IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Twitter demande à certains travailleurs licenciés de revenir après avoir réduit les effectifs de moitié.
Certains d'entre eux ont été licenciés par erreur, l'expérience des autres est nécessaire

Le , par Stéphane le calme

99PARTAGES

12  0 
Après que Twitter Inc a licencié environ la moitié de son personnel vendredi à la suite de l'acquisition de 44 milliards de dollars par Elon Musk, l'entreprise s'adresse maintenant à des dizaines d'employés qui ont perdu leur emploi et leur demande de revenir, selon un rapport publié dimanche. Certains de ceux à qui Twitter demande de revenir ont été licenciés par erreur. D'autres ont été licenciés avant que la direction ne se rende compte que leur travail et leur expérience pourraient être nécessaires pour créer les nouvelles fonctionnalités envisagées par Elon Musk, selon le rapport citant des personnes familières avec les décisions.

Twitter a récemment licencié 50% de ses employés, y compris les employés de l'équipe de confiance et de sécurité, a déclaré le responsable de la sécurité et de l'intégrité de l'entreprise, Yoel Roth, dans un tweet : « La réduction de nos ressources humaines d'hier a touché environ 15 % de notre organisation Trust & Safety (contre environ 50 % de licenciements à l'échelle de l'entreprise), notre personnel de modération de première ligne subissant le moins d'impact ».


Plusieurs membres de l'équipe d'apprentissage automatique, d'éthique, de transparence et de responsabilité (META pour Machine Learning, Ethics, Transparency and Accountability) de Twitter, y compris son ancien chef, ont publié sur Twitter qu'ils n'étaient plus dans l'entreprise. Au moins un des anciens travailleurs a suggéré que toute l'équipe était dissoute.

Via des tweets, plusieurs membres de l'équipe META ont indiqué qu'ils sont touchés par les licenciements. Le chef de META, Rumman Chowdhury, a publié une capture d'écran montrant qu'elle était apparemment éjectée de son compte de messagerie Twitter avec pour légende t : « Cela a-t-il déjà commencé ? Bonne veille de licenciement ! » Rumman Chowdhury, qui a dirigé un certain nombre d'initiatives de transparence au sein de l'entreprise, notamment le lancement d'un premier défi de prime de biais algorithmique en son genre, a poursuivi en disant : « Ce n'est définitivement que le début de la descente de ce site ».

D'autres anciens membres de l'équipe META ont déclaré qu'ils avaient également été licenciés, l'ancienne Senior Engineering Manager, Joan Deitchman, déclarant que « l'équipe n'est plus ». D'ailleurs, le nom de l'équipe META n'était pas non plus répertorié sur la page carrière de Twitter au moment de la rédaction.

Sur Twitter, elle a partagé le dernier message qu'elle avait publié sur le Slack interne de Twitter :

« à quiconque se retrouve sur ce canal Slack après aujourd'hui, sachez que c'était une équipe spéciale. Une qui se serrait les coudes, pleine d'intégrité, prête à se lever pour faire la bonne chose. Il n'y aura probablement plus une équipe comme META. Pour ceux qui ont participé au voyage, gardez la tête haute ! Allez de l'avant et continuez ce travail critique ».

« L'équipe qui recherchait et poussait pour la transparence algorithmique et le choix algorithmique », a écrit Deitchman, « L'équipe qui étudiait l'amplification algorithmique. L'équipe qui inventait et construisait des outils et des méthodologies d'IA éthiques. Cette équipe n'est plus ».

META a été créé l'année dernière avec la tâche explicite d'auditer les algorithmes de Twitter pour enquêter sur les préjudices et les biais potentiels involontaires. Les recherches de l'équipe ont conduit à de réels changements sur Twitter. Dans un cas, l'entreprise a cessé d'utiliser un algorithme de recadrage automatisé après que les chercheurs de META ont trouvé des preuves qu'elle exprimait des préjugés raciaux. META, qui s'est formé dans les mois qui ont suivi le licenciement controversé par Google du co-leader de son équipe d'IA éthique, était unique, car il recherchait activement des ingénieurs et des chercheurs de haut niveau et respectés qui critiquaient ouvertement les effets de la Big Tech sur la société.

