IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les passagers des accidents mortels du Boeing 737 MAX sont des « victimes d'actes criminels », selon un juge
Qui estime que le fait d'avoir menti sur les failles du logiciel MCAS change la donne

Le , par Stéphane le calme

541PARTAGES

10  0 
Un juge américain du Texas a statué vendredi que les personnes tuées dans deux accidents de Boeing 737 Max sont légalement considérées comme des « victimes d'actes criminels », une désignation qui déterminera les réparations à imposer.

Boeing n'a pas divulgué à la FAA les détails clés d'un système logiciel de sécurité appelé MCAS, qui était lié à la fois aux accidents mortels et conçu pour aider à contrer une tendance du Max à se diriger vers le bas. « Si Boeing n'avait pas commis son crime », les pilotes en Éthiopie et en Indonésie auraient « reçu une formation adéquate pour répondre à l'activation du MCAS qui s'est produite sur les deux avions », a estimé le juge O'Connor.


En décembre, des proches de victimes de l'accident ont déclaré que le ministère américain de la Justice avait violé leurs droits légaux lorsqu'il avait conclu un accord de poursuites différées en janvier 2021 avec l'avionneur pour deux accidents qui avaient tué 346 personnes.

Les familles ont fait valoir que le gouvernement « avait menti et violé leurs droits par le biais d'un processus secret » et ont demandé au juge de district américain Reed O'Connor d'annuler l'immunité de Boeing contre les poursuites pénales - qui faisait partie de l'accord de 2,5 milliards de dollars - et d'ordonner que l'avionneur soit publiquement poursuivi pour crime.

O'Connor a statué vendredi « qu'en somme, sans le complot criminel de Boeing pour frauder la FAA (Federal Aviation Administration), 346 personnes n'auraient pas perdu la vie dans les accidents ».

Paul Cassell, un avocat des familles, a déclaré que la décision « est une formidable victoire » et « prépare le terrain pour une audience cruciale, où nous présenterons des propositions de recours qui permettront aux poursuites pénales de tenir Boeing pleinement responsable ».

Après que les familles ont intenté une action en justice en affirmant que leurs droits avaient été violés en vertu de la loi sur les droits des victimes d'actes criminels, le procureur général Merrick Garland a rencontré certains d'entre eux, mais a maintenu l'accord de plaidoyer, qui comprenait une amende de 244 millions de dollars, une indemnisation de 1,77 milliard de dollars pour les compagnies aériennes et un Fonds de 500 millions de dollars pour les victimes de l'accident.

L'accord a clôturé une enquête de 21 mois sur la conception et le développement du 737 Max à la suite des accidents mortels en Indonésie et en Éthiopie en 2018 et 2019. Les accidents, qui ont coûté à Boeing plus de 20 milliards de dollars en indemnités, en coûts de production et en amendes, et ont conduit à l'immobilisation de 20 mois de l'avion le plus vendu, ont incité le Congrès à adopter une législation réformant la certification des avions de la FAA.

Boeing souhaite que le Congrès renonce à un délai de décembre imposé par la législation pour que la FAA certifie les Max 7 et Max 10. Après cette date, tous les avions devront disposer de systèmes d'alerte de cockpit modernes, ce que les 737 avions n'ont pas.


Accidents mortels du 737 Max : des ingénieurs mis à l'écart, une pénurie d'expertise

Le rapport Aviation Whistleblower publié début décembre par un comité du Sénat américain cite de nombreuses lacunes en matière de surveillance au sein du gouvernement et de l'industrie aéronautique. Le rapport a été produit à la demande du Comité sénatorial du commerce, des sciences et des transports en réponse à deux accidents de Boeing 737 Max en 2018 et 2019 qui ont fait 346 morts. Il est basé sur les témoignages de sept lanceurs d'alerte de l'industrie de Boeing, GE et de la Federal Aviation Administration (FAA).

Boeing a conçu le 737 Max pour concurrencer l'Airbus A320neo. Afin d'atteindre un rendement énergétique comparable, Boeing a essentiellement installé de nouveaux moteurs sur la cellule existante du 737, ce qui a permis à l'avion de passagers d'éviter de passer par un nouveau processus d'approbation réglementaire.

Le 737 Max résultant, cependant, avait des caractéristiques de conduite différentes de celles du 737, et Boeing a tenté de compenser en ajoutant une couche logicielle appelée MCAS, le système d'augmentation des caractéristiques de manœuvre.

Le MCAS ajuste la position de l'avion, en réglant les surfaces de contrôle de l'avion pour maintenir une position définie. Il a été conçu pour le faire sur la base d'une entrée d'un seul capteur d'angle d'attaque, par rapport à trois capteurs dans le modèle Airbus comparable. Et cela s'est avéré désastreux.

