IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une cadre supérieure de Twitter a obtenu une injonction du tribunal pour empêcher Elon Musk de la licencier
La VP pour les politiques publiques refuse la culture de travail "extrêmement hardcore"

Le , par Stéphane le calme

115PARTAGES

12  0 
Un cadre supérieur de Twitter basé en Irlande a obtenu une injonction temporaire de la Haute Cour empêchant l'entreprise de médias sociaux de mettre fin à son emploi. L'injonction a été faite à l'initiative de Sinead McSweeney, qui est la vice-présidente mondiale de Twitter pour la politique publique. Elle affirme qu'en ne répondant pas à un e-mail générique et vague envoyé à tous les employés de Twitter par son propriétaire, le multimilliardaire Elon Musk, plus tôt ce mois-ci, elle a été traitée comme si elle n'était plus employée par l'entreprise. Alors que l'entreprise l'aurait informée qu'elle avait accepté un forfait de sortie, McSweeney assure qu'elle n'a pas démissionné. McSweeney n'a jamais répondu à l'e-mail, car il ne décrivait pas les attentes de Musk pour les employés qui ont décidé de rester, et l'indemnité de départ ne répondait pas à ses « droits contractuels ». McSweeney a ensuite reçu un e-mail confirmant sa « démission volontaire » le 18 novembre. Depuis, elle a été exclue du bureau de Dublin de Twitter et de ses systèmes informatiques internes, y compris de son compte de messagerie d'entreprise.

Musk a licencié environ la moitié des effectifs de Twitter au début du mois avant de commencer à demander à certains employés de revenir. Après avoir licencié environ deux tiers des 7 500 employés de la plateforme en seulement trois semaines après sa prise de pouvoir, le PDG de Twitter, Elon Musk, a déclaré que l'entreprise en avait fini avec les licenciements et qu'elle embauchait à nouveau. Lors d'une réunion avec les employés, Musk a également affirmé que Twitter recrute activement pour des postes d'ingénieurs et de commerciaux. Il a également demandé aux employés de recommander des candidats potentiels.


Après le renvoi de plusieurs milliers d'employés au début du mois, Elon Musk a invité ceux qui restent à changer leurs habitudes de travail et d'être prêt pour un travail intensif à l'avenir. Il leur a lancé un ultimatum par le biais d'un courriel, leur donnant quelques heures pour se décider s'ils voulaient rester pour « travailler de longues heures à une intensité folle » ou accepter une indemnité de départ de trois mois de salaire :

Citation Envoyé par Elon Musk
À l'avenir, pour construire un Twitter 2.0 révolutionnaire et réussir dans un monde de plus en plus concurrentiel, nous devrons être extrêmement inconditionnels. Cela signifie travailler de longues heures à haute intensité. Seule une performance exceptionnelle constituera une note de passage.

Twitter sera également beaucoup plus axé sur l'ingénierie. La conception et la gestion des produits seront toujours très importantes et relèveront de moi, mais ceux qui écrivent du bon code constitueront la majorité de notre équipe et auront une grande influence. En son cœur, Twitter est une entreprise de logiciels et de serveurs, donc je pense que cela a du sens.

Si vous pensez vouloir faire partie du nouveau Twitter, s'il vous plaît cliquez sur oui sur le lien ci-dessous.

Tous ceux qui ne l'ont pas fait d'ici 5 heures de l'après-midi, Temps de l'ESt demain (jeudi) recevront trois mois d'indemnités de départ.

Quelle que soit votre décision, nous vous remercions pour les efforts auxquels vous avez consenti pour faire de Twitter un succès.

Elon

Sinead McSweeney au siège de Twitter à Dublin


Un cadre supérieur refuse de s'engager dans le Twitter 2.0, mais décline l'alternative d'Elon Musk

Sinead McSweeney, vice-présidente mondiale de la politique publique de Twitter basée en Irlande, a obtenu une injonction temporaire de la Haute Cour de Dublin pour l'empêcher d'être licenciée, selon un rapport de The Irish Times. McSweeney affirme qu'elle a été exclue de ses comptes professionnels et du bureau de Dublin de Twitter après ne pas avoir répondu à l'e-mail envoyé par Elon Musk aux employés, qui demandait aux travailleurs de répondre "oui" pour s'engager dans la culture "extrêmement hardcore" de Twitter, ou autrement partir.

Musk a envoyé l'e-mail peu de temps après son rachat de Twitter le 16 novembre et a donné aux employés un peu plus d'une journée pour confirmer s'ils souhaitaient rester dans l'entreprise.

Le tribunal a appris que des lettres d'avocats au nom de Sinead McSweeney avaient été envoyées à l'entreprise. Les avocats de Twitter ont reconnu qu'elle n'avait aucune intention de démissionner, ont confirmé que son engagement dans son travail « n'avait jamais été remis en question » et ont déclaré que son accès aux systèmes informatiques serait rétabli.

Bien que la communication ait été la bienvenue, a indiqué McSweeney, elle est préoccupée par son travail en raison des « messages mitigés » qu'elle a reçus de Musk et de ses principaux associés basés aux États-Unis depuis le rachat de l'entreprise.

Malgré la communication de l'entreprise, elle reste exclue des systèmes informatiques et du bureau de Dublin de Twitter. Elle n'a pas non plus pu assister à une réunion prévue au bureau de Dublin, car elle n'a pas pu entrer dans le bâtiment, la laissant embarrassée, humiliée et bouleversée.

Elle affirme qu'elle est « incapable de travailler » et craint que l'entreprise ne m'ait « licencié », contrairement aux conditions de son emploi.

Elle prétend qu'en dépit de ses droits contractuels, on ne peut pas faire confiance au défendeur. Musk, affirme-t-elle, a dirigé l'entreprise « d'une manière peu orthodoxe » et a réembauché et licencié « sans logique apparente » d'une manière qui, selon elle, est illégale.

La justice intervient

Vendredi après-midi, devant la Haute Cour, le juge Brian O'Moore a accordé à McSweeney une injonction provisoire empêchant Twitter International Unlimited Company de résilier son contrat de travail.

L'injonction, qui a été accordée alors que seule la plaignante était devant le tribunal, empêche également Twitter d'appliquer les termes d'un e-mail qui lui a été envoyé le 16 novembre par Musk à son contrat ou à ses conditions d'emploi. Elle a en outre obtenu une ordonnance interdisant à Twitter de communiquer à des tiers ou de publier des informations indiquant que son emploi au sein de l'entreprise a été modifié de quelque manière que ce soit depuis le 15 novembre dernier.

Les ordonnances doivent rester en vigueur jusqu'à nouvel ordre du tribunal.

Sur la base des informations présentées au tribunal, le juge O'Moore s'est contenté de rendre l'injonction temporaire demandée.

Le juge a noté que McSweeney, malgré la correspondance des avocats de Twitter, se retrouve maintenant dans un "no man's land" en ce qui concerne son emploi.

Le juge a déclaré qu'il n'était pas en mesure à ce stade de rendre une ordonnance enjoignant à Twitter de la réintégrer dans son rôle afin qu'elle puisse avoir accès aux agents et aux systèmes informatiques de Twitter.

Représentée par Frank Beatty SC, mandatée par l'avocat Adrian Twomey, McSweeney a déclaré que bien qu'elle n'ait eu aucune difficulté à travailler avec plus d'acharnement pendant une période mouvementée pour Twitter, elle a déclaré que le travail était devenu difficile depuis le rachat.


Les arguments de McSweeney

Dans une déclaration sous serment au tribunal, McSweeney a affirmé qu'elle travaillait souvent plus de 40 heures par semaine, comme l'exige son contrat. Depuis la prise de contrôle de Twitter, a-t-elle déclaré, sa charge de travail est passée à plus de 75 heures par semaine, car de nombreux employés de Twitter ont été sommairement licenciés.

