IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Accusé d'avoir escroqué ses clients, Sam Bankman-Fried, le PDG de la plateforme crypto FTX, tente de s'expliquer.
Des avocats pensent que l'incompétence qu'il affiche pourrait être stratégique

Le , par Stéphane le calme

147PARTAGES

7  0 
FTX, autrefois la troisième plus grande plateforme d'échange de crypto, a perdu de son prestige. Il a été porté à la connaissance du public que Sam Bankman-Fried, qui était alors PDG de la société, a secrètement utilisé des milliards de dollars d'actifs de clients pour financer largement sa société de trading affiliée, Alameda Research. Ainsi, FTX a fini par manquer de liquidité à un moment donné, ce qui a provoqué son implosion.

Puis, l'entreprise a annoncé qu'elle a déposé le bilan aux États-Unis. Le PDG et fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, a démissionné de son poste. Mais ce n'était là que le début d'un scandale.

Face à ce déferlement médiatique à chaque fois qu'un nouvel élément dans l'affaire était trouvé, Bankman-Fried a voulu s'exprimer. Dans une interview avec Vox via messagerie, il a tenu à s'expliquer à propos de la façon dont FTX et son fonds spéculatif Alameda Research avaient joué avec l'argent des clients sans, prétend-il, se rendre compte que c'était ce qu'ils faisaient. À propos de qui est salué comme un héros et qui est le bouc émissaire. À propos des régulateurs. À propos de ce qu'il regrette ("Chapitre 11", la décision de déclarer faillite) et de ce qu'il aurait fait différemment avec FTX et Alameda (comptabilité plus prudente + détachement d'Alameda de FTX une fois qu'Alameda pouvait vivre de lui-même").


L'affaire FTX est la dernière en date d'une série d'événements fâcheux qui donnent du crédit aux affirmations selon lesquelles les cryptomonnaies sont une escroquerie. Après s'être déclarée en faillite le vendredi dernier, FTX US a cherché à se placer sous la protection de l'article 11 de la loi américaine sur les faillites. Cette disposition permet à une entreprise d'éviter d'avoir à rembourser des dettes si elle déclare sa faillite sous la protection de cet article. Cette décision, qui a suscité des critiques virulentes, suggérait que FTX a définitivement perdu tout l'argent de ses investisseurs et que ces derniers étaient dans l'incapacité de les récupérer un jour.

Lundi, FTX a déposé auprès d'un tribunal des documents entrant dans le cadre de son dépôt de bilan et ces nouvelles pièces ont mis en évidence l'ampleur de la crise de liquidités qui a précipité sa descente aux enfers. « FTX a été confronté à une grave crise de liquidités qui a nécessité le dépôt de ces dossiers en urgence vendredi dernier », a déclaré la bourse de cryptomonnaies. Selon le dépôt du tribunal, « FTX et ses 130 sociétés affiliées doivent faire face à au moins 100 000 créanciers, mais ce nombre pourrait atteindre plus d'un million ». La plupart des créanciers étaient des clients des sociétés de Sam Bankman-Fried, ancien PDG de FTX.

Bankman-Fried, fondateur et ancien PDG de FTX, a déclaré mardi que son principal objectif était de « bien faire pour les clients » : « Je rencontre en personne les régulateurs et je travaille avec les équipes pour faire ce que nous pouvons pour les clients », a-t-il tweeté. Selon certaines sources, les autorités américaines et bahaméennes avaient discuté de la possibilité de faire venir Bankman-Fried aux États-Unis pour l'interroger. En effet, la branche internationale de la bourse FTX est une entreprise déclarée aux Bahamas, pays dans lequel Bankman-Fried vit également.


Bankman-Fried aurait tenté de lever des fonds auprès d'investisseurs pendant le week-end pour rembourser les clients de FTX. Cette démarche de Bankman-Fried intervient après que la société a demandé la protection de la loi sur les faillites et qu'il a démissionné de son poste de PDG. Certains critiques estiment qu'il pourrait juste s'agir d'une mise en scène de la part de l'ancien PDG de FTX. Dans une interview avec le New York Times publiée tard lundi, Bankman-Fried a déclaré qu'il avait développé son entreprise trop rapidement et qu'il n'avait pas remarqué les signaux d'alarme à la bourse.

Après avoir accordé une interview au New-York Times, il a fait le même exercice avec Vox par messagerie.