En 2019, un avion 737 Max exploité par Ethiopian Airlines s'est écrasé cinq mois seulement après qu'un autre avion appartenant à l'Indonésie, Lion Air 610 (un 737 Max), a plongé dans la mer. Les enquêteurs ont découvert qu'à ces deux occasions, un capteur défectueux a provoqué un déclenchement erroné du système automatique anti-décrochage, le « Maneuvering Characteristics Augmentation System » (MCAS), forçant l'avion à piquer du nez. Les pilotes de Lion Air et d'Ethiopian Airlines se sont battus pour redresser leurs jets, mais ont été dépassés par le système automatique à chaque fois qu'ils ont essayé.

En 2019, les pilotes du vol 302 d'Ethiopian Airlines, également un 737 Max, ont tenté de contrer les effets du MCAS mais n'ont pas pu déplacer physiquement la roue de compensation mécanique en raison de la force aérodynamique de la plongée vers le sol.

Boeing a conclu en janvier 2021 un règlement de 2,5 milliards de dollars d'amendes et d'indemnisations avec le ministère américain de la Justice, qui comprenait un fonds de 500 millions de dollars pour indemniser les familles des 346 victimes des deux accidents du 737 Max. Le fabricant n'a cependant pas reconnu immédiatement sa culpabilité, ce qui l'aurait empêché de recevoir de futurs contrats gouvernementaux. Au lieu de cela, il a conclu un accord de poursuite différée.

Mais en novembre, pour faire suite à des rapports qui mettaient en évidence les défaillances dans la conception de l'avion, l'américain a été forcé de l'admettre.

Un porte-parole de Boeing a déclaré : « Boeing s'engage à faire en sorte que toutes les familles qui ont perdu des êtres chers dans les accidents soient entièrement et équitablement indemnisées pour leur perte. L'accord déposé auprès du tribunal est une étape importante dans ce processus. En acceptant la responsabilité, l'accord de Boeing avec les familles permet aux parties de concentrer leurs efforts sur la détermination de l'indemnisation appropriée pour chaque famille. »

Les proches britanniques de l'une des victimes ont salué l'aveu de responsabilité de Boeing. Mark Pegram, le père de Sam Pegram, un travailleur humanitaire décédé dans l'accident, a déclaré à la BBC : « Le principal point positif pour nous est que Boeing admet sa responsabilité et ne rejette pas la responsabilité sur Ethiopian Airlines ou les pilotes ».

Aucun dirigeant d'entreprise ne risque d'emprisonnement pour l'inconduite reconnue par l'entreprise. Boeing a licencié le PDG Dennis Muilenburg fin 2019 pour les accidents du 737 Max et il est parti avec 62 millions de dollars d'indemnisation.

L'ancien pilote technique en chef de Boeing inculpé pour fraude

Le ministère de la Justice a inculpé en octobre Mark A. Forkner, un ancien pilote technique en chef du Boeing 737 Max, pour fraude. Le gouvernement soutient que Forkner a fourni à la FAA des informations fausses, inexactes et incomplètes sur le MCAS, ce qui a conduit aux malentendus qui ont contribué aux deux accidents.

Le 14 octobre 2021, le ministère de la Justice a inculpé l'ancien pilote technique en chef de Boeing pour fraude. Mark A. Forkner est accusé d'avoir trompé le groupe d'évaluation des aéronefs de la Federal Aviation Administration dans le cadre de son évaluation de l'avion 737 Max de Boeing et d'avoir comploté pour frauder les clients de la compagnie aérienne américaine de Boeing afin d'obtenir des dizaines de millions de dollars pour Boeing. Comme allégué dans l'acte d'accusation, Forkner a fourni à l'agence des informations matériellement fausses, inexactes et incomplètes sur une nouvelle partie des commandes de vol du Boeing 737 Max appelée Système d'augmentation des caractéristiques de manœuvre (MCAS).

« Pour tenter d'économiser de l'argent pour Boeing, Forkner aurait caché des informations critiques aux régulateurs », a déclaré le procureur américain par intérim Chad E. Meacham pour le district nord du Texas. « Son choix impitoyable d'induire la FAA en erreur a entravé la capacité de l'agence à protéger le public volant et a laissé les pilotes dans l'embarras, manquant d'informations sur certaines commandes de vol du 737 Max. Le ministère de la Justice ne tolérera pas la fraude, en particulier dans les secteurs où les enjeux sont si importants ».

