IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Fondation Linux annonce la création de la Fondation OpenWallet afin de développer des portefeuilles numériques interopérables,
Pour les cas d'utilisation tels que la vérification d'identité

Le , par Bill Fassinou

98PARTAGES

5  0 
La Fondation Linux a annoncé mardi son intention de former la Fondation OpenWallet (OWF), un consortium d'entreprises et d'organisations à but non lucratif collaborant à la création d'une pile logicielle open source pour promouvoir une pluralité de portefeuilles numériques interopérable. L'initiative a déjà obtenu le soutien d'Accenture, Avast et Open Identity Exchange, ainsi que d'organisations de normalisation et de représentants du secteur public. L'idée est que les portefeuilles créés sous l'égide de l'OWF prennent en charge une grande variété de cas d'utilisation, tels que la vérification d'identité, les paiements et la gestion des clés numériques.

La mission de l'OWF est de développer un moteur open source sécurisé et polyvalent que chacun pourra utiliser pour créer des portefeuilles interopérables. L'OWF vise à définir les meilleures pratiques en matière de technologie des portefeuilles numériques par le biais d'une collaboration sur un code source ouvert qui servira de point de départ à tous ceux qui s'efforcent de créer des portefeuilles interopérables, sécurisés et protégeant la vie privée. Dans un communiqué de presse publié aujourd'hui, la Fondation Linux a déclaré que l'OWF n'a pas l'intention de publier un portefeuille lui-même, ni d'offrir des références ou de créer de nouvelles normes.

La communauté se concentrera sur la construction d'un moteur logiciel open source que d'autres organisations et entreprises pourront exploiter pour développer leurs propres portefeuilles numériques. Les portefeuilles prendront en charge une grande variété de cas d'utilisation, de l'identité aux paiements en passant par les clés numériques, et viseront à atteindre la parité de fonctionnalités avec les meilleurs portefeuilles disponibles. L'initiative est une idée de Daniel Goldscheider, PDG de la startup bancaire Yes.com. Goldscheider a déclaré que l'OWF permettra l'avènement d'une pluralité de portefeuilles basés sur un noyau commun.



« Avec la Fondation OpenWallet, nous encourageons la création d'une pluralité de portefeuilles basés sur un noyau commun. Je ne pourrais pas être plus heureux du soutien que cette initiative a déjà reçu et de l'accueil qu'elle a trouvé à la Fondation Linux », a-t-il déclaré. De son côté, Jim Zemllin, directeur général de la Fondation Linux, a déclaré : « nous sommes convaincus que les portefeuilles numériques joueront un rôle essentiel pour les sociétés numériques. Les logiciels ouverts sont la clé de l'interopérabilité et de la sécurité. Nous sommes ravis d'accueillir la Fondation OpenWallet et enthousiasmés par son potentiel ».

Pour rappel, les portefeuilles numériques sont généralement des services en ligne basés sur des logiciels qui permettent aux gens d'effectuer des transactions électroniques avec d'autres personnes et entreprises. Parmi les portefeuilles les plus populaires figurent PayPal, Apple Wallet, Google Wallet, Venmo et Cash App. Mais ces portefeuilles ont progressivement dépassé le stade des paiements et sont en train de devenir des substituts potentiels de tout ce que vous pouvez garder dans un portefeuille physique. Apple, par exemple, permet désormais aux conducteurs de stocker leur permis de conduire sous forme numérique sur leur iPhone.

Un autre exemple de ce type est l'application Diia, un portail en ligne et une application mobile qui permettent aux Ukrainiens d'utiliser des documents numériques sur leurs smartphones au lieu de documents physiques à des fins d'identification et de partage. Diia donne également accès à plus de 50 services gouvernementaux, et le gouvernement prévoit à terme de rendre toutes sortes d'interactions entre l'État et les citoyens accessibles via l'application. Au début du mois de septembre, il a été rapporté que l'Estonie va piloter une application mobile nationale basée sur l'application ukrainienne Diia. Le pays pourra compter sur l'aide de l'Ukraine.

L'avènement de la cryptographie ouvre également de nouveaux cas d'utilisation des portefeuilles numériques, bien que les différentes blockchains soient généralement incompatibles. Quant au métavers, lorsqu'il deviendra réalité, il devrait s'appuyer fortement sur l'interopérabilité et les normes ouvertes, afin que les participants puissent effectuer des paiements et s'identifier dans les mondes virtuels. Et c'est dans ce contexte que l'OWF cherche à s'imposer. « L'infrastructure universelle des portefeuilles permettra de transporter des identités, de l'argent et des objets symboliques d'un endroit à l'autre du monde numérique », a déclaré David Treat.

David Treat dirige les projets métavers et blockchains chez Accenture. « Un changement massif de modèle d'entreprise est à venir, et l'entreprise numérique gagnante sera celle qui gagnera la confiance pour accéder directement aux données réelles de nos portefeuilles afin de créer des expériences numériques bien meilleures », a-t-il ajouté. Le communiqué de presse de la Fondation note qu'il y a déjà un large éventail d'adhésions de plusieurs acteurs de l'industrie, dont Okta, Ping Identity, Accenture, CVS Health, et OpenID Foundation. L'objectif est d'atteindre à terme "la parité des fonctionnalités avec les meilleurs portefeuilles disponibles".

En outre, les cas d'utilisation possibles comprennent également les portefeuilles de cryptomonnaies qui représentent aujourd'hui une partie d'une économie numérique plus large. « L'OWF a l'intention de permettre de nombreux cas d'utilisation où les justificatifs numériques et les actifs numériques peuvent être stockés et facilement accessibles par les utilisateurs. Un cas d'utilisation potentiel pourrait inclure une cryptomonnaie, mais ce ne sera pas le seul cas d'utilisation qui pourrait être abordé par le moteur open source de l'OWF », a déclaré Dan Whiting, directeur des relations avec les médias et des communications à la Fondation Linux.

Fondée en 2000, la Fondation Linux est le principal projet mondial de collaboration sur les logiciels, le matériel, les normes et les données à code source ouvert. Parmi les projets soutenus par la Fondation figurent Linux, Kubernetes, Node.js et l'initiative blockchain Hyperledger, axée sur les entreprises. Par ailleurs, cette initiative de la Fondation Linux intervient alors que les organismes de réglementation du monde entier s'efforcent de soutenir la concurrence en imposant l'interopérabilité entre les systèmes, notamment l'Europe qui tente actuellement de faire de l'interopérabilité des messageries une réalité.

L'Union européenne a approuvé début juillet le DMA (Digital Market Act), une législation visant à réglementer Apple, Google, Meta, ainsi que d'autres entreprises technologiques. Dans le cadre du DMA, les contrôleurs d'accès devront permettre aux développeurs d'intégrer leurs applications et services numériques directement avec ceux appartenant à un contrôleur d'accès. Cela inclut l'interopérabilité des services de messagerie, d'appel vocal et d'appel vidéo avec des services tiers sur demande. La législation prévoit également d'autres mesures qui pourraient contraindre Apple à autoriser la mise en place d'un App Store alternatif sur iOS.

Source : la Fondation Linux

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'initiative de la Fondation Linux ?

Voir aussi

L'UE approuve une législation visant à réglementer Apple, Google, Meta et d'autres entreprises technologiques, le DMA contraint Apple à autoriser la mise en place d'un App Store alternatif sur iOS

L'UE s'apprête à dévoiler un portefeuille numérique adapté à la vie post-Covid pour permettre aux citoyens d'accéder aux services publics et privés en ligne

Les réseaux sociaux devraient-ils vous permettre de transférer vos abonnés vers d'autres services ? Des experts pensent qu'une interopérabilité réduirait le niveau de confidentialité sur Internet

Le portefeuille d'identification numérique de l'UE arrive. Voici ce qu'implique en pratique son utilisation

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/09/2022 à 2:46
Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'initiative de la Fondation Linux ?
La fondation Linux soutient donc une initiative allant dans le sens de la société de contrôle, ce qui n'est pas très surprenant venant de la part d'une fondation qui a publiquement appelé à la démission de Richard Stallman sous des prétextes fallacieux. La fondation Linux défend l'open-source, pas le libre.

Je pense que tout à dit sur la m**** que représente le portefeuille de crédit social d'identification numérique.
0  0 
Avatar de Jules34
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 10:35
C'est quand même marrant que la "vraie" innovation vienne du libre.

Quand je vois l'argent injecté à perte dans le metavers, les millions injectés dans la blockchain, dans les puces à 8ghz, finalement c'est la fondation linux qui sort un projet utile qui arrive à fédérer un peu toute ces technologies autour d'un projet censé, utile et réutilisable par tous. Enfin, je suis surement un peu candide.
0  1