Le groupe a été largement salué par les chercheurs en intelligence artificielle et les critiques technologiques comme un symbole significatif de transparence et de responsabilité au sein d'une grande entreprise technologique qui, au mieux, pouvait identifier les problèmes nuisibles et aider à rétablir la confiance dégradante des utilisateurs. Twitter, sous la direction de Musk, semble considérer ces efforts comme des redondances.

META n'était pas la seule équipe qui étudiait les dommages à être éliminée. Vendredi, l'ancienne avocate des droits de l'homme de Twitter, Shannon Raj Singh, a révélé que l'entreprise avait licencié et dissous toute son équipe des droits de l'homme. Cette équipe a joué un rôle crucial dans les enquêtes sur les abus liés à Twitter dans le monde, en particulier ceux qui affectent les journalistes, les militants et les dissidents politiques.

Revenez s'il vous plaît, c'était une erreur

Après avoir licencié environ la moitié de l'entreprise, Twitter s'adresse à des dizaines d'employés qui ont perdu leur emploi et leur demande de revenir.

Certains de ceux à qui on demande de revenir ont été licenciés par erreur, selon deux personnes familières avec les décisions. D'autres ont été licenciés avant que la direction ne se rende compte que leur travail et leur expérience pourraient être nécessaires pour créer les nouvelles fonctionnalités envisagées par Musk, ont déclaré les personnes, demandant à ne pas être identifiées en train de discuter d'informations privées.

Twitter s'est séparé de près de 3 700 personnes la semaine dernière par e-mail afin de réduire les coûts après l'acquisition de Musk, qui a été clôturée fin octobre. De nombreux employés ont appris qu'ils avaient perdu leur emploi après que leur accès aux systèmes de l'entreprise, comme la messagerie électronique et Slack, ait été soudainement suspendu. Les demandes de retour des employés montrent à quel point le processus était précipité et chaotique.

Le projet de Twitter de réembaucher des travailleurs a d'abord été signalé par Casey Newton, un journaliste du New York Times : « Plusieurs sources indiquent dans les chats Twitteret Blind que la société a commencé à contacter certaines personnes qu'elle a licenciées hier pour leur demander de revenir. Oups ! »


De son côté, Elon Musk a tenté de justifier la décision de se séparer d'autant d'employés : « En ce qui concerne la réduction des effectifs de Twitter, malheureusement, il n'y a pas d'autre choix lorsque l'entreprise perd plus de 4 millions de dollars par jour. Toutes les personnes sorties se sont vu offrir 3 mois d'indemnité de départ, soit 50 % de plus que l'exigence légale ».


Twitter compte encore près de 3 700 employés, selon des personnes proches du dossier. Musk pousse ceux qui restent dans l'entreprise à avancer rapidement dans l'expédition de nouvelles fonctionnalités, et dans certains cas, les employés ont même dormi au bureau pour respecter de nouveaux délais.

Au cours du week-end, Twitter a déployé un nouveau plan d'abonnement Twitter Blue, offrant une coche de vérification pour tout utilisateur qui paie 8 $ par mois. La société a également déclaré qu'elle lancerait bientôt d'autres fonctionnalités, notamment la moitié des publicités, la possibilité de publier des vidéos plus longues et d'obtenir un classement prioritaire dans les réponses, les mentions et les recherches.

Le New York Times a annoncé dimanche que Twitter retarderait les modifications des coches de vérification jusqu'après les élections de mi-mandat de mardi, après que les utilisateurs et les employés aient fait part de leurs inquiétudes quant au fait que le plan pourrait être utilisé à mauvais escient pour semer la discorde.