« Forkner aurait caché des informations cruciales sur le Boeing 737 Max et trompé la FAA, montrant un mépris flagrant pour ses responsabilités et la sécurité des clients et des équipages des compagnies aériennes », a déclaré le directeur adjoint Calvin Shivers du FBI. « Le FBI continuera de détenir des individus comme Forker. responsables de leurs actes frauduleux qui portent atteinte à la sécurité publique ».

200 millions de dollars seront versés aux investisseurs

Suite aux deux accidents mortels d'avions de ligne 737 Max, Boeing paiera 200 millions de dollars et le PDG de l'époque, Dennis Muilenburg, paiera 1 million de dollars pour régler les accusations d'investisseurs trompés, a annoncé la Securities and Exchange Commission le mois dernier.

« En temps de crise et de tragédie, il est particulièrement important que les entreprises publiques et les dirigeants fournissent des informations complètes, justes et véridiques aux marchés. La société Boeing et son ancien PDG, Dennis Muilenburg, ont manqué à cette obligation la plus élémentaire », a déclaré Gary Gensler, président de la SEC, dans un communiqué.

« Boeing et Muilenburg ont fait passer les bénéfices avant les gens en trompant les investisseurs sur la sécurité du 737 Max dans le but de réhabiliter l'image de Boeing après les accidents », a déclaré Gurbir Grewal, directeur de la division de l'application de la loi de la SEC.

Boeing a déclaré avoir apporté « des changements larges et profonds dans notre entreprise en réponse à ces accidents » pour améliorer la sécurité et la qualité.

« Le règlement d'aujourd'hui fait partie des efforts plus larges de la société pour résoudre de manière responsable les questions juridiques en suspens liées aux accidents du 737 Max d'une manière qui sert au mieux les intérêts de nos actionnaires, employés et autres parties prenantes », a déclaré Boeing dans un communiqué.

Ni Boeing ni Muilenburg n'ont admis ni nié les conclusions de la SEC, a indiqué l'agence.

Source : décision de justice

Et vous ?

Que pensez-vous du fait que Boeing et son ancien PDG décident de payer les investisseurs tout en niant avoir commis un acte répréhensible ?
Que pensez-vous du fait que les victimes sont désormais considérées comme victimes d'un acte criminel ? Êtes-vous d'accord avec cette conclusion du juge ? Pourquoi ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/10/2022 à 9:19
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous du fait que les victimes sont désormais considérées comme victimes d'un acte criminel ? Êtes-vous d'accord avec cette conclusion du juge ? Pourquoi ?
Oui je pense que dans le cas présent on peut parler d'acte criminel.

Boeing voulait en urgence répondre à l'Airbus A320neo, il a remplacé le moteur à l'arrache, ce qui a modifié plein de caractéristiques de l'avion, puis a développé un logiciel pour essayer de corriger le truc.
La FAA n'a pas fait son job. Si elle avait contrôlé cette avion elle aurait trouvé le MCAS. Il existe un protocole, des règles de sécurité. Ça peut être dangereux un avion, les constructeurs ne devraient pas faire n'importe quoi.

En plus les pilotes n'ont pas été formé, sinon ils auraient tous compris ce qu'il se passait et comment désactiver le MCAS.
Tous les crashs auraient pu être évités.

====
J'ai un peu l'impression que les agences gouvernementales US, tolèrent tout quand une grosse compagnie US est menacée par une compagnie étrangère.
Ici ça s'est un peu retourné contre eux, puisque l'image de Boeing a été un tout petit peu ternie.
6  1 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/10/2022 à 14:23
Citation Envoyé par totozor Voir le message
La méthode rache (que je ne connaissais pas) semble être du jmenfoutisme.
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est surtout une blague
C'est tellement n'importe quoi le projet 737 Max que ça me fait penser à ça.
@totozor

C'est employé historiquement dans le langage IT (avant internet grand public) pour destresser avec humour quand - malgré tous nos efforts professionnels dans les règles de l'art - les projets vont de travers, voir ci-après :

«La RACHE est-elle une méthode normalisée ?
Oui, tout à fait ! La RACHE est certifiée par l'Organisation internationale de normalisation conforme à l'ISO-1664»

Source : faq - La Méthode R.A.C.H.E - International Institute of La RACHE
1  0 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/10/2022 à 12:43
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous du fait que les victimes sont désormais considérées comme victimes d'un acte criminel ? Êtes-vous d'accord avec cette conclusion du juge ? Pourquoi ?
C'est un sujet épineux mais globalement quelqu'un savait que l'évolution du MCAS était un risque potentiel pour le vol des 737 Max, il en a informé sa hiérarchie. On peut considérer ça comme un acte criminel. C'est, de mon point de vue, un acte irresponsable dont sont probablement responsables plusieurs personnes chez Boeing.

