses efforts pour améliorer la qualité des informations que nous recevons tous ».

Twitter met fin à sa politique visant à lutter contre la désinformation liée au COVID-19

Twitter a déclaré qu'il n'appliquerait plus sa politique de désinformation de longue date sur Covid, un autre signe de la façon dont Elon Musk prévoit de transformer la société de médias sociaux qu'il a achetée il y a un mois.

En 2020, Twitter a élaboré un vaste ensemble de règles visant à interdire la « désinformation nuisible » sur le virus et ses vaccins.

Entre janvier 2020 et septembre 2022, Twitter a suspendu plus de 11
 000 comptes pour avoir enfreint les règles de désinformation de Covid et supprimé près de 100 000 éléments de contenu qui enfreignaient ces règles, selon les statistiques publiées par Twitter. La politique a été acclamée par les professionnels de la santé : dans un avis aux plates-formes technologiques, le chirurgien général des États-Unis, le Dr Vivek Murthy, a cité les règles de Twitter comme un exemple de ce que les entreprises devraient faire pour lutter contre la désinformation.

Twitter n'a pas semblé annoncer officiellement le changement de règle. Au lieu de cela, certains utilisateurs de Twitter lundi soir ont repéré une note ajoutée à la page du site Web de Twitter qui décrit sa politique Covid.

« À compter du 23 novembre 2022, Twitter n'applique plus la politique d'information trompeuse COVID-19 », lit-on dans la note.

Musk a promis de restaurer de nombreux comptes Twitter précédemment suspendus dès cette semaine. Il est possible que parmi les comptes restaurés figurent certains des 11 000 suspendus en vertu des anciennes règles de désinformation Covid de Twitter.

Fin de la censure, selon certains

Si la fin de la politique suscite l'indignation des uns, elle est acclamée par les autres, à l'instar de la Dre Simone Gold qui déclare : « Twitter a cessé d'appliquer sa politique de désinformation COVID-19 depuis le 23 novembre. Cette politique a été utilisée pour faire taire les personnes du monde entier qui remettaient en question le récit médiatique entourant le virus et les options de traitement. Une victoire pour la liberté d'expression et la liberté médicale ! »


Depuis qu'Elon Musk a pris la direction de l'entreprise, il a considérablement réduit les effectifs et Twitter a cessé de répondre aux demandes de la presse (il semble d'ailleurs que l'équipe de communication a été touchée par cette vague de licenciements et de départs volontaires), laissant les propres tweets de Musk, des messages sur le blog d'entreprise ou des messages comme celui-ci (voir ci-dessous) comme seuls endroits pour confirmer ce qu'il fait.


Quoiqu'il en soit, bien qu'il ne soit pas clair pourquoi Twitter a abandonné l'application de la politique COVID-19, il y avait beaucoup de nuances dans la façon dont cela pourrait être interprété (ainsi qu'une gamme d'actions qui pourraient être appliquées par Twitter, y compris la mise d'étiquettes contextuelles ou d'avertissement sur tweets ; la réduction de la visibilité et le blocage de partage ; l'exigence de la suppression du tweet ; et, pour les récidivistes, la suspension des comptes).

Sources : Twitter (1, 2), Elon Musk (1, 2, 3), OMS (1, 2), Simone Gold

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision de Twitter ?
La politique qui était en vigueur constituait-elle, selon vous, une censure ? Dans quelle mesure ?
La politique actuelle est-elle susceptible de laisser proliférer la désinformation ? Pourquoi ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/12/2022 à 12:11
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Musk aurait demandé aux employés d'accepter de travailler au bureau 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ou de quitter volontairement leur emploi. D'après les plaignantes, en faisant cette demande aux employés, Musk n'a pas pris en compte les autres occupations des femmes en dehors des heures et jours de travail. Ce qui serait contraire à la loi.
Ca veut dire qu'il n'y a que les femmes qui ont d'autres occupations en dehors des heures et jours de travail? C'est pas un peu sexiste ça?

Après la discrimination positive à l'embauche, il faut faire la discrimination négative au licenciement.
10  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 9:16
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il prend des décisions rapides
Des décisions hâtives, prises sur un coup de tête, et pour lesquelles le désastre était évident avant même de l'effectuer.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il mesure ses résultats immédiatement
Le désastre j'aurais dis. Mais oui, il le voit. Preuve qu'il n'est pas complètement fou.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il n'hésite pas à itérer rapidement et à tester autre chose
Il répare le désastre qu'il a lui-même causé à de nombreuses reprises.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
Même si 80% de ses décisions sont mauvaises, le fait d'itérer rapidement dans cette boucle de feedback utilisateur, c'est la manière typique des startups pour innover et grandir rapidement.
Innover ? Le mot typique du commercial pour se défendre contre toute décision impopulaire. Ce mot est, en ce qui me concerne, banni de mon vocabulaire, car trop utilisé pour couvrir la mafia de l'informatique.