McSweeney a déclaré qu'elle était veuve et mère d'un fils adolescent.

Elle a affirmé dans sa déclaration qu'elle avait eu des discussions avec Musk et certains de ses principaux associés sur l'avenir de l'entreprise et, en particulier sur la réduction des coûts, la réduction des effectifs dans sa section ainsi qu'ailleurs dans l'entreprise.

Alors que des coupes étaient recherchées dans son domaine de responsabilité, elle a eu une conversation téléphonique avec Musk le 13 novembre où, affirme-t-elle, il a déclaré que tout excellent personnel qui avait été licencié devait être réintégré. Elle a ajouté qu'il avait ajouté que les critères de réintégration étaient « que la personne était excellente, remplissait un rôle essentiel » et n'était « pas négative ».

Elle a dit « il a noté que les gens pouvaient être talentueux, mais pourraient avoir un impact négatif sur l'équipe et il a déclaré qu'il ne voulait pas de connards ».

Elle a assuré dans sa déclaration qu'elle était « temporairement rassurée » par les propos de Musk, mais deux jours plus tard, elle a été informée par un e-mail au nom d'un associé de Musk qu'une décision avait été prise pour réduire la taille de l'équipe de politique publique de Twitter de 20 pour cent.

Elle affirme qu'à la suite de l'e-mail, elle et d'autres employés se sont vu proposer des « forfaits de sortie » en fonction de leur emplacement.

En raison du manque de clarté sur plusieurs questions concernant son contrat de travail, qui la préoccupaient ainsi que d'autres travailleurs, McSweeney a déclaré qu'elle n'avait pas cliqué sur oui. Elle a déclaré que le forfait de sortie ne répondait pas à ses droits contractuels et que pour ceux qui souhaitaient rester avec Twitter, les conditions générales relatives à ce que Musk attendait d'eux n'étaient pas énoncées dans le document.

Elle a déclaré que Musk avait déclaré qu'il s'attendait à ce que le personnel travaille depuis le bureau afin que les employés puissent « faire leur travail au plus haut niveau » et pendant les heures normales de travail. Elle n'avait aucun problème à travailler dur pendant des heures, mais n'était pas prête à s'engager dans une attente indéterminée, sans informations sur les changements apportés aux attentes par rapport à ses prestations.

Elle a déclaré avoir découvert le 18 novembre qu'elle avait été exclue du système informatique de Twitter et avait reçu un e-mail sur son compte personnel reconnaissant sa « démission volontaire » et notant qu'elle avait été acceptée. Elle affirme qu'elle est traitée comme si elle avait quitté l'entreprise et reste en lock-out.

Cela, prétend-elle, ne lui a laissé d'autre choix que de demander une injonction.

L'affaire reviendra devant le tribunal cette semaine.

Musk indique que Twitter en a fini avec les licenciements

McSweeney n'est pas le seul cadre supérieur de Twitter à faire face à l'incertitude quant à son emploi. Après que Robin Wheeler, l'ancien responsable des ventes publicitaires de Twitter, ait démissionné plus tôt ce mois-ci, Musk l'a convaincue de rester, mais a fini par la virer quand même.

Au cours d'une réunion générale avec les employés de Twitter la semaine dernière, Musk a déclaré que l'entreprise en avait fini avec les licenciements et qu'elle recrutait activement pour des postes dans les domaines de l'ingénierie et des ventes. Ses commentaires ont été faits le jour même où une vague non spécifiée de coupes a touché le département des ventes de Twitter, qui a perdu presque tous ses cadres supérieurs depuis que Musk en a pris la direction.

Musk n'a pas précisé le type de postes d'ingénieurs ou de commerciaux pour lesquels Twitter recrute, et la société n'a actuellement aucun poste à pourvoir sur son site Web. « En termes d'embauches critiques, je dirais que les personnes qui sont excellentes pour écrire des logiciels sont la plus haute priorité », a-t-il déclaré lors de la réunion. Il a été rapporté la semaine dernière que les recruteurs de Twitter contactaient déjà les ingénieurs pour leur demander de rejoindre « Twitter 2.0 - an Elon company ».

Musk a poursuivi en disant que, « pour être la place publique numérique, nous devons représenter des personnes ayant un large éventail de points de vue, même si nous ne sommes pas d'accord avec ces points de vue ». Il n'a pas abordé le licenciement de dizaines d'employés pour avoir publié des tweets et des messages Slack le critiquant au cours des deux dernières semaines.

Il a reconnu que la réorganisation en cours de l'entreprise « comportera beaucoup d'erreurs » mais « se stabilisera avec le temps ». En réponse à une question d'un employé, il a déclaré que « des parties importantes de la pile technologique doivent être reconstruites à partir de zéro » et, à un autre moment de la réunion, il a suggéré que ce serait une bonne idée de « décentraliser quelque peu les choses » en créant des équipes d'ingénieurs au Japon, en Inde, en Indonésie et au Brésil.

L'utilisation historiquement forte de Twitter au Japon a été spécifiquement mentionnée par Musk comme ce à quoi l'entreprise devrait aspirer « idéalement dans tous les pays sans exception ». « On pourrait croire que Twitter est centré sur les États-Unis, mais en réalité, il est centré sur le Japon. Il y a à peu près le même nombre d'utilisateurs actifs quotidiens au Japon qu'aux États-Unis, malgré le fait que le Japon a un tiers de la population des États-Unis a-t-il déclaré ».

Source : IT

Et vous ?

Que pensez-vous des raisons derrière le refus de cliquer sur le « oui », invitant les employés à s'engager pour le Twitter 2.0, avancées par Sinead McSweeney qui veut néanmoins continuer l'aventure Twitter ?
Êtes-vous d'accord avec sa démarche faisant intervenir le tribunal ? Pourquoi ?
Comment interprétez-vous le fait que les avocats d'Elon Musk ont reconnu qu'elle n'avait aucune intention de démissionner, ont confirmé que son engagement dans son travail « n'avait jamais été remis en question » et ont déclaré que son accès aux systèmes informatiques serait rétabli, mais pourtant rien n'a été fait ?
Une situation comme celle-ci pourrait-elle servir de déclencheur visant des actions similaires d'autres employés de Twitter n'ayant pas cliqué sur le "oui", mais voulant rester dans l'entreprise ?
D'ailleurs, que pensez-vous de cet ultimatum d'Elon Musk ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/12/2022 à 12:11
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Musk aurait demandé aux employés d'accepter de travailler au bureau 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ou de quitter volontairement leur emploi. D'après les plaignantes, en faisant cette demande aux employés, Musk n'a pas pris en compte les autres occupations des femmes en dehors des heures et jours de travail. Ce qui serait contraire à la loi.
Ca veut dire qu'il n'y a que les femmes qui ont d'autres occupations en dehors des heures et jours de travail? C'est pas un peu sexiste ça?

Après la discrimination positive à l'embauche, il faut faire la discrimination négative au licenciement.
10  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 9:16
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il prend des décisions rapides
Des décisions hâtives, prises sur un coup de tête, et pour lesquelles le désastre était évident avant même de l'effectuer.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il mesure ses résultats immédiatement
Le désastre j'aurais dis. Mais oui, il le voit. Preuve qu'il n'est pas complètement fou.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il n'hésite pas à itérer rapidement et à tester autre chose
Il répare le désastre qu'il a lui-même causé à de nombreuses reprises.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
Même si 80% de ses décisions sont mauvaises, le fait d'itérer rapidement dans cette boucle de feedback utilisateur, c'est la manière typique des startups pour innover et grandir rapidement.
Innover ? Le mot typique du commercial pour se défendre contre toute décision impopulaire. Ce mot est, en ce qui me concerne, banni de mon vocabulaire, car trop utilisé pour couvrir la mafia de l'informatique.

Très honnêtement, je l'avais imaginé tout de suite, obtenir la coche bleue pour 8 € / mois allait permettre à n'importer qui d'avoir la coche bleue, qui n'avait plus le sens de validé, mais le sens de "a payé", donc autrement dit, aucun sens pour le visiteur qui n'en a que f... Mais comme le visiteur ne sait pas forcément que la coche bleue a changé de signification, il était évident que cela allait servir aux petits plaisantins du Web de profiter d'une notoriété si facile à obtenir.

Virer en masse des équipes dans l'unique but de réduire la masse salariale, puis être obligé de rappeler quand on se rend compte qu'on a peut-être pas viré les bons, là encore c'est juste une impulsion. Je ne nie pas le besoin de réduire la masse salariale, mais il faut le faire d'une manière raisonnée. Rappeler quelqu'un après l'avoir viré c'est juste la preuve d'une incompétence crasse.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
mais peut-être va-t-il en sortir quelque chose de radicalement innovant et qui va fonctionner dans quelques mois.
A contrario, ne pas oser itérer radicalement dans une entreprise qui n'a pas trouvé son modèle pour survivre, ça aurait été un crash assuré. Je suis donc la suite des événement avec beaucoup d'intérêt (et de popcorn) !
Quand on le voit poster lui-même un sondage sur "devrais-je quitter l'entreprise" et voir 58% de oui, permet-moi de douter de sa compétence. Surtout que je ne crois pas une seconde qu'il va le faire, bien que tout montre qu'il devrait. Car non seulement il crache Twitter, mais il entraîne ses autres entreprises à succès (Tesla, SpaceX) dans sa chute.

Au niveau de la dernière actu, je pense que Twitter est coupable de ne pas avoir signifié son désir de rompre le contrat avec cette entreprise, puisqu'il se contente de jeter les factures à la poubelle. D'un autre côté, une facture trimestrielle de 1 million de dollars pour une fourniture de service apparemment dispensable puisque Twitter ne s'est pas encore effondré, même sans connaître les détails, cela semble largement excessif.
10  0 
Avatar de Erviewthink
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 30/11/2022 à 8:56
Le premier point c'est que les enfants ne devraient pas avoir accès à twitter. Les parents sont irresponsables de laisser leurs enfants sur une plateforme comme celle-ci.
9  1 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 30/11/2022 à 21:31
Bonsoir

Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Enfin, on a en France un principe "d'égalité des chances", quelque chose de très difficile à faire en vrai, mais dans tout les cas il faut bien une intervention de l'état dans l'éducation des enfants pour essayer de respecter un tant soit peu ce principe (ex : éducation obligatoire). Aussi imparfaite soit-elle, ça reste mieux que de tout confier aux parents. On parle de problème d'égalités des chances, mais certains parents ne sont pas spécialement plus riches que d'autres, ils sont juste beaucoup plus impliqués (voir trop) dans l'éducation de leurs enfant et le succès à l'école.

En soi si on veut être un peu plus précis, on peut dire qu'une partie de l'éducation se faire hors cercle familial à travers les relations sociales, en particulier avec les enseignant et les collèges de classe. Une grosse partie du programme scolaire constitue de la "culture général" mais j'ai plus de mal honnêtement à y voir une "éducation" dedans au sens où on l'entend dans le cadre ce tes propos et ma réponse.
L'état instruit. Les parents éduquent.