Le journaliste a expliqué que son objectif derrière l'interview était d'essayer de déterminer l'éthique derrière les relations publiques, les dons de bienfaisance et le lobbying. La conversation a été axée sur le fait que les gens qui lui faisaient confiance avaient perdu leurs économies et qu'il avait causé des dommages incalculables à tous ceux dont il prétendait se soucier quelques semaines avant seulement.

Le journaliste a tenu à préciser qu'en août, la fondation familiale philanthropique de Bankman-Fried, Building a Stronger Future, a accordé à Vox’s Future Perfect une subvention pour un projet de reportage 2023. Ce projet est désormais en pause.

Sur les régulateurs

Avant l'effondrement de son empire, Bankman-Fried était activement engagé dans le lobbying à Washington pour un cadre réglementaire pour la cryptomonnaie. Alors que de nombreux PDG de plateforme de crypto (comme Changpeng "CZ" Zhao, PDG de Binance) sont ouvertement sceptiques quant à la réglementation gouvernementale, Bankman-Fried a largement évité de critiquer les régulateurs. Mais dans la conversation avec le journaliste, il s'est un peu lâché, confirmant à demi-mot le point de vue des critiques qui ont soutenu que ses ouvertures à Washington étaient beaucoup plus une question d'image que de substance : « j'emmerde les régulateurs, ils empirent les choses, ils ne protègent pas du tout les consommateurs ».








Au sujet du comportement contraire à l'éthique

Est-ce que Bankman-Fried pensait qu'il était acceptable de faire des choses contraires à l'éthique si cela servait « le plus grand bien » ? Une question que le journaliste avait posée à l'intéressé durant un entretien cet été et qui est revenue sur la table lors de leurs échanges sur Twitter.

Et le journaliste de préciser :

« À l'époque, bien sûr, je pensais que le dilemme éthique où Bankman-Fried avait peut-être franchi une ligne était de savoir s'il était acceptable de gérer une plateforme d'échange de cryptomonnaie en premier lieu – et si le bien qu'il prétendait vouloir faire le rendait acceptable.

« Beaucoup de gens, ai-je dit à Bankman-Fried dans cette interview précédente, penseraient à "créer une entreprise de crypto pour gagner des milliards de dollars comme je penserais à démarrer une entreprise de tabac pour gagner des milliards de dollars : une activité profondément immorale. Vraisemblablement, il y a une ligne où vous ne devriez pas faire quelque chose d'aussi mauvais, même pour de bonnes raisons. Je suis curieux de savoir si vous pensez qu'il y a une ligne ? Et si oui, où traceriez-vous cette ligne ?".

« "Il y a une ligne", a-t-il alors répondu au journaliste. "La réponse ne peut pas être qu'il n'y a pas de ligne. Ou bien, vous savez, vous pourriez finir par faire beaucoup plus de dégâts que de bien. Mais je ne pense pas non plus que ce soit si simple. Parce qu'il y a beaucoup de dommages de second ordre compliqués, mais importants qui surviennent si votre activité principale est mauvaise pour le monde, concernant votre capacité à travailler avec des partenaires et votre capacité à travailler avec des partenaires dans vos efforts philanthropiques. Vous pouvez imaginer que si la Fondation Philip Morris avait de très bonnes idées sur la façon d'améliorer le monde, elle aurait probablement encore beaucoup de mal à travailler avec la Fondation Gates. Donc je pense que c'est plus compliqué que ça. Et vous devez sérieusement faire face à l'impact de votre travail direct" ».

Le journaliste est revenu sur ces questions dans leur conversation sur Twitter et a constaté que la perspective de Bankman-Fried a désormais évolué (peut-être parce qu'il fait désormais face à des personnes qui ont perdu leurs économies et qu'il ne s'agit plus là d'une probabilité ?).

Il a parlé de CZ, le PDG de Binance, notant « il y a un mois, CZ était l'illustration du "ne faites rien de non éthique ou votre argent ne vaudra rien. Aujourd'hui il est un héros. Est-ce parce qu'il est vertueux ? Ou alors parce qu'il a le plus gros bilan et donc qu'il a gagné ? »




Sur la déformation de la vérité

Bankman-Fried a soutenu que FTX n'avait jamais investi les dépôts des titulaires de comptes crypto en bourse. Le journaliste l'a attaqué sur ce point via Twitter, et alors qu'il continuait d'insister sur le fait que FTX n'utilisait pas directement l'argent du compte de cette manière, il a dit qu'Alameda - qu'il possède également - avait emprunté beaucoup plus d'argent à FTX pour des investissements qu'il avait réalisés, ce qui a finalement laissé FTX vulnérable à l'équivalent crypto d'une ruée bancaire. Une ruée bancaire, panique bancaire ou course aux guichets est un phénomène, souvent autoréalisateur, dans lequel un grand nombre de clients d'une banque craignent qu'elle ne devienne insolvable et en retirent leurs dépôts le plus vite possible

Pourquoi Bankman-Fried n'a-t-il pas réalisé ce qui se passait jusqu'à ce qu'il soit trop tard ? « Parfois, la vie vous rattrape », a-t-il déclaré.


Sur ce qu'il regrette

Bankman-Fried a reconnu qu'il « avait tout fait foiré, à de multiples reprises ». Mais il a également insisté sur le fait qu'une grande partie des ennuis aurait pu être évitée si FTX n'avait pas déclaré faillite, ce qui a largement échappé à son contrôle sur les questions financières (au cours du processus, Bankman-Fried a été remplacé en tant que PDG de FTX par John J. Ray III, un avocat qui a aidé les créanciers à récupérer des milliards de dollars après la faillite de la société de négoce d'énergie Enron). « Les responsables de [l'entreprise] essaient de tout réduire en cendres par honte », a-t-il confié.

Bankman-Fried affirme qu'il aurait plutôt dû continuer à essayer de collecter plus d'argent et a insisté sur le fait que s'il était parvenu à le faire, « les retraits auraient repris dans un mois ». Le Wall Street Journal a rendu compte plus tôt cette semaine des efforts de Bankman-Fried pour trouver des financements et n'a trouvé aucune indication que des investisseurs s'engageaient. Même si de nouveaux financements étaient obtenus, poursuit le journal, cela nécessiterait des négociations avec les créanciers de FTX et l'approbation du tribunal des faillites.

Alors qu'il a dit que certains de ses collègues – le cofondateur Gary Wang et le directeur de l'ingénierie Nishad Singh – étaient « effrayés » et, dans le cas de Singh, « honteux et coupable », Bankman-Fried semble garder une certaine distance émotionnelle avec l'effondrement : « Le monde n'a jamais été soit noir soit blanc ».




Pour Sam Bankman-Fried de FTX, l'incompétence pourrait être une stratégie légale

L'incompétence (ou la perception de celle-ci) a ses avantages en tant que défense juridique, surtout si vous pourriez faire face à des accusations de fraude, disent les experts.

La notion donne une perspective intéressante sur la récente conversation de Sam Bankman-Fried avec le New York Times, dans laquelle il décrit à plusieurs reprises l'effondrement soudain de FTX dans la faillite comme une conséquence de sa propre distraction, de son extension excessive et de ses performances en tant que PDG, puis avec Vox d'autre part, où il évoque des stratégies lunaires visant à emprunter pour rembourser les clients qui ont été spoliés.

Les avocats ont déclaré que le principal risque criminel auquel Bankman-Fried est confronté est une mise en accusation pour fraude – l'une des accusations les plus courantes dans les poursuites en col blanc. Mais pour condamner, les procureurs doivent prouver hors de tout doute raisonnable que quelqu'un avait connaissance ou l'intention de commettre une fraude, ce qui peut être délicat, disent-ils.

C'est pourquoi la défense contre de telles accusations se concentre généralement sur quelque chose comme : « Ce n'était pas de la fraude, j'étais juste très mauvais dans mon travail ». « Généralement, dans une affaire de fraude, la personne au sommet affirme qu'elle était inattentive, déléguée à d'autres et qu'elle ne s'est pas concentrée sur les détails », a déclaré Renato Mariotti, ancien procureur de la section des fraudes sur les valeurs mobilières et les marchandises du DOJ, et maintenant avocat de la défense chez Bryan Cave Leighton Paisner. « Le but est de faire valoir qu'il effectuait un travail bâclé ou qu'il était inattentif, mais pas un fraudeur ».