Des licenciements massifs sans préavis

Twitter fait l'objet d'un recours collectif pour des licenciements massifs d'employés sans un préavis de 60 jours comme l'exige la loi. La plainte a été déposée jeudi, alors que l'on apprenait que la société de médias sociaux allait procéder à des licenciements massifs vendredi en début de journée afin de réduire ses coûts en supprimant 3 700 emplois. Selon un tweet de Yoel Roth, responsable de la sécurité et de l'intégrité de Twitter, la division chargée de surveiller les tweets pour y déceler la violence, la haine et d'autres contenus interdits, cela représente environ 50 % du personnel. La plainte allègue que Twitter a commencé ses licenciements le 1er novembre, lorsqu'elle a licencié le principal plaignant dans le procès, Emmanuel Cornet, sans lui fournir le préavis écrit approprié.

Ce qui est en violation des lois américaines et californiennes. La loi WARN note que la vente d'une entreprise entraînant des licenciements collectifs ou des fermetures d'usines est incluse - en d'autres termes, la loi WARN s'applique aux licenciements de Twitter, quelle que soit la façon dont on tranche la situation. D'autres plaignants - Justine De Caires, Jessica Pan et Grae Kindel - ont déclaré avoir été licenciés le jeudi 3 novembre par verrouillage de leur compte. L'action en justice ajoute en outre que le département du développement de l'emploi de Californie n'a pas reçu d'avis concernant les licenciements massifs qui ont commencé vendredi.

Bien qu'ils aient déjà perdu leur emploi, la plainte allègue que les cinq plaignants "sont très inquiets que Twitter poursuive ces licenciements sans fournir le préavis requis". Les plaignants demandent que Twitter et son propriétaire soient contraints de se conformer aux lois WARN fédérale et californienne, qui prévoient toutes deux une période de notification obligatoire de 60 jours avant les licenciements collectifs. Les plaignants demandent également des dommages et intérêts compensatoires, y compris les dépenses et les salaires dus. Selon les analystes, ces dispositions ne constituent pas une grosse demande de la part de la loi WARN.

Elles seraient conformes aux sanctions prévues par le ministère américain du Travail en cas de violation de la loi. Cette dernière stipule que toute entreprise reconnue coupable de violation de la loi WARN "est responsable envers chaque employé lésé d'un montant comprenant les arriérés de salaire et les avantages sociaux pour la période de violation, jusqu'à 60 jours". C'est beaucoup d'argent qui est dû à beaucoup d'employés si Musk ne parvient pas à s'en sortir - il suffit de l'ajouter à la montagne de dettes que lui et ses financiers ont contractées avec l'achat, ce qui est certainement excellent pour l'avenir de la place publique privée d'Internet.

Dans le même temps, la plainte rappelle au tribunal que Musk a déjà licencié des employés sans préavis, faisant référence aux licenciements de Tesla. Tesla, dont Musk, le principal actionnaire, a été poursuivi par d'anciens employés après un licenciement collectif en juin 2022. Dans cette affaire, Musk a ordonné aux dirigeants de Tesla de mettre en pause toutes les embauches et de se préparer à des suppressions de postes. Les employés n'ont jamais été prévenus et des centaines d'entre eux auraient été licenciés quelques semaines plus tard. Les avocats représentant deux travailleurs de Tesla ont intenté un procès contre Tesla pour non-respect de la loi WARN.

En 2014, des employés de SpaceX ont intenté une action en justice à la suite d'un licenciement collectif dans l'usine de l'entreprise à Hawthorne, en Californie. SpaceX a réglé son litige WARN en 2016 avec un versement de 4 millions de dollars réparti entre 4 100 employés. La nouvelle action contre Twitter indique que selon les termes de l'accord de rachat, Musk avait accepté de maintenir inchangés la rémunération et les avantages des employés. Cela signifie que les employés licenciés devraient recevoir 60 jours de salaire et la valeur en espèces des actions qu'ils devaient recevoir dans les trois mois suivants leur dernière date de travail dans l'entreprise.

« Elon Musk, l'homme le plus riche du monde, a clairement indiqué qu'il pensait que se conformer aux lois fédérales sur le travail était "insignifiant". Nous avons déposé cette plainte fédérale pour nous assurer que Twitter doit être tenu responsable de nos lois et pour empêcher les employés de Twitter de renoncer à leurs droits sans le savoir. Les employés doivent être très prudents avant de signer ce qu'on leur propose. Nous sommes prêts à déposer des plaintes au nom des employés de Twitter qui sont licenciés sans préavis ni indemnité de licenciement », a déclaré Shannon Liss-Riordan, l'un des avocats qui ont déposé la plainte.

« Par ailleurs, nous enquêtons pour savoir si Twitter a tenté de se soustraire à ses obligations de paiement des stock-options qu'il doit aux employés en les licenciant maintenant », a-t-elle ajouté. Selon les critiques, le processus de licenciement de l'entreprise a été chaotique et mené à froid. Au lieu d'être informés personnellement, les employés de Twitter ont été informés qu'ils recevraient un e-mail avec une mise à jour de leur statut d'emploi le vendredi à 9h. S'ils avaient toujours un emploi, l'e-mail arriverait dans leur boîte de réception professionnelle. Sinon ils recevraient un courriel personnel, l'accès aux systèmes internes ayant été coupé.

Sources : Casey Newton, Elon Musk, Yoel Roth

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette situation ?
Est-elle une illustration d'un éventuel chaos régnant au niveau de la direction actuelle, symptomatique d'autres choses ou cet incident doit-il être classé dans la case "ça arrive" ?
À la place de ces employés virés par erreur, seriez-vous retournés travailler à Twitter tout de même ? Auriez-vous demandé à modifier votre contrat ? Pourquoi ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 20:50
Enfin... Les devs dans le monde entier ont les même habitudes.

Tu ne peux pas les prendre pour des divas pendant 5 ans et leur proposer l esclavage facilement.

En plus, les bons ont souvent des opportunités quoi qu'il arrive et parfois assez d'argent pour créer leurs opportunités.

Bref avec ce genre de message il va sûrement arriver a un tiers qui reste.. mais ça m'étonnerait qu'il garde les meilleurs.

Et attendons nous a voir pointer un produit twitter like dans les 2 mois par quelques dizaines d'employés le codage a déjà du commencer et je ne doute pas qu'un ou deux fond soit prêt à mettre quelques centaines de millions dedans.

Mastodon de par sa philosophie ne pourra jamais faire l'affaire donc il y a une place a prendre.
13  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 10:25
Je pense que le gars a fait une erreur
Et même en France tous les salariés ont une obligation de retenu et de loyauté envers leur entreprise.
Donc un licenciement aurait été validé je pense.

La il faut regarder le contexte.
On a un mec qui prétend mieux faire que twitter depuis plusieurs années.
A peine arrivé dans une boîte en état correct mais pas top, il mène une politique inhabituelle dont les résultats a court terme sont désastreux.
Au passage, au lieu d'accuser la hiérarchie passée des errements il n hésite pas à mettre en doute les compétences techniques des équipes et la qualité des produits. Or la qualité n'a jamais été un frein sur Twitter.

Il me paraît normal que les équipes lui fasse faux bond.

C'est dailleur pur cela que je pense qu'il va se prendre une belle claque dans les 2 mois avec une faillite retentissante. Parce que sans employé on ne produit plus... Et que sans voix discordante on fonce dans le mur a coup sur.

Je ne donne pas cher de Tesla aussi. Parce que là il est en train de politiser son discours, ce qui aux Etats Unis peut facilement te priver de subventions, de soutien... Et de ventes.

Quand il humilié un député en public... Il ne peut pas gagner derrière.

On verra alors que Tesla est valorisé 10 a 100 fois trop cher.
https://www.lesechos.fr/industrie-se...bourse-1358541

Cette boîte ne peut pas valoir 100 fois plus que Renault. Soyons sérieux.

La chute sera brutale je pense.
11  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 17:44
Du coup, parmi ceux qui sont en congés, ceux qui ne lisent pas leurs courriels du boulot seront automatiquement virés ?