Je ne suis pas sûr que la FAA n'a pas fait son travail.
Le dossier de justification de Boeing peut être suffisamment solide pour que la FAA soit passé à côté de la faille.
Nul doute que les normes se sont resserrées depuis.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
En plus les pilotes n'ont pas été formé, sinon ils auraient tous compris ce qu'il se passait et comment désactiver le MCAS.
C'est un des paradoxes de l'aviation moderne, les pilotes sont formés à appliquer des procédures et non à résoudre des problèmes.
Ce qui sauve des vies quand le pilote interprète mal les signaux qu'il reçoit.
Ce qui en condamne d'autres quand ce qu'il se passe ne correspond pas aux cas d'usages.
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
J'ai un peu l'impression que les agences gouvernementales US, tolèrent tout quand une grosse compagnie US est menacée par une compagnie étrangère.
Ici ça s'est un peu retourné contre eux, puisque l'image de Boeing a été un tout petit peu ternie.
Ca ne se retourne pas que contre Boeing mais aussi contre la FAA, qui à l'époque challengeait son homologue Européenne et qui se prononce bien moins sur le sujet.
1  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/10/2022 à 13:28
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Ca ne se retourne pas que contre Boeing mais aussi contre la FAA, qui à l'époque challengeait son homologue Européenne et qui se prononce bien moins sur le sujet.
C'est quand même dingue de voir que les USA sont prêt à risquer des centaines de vies juste pour éviter qu'une entreprise US se fasse dépasser dans un sous domaine par une entreprise européenne. (c'est pas grave si dans un domaine le meilleur avion c'est un Airbus et pas un Boeing)

Boeing et la FAA ont du se dire qu'il n'y avait pas de risque, qu'il n'y aurait jamais de problème, qu'aucun crash n'aurait lieu.
Ils ont perdu leur pari.

Les chefs de projet du 737 Max ont du utiliser une méthode de gestion de projet proche de la méthode R.A.C.H.E.
Au lieu de concevoir proprement un nouvel avion, ils ont juste changé le moteur et bricolé un logiciel pour corriger le truc.
C'est n'importe quoi.

Les USA sont prêt à tout pour écraser les nations européennes.
1  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/10/2022 à 9:15
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Boeing connaissait le risque, elle a décidé de le prendre.
Je pense qu'ils devaient avoir confiance dans le MCAS.
Ça m'étonnerait que des cadres de Boeing se soient dit "plusieurs 737 Max devraient se crasher, mais dans l'ensemble ça ira".
Cela dit, si les pilotes avaient été formés au 737 Max ils auraient probablement tous pu éviter le crash.

Citation Envoyé par totozor Voir le message
La méthode rache (que je ne connaissais pas) semble être
C'est surtout une blague
C'est tellement n'importe quoi le projet 737 Max que ça me fait penser à ça.

Citation Envoyé par totozor Voir le message
Les USA sont plus dans le "t'es con, t'assumes", si tu fais ce qui est interdit tu assumes le risque. Tu as le droit de faire voler un Boeing non certifié mais tu es seul responsable du risque pris (Boeing ne l'est pas).
En principe ça ne fonctionne pas comme ça.
Si la FAA avait fait correctement son job, le Boeing 737 Max n'aurait jamais été autorisé à voler.
Peut-être que l'ASEA aurait également pu interdire le 737 Max de vol.
Il existe des organismes qui doivent contrôler chaque modèle d'avion avant de l'autoriser à voler.

Les gars ont déplacé le centre de gravité de l'avion, apparemment ça a une incidence.
Pour faire évoluer son 737, l'avionneur américain a installé des moteurs plus puissants donc plus lourds.

"Ils sont positionnés un peu en avant sur l'appareil par rapport à ceux qui étaient sur l'ancienne génération d'avion", poursuit M. Merluzeau.

Il a donc fallu modifier légèrement le design de l'avion tout en le protégeant d'un risque plus élevé de décrochage, explique un autre expert aéronautique qui a requis l'anonymat.

"Afin de contrer cette caractéristique fâcheuse, le MCAS a été développé", ajoute-t-il.

Source : lien
1  1 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/10/2022 à 15:41
J'ai connu un excellent outil qualité Lean dont l'objectif est d'éviter les gâchis de temps : le 5C
C'est Con mais C'est Comme Ca
1  1 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 25/10/2022 à 8:06
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Boeing et la FAA ont du se dire qu'il n'y avait pas de risque, qu'il n'y aurait jamais de problème, qu'aucun crash n'aurait lieu.
Ils ont perdu leur pari.
Boeing connaissait le risque, elle a décidé de le prendre.
La question est a-t-elle mis la FAA dans la boucle de décision ou a-t-elle constitué un dossier qui masquait suffisamment bien ce risque?
Le scenario où la FAA est passé à côté du risque en faisant bien son travail existe et n'est pas improbable.
Ceci dit il existe aussi dans l'aéronautique des légendes de la FAA qui change des normes aéronautiques pour que tel ou tel avion soit certifié facilement.
Les chefs de projet du 737 Max ont du utiliser une méthode de gestion de projet proche de la méthode R.A.C.H.E.
Au lieu de concevoir proprement un nouvel avion, ils ont juste changé le moteur et bricolé un logiciel pour corriger le truc.
C'est n'importe quoi.
La méthode rache (que je ne connaissais pas) semble être du jmenfoutisme.
Je penses que ce n'est pas le cas du 737 Max, qui est un projet qui a été géré pour respecter les contraintes projets (cout, qualité, délai) avant les contraintes techniques.
Mais scoop : sans respect de la technique même le meilleur projet est un échec à la mise en production.
Le chef de projet du 737 Max n'est pas passé à côté du risque, il en a eu connaissance et a décidé de le masquer activement. Sinon la FAA n'aurait pas certifié l'avion, même si elle était au courant de la combine elle aurait exigé un dossier suffisamment solide pour limiter son propre risque.
Les USA sont prêt à tout pour écraser les nations européennes.
Ils ont bien tort dans le cadre de l'aéronautique, Airbus et Boeing sont dans un duopole bien confortable. Ouvrir la porte à la concurrence est une erreur.

C'est aussi révélateur de la différence de philosophie entre l'Europe et les USA.
L'Europe est très responsabilisante et donc réticente au risque, tu n'as le droit de faire que ce qui est autorisé. Tu n'as pas le droit de faire voler un Airbus non certifié.
Les USA sont plus dans le "t'es con, t'assumes", si tu fais ce qui est interdit tu assumes le risque. Tu as le droit de faire voler un Boeing non certifié mais tu es seul responsable du risque pris (Boeing ne l'est pas). Risque qui est plus facile à prendre quand tu n'es pas dans l'avion.

C'est une des raisons de l'avancée plus rapide des USA dans les technologies mais tout ça se fait parfois au prix de vies de personnes.
L'Européen et l'individu que je suis estime que cette accélération n'en vaut pas le cout, mais je n'ai ni le pouvoir ni l'argent de M. Boeing, de Bezos ou de Musk.
0  1 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/10/2022 à 8:47
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je pense qu'ils devaient avoir confiance dans le MCAS.
Ça m'étonnerait que des cadres de Boeing se soient dit "plusieurs 737 Max devraient se crasher, mais dans l'ensemble ça ira".
Non, par contre ils ont probablement abordé la situation comme une course contre la montre. Dans laquelle ils ont préféré concevoir un avion mal équilibré et de compenser ça avec un logiciel plutôt que d'équilibrer un avion qui volera naturellement mieux.
Et de prouver que le MCAS est suffisamment infaillible pour ne pas prendre une somme de mesure de sécurité (dont la formation des pilotes)

Je penses que c'est le résultat d'une société qui met le planning avant la technique, de mauvaise gestion des risques et de prétention d'ingénieur.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
En principe ça ne fonctionne pas comme ça.
Si la FAA avait fait correctement son job, le Boeing 737 Max n'aurait jamais été autorisé à voler.
Peut-être que l'ASEA aurait également pu interdire le 737 Max de vol.
Il existe des organismes qui doivent contrôler chaque modèle d'avion avant de l'autoriser à voler.
Les organismes de certification vérifient plus que tous les points critiques sont abordés et justifiés, sur base de documents de l'avionneur.
Donc si Boeing a bien justifié que le MCAS est suffisant je ne suis pas étonné que la FAA soit passé à côté du risque.
La FAA et l'EASA ont (avaient) un partenariat de délégation, si l'un certifie l'autre aussi (sous condition). D'ailleurs si mes souvenirs sont bons la FAA envisageait de rompre ce partenariat peu avant la crise du 737 Max. Ils se font beaucoup plus discrets sur le sujet depuis.
Là où je te rejoins très facilement est qu'ils soient passé outre la formation des pilotes.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Les gars ont déplacé le centre de gravité de l'avion, apparemment ça a une incidence.
Oui, l'équilibre de l'avion est super important. Avoir un avion équilibré résout une infinité de difficultés.
Si on transposait ça à l'automobile ça consisterait à rapprocher les roues avant et arrière.
0  1