Les enfants sont de qui ? Des parents ou de l'état ? On devrait parler d'instruction nationale et non pas d'éducation nationale.
8  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/12/2022 à 18:11
Il certifie les comptes, il les certifie plus, Apple c'est son ennemi, le lendemain c'est son pote, il bannit les journalistes, il les bannit plus, il banni le compte ElonJet, il le dé-bannit, il le re-bannit, maintenant il banni les liens réseaux sociaux, puis il change encore d'avis et il vire la page.
Aussi bien je suis impressionné par les succès de SpaceX avec ses lanceurs réutilisables, autant la je ne suis pas ébahi par sa gestion de Twitter.
Ça fait pas très sérieux tout ça, je pense qu'il ferait mieux de prendre des vacances...

Je me demande s'il va tenir son engagement de démissionner, j'ai un doute.... Et je me demande qui il pourrait trouver pour gérer ce foutoir...
9  1 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/11/2022 à 21:08
Elon Musk, a déclaré que le nombre d'inscriptions de nouveaux utilisateurs sur la plateforme de médias sociaux n'a jamais été aussi élevé
C'est parce qu'ils ont viré l'équipe de modération des bots
7  0 
Avatar de rbolan
Membre actif https://www.developpez.com
Le 15/12/2022 à 11:39
"Twitter a cessé de payer le loyer des bureaux" : Pour un propriétaire qui est bec et ongle contre le télétravail, c'est très cohérent quand on y pense
7  0 
Avatar de daerlnaxe
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/12/2022 à 15:29
C'est surtout consternant en fait. Idem pour un paquet de journalistes qui se contentent d'aller "chercher l'info" sur Twitter, et il y a eu nombre de dérives à cause de ça.

Pour ça, à la limite si Twitter crève mais franchement tant mieux.
7  0 
Avatar de SofEvans
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/12/2022 à 16:48
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Et tu crois que tu aurais l'air plus brillant, si tu avais hérité du plus gros scandale politique depuis le Wategate?

Les courriels de Twitter confirme que

* le FBI ont toujours su la vérité sur le dossier Steele et la supposé implication de la Russie dans les élections américaines,
* le FBI a commencé ses opérations dès que Trump a annoncé sa campagne à la présidence.
* les opérations ont également duré pendant sa Présidence.
* que Facebook était également sous influence du FBI.
C'est quoi le rapport entre ce que tu dis et ce que je dis ?

Je dis que quelqu'un traitant ses employés comme de la merde (tiens toi j'te licencie, toi aussi, toi aussi mais ah mais non mais zut reviens s't'plait j'me suis planté, et pis ceux qui restent faites une croix sur vot' vie perso maintenant vous allez taffer 18h par jour, et ceux à Neuralink, bossez comme si vous z'aviez une bombe collé à la tête parce que vot' lenteur me rend fou !) qui semble faire absolument n'importe quoi avec Twitter (Twitter permet quand même à des gens - les employés - de vivre, hein !) me donne la sensation d'être un psychopathe.

Je sais qu'il n'existe pas de réelle définition stricte de la psychopathie (et dans la même veine pour la définition de la sociopathie et de la différence psychopathe/sociopathe) mais "on" s'accorde à dire généralement que l'impulsivité, l'absence de remords, l'absence de considération pour les autres, l'égocentrisme sont des trait de personnalité de psychopathe (en gros).
Et vu tout ce qu'on le voit faire, ça me donne sincèrement cette impression.

C'est quoi le rapport avec le fait qu'après qu'il ai racheter Twitter il se soit aperçu dans les documents internes de truc ultra pas joli (et tellement pas prévisible) concernant le gouvernement ?
9  2 
Avatar de Prox_13
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/11/2022 à 16:17
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
J'ai bien compris Einstein, mais par contre tu n'a pas saisi que je me foutait de ta tronche, petit.

Tu sembles être si bien dans ton pays, le wokistan.
Coupler sarcasmes, insultes et politique. Quel homme... Et tout ça pour finir sur une conclusion d'insulte mi-molle qui démontre par A + B que tu n'as même pas lu ce que j'ai écris.

Honnêtement, j'aurais pu t'insulter ou te manquer de respect aussi, mais tu le fais déjà mieux que moi
9  3