Très honnêtement, je l'avais imaginé tout de suite, obtenir la coche bleue pour 8 € / mois allait permettre à n'importer qui d'avoir la coche bleue, qui n'avait plus le sens de validé, mais le sens de "a payé", donc autrement dit, aucun sens pour le visiteur qui n'en a que f... Mais comme le visiteur ne sait pas forcément que la coche bleue a changé de signification, il était évident que cela allait servir aux petits plaisantins du Web de profiter d'une notoriété si facile à obtenir.

Virer en masse des équipes dans l'unique but de réduire la masse salariale, puis être obligé de rappeler quand on se rend compte qu'on a peut-être pas viré les bons, là encore c'est juste une impulsion. Je ne nie pas le besoin de réduire la masse salariale, mais il faut le faire d'une manière raisonnée. Rappeler quelqu'un après l'avoir viré c'est juste la preuve d'une incompétence crasse.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
mais peut-être va-t-il en sortir quelque chose de radicalement innovant et qui va fonctionner dans quelques mois.
A contrario, ne pas oser itérer radicalement dans une entreprise qui n'a pas trouvé son modèle pour survivre, ça aurait été un crash assuré. Je suis donc la suite des événement avec beaucoup d'intérêt (et de popcorn) !
Quand on le voit poster lui-même un sondage sur "devrais-je quitter l'entreprise" et voir 58% de oui, permet-moi de douter de sa compétence. Surtout que je ne crois pas une seconde qu'il va le faire, bien que tout montre qu'il devrait. Car non seulement il crache Twitter, mais il entraîne ses autres entreprises à succès (Tesla, SpaceX) dans sa chute.

Au niveau de la dernière actu, je pense que Twitter est coupable de ne pas avoir signifié son désir de rompre le contrat avec cette entreprise, puisqu'il se contente de jeter les factures à la poubelle. D'un autre côté, une facture trimestrielle de 1 million de dollars pour une fourniture de service apparemment dispensable puisque Twitter ne s'est pas encore effondré, même sans connaître les détails, cela semble largement excessif.
10  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 30/11/2022 à 21:31
Bonsoir

Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Enfin, on a en France un principe "d'égalité des chances", quelque chose de très difficile à faire en vrai, mais dans tout les cas il faut bien une intervention de l'état dans l'éducation des enfants pour essayer de respecter un tant soit peu ce principe (ex : éducation obligatoire). Aussi imparfaite soit-elle, ça reste mieux que de tout confier aux parents. On parle de problème d'égalités des chances, mais certains parents ne sont pas spécialement plus riches que d'autres, ils sont juste beaucoup plus impliqués (voir trop) dans l'éducation de leurs enfant et le succès à l'école.

En soi si on veut être un peu plus précis, on peut dire qu'une partie de l'éducation se faire hors cercle familial à travers les relations sociales, en particulier avec les enseignant et les collèges de classe. Une grosse partie du programme scolaire constitue de la "culture général" mais j'ai plus de mal honnêtement à y voir une "éducation" dedans au sens où on l'entend dans le cadre ce tes propos et ma réponse.
L'état instruit. Les parents éduquent.

Les enfants sont de qui ? Des parents ou de l'état ? On devrait parler d'instruction nationale et non pas d'éducation nationale.
8  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/12/2022 à 18:11
Il certifie les comptes, il les certifie plus, Apple c'est son ennemi, le lendemain c'est son pote, il bannit les journalistes, il les bannit plus, il banni le compte ElonJet, il le dé-bannit, il le re-bannit, maintenant il banni les liens réseaux sociaux, puis il change encore d'avis et il vire la page.
Aussi bien je suis impressionné par les succès de SpaceX avec ses lanceurs réutilisables, autant la je ne suis pas ébahi par sa gestion de Twitter.
Ça fait pas très sérieux tout ça, je pense qu'il ferait mieux de prendre des vacances...

Je me demande s'il va tenir son engagement de démissionner, j'ai un doute.... Et je me demande qui il pourrait trouver pour gérer ce foutoir...
9  1 
Avatar de rbolan
Membre actif https://www.developpez.com
Le 15/12/2022 à 11:39
"Twitter a cessé de payer le loyer des bureaux" : Pour un propriétaire qui est bec et ongle contre le télétravail, c'est très cohérent quand on y pense
7  0 
Avatar de daerlnaxe
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/12/2022 à 15:29
C'est surtout consternant en fait. Idem pour un paquet de journalistes qui se contentent d'aller "chercher l'info" sur Twitter, et il y a eu nombre de dérives à cause de ça.

Pour ça, à la limite si Twitter crève mais franchement tant mieux.
7  0 
Avatar de SofEvans
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/12/2022 à 16:48
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Et tu crois que tu aurais l'air plus brillant, si tu avais hérité du plus gros scandale politique depuis le Wategate?

Les courriels de Twitter confirme que

* le FBI ont toujours su la vérité sur le dossier Steele et la supposé implication de la Russie dans les élections américaines,
* le FBI a commencé ses opérations dès que Trump a annoncé sa campagne à la présidence.
* les opérations ont également duré pendant sa Présidence.
* que Facebook était également sous influence du FBI.
C'est quoi le rapport entre ce que tu dis et ce que je dis ?

