IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Iran coupe l'accès à l'Internet mobile au milieu des manifestations qui secouent le pays,
Et accuse les États-Unis d'aggraver la crise en assouplissant les sanctions relatives à l'Internet iranien

Le , par Bill Fassinou

78PARTAGES

6  0 
L'Iran a coupé de façon intermittente la semaine dernière l'Internet mobile, notamment l'accès à des applications de messagerie telles que WhatsApp et Instagram, au milieu des protestations suscitées par la mort en garde à vue de Mahsa Amini. D'autres applications de messagerie telles que Telegram, YouTube et TikTok ont également été périodiquement fermées. En outre, les autorités iraniennes ont déclaré samedi que la décision des États-Unis d'assouplir les sanctions relatives à Internet contre l'Iran fait partie de leur position hostile. Téhéran a laissé entendre que cette décision aggrave la crise qui secoue le pays.

La mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une jeune femme kurde de 22 ans, en garde à vue après avoir été arrêtée par la police des mœurs de l'Iran a suscité un tollé dans le pays et déclenché une vague de manifestations. Pour contrer la menace et empêcher les protestations de gagner tout le pays, les autorités iraniennes ont fait le choix de restreindre l'accès à Internet, voire de le couper temporairement dans certaines conditions. Le groupe de surveillance d'Internet NetBlocks, basé à Londres, a déclaré lundi dernier qu'Instagram et WhatsApp - deux des principaux outils de communication que l'Iran autorise habituellement - avaient été restreints.

« Instagram et WhatsApp, deux des dernières plateformes internationales en Iran, ont fait l'objet de restrictions nationales à partir du mercredi 21 septembre, suivies d'une fermeture des réseaux mobiles à l'échelle nationale. Malgré le rétablissement temporaire du service Internet mobile depuis jeudi matin, les plateformes en ligne sont restées restreintes et la connectivité est intermittente pour de nombreux utilisateurs. L'Internet mobile a été perturbé pour un troisième jour vendredi », a déclaré NetBlocks dans un rapport. Selon ce dernier, cette catégorie de perturbation d'Internet affecte la connectivité au niveau de la couche réseau.



Cela signifie qu'elle ne peut généralement pas être contournée par l'utilisation de logiciels de contournement ou de VPN. Le rapport indique également que d'autres plateformes, telles que Twitter, Facebook et YouTube, sont interdites depuis plusieurs années. Le mercredi 21 septembre 2022, NetBlocks a mis à jour son rapport et a indiqué que les restrictions concernant les plateformes de communication en ligne sont en vigueur à l'échelle nationale et ont été étendues à LinkedIn et Skype pour les jours suivants. Les réseaux mobiles, y compris MCI, le principal opérateur de téléphonie mobile en Iran, ont ensuite été perturbés.

Cela a laissé de nombreux utilisateurs d'Internet complètement hors ligne dans un pays qui dépend fortement des services mobiles. Selon NetBlocks, les perturbations mobiles se sont poursuivies quotidiennement jusqu'à vendredi 23 septembre, à la manière d'un couvre-feu, tandis que les restrictions sur les plateformes sont restées en place. WhatsApp a déclaré qu'elle travaillait pour que les utilisateurs iraniens restent connectés. Mais des utilisateurs d'Instagram ont partagé leurs preuves que le contenu soutenant les protestations iraniennes avait été bloqué par Meta, accusant le propriétaire de Facebook, Instagram et WhatsApp de censure.

Les autorités iraniennes affirment que la police n'a pas agressé physiquement Mahsa Amini pendant sa garde à vue - la police affirme que Mahsa Amini a eu une crise cardiaque et qu'elle est décédée à l'hôpital - mais sa famille a mis en doute ce récit, affirmant que la jeune femme n'avait pas d'antécédents cardiaques et qu'elle avait des bleus sur les jambes. Dans la foulée des protestations, des vidéos montrant des foules acclamant des femmes mettant le feu à leur foulard - obligatoire en vertu des lois sur le hijab du régime clérical - et la police frappant violemment des manifestants, y compris des femmes, ont fait le tour des réseaux sociaux.

Le ministre iranien des Communications a imputé ces perturbations à des raisons de sécurité. Dans le même temps, les autorités iraniennes ont critiqué samedi la décision des États-Unis de faire des exceptions aux sanctions afin d'aider à fournir Internet aux Iraniens pendant les manifestations nationales. « En réduisant la sévérité d'un certain nombre de sanctions en matière de communication - tout en maintenant une pression maximale - les États-Unis cherchent à faire avancer leurs objectifs contre l'Iran », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, cité par les médias d'État.