Mariotti reconnait qu'il peut avoir d'autres angles de défenses. Par exemple, il note qu'il est possible qu'enfoui dans quelques petits caractères quelque part sur le site de FTX soit quelque chose qui donne à l'entreprise et à Bankman-Fried une couverture juridique – bien que les journalistes n'aient pas pu le trouver dans les conditions de service de la plateforme d'échange de crypto (donc angle d'approche qui a de fortes chances de ne pas servir).

Source : Vox

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette interview ? Les arguments qu'il utilise pour se défendre vous semblent-ils crédibles ?
Que pensez-vous de son idée de lever encore plus de fonds pour rembourser les clients alors qu'il en avait déjà pris pour sa société Alameda Research à l'insu de ces mêmes clients ?
Que pensez-vous de sa position lorsqu'il attribue la débâcle au processus de mise en faillite qui a été déclenché lorsqu'il n'était plus aux commandes de FTX ?
Êtes-vous d'accord avec les observations des observateurs qui pensent que son incompétence (feinte ?) pourrait être en fait une stratégie pour se défendre en justice ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/11/2022 à 16:09
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Contrairement à ce que croient certains, l'entreprise n'est pas une démocratie:

1. Il y a un chef qui a une vision, des objectifs pour son entreprise et il commande!

2. Les subalternes exécutent les ordres ou ils quittent le navire

3. Le chef peut se tromper ou être une m... incapable et dans ce cas il en paie le prix: Il fait faillite ou est viré par ses investisseurs

La seule question est donc pas de savoir si le mec dirigeait l'entreprise comme son fief personnel mais si l'entreprise était son fief personnel!!!
Tu n'as surtout pas lu l'article, tu fais parti des gens qui commentent juste en lisant le titre, tu es pathétique.
C'est pas ça le problème, le problème est autre, par exemple l'abus de bien social généralisé, c'est à dire utiliser les fonds de l'entreprise pour des dépenses personnelles.
L'article explique que la compta de cette entreprise est mensongère, ou pire qu'elle n'existe même pas ! Ou encore plus simple : 10 milliards de fonds détournés !

Bref ce présupposé "PDG" d'entreprise n'aurait pas été apte à passer un BEP comptable, c'est un baltringue, ou un abruti, ou un escroc, mais quand on lis ses propos qui ont étés publiés il y a peu, on devine que c'est tout à la fois, donc un guignol et un escroc
Ce qu'il a fait est condamnable, plusieurs années de prison, et l'enquête a été lancée. S'il est pas totalement stupide il n'a plus qu'à prendre les 10 milliards qu'il a détourné et aller se planquer au Costa Rica.
7  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/11/2022 à 19:27
Sauf que justement les vieux ne s'accumulent pas indéfiniment, sauf si la natalité tombait inexorablement jusqu'à 0. On obtient forcément un nouvel équilibre, certes moins favorable qu'avec une natalité plus élevée, mais tenable. Pareil pour les assurance qui peuvent avoir a augmenter leur prime pour couvrir un risque qui augmente. Ce qui fait que la Pyramide de Ponzi est illégale, c'est qu'aucun équilibre n'est possible. Elle tient provisoirement par sa croissance mais est techniquement condamnée a s'effondrer.
7  1 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/11/2022 à 19:17
Citation Envoyé par Erviewthink Voir le message
Je parle du minimum vieillesse, ça ne devrait pas exister.
Je comprend que pour éviter de nourrir le pourcentage infime de parasite qu'il y a chez les travailleurs, tu préfères engraisser les financier, qui n'ont jamais travaillé de leur vie et qui sont du coup, par définition, des parasites dans leur extrême majorité.

Belle morale, j'imagine que tes parents sont fiers de toi.
6  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/11/2022 à 10:06
Citation Envoyé par Erviewthink Voir le message
Je parle du minimum vieillesse, ça ne devrait pas exister.
D'ailleurs si quelqu'un d'affamé te croise il devrait te bouffer non ?
6  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/11/2022 à 15:41
Citation Envoyé par Erviewthink Voir le message
Le système de retraite est une arnaque pure et dure elle fait croire aux gens qu'ils cotisent pour eux alors que ce n'est pas le cas sinon ils ne seraient pas obliger de "cotiser" c'est donc un ponzi. Tu n'es absolument pas sûr de toucher la totalité de ce que tu as "cotisé" tout au long de tes années de travail.
Regarde la vidéo en entier.

