IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

TomTom veut se réinventer avec OpenStreetMap : l'entreprise voudrait détrôner Google Maps et devenir le plus grand fournisseur mondial de données de géolocalisation

Le , par Stéphane le calme

101PARTAGES

7  0 
TomTom veut devenir le plus grand fournisseur mondial de données de géolocalisation. Pour ce faire, il s'est lancé dans la création de nouvelles cartes « hyperdétaillées », avec de nouvelles API et SDK en s'appuyant sur les données open source d'OpenStreetMap. Il s'agit donc d'une refonte complète de sa plate-forme cartographique visant à amener l'ensemble de l'industrie à collaborer avec eux lorsqu'ils ont besoin de cartes open source pour travailler.

Des applications de livraison de nourriture comme Deliveroo ou Just Eat aux applications de mobilité urbaine comme Uber, Lyft ou Bolt, en passant par des applications de fitness comme Strava. Toutes ces entreprises ont besoin d'une plate-forme de cartographie pour travailler, mais les options sont actuellement assez limitées. Soit elles optent pour des données open source comme OpenStreetMap, soit elles passent par les arceaux de grandes entreprises comme Google Maps ou Apple Maps.

C'est là qu'intervient le nouveau plan de TomTom. L'entreprise veut devenir le meilleur fournisseur de cartes et de données géolocalisées. Non seulement pour les applications, mais aussi pour les implémentations telles que les systèmes de communication automobile, à la fois pour leurs implémentations numériques et pour les fonctions d'assistance routière et de conduite autonome. De la même manière, elle réfléchit également aux applications de recherche de points de recharge électrique. Les possibilités avec les données géolocalisées sont énormes.

Le fournisseur de cartes, auparavant connu principalement pour être utilisé dans les appareils de navigation, a introduit la plate-forme Tomtom Maps. Il s'agit de la plus grande annonce des 30 ans d'histoire de l'entreprise et même de la version 2.0 de l'entreprise, comme l'écrit Tomtom lui-même. La plate-forme Maps contient une carte entièrement nouvelle et une plate-forme de cartographie, c'est-à-dire pour créer des données cartographiques et un écosystème associé. L'innovation technique la plus importante est probablement l'intégration de plusieurs sources telles que Openstreetmap.


Les cartes numériques et les applications de navigation font désormais partie intégrante non seulement de la façon dont nous nous déplaçons, mais aussi du fonctionnement des entreprises et des industries entières. Pensez-y un instant : les données de géolocalisation sont nécessaires pour que les entreprises de livraison apportent des marchandises à votre porte, pour que les applications de covoiturage vous amènent à destination et pour que les marques automobiles tirent le meilleur parti de leur technologie de systèmes d'assistance à la conduite (ADAS). La liste des exemples s'allonge encore et encore.

Les besoins en services de cartographie basés sur la localisation ont augmenté à tel point que le marché mondial de la carte numérique devrait augmenter de 33,18 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années selon le rapport Global Digital Map Market Report and Forecast 2022-2027.

Quand on pense à un service de cartographie numérique, Google Maps vient immédiatement à l'esprit. Mais sa popularité auprès des consommateurs ne se traduit pas vraiment par une mise en œuvre commerciale transparente.

La plate-forme Google Maps pour les entreprises présente plusieurs inconvénients importants, mais l'un d'eux s'élève au sommet*: sa nature propriétaire et à source fermée. Cela signifie que les options de personnalisation sont limitées et que, par la suite, une entreprise doit travailler avec ce que propose Google.

Au-delà de cela, la vitesse à laquelle l'innovation peut se produire lors de l'utilisation d'une carte propriétaire est limitée par la vitesse de l'entreprise qui la possède et les ressources qu'elle est prête à dépenser.

Pour cette raison, les entreprises se tournent également vers des options open source comme Open Street Map (OSM). Le problème est que cela vient avec moins de couverture et manque de standardisation.


TomTom propose une nouvelle solution

TomTom, spécialiste de la géolocalisation basé aux Pays-Bas, tente de combler cet écart et de combiner le meilleur des deux mondes.

Son objectif est de créer un écosystème de cartographie ouvert et collaboratif qui soutient l'innovation de l'industrie, ce qu'il espère que la plate-forme TomTom Maps pourra réaliser. Cela comprend une nouvelle carte et une base de données associée, une plate-forme de construction pour les cartes et les données de localisation, et un écosystème pour soutenir les partenaires et partager les données.

L'annonce indique : « Les nouvelles cartes offrent une couverture géographique plus large, un ensemble élargi de types de données pris en charge et des cycles de mise à jour plus rapides. La société s'attend à ce que le produit améliore sa position concurrentielle et lui permette de pénétrer de nouveaux marchés ».

Les propres données existantes de Tomtom ne doivent pas seulement être combinées avec les données d'Openstreetmap, mais aussi avec d'autres soi-disant "super sources « telles que les données des capteurs et les données des partenaires. En ouvrant la plate-forme, le fournisseur espère "créer l'environnement nécessaire pour inaugurer une nouvelle vague d'innovation collaborative dans l'industrie ».