Très peu de développeurs voudront rester chez Twitter. Ceux qui cliqueront sur le lien le feront probablement car ils essaieront de trouver un autre job avant d'être virés.
Plus aucun développeur ne voudra postuler chez Twitter.
Soit Elon Musk est totalement idiot, soit son but est de détruire Twitter.
11  0 
Avatar de SimonKenoby
Membre actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2022 à 11:24
Tiens, je croyais que Elon Musk était un grand défenseur de la liberté d'expression? N'avait-il pas dis il y a quelques moi que n'importe qui pouvait le critiquer? On commence déjà a voir les limites de sa "liberté d'expression".
14  4 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/11/2022 à 20:57
Explique moi pourquoi un dev bon irait bosser
Beaucoup d'heure
Pour un chef impulsif
Sans stratégie compréhensible
En gerant un existant sans soutien

Un bon boulot de dev c'est selon moi
Un projet intéressant
Des collègues intéressants
Une roadmap compréhensible et tenable
Entre 30 et 40h de travail max
Un management a l écoute
Un équilibre vie perso vie pro tenable dans le temps.

Pour moi les devs qui ont le choix fuieront cette ambiance toxique qui ne coche aucune de ces cases.
10  1 
Avatar de natponch
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 12/11/2022 à 11:47
On va plutôt dire qu'il n'en a absolument rien à faire du devenir de twitter et son domaine d'activité d'origine en tant que réseau social. La seule partie qui l'intéresse c'est récupérer son argent à tout prix, qu'il a été "forcé" de dépenser à cause de sa folie des grandeurs et se croire au dessus de tout et tout le monde !
8  0 
Avatar de vohufr
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/11/2022 à 9:57
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je pense que ça va être le chaos chez Twitter pendant encore 6 mois, 1 an, et après l'entreprise sera enfin rentable.
Il faut juste trouver les bonnes idées et les implémenter correctement.
Ben oui, en attendant, observons ce c****** milliardaire jouer avec les emplois de personnes qui doivent vivre et nourrir leur famille.
9  1 
Avatar de PomFritz
Membre averti https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 23:50
ça m'a toujours bien fait marrer ces grands patrons donneurs de leçons sur le temps de travail. Ces types ont une armée de personnel qui s'occupe tous leurs petits problèmes sur un simple claquement de doigt. Beaucoup de gens pourraient en faire plus dans les mêmes conditions. Il faut faire attention à l'intérêt que sucite ce genre de taré qui risque de faire école pour s'aligner.
8  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/11/2022 à 8:45
Et ce qui était prédis continue de se passer.

Quand les équipes coeur et les senior qui pilote et coach tout le monde s'en vont... Tu es dans la merde comme manager.

C'est pas avec des junior ou les employés qui ne trouvent rien de mieux que tu crée un produit exceptionnel.

L'exemple de toxicité ce la relation mise en place en quelques jours est presque jouissif. Ça devrait couper les couilles de tous les managers mettant EM sur un piédestal.

Au final... Un manager sans son équipe ne peut pas grand chose.
8  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 20/11/2022 à 10:03
Au passage ça commence à râler chez les employés de twitter en Europe.
Il semble que recevoir un email disant

Conformément à votre volonté exprimée en ne cliquant pas sur "yes" dans l'email... Vous êtes licencié avec un préavis de 3 mois...

Ne soit pas une procédure de licenciement valide.

Sans rire.

Au passage ça démontre encore le modèle toxique de management.
Alors qu'il devrait s'activer a réussir la séparation avec les employés et gérer la boîte... Pour lui éviter de perdre des centaines de millions en procès... Il joue a faire de la code review.

Dans les 2 cas il n'a pas a jouer les petites mains.. mais a mettre en place des moyens pour que ça fonctionne.

Son incapacité a le faire est assez affligeante.

En même temps... Ça occupe vachement cette nouvelle série. Y a plein de rebondissement je trouve!
9  1