L'administration Biden a délivré une licence pour assouplir les sanctions sur les services Internet en Iran, estimant que cette décision vise à "soutenir la libre circulation de l'information" pour les Iraniens dans un contexte de manifestations antigouvernementales généralisées. Dans un communiqué de presse vendredi, le département américain du Trésor a déclaré que cette décision faisait suite à la décision des autorités iraniennes de bloquer l'accès à Internet dans le pays afin de perturber les manifestations et "d'empêcher le monde d'assister à la répression violente de manifestants pacifiques".

« Avec ces changements, nous aidons le peuple iranien à être mieux équipé afin de contrer les efforts du gouvernement pour le surveiller et le censurer », a déclaré le secrétaire adjoint au Trésor, Wally Adeyemo, dans le communiqué. De son côté, Signal, une application de messagerie fortement chiffrée également bloquée dans la nation islamique, tente d'aider les Iraniens à contourner la censure iranienne afin d'accéder de nouveau à l'application de messagerie chiffrée. Signal a lancé un appel aux personnes se trouvant à l'étranger pour qu'elles mettent en place des serveurs proxy après que le service a été interdit en Iran.

Le groupe d'hacktivistes Anonymous participe également à la protestation. Le groupe a annoncé la semaine dernière avoir piraté des sites Web de l'État iranien et plus de 300 caméras de surveillance. Le groupe a lancé une opération contre l'infrastructure en ligne de l'Iran. Baptisée OpIran (Operation Iran), le modus operandi de l'opération comprend des attaques DDoS, des violations de données, des attaques d'ingénierie sociale, des tutoriels rapides sur la manière de déjouer la censure de l'État en utilisant le navigateur Tor, et d'échapper aux arrestations par la police.

Certains comptes d'Anonymous ont affirmé avoir mené des attaques destructrices sur des sites iraniens de premier plan, notamment en supprimant les bases de données associées au site du porte-parole du gouvernement, bien qu'aucune preuve n'ait été fournie à l'appui de ces affirmations. Depuis le lancement d'OpIran, Anonymous a revendiqué une série d'attaques DDoS contre des institutions publiques iraniennes. Parmi celles-ci, citons les suivantes :

  • le portail du gouvernement national d'Iran (Iran.gov.ir) ;
  • le site Web officiel de la Banque centrale d'Iran (Cbi.ir) ;
  • le site officiel du bureau du porte-parole du gouvernement (Dolat.ir) ;
  • le site officiel d'Ali Khamenei, le Guide suprême de l'Iran (Khamenei.ir) ;
  • le site officiel de l'agence de presse d'État iranienne IRIB News Agency (Iribnews.ir).


Enfin, il faut également noter que l'Iran a été confronté à une série de perturbations du réseau ces dernières années, certaines étant attribuées à des facteurs externes, d'autres au contrôle de l'information par l'État ou à des fermetures ciblées d'Internet. Notamment, en novembre 2019, l'Iran a fermé l'accès à Internet à l'échelle nationale au milieu de vastes manifestations publiques. Dans ce cas, les utilisateurs ont progressivement retrouvé l'accès, la connectivité ayant été rétablie de manière sélective après une semaine de coupures quasi-totales.

Sources : NetBlocks, communiqué du Trésor américain

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la coupure d'Internet par l'Iran pour freiner les manifestations ?
Que pensez-vous de la décision des États-Unis d'assouplir leurs sanctions sur l'Internet iranien pour aider les Iraniens ?

Voir aussi

Anonymous affirme avoir piraté des sites Web de l'État iranien et plus de 300 caméras de surveillance, et Signal propose aux Iraniens d'utiliser des proxies pour échapper à la censure

Bloqué par l'Iran, Signal mise sur la décentralisation des serveurs comme solution de contournement et demande aux utilisateurs du monde entier de configurer des serveurs proxy

GitHub bloque les utilisateurs de Crimée et d'Iran à cause des sanctions US, l'open source doit-il souffrir de la politique de Trump ?

Pour l'Iran, la réponse à l'épidémie du coronavirus est de couper l'Internet, une initiative du gouvernement pour garder la mainmise sur le récit de l'épidémie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 26/10/2022 à 10:29
Et bien si l'Iran n'a pas encore investi pour détruire des satellites en orbites, il devrait pas tarder.

On a beau dire ce que l'on veut, c'est de la pure ingérence, mais quand c'est l'oncle Sam, c'est toujours bien.
5  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/10/2022 à 13:04
Intéressant. A quant la même chose pour l'Arabie Saoudite ?

C'est toujours pareil avec les États-Unis. Il y a les bonnes dictatures à les mauvaises dictatures.

Les mauvaises dictatures, se sont des dicatures. Les bonne dictatures, se sont aussi des dictatures... mais... se sont des bonnes dictatures, quoi !

(et je ne parle même pas de l'Australie, qui a subi une très grave dérive autoritaire sous Morrison sous le silence complice de la communauté internationales).
4  1 
Avatar de GATEN
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 26/10/2022 à 12:38
Cela dit si tous ceux qui soutiennent le régime ukrainien achetaient des actions SpaceX pour soutenir l'initiative, alors SpaceX ne manquerait pas de moyen.
La bourse est un marché secondaire, ça ne finance pas l'entreprise sauf lors de l'émission de nouvelles actions (augmentation de capital).
De toute façon, SpaceX n'est pas en bourse.
Dans tous les cas, SpaceX ne va clairement pas diluer ses actionnaires pour financer un accès gracieux à leur réseau Starlink.
2  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 01/11/2022 à 14:17
Bonjour

Les autorités iraniennes utiliseraient le système informatique SIAM pour contrôler les téléphones des manifestants, il permet de retirer un téléphone des réseaux 3G et 4G pour le faire passer à une connexion 2G

Quel est votre avis sur le sujet ?
Un pays comme l'Iran , c'est comme la Chine . Tout est bon pour lutter "contre la population" . Répression, censure , chasse aux sorcières si il y a des "mauvais pensant" , muselage de la population .

Pensez-vous que les gouvernements des pays prônant la liberté d'expression pourraient utiliser des systèmes tels que SIAM ?
Vu que les chinois sont progressivement en train de prendre le contrôle matériel et télécom des réseaux gsm avec toute la m***e qu'ils nous vendent, je ne serai pas étonné de la possibilité technique . Même à petite échelle.

Xiaomi, Oppo, Huawei ... Combien de marques Chinoises ? Sans Parler de China Telecom qui est le plus opérateur du monde et aussi le premier opérateur télécom chinois. Ce même opérateur fait des yeux doux pour racheter de le géant indien Bharti (Airtel - Vodafone) ...
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/10/2022 à 9:51
Si le Pentagone veut absolument que SpaceX fournisse gratuitement des accès à internet à des ukrainiens et des iraniens, il n'a qu'à payer. (les USA ont envoyé des milliards à l'Ukraine, ils peuvent en dépenser 1 de plus pour internet)
Bon après les types de SpaceX sont un peu con d'avoir proposé de fournir gratuitement une connexion internet à des milliers de gens…

Cela dit si tous ceux qui soutiennent le régime ukrainien achetaient des actions SpaceX pour soutenir l'initiative, alors SpaceX ne manquerait pas de moyen.
5  4 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 27/10/2022 à 7:42
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Début que je suis l'histoire de la région, je crois de plus en plus que ces pays ne peuvent pas être fonctionnels sans des gouvernement avec de la poigne.
Pour une fois je penses que cette intervention de ta part n'est pas raciste, tu penses ça de tous les pays :

Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Je crois que beaucoup de gauchistes en Europe vont déchanté dans les années qui viendront. Je crois qu'il y a beaucoup de vérité dans cette réflexion.
Les temps difficiles créent des hommes forts,
Les hommes forts créent de bons moments,
Les bons moments créent des hommes faibles,
Les hommes faibles créent des moments difficiles.

Et comme depuis 40 ans, vous avez eu des leaders faibles et lâches. Vous allez probablement en bavez.
1  0 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/11/2022 à 12:58
Le business plan de starlink ressemble de moins en moins à un projet civil malgré le maquillage...

Sinon, il y a les réseau Mesh.
Bridgefy avait été utilisée à Hong Kong, mais sa page wikipedia cite des audits de sécurité désastreux.
J'ai installé Briar il y a peu, juste pour avoir un service minimum en zone blanche, et je découvre agréablement suite à ce billet que l'appli a passé un audit de sécurité indépendant (et que c'est financé par nos amis américains, comme signal...). Je ne sais pas ce que ça vaut dans une foule et l'usage est assez contraignant (Alice et Bob doivent être en ligne en même temps pour s'écrire).
2  1 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/09/2022 à 12:43
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Mais non l'islamisme n'est pas un problème voyons ...
Qui l'a dit (en dehors de Twitter... parce que bon twitter quoi...)
0  1 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/10/2022 à 20:08
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Mais non l'islamisme n'est pas un problème voyons ...
Ben justement, raison de plus pour ne pas suivre les américains dans cette aventure. Les modérés vont appréciés une interventions (à condition que cela ne tourne au désastre,comme en Iraq). Mais tu vas avoir la portion la plus fanatique qui vont vouloir vous massacrez.

Début que je suis l'histoire de la région, je crois de plus en plus que ces pays ne peuvent pas être fonctionnels sans des gouvernement avec de la poigne.
1  2 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/09/2022 à 14:35
Mais non l'islamisme n'est pas un problème voyons ...
3  5