Il y a une chose de certaine, depuis le début et encore aujourd'hui, tu es CERTAIN de toucher plus que ce que tu as à cotiser. Pour 2 raisons :
- Ta pension retraite est indexée sur tes meilleures années
- les retraites, même si elles ne sont pas alignées sur l'inflation, la prennent en compte avec du retard. En prenant ça en compte sur 40 ans, un retraité d'aujourd'hui touche BIEN PLUS que ce qu'il a cotisé.

Et seules les réformes les unes après les autres essayent de détruire cet état de fait: Ralentissement des revalorisation, indexation sur de plus en plus d'année, allongement de la durée de cotisation...

Si ton seul argument contre la retraite c'est que tu as peur de ne pas toucher autant que ce que tu as cotisé, d'une part c'est juste faux, d'autre part, ce n'est pas en votant pour ceux qui veulent la détruire que ça va s'améliorer.

De toute façon, c'est simple, il n'existe aucune alternative plus équitable et humaine.
Tout ce qui est proposé à côté c'est d'engraisser des capitaliste qui sont pas content de pas pouvoir toucher aux centaines de milliards redistribuées sans faire intervenir de banque et qui n'ont aucun risque d'être engloutis par une crise financière. Crises qui se font de plus en plus fréquentes...
C'est à dire qu'en plus d'être moins équitable, moins humaine, la retraite par capitalisation est moins sûre.
5  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/11/2022 à 16:48
Citation Envoyé par Erviewthink Voir le message
Je trouve plus juste de capitaliser de son côté, j'ai pas envie de payer une retraite à des feignants.
Tout retraité a cotisé c'est quoi ton histoire de fainéant ? Tu te sens concerné ? Les petites retraites concernent des salariés qui ont trimé en général et pas des personnes sur developpez.net sur leur temps de travail ... CQFD
6  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/11/2022 à 7:31
Citation Envoyé par weed Voir le message
On est tous jeunes ou d'une certain age
C'est marrant que tu réagisses à ça et pas aux cellules cancéreuses. Vieux signifie exactement la même chose que la périphrase "personne d'un certain age", qui sert juste à éviter le mot comme s'il était honteux. Vieux n'a rien une insulte, du moins j'espère, parce que j'ai l'intention de finir vieux.

Citation Envoyé par weed Voir le message
Je dirais qu'au contraire le système par répartition est pyramidale. Plus la natalité augmente, plus il y aura de future retraité. Nous l'avons bien vu avec nos parents avec le baby boom. Nous avons beaucoup de retraités. S'il fallait suivre la cadence et faire encore plus d'enfant, on reportait toujours le problème à plus tard, faire toujouts et toujours plus d'enfant. A un moment, cela va exploser.
Justement ce que je dis c'est que ça ne peut pas dériver indéfiniment (sauf si la natalité tombe jusqu'à 0). Ça fait plusieurs dizaines d'années que le taux de natalité est inférieur au taux de renouvèlement et donc que le nombre de cotisants diminue par rapport nombre de retraités. Pourtant le système marche encore, le rapport cotisation/retraite/durée de travail doit juste être régulièrement ajusté. Il est moins favorable que pendant les 30 glorieuses, mais il ne va pas dériver indéfiniment jusqu'à effondrement, alors que par construction, un système de Ponzi n'est pas tenable plus de quelques mois sans apport continu de nouveaux "cotisants".
4  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/11/2022 à 7:58
Ca n'a juste rien a voir. Tu as le droit de ne pas aimer le système de retraite, il n’empêche que ça ne correspond en rien à la définition d'une pyramide de Ponzi.
6  2 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/11/2022 à 15:58
@Aocannaille : cette vidéo est très intéressante et très pédagogique. Mon seul regret : il manque un contradicteur, un débat contradictoire est toujours plus crédible.
4  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/11/2022 à 9:57
Citation Envoyé par Erviewthink Voir le message
Je trouve plus juste de capitaliser de son côté, j'ai pas envie de payer une retraite à des feignants.
Il ne faut pas confondre "fainéant" (qui ne veut pas travailler) et "feignant" (qui use de feintes).
Mais, le fainéant à tendance à feinter en disant "feignant" pour n'avoir pas à articuler "fainéant".
En d'autres termes, c'est l'arroseur arrosé
4  0