Je dis que quelqu'un traitant ses employés comme de la merde (tiens toi j'te licencie, toi aussi, toi aussi mais ah mais non mais zut reviens s't'plait j'me suis planté, et pis ceux qui restent faites une croix sur vot' vie perso maintenant vous allez taffer 18h par jour, et ceux à Neuralink, bossez comme si vous z'aviez une bombe collé à la tête parce que vot' lenteur me rend fou !) qui semble faire absolument n'importe quoi avec Twitter (Twitter permet quand même à des gens - les employés - de vivre, hein !) me donne la sensation d'être un psychopathe.

Je sais qu'il n'existe pas de réelle définition stricte de la psychopathie (et dans la même veine pour la définition de la sociopathie et de la différence psychopathe/sociopathe) mais "on" s'accorde à dire généralement que l'impulsivité, l'absence de remords, l'absence de considération pour les autres, l'égocentrisme sont des trait de personnalité de psychopathe (en gros).
Et vu tout ce qu'on le voit faire, ça me donne sincèrement cette impression.

C'est quoi le rapport avec le fait qu'après qu'il ai racheter Twitter il se soit aperçu dans les documents internes de truc ultra pas joli (et tellement pas prévisible) concernant le gouvernement ?
9  2 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/11/2022 à 13:42
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Alors déjà, t'as oublié que je soutenais Hugo Chávez

De mon point de vue ce ne sont pas des dictatures.
Kadhafi était extremement positif pour l'Afrique, depuis qu'il s'est fait assassiner c'est la merde en Afrique et en Europe.
Bachar el-Assad a été élu démocratiquement, c'est pour l'instant lui le président légitime. (des terroristes ont essayé de prendre le pouvoir, heureusement ils ont perdu)
"J'ai été élu démocratiquement en truquant les votes et en supprimant la concurrence" ça ne signifie pas "être en démocratie". Oui, la chute de khadafi a été faite n'importe comment et a provoqué un merdier monstre en Afrique, mais ça ne veut pas dire pour autant que ce n'était pas un dictateur.
8  2 
Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/12/2022 à 16:51
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
Twitter n'allait pas si mal, et était presque a l'équilibre. En 6 semaines il détruit tout
à ce que je sais ( entendu sur Bfm TV) Twitter perd 5 millions de dollars par jour et ceci bien avant le rachat par E Musk.
Si vous voulez que je recherche la source de cette information je peux
6  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/12/2022 à 10:13
Citation Envoyé par sanderbe Voir le message

L'état instruit. Les parents éduquent.

Les enfants sont de qui ? Des parents ou de l'état ? On devrait parler d'instruction nationale et non pas d'éducation nationale.
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Pour ma part, je rejoins ceux qui disent ici que l'école ne devrait pas avoir le rôle d'éduquer, mais uniquement celui d'instruire.
C'était la cas avant la 2e guerre mondiale.

La différence entre l'instruction et l'éducation est justement la partie morale et politique de la vie publique.
Historiquement, elle était faite par la partie religieuse de l'éducation au sens large du terme.

Le problème s'est posé au sortir de la 2nde guerre mondiale en ce sens : Comment le peuple allemand, un peuple *instruit* et hautement qualifié, que ce soit chez les hauts dignitaires, les officiers ou la chair à canon, a pu à ce penser (avoir l'idée politique), concevoir ( trouver des ingénieurs d'accord pour créer une solution technique), réaliser (trouver des ouvriers d'accord pour construire la solution technique) et utiliser (trouver des gens d'accord pour utiliser la solutions technique) des atrocités telles que les camps de concentration sans se rendre compte de l'horreur que c'était ?

La réponse était : Ils étaient instruits mais pas éduqués politiquement.

On parle ici de la politique dans le sens noble du terme : la gestion de la vie dans la cité, autrement dit, comment vivre en société sans s'entretuer.

L'éducation nationale est là pour ça. Par pour te faire choisir un camps politique, mais pour apprendre à discuter rationnellement des arguments d'un camps ou de l'autre, et de comprendre ces arguments. Que ce soit en comprenant les concepts philosophiques, avoir les bases de mathématiques pour comprendre les concepts d'économie, comprendre les intérêts géopolitiques avec l'histoire et la géographie etc. En somme, être moins sensible à la propagande, qu'elle soit dans un sens ou dans l'autre.

L'école DOIT éduquer et pas seulement instruire, et vu le matraquage médiatique et la manipulation omniprésente dans notre société sur-informée d'aujourd'hui, elle se doit plus que jamais d'éduquer les jeunes.

L'important est de bien placer le curseur entre éduquer politiquement (sens noble) et endoctriner politiquement (sens courant) Et c'est là qu'on rentre dans le problème, c'est que l'éducation est faite par des êtres humains sensibles avec des opinions, que les enfants en sont également, et que même en ayant un programme neutre et un discourt neutre, le langage corporel d'un professeur fait qu'une idée peut paraitre mieux qu'une autre...
5  0