Comme Michael Harrell, vice-président de l'ingénierie chez TomTom, l'a illustré lors de la journée des marchés financiers 2022, « maintenant, tous ceux qui utilisent Open Street Map peuvent obtenir la couverture complète du réseau de TomTom ». « Et cela offre une opportunité significative pour tout le monde de collaborer. La plate-forme TomTom Maps fait d'Open Street Map une qualité commerciale prête à l'emploi. Ce que je veux dire par là, c'est que nous allons ajouter toutes les fonctionnalités ou capacités supplémentaires qui empêchent les gens d'utiliser OSM comme la standardisation ».


Un besoin réel

TomTom estime qu'environ 20 % des recherches en ligne nécessitent des données de localisation pour être satisfaites. À mesure que les personnes, les entreprises et les services dépendent davantage des données de localisation et que toutes les industries mentionnées plus haut se développent, ce chiffre augmentera également, selon l'entreprise.

Fortune Business Insights, un cabinet de conseil en études de marché basé à Pune, en Inde, suggère que la croissance sera énorme, prévoyant que le marché mondial des technologies de localisation atteindra une valeur de 66,61 milliards de dollars d'ici 2028. En comparaison, en 2018, le marché était évalué à 16,14 milliards de dollars.

« Les demandes adressées à la carte ne font que croître. La plupart des entreprises ont besoin d'une carte adaptée à leurs cas d'utilisation spécifiques, mais leurs options ne sont pas optimales » a estimé Michael Harrell, VP Software Engineering TomTom Maps.

Les options cartographiques actuelles sont fermées et propriétaires, ce qui limite l'innovation et ralentit le développement de nouvelles applications, fonctionnalités, cas d'utilisation et technologies, explique Harrell. Souvent, les entreprises doivent se plier aux règles du cartographe, plutôt que la carte soit adaptable et ouverte aux besoins de l'entreprise qui construit avec elle.

Le monde manque d'un écosystème de cartographie véritablement ouvert et collaboratif, qui ne suive pas un modèle unique, mais qui soit flexible pour que les entreprises puissent construire en fonction de leurs besoins. Celle qui favorise la collaboration, le partage de données et l'innovation ouverte. Si les demandes croissantes du monde doivent être satisfaites, les développeurs ont besoin d'une meilleure cartographie. Ils ont besoin d'une meilleure carte.

Comment fonctionne la carte ?

Considérez la plate-forme TomTom Maps comme une carte de base sur laquelle n'importe qui peut créer ses produits et services. Cette carte centrale rassemble un pool de contenus provenant d'utilisateurs du monde entier, ainsi qu'une variété d'autres sources, y compris OpenStreetMap, des observations dérivées de capteurs (SDO) de véhicules, des données de sonde et des points d'intérêt partagés (POI).

Selon l'entreprise, ces données seront ensuite ingérées, validées et standardisées. L'utilisation de l'IA et de l'apprentissage automatique offrira également des cycles de mise à jour plus rapides, ainsi qu'une précision et des détails plus élevés.

Les entreprises peuvent également utiliser des outils pour intégrer des sources de données supplémentaires, modifier la carte ou signaler et corriger les modifications. Les données cartographiques peuvent également être prises en compte dans leurs processus et systèmes via des API ou des données non compilées, offrant le potentiel de plus de choix sur l'utilisation de la carte.

Qu'est-ce que cela signifie pour TomTom ?

Selon la société, la plate-forme Maps lui permettra d'accélérer la croissance de l'industrie automobile et des entreprises, soutenant son ambition de générer des revenus de technologie de localisation de 600 millions d'euros au cours des trois prochaines années.

Plus important encore, il a le potentiel d'accroître la compétitivité.

« Nous parlons de rassembler les ressources de toutes les différentes entreprises qui veulent jouer dans le même écosystème et cela va considérablement accélérer la cartographie », a déclaré Harrell.

« La plate-forme de cartes de TomTom est la première solution de cartographie propriétaire qui englobe la cartographie ouverte, réunissant le meilleur de ces mondes. C'est ainsi que nous avons battu Google et la concurrence. Avec les données des capteurs et des algorithmes uniques pour des cas d'utilisation spécialisés, la cartographie ne peut plus se faire seule.*»

Harrell a poursuivi : « La nouvelle plate-forme rassemble les ressources collectives du monde sur une carte non différenciée et permet à chacun de concentrer ses efforts là où cela compte. Mais même Google ne peut pas aller à l'encontre des ressources collectives du monde ».

La société prévoit de déployer sa plate-forme au deuxième trimestre de 2023 et nous sommes ravis de voir si elle déplacera le marché de la cartographie numérique et en arrachera le contrôle à la Silicon Valley.

Source : TomTom

Et vous ?

Quel service de cartographie utilisez-vous ?
Que pensez-vous de ce projet ?
Open Street Map est-il, selon vous, une bonne orientation ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !