IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk envoie une nouvelle notification pour tenter de mettre fin à l'accord sur Twitter,
Mais la plateforme de médias sociaux a rejeté la proposition des avocats de Musk

Le , par Bill Fassinou

95PARTAGES

8  1 
Les avocats d'Elon Musk ont envoyé une nouvelle lettre à Twitter vendredi, dans leur dernière tentative d'annuler l'accord de 44 milliards de dollars conclu entre le milliardaire et la plateforme de médias sociaux. L'équipe juridique de Musk a cité l'indemnité de départ de plusieurs millions de dollars versée par Twitter à son ancien chef de la sécurité devenu lanceur d'alerte Peiter Zatko (plus connu sous le nom de Mudge) comme une violation de l'accord de rachat et une raison de mettre fin à l'accord. Twitter a répondu à l'avis de Musk en disant que la lettre est "invalide et injustifiée", et que la société n'a violé aucun des termes de l'accord d'acquisition.

La troisième fois est la bonne. C'est peut-être ce que les avocats d'Elon Musk ont pensé en envoyant vendredi dernier la troisième notification de résiliation à Twitter pour tenter de mettre fin à l'acquisition de l'entreprise pour 44 milliards de dollars. Dans la dernière notification déposée auprès de la SEC, l'équipe juridique du PDG de Tesla s'est opposée au versement par Twitter d'une indemnité de départ à l'ancien responsable de la sécurité de l'entreprise, Mudge, en juin, arguant que cette action violait une clause de l'accord d'acquisition. La lettre, datée du 9 septembre, a été envoyée au directeur juridique de Twitter, Vijaya Gadde.

L'avis envoyé à Twitter mentionne que l'accord d'acquisition comportait une condition selon laquelle le réseau social ne pouvait pas verser des indemnités de départ ou de résiliation non ordinaires au "fournisseur de services de l'entreprise", y compris aux ex-employés. Cependant, il a été rapporté la semaine dernière que Twitter a négocié confidentiellement une indemnité de départ d'environ 7 millions de dollars avec Mudge, qui a quitté l'entreprise en janvier 2022. Le réseau social l'avait engagé en novembre 2020 pour régler la myriade de problèmes de sécurité à laquelle la plateforme était confrontée.



Mudge aurait signé un accord de non-divulgation standard tout en acceptant le paiement, mais cela lui permettait de parler de l'entreprise à travers des plaintes de dénonciateurs et des audiences du Congrès. En août, Mudge a fait les gros titres en accusant Twitter d'avoir trompé les investisseurs sur le nombre de bots sur le service, de ne pas avoir supprimé les données des utilisateurs et d'avoir de mauvaises pratiques de sécurité, entre autres choses. En réponse, Twitter a déclaré qu'il avait été licencié en janvier 2022 pour "leadership inefficace et mauvaises performances" et que ses allégations contre l'entreprise peignaient un "faux récit".

Ces plaintes accusaient également Twitter d'adopter des matrices de mesure obscures pour supprimer le nombre de faux comptes sur la plateforme - une question centrale dans la bataille juridique qui oppose Musk et Twitter. Comme souligné plus haut, l'accord interdit à Twitter de verser des indemnités de départ ou de licenciement hors normes. Après que cet incident a fait surface, Musk a envoyé sa deuxième notification de licenciement à Twitter en août, citant les révélations de Mudge qui n'étaient pas connues de lui auparavant. Selon le rapport, l'accord n'est pas particulièrement étrange, étant donné que Mudge était un cadre quittant l'entreprise.

Par contre, il semble que Musk ne soit pas d'accord l'entente en Mudge et la plateforme de médias sociaux. L'équipe juridique de Musk a également envoyé une assignation à Mudge pour obtenir une déposition et une tonne de documents de l'ex-chef de la sécurité de Twitter. Le milliardaire a envoyé son premier avis de licenciement le 8 juillet après une longue bataille concernant le nombre de robots spammeurs sur la plateforme. La question de savoir si Musk est réellement autorisé à mettre fin à l'accord relève d'un tribunal du Delaware, après que Twitter a intenté un procès à Musk en juillet pour avoir tenté d'abandonner l'accord.

Au début du mois de septembre, la chancelière Kathaleen McCormick de la Cour de chancellerie du Delaware a déclaré que Musk pouvait utiliser les allégations de Mudge dans son procès contre Twitter, mais a rejeté la demande de report du procès qui se déroulera le 17 octobre. En outre, McCormick a reproché à Musk de ne pas avoir fourni les messages texte demandés par Twitter. McCormick a cité des "omissions flagrantes" dans la production de documents de la partie Musk dans une ordonnance accordant partiellement la demande de Twitter pour plus de documents.

La juge reproche également à Musk de lui faire perdre du temps, et dit qu'il n'y a pas de temps pour les « plaisanteries ». McCormick a écrit : « la quatrième requête de découverte du plaignant identifie des déficiences évidentes dans la production de documents des défendeurs. Des tiers ont produit des messages texte avec Musk que Musk lui-même n'a pas produits, et la production de messages texte de Musk lui-même a révélé des déficiences flagrantes. À titre d'exemple, les défendeurs ont produit deux messages texte envoyés à Musk par Robert Steel, de Parella Weinberg Partners, le 17 juin à 9h57 et 10h15 ».

« Le texte de 10 h 15 - qui indique "OK. Je l'ai…" - implique que Musk a répondu. En supposant que la réponse de Musk n'était pas télépathique, on s'attendrait à ce qu'il y ait des preuves de cette réponse dans la production de documents des défendeurs. Mais les défendeurs n'en ont fourni aucune à la date limite pour compléter substantiellement la découverte de documents ». McCormick a également noté que « l'approche de Musk pour répondre aux interrogatoires a également laissé beaucoup à désirer ».

L'équipe juridique de Musk tente d'utiliser un certain nombre d'arguments, allant du nombre de faux comptes sur le service aux approches douteuses de Twitter en matière de sécurité et de protection de la vie privée, pour se dégager de l'opération d'acquisition de 44 milliards de dollars. Twitter a répondu à la lettre de Musk le lundi 12 septembre, en disant : « comme c'était le cas avec vos deux prétendus avis de résiliation du 8 juillet 2022 et du 29 août 2022, la prétendue résiliation exposée dans votre lettre du 9 septembre 2022 est invalide et illicite en vertu de l'accord. Twitter n'a violé aucune de ses déclarations ou obligations en vertu de l'accord ».

Sources : Lettre de l'équipe juridique de Musk, Réponse de Twitter

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

La juge McCormick reproche à Musk d'avoir retenu des messages texte citant des omissions "flagrantes", dans le cadre du procès qui l'oppose à Twitter

Twitter va poursuivre Elon Musk en justice pour avoir essayé de se retirer de l'accord, Musk a signé un accord de fusion contraignant, mais il veut maintenant s'en retirer

Elon Musk ne pourra pas retarder l'ouverture du procès contre Twitter, selon une décision de la juge en charge de l'affaire., il peut cependant tirer parti de la plainte du lanceur d'alerte Mudge

Un juge autorise Twitter à accélérer son procès contre Musk, pour la première fois, les représentants d'Elon Musk et de Twitter se sont affrontés au tribunal

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Sandra Coret
Communiqués de presse https://www.developpez.com
Le 13/09/2022 à 15:13
Les estimations de Twitter concernant les bots sur l'application sont raisonnablement correctes, alors qu'Elon Musk continue d'affirmer que 20 % des comptes de l'application seraient des bots

Cela fait maintenant un moment qu'Elon Musk veut se retirer de l'accord avec Twitter. Et son excuse est que Twitter n'a pas réussi à révéler correctement le nombre estimé de bots présents sur l'application.

Il n'a cessé d'insister sur le fait que les chiffres étaient beaucoup plus élevés que ce que Twitter prétendait, ce qui a amené de nombreuses personnes à se demander qui avait raison et qui avait tort.

Mais selon une nouvelle étude réalisée par les chercheurs de SimilarWeb, les estimations fournies par la plateforme sont raisonnablement correctes. Cependant, on ne peut jamais en juger simplement en regardant les tweets, ont-ils ajouté.

Le milliardaire Elon Musk a continué à fulminer sur le fait que près de 20 % des comptes de l'application étaient des bots. Mais Twitter a fait valoir que ce n'était pas le cas et que, pour eux, le pourcentage était inférieur à 5 %.

Maintenant que cette étude a été publiée, les estimations de Twitter sont corroborées par les bots. Mais le nombre de tweets produits par ces robots peut donner l'impression qu'il s'agit d'une tout autre affaire.


Pour rappel, les bots sont le nom donné aux comptes automatisés qui contribuent à augmenter le trafic sur la plateforme. Et bien qu'il ne soit pas contrôlé par les utilisateurs normaux, il semble bien qu'un humain dirige le compte. Vous trouverez toutes les activités habituelles auxquelles les utilisateurs normaux prennent part, comme liker un post, retweeter des messages et même suivre d'autres personnes sur l'application.

Ces bots modifient la mesure de l'application appelée mDAU ou, mieux encore, les utilisateurs actifs quotidiens qui sont monétisés. Par conséquent, plus il y a de bots, moins il y a de comptes humains. Et évidemment, les parties prenantes telles que les entreprises de publicité, les sociétés de marquage et autres entreprises souhaitent atteindre des humains et non des bots. Après tout, ils veulent gagner de l'argent.


Une étude récente de Similarweb a expliqué que cette méthode n'a pas été créée pour trouver l'estimation réelle des bots. Ils ont plutôt cherché à savoir combien d'utilisateurs réels se trouvent sur l'application. Donc, si nous devions résumer, les résultats sont plus ou moins en accord avec les affirmations de Twitter.

Toutefois, avant de vous emballer, n'oubliez pas une chose. Les chercheurs ont également découvert une petite vérité liée aux affirmations d'Elon Musk. Environ 20 à 30% du contenu produit en Amérique sur cette application est produit par des bots. De même, l'étude a révélé qu'environ 19 % des utilisateurs humains de l'application produisaient du contenu quotidiennement.


Certaines conclusions refusent de qualifier tous les bots de mauvais, mais les chercheurs affirment que certains sont plus nuisibles que d'autres et qu'ils les considèrent comme des menaces majeures. Le problème réside dans ceux qui donnent l'impression que leurs interactions sont effectuées par des humains.

Ils le font lorsqu'ils souhaitent susciter des sentiments sur des sujets discutables ou controversés, comme la politique ou une cause spécifique. Et bien que Twitter affirme faire tout ce qui est en son pouvoir pour les empêcher de progresser, les recherches montrent que le défi est de taille.


Source : Similarweb

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude pertinente ?
Qui a raison, selon vous ? Twitter ou Elon Musk ?

Voir aussi :

Pour déterminer le pourcentage de bots sur Twitter, Elon Musk a utilisé un outil qui a déjà qualifié son propre compte de bot, selon des affirmations de Twitter auprès du tribunal

Le procureur général du Texas ouvre une enquête sur les bots de Twitter, Twitter a jusqu'au 27 juin pour répondre à la demande du procureur général Paxton

Twitter doit fournir à Musk les données d'un seul contrôleur compte bot : son ancien chef de produit, le juge donne raison à Twitter sur les 21 autres noms exigés par Musk

Twitter : un lanceur d'alertes affirme que Musk avait raison au sujet des bots, la FTC examine le rapport
4  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 15:11
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
Fantasque, étrange, gourou ok pourquoi pas, mais pourquoi ordure?
Je trouve que le délit d'initié qu'il a fait avec le dogecoin qui a ruiné, non pas des banques ou des traders amoraux, mais bien ses fans geeks et pas spécialement riches suffit pour le faire rentrer directement assez haut dans le classement des ordures qui n'ont blessé/tué personne.

Par contre, le fait de constamment qualifier son logiciel en béta test de "FULL SELF DRIVING" alors que la partie réellement SELF DRIVING est trés trés loin d'être "FULL", malgré les différents accidents mortels liés à son FSD, le fait rentrer également dans le classement des ordures qui elles, ont blessé/tué des gens.
3  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/09/2022 à 9:45
Et oui mon petit Elon, il va falloir passer à la caisse...
3  0 
Avatar de robertledoux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 12:48
Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
La seule explication que je vois est qu'ils espère une grosse montée de l'action au moment du rachat effectif pour immédiatement vendre et quitter le navire.
Je pense que c'est exactement pour ça qu'ils sont tous OK pour vendre à Musk.
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/09/2022 à 19:09
Bonsoir

Comment des milliers d'employés de Twitter peuvent-ils prétendument accéder aux informations des utilisateurs . Le lanceur d'alerte Mudge affirme que Twitter a de grandes lacunes en matière de sécurité .

Quel est votre avis sur le sujet ?
Comme dans toutes entreprises de la tech ...ou entreprise tout court. Un grand nombre d'employés ont accés à la bdd client / produit / service / fournisseur ... rien de choquant jusqu'à la . Le plus choquant c'est quand la politique de qui accéde à quoi laisse à désirer ! On dirait que c'est le cas chez Twitter ^^

Que pensez-vous des déclarations de Peiter Zatko sur la sécurité chez Twitter ?
Twitter a donc une politique de droit d'accès qui laisse à désirer !

Pensez-vous que ces informations pourraient faire pencher la balance du côté de Musk lors du procès ?
Un manque dans la politique de sécurité ... pourrait , comme une norme incendie non respectée faire capoter un rachat.

Demain si je veux acheter un "truc" et que je constate des vices , je suis en droit de porter l'affaire en justice pour duperie / tromperie ^^ Et la malhonnêteté du vendeur est punissable.
1  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 13/09/2022 à 16:04
Citation Envoyé par Arya Nawel Voir le message
Vraiment ces milliardaires...
Mon petit doigts me dit qu'Elon a voulu trop joué au malin cette fois-ci et qu'il va perdre le procès ...

Il va être bien quand il va être obligé de lâcher 40 000 000 000 de dollars dans le site internet le plus cancérigène de cette planète ou les racistes anti blancs, les wokes, ... en ont fait leurs royaumes et qu'il ne pourra rien en faire.
0  0 
Avatar de Rolllmops
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 12:14
J'ai du mal à concevoir comment l'on peut souhaiter se retrouver avec cette ordure de Musk à la tête de l'administration de l'entreprise. La seule explication que je vois est qu'ils espère une grosse montée de l'action au moment du rachat effectif pour immédiatement vendre et quitter le navire.
2  2 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 14:25
Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
cette ordure de Musk à
Fantasque, étrange, gourou ok pourquoi pas, mais pourquoi ordure?
0  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/09/2022 à 8:28
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Peiter Zatko, ancien chef de la sécurité de Twitter, devenu lanceur d'alerte, a donné de nouveaux détails sur son allégation antérieure selon laquelle environ 50 % des 7 000 employés de Twitter pourraient potentiellement accéder aux informations personnelles de n'importe quel utilisateur, y compris leur adresse, leur numéro de téléphone et même leur emplacement physique actuel
Si c'est bien le cas 3500 personnes sont capables d'estimer relativement précisément le nombre de bots (qui n'ont pas ou partagent leurs numéro de téléphone et emplacement physique) sur Twitter, ce qui permettrait de clore un débat qui a déjà fait couler trop d'encre
0  0