IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Meta écope d'une amende de 277 millions de dollars en Irlande pour la fuite des données d'un demi-milliard d'utilisateurs,
Les données de 533 millions d'utilisateurs de Facebook avaient été exposées

Le , par Bill Fassinou

81PARTAGES

5  0 
Le régulateur irlandais de la protection des données (Data Protection Commission - DPC) a infligé lundi une amende de 265 millions d'euros (277 millions de dollars) à géant des médias sociaux Facebook, ce qui porte à près d'un milliard d'euros le total des amendes infligées à sa société mère Meta. La pénalité résulte d'une enquête, ouverte en avril 2021, liée à la découverte d'un ensemble de données personnelles des utilisateurs de Facebook qui avait été mis en ligne. Facebook a également été condamné à prendre une série de mesures correctives afin d'éviter à l'avenir les fuites de données d'une telle ampleur.

Meta est actuellement confronté à des difficultés économiques et voit le coût de son action baissé en bourse, mais la société de médias sociaux est également toujours hantée par les scandales de fuite de données du passé. En avril 2021, la Commission irlandaise de la protection des données (DPC) a annoncé qu’elle avait ouvert une enquête pour déterminer si Facebook a violé les règles de protection des données, dans le cadre d'une fuite qui aurait exposé les données personnelles d'environ 533 millions d'utilisateurs. La DPC estimait que cette fuite pourrait constituer une violation du règlement général sur la protection des données (RGPD) de l'UE.

Un membre d'un forum de piratage a publié le 3 avril 2021 les numéros de téléphone et les données personnelles de centaines de millions d'utilisateurs de Facebook de 106 pays. Il y avait plus de 32 millions d'enregistrements sur les utilisateurs aux États-Unis, 11 millions sur les utilisateurs au Royaume-Uni, 6 millions sur les utilisateurs en Allemagne et près de 20 millions sur les utilisateurs en France. Le jeu de données comprenait leurs numéros de téléphone, identifiants Facebook, noms complets, lieux de résidence, anciens lieux de résidence, dates de naissance, biographies, situation matrimoniale et, dans certains cas, adresses e-mail.



Pour vérifier l’authenticité de ces enregistrements, les analystes avaient examiné un échantillon des données divulguées et vérifié plusieurs enregistrements en faisant correspondre les numéros de téléphone des utilisateurs Facebook connus avec les identifiants répertoriés dans l'ensemble de données. Certains ont également vérifié les enregistrements en testant les adresses e-mail à partir de l'ensemble de données de la fonction de réinitialisation du mot de passe de Facebook, qui peut être utilisée pour révéler partiellement le numéro de téléphone d'un utilisateur. Toutefois, Facebook laissait entendre que la fuite étant sans danger.

Un porte-parole de Facebook a déclaré à l'époque que les données ayant fait l'objet de fuite avaient été supprimées en raison d'une vulnérabilité corrigée par la société en 2019. Alors qu'elles datent de quelques années, les données divulguées pourraient fournir des informations précieuses aux cybercriminels qui utilisent les données personnelles des gens pour se faire passer pour eux ou les escroquer. En effet, selon les experts, une base de données de cette taille permettrait certainement à des cybercriminels de profiter des données qu'elle contient pour effectuer des attaques d'ingénierie sociale ou des tentatives de piratage.

« La Commission estime qu'il convient de déterminer si Facebook Ireland a respecté ses obligations, en tant que responsable du traitement des données personnelles, en ce qui concerne le traitement des données à caractère personnel de ses utilisateurs au moyen des fonctionnalités Facebook Search, Facebook Messenger, Contact et Instagram », avait déclaré le régulateur. La fuite de données a permis de constater que Mark Zuckerberg, le PDG de Meta (alors Facebook), utilise Signal, l'application de messagerie chiffrée plébiscitée par les experts de l'industrie. Le numéro de téléphone de Zuckerberg faisait partie des données divulguées.

Après une enquête qui a duré un peu plus d'un an, le régulateur irlandais inflige une amende de 277 millions de dollars à Meta pour violation de la vie privée. L'amende de lundi est la quatrième que la DPC inflige à l'une des entreprises qui composent le groupe Meta. Le DPC est le principal organisme de réglementation de la protection de la vie privée de Meta au sein de l'Union européenne et a 13 autres enquêtes en cours sur le groupe de médias sociaux. En septembre, le chien de garde a frappé sa filiale Instagram d'une amende record de 405 millions d'euros. Toutefois, il faut noter que Meta conteste cette amende et prévoit de faire appel.

Le DPC réglemente aussi Apple, Google, TikTok et d'autres géants de la technologie en raison de la localisation de leur siège européen en Irlande. Elle a actuellement 40 enquêtes ouvertes sur ces entreprises, dont les 13 impliquant le groupe Meta. Le régulateur irlandais a déclaré dans un communiqué que les autres régulateurs européens concernés avaient approuvé la décision rendue lundi. Rappelons que le mois dernier, le régulateur irlandais a partagé avec ces homologues de l'UE un projet de décision dans le cadre du système de "guichet unique" de l'Union européenne pour la réglementation des grandes multinationales.

La DCP a le pouvoir d'imposer des amendes allant jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires mondial d'une entreprise dans le cadre du régime de "guichet unique" du RGPD. La DCP a déclaré que les facteurs atténuants de la décision de lundi comprenaient les mesures prises par Facebook. Par ailleurs, la nouvelle amende intervient alors que Meta fait face à des difficultés économiques qui l'ont poussé vers une restructuration complète de l'entreprise. Meta a récemment licencié 11 000 emplois, soit 13 % du nombre total de ses salariés. Zuckerberg a reconnu s'être trompé sur les prévisions en matière de croissance post-pandémique.

Meta ne figure plus dans le Top 10 des entreprises les plus valorisées. L'entreprise a perdu 513 milliards de dollars de capitalisation boursière en quelques mois. Meta, qui était autrefois la sixième plus grande entreprise mondiale en matière de capitalisation boursière a perdu la confiance des investisseurs après des investissements massifs dans son métavers Horizon Worlds, qui attire finalement peu de monde. La déroute a également eu un impact sur la fortune personnelle de Zuckerberg. Sa valeur nette sur papier a chuté au cours des récentes difficultés de l'entreprise.

Source : La Commission irlandaise de la protection des données

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

L'Irlande ouvre une enquête RGPD sur Facebook, suite à la fuite de données qui a exposé 533 millions de contacts, elle encourt une sanction financière allant jusqu'à 4 % de son chiffre d'affaires

La société mère de Facebook, Meta, ne figure plus dans le top 10 des entreprises les plus valorisées. Meta a perdu 513 milliards de dollars de capitalisation boursière en quelques mois

Le régulateur irlandais a proposé d'infliger une amende de 36 millions d'euros à Facebook pour manque de transparence sur le traitement des données personnelles

Une fuite de données révèle la liste noire secrète de Facebook des "personnes et organisations dangereuses", soit un total de plus de 4 000 personnes, groupes et entités diverses

Facebook ne prévoit pas d'informer le demi-milliard d'utilisateurs touchés par la fuite des données, ce serait de votre faute si des pirates ont obtenu votre numéro de téléphone

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !