IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk ne pourra pas retarder l'ouverture du procès contre Twitter, selon une décision de la juge en charge de l'affaire.
Il peut cependant tirer parti de la plainte du lanceur d'alerte Mudge

Le , par Stéphane le calme

114PARTAGES

4  1 
Elon Musk peut utiliser les allégations d'un lanceur d'alerte dans son action en justice contre Twitter Inc, mais le milliardaire ne peut pas retarder le procès pour sa tentative de renoncer à son accord de 44 milliards de dollars pour l'entreprise, a déclaré mercredi la juge chargée de l'affaire. « Je suis convaincue que même un retard de quatre semaines risquerait de nuire davantage à Twitter », a écrit la chancelière Kathaleen McCormick de la Cour de la chancellerie du Delaware, en affirmant que le procès commencera le mois prochain.

« Nous espérons que gagner la motion d'amendement nous rapprochera un peu plus de la vérité qui sortira dans cette salle d'audience », a déclaré Alex Spiro, avocat de Musk, dans un communiqué. L'équipe juridique de Musk a fait valoir mardi que la justice avait exigé le report du procès de cinq jours afin que Musk puisse enquêter sur les allégations du lanceur d'alerte Peiter Zatko, connu sous le nom de "Mudge", selon lesquelles Twitter cachait des faiblesses dans sa sécurité et la confidentialité des données.


La chancelière Kathaleen McCormick de la Cour de la chancellerie du Delaware a rejeté la demande d'Elon Musk de retarder son procès avec Twitter.

Cela dit, l'équipe juridique du milliardaire a été autorisée à inclure dans son dossier les allégations de l'ancien responsable de la sécurité et lanceur d'alerte de l'entreprise, Peiter "Mudge" Zatko.

Twitter a poursuivi Musk en juillet pour avoir tenté d'annuler l'offre de 44 milliards de dollars qu'il avait faite en avril pour acheter le site Web.

Le magnat de Tesla est revenu sur sa promesse de reprendre l'entreprise dans le cadre d'un accord entièrement en cash, accusant Twitter de ne pas divulguer le nombre réel de faux comptes de robots comme raison principale de l'échec des négociations. Twitter, quant à lui, veut qu'il finalise l'acquisition comme promis ou paye des frais de rupture de 1 milliard de dollars et le traîne en justice dans le Delaware, aux États-Unis, pour obtenir ce qu'il veut.

Les comptes "bots" sont des comptes qui ne sont pas gérés par des personnes réelles. En raison de leur caractère automatique, ces comptes peuvent mettre à mal la valeur financière du réseau social. En effet, celle-ci se calcule principalement par le nombre d'abonnés "monétisables", c'est-à-dire qui sont susceptibles de visualiser de la publicité. Les faux comptes sont devenus un point central dans l'affaire qui oppose le réseau social à Musk. Affirmant que Twitter aurait menti sur le nombre réel de ces faux comptes, Musk en a fait l'élément principal pour justifier son choix de ne finalement pas acheter le réseau social.

Musk a tenté de repousser la procédure à deux reprises maintenant. Premièrement, il a fait valoir que son équipe juridique avait besoin de plus de temps pour préparer son dossier contre Twitter.

Puis, après que Zatko a affirmé dans une plainte de lanceur d'alerte que, entre autres, l'entreprise n'avait pas réussi à sécuriser les données privées des utilisateurs, Musk a demandé de reporter à nouveau le procès pour donner à ses avocats plus de temps pour passer au peigne fin les allégations à utiliser comme justification pour mettre fin à l'accord de reprise.

Le procès est prévu le 17 octobre.

La plainte de Zatko

L'ancien responsable de la sécurité de Twitter, Peiter Zatko connu sous le nom de "Mudge", a accusé Twitter et son conseil d'administration d'avoir violé les règles financières, d'avoir commis des fraudes et d'avoir grossièrement négligé ses obligations en matière de sécurité, dans une plainte déposée en juillet auprès de la Securities & Exchange Commission, de la Federal Trade Commission et du ministère américain de la Justice. Il affirme également avoir été licencié pour avoir poussé des dirigeants de Twitter peu enclins à s'attaquer à des problèmes de sécurité majeurs - qui, selon sa plainte, « constituent une menace » pour les informations personnelles des utilisateurs de Twitter, pour les actionnaires de l'entreprise, pour la sécurité nationale et pour la démocratie.

Zatko allègue que les cadres de Twitter étaient plus investis dans la dissimulation de ces vulnérabilités, y compris la sélection et la présentation erronée des données sur les comptes de spam et les menaces de sécurité aux régulateurs et aux membres du conseil d'administration de Twitter. « Selon la plainte, les cadres supérieurs pouvaient gagner des primes individuelles allant jusqu'à 10 millions de dollars et liées à l'augmentation du nombre d'utilisateurs quotidiens, et rien d'explicite pour la réduction du spam » rapporte le Post. Selon CNN, ces risques de sécurité « pourraient ouvrir la porte à l'espionnage ou à la manipulation étrangère, au piratage et aux campagnes de désinformation. »

La plainte de Zatko a été déposée par le cabinet d'avocats à but non lucratif Whistleblower Aid, qui a confirmé l'authenticité du document republié. « Au cours de son emploi, Mudge a découvert des lacunes extrêmes et flagrantes de Twitter dans tous les domaines de son mandat, y compris ... la confidentialité des utilisateurs, la sécurité numérique et physique, et l'intégrité de la plateforme / la modération du contenu », indique la plainte.

La Federal Trade Commission examine actuellement la plainte de Zatko, qui a été déposée en juillet auprès de la FTC, de la Securities and Exchange Commission et du ministère de la Justice. Une porte-parole de la commission sénatoriale du renseignement, Rachel Cohen, a déclaré que la commission prend également la plainte au sérieux et a organisé une réunion pour discuter des allégations de Zatko.


Pas de report d'audience, mais une demande d'Elon Musk a été accordée

Notons que le mois dernier, la juge a rejeté en grande partie la demande de Musk dans une décision d'une page, ordonnant que Twitter n'ait pas à « collecter, examiner ou produire des documents » d'aucun des 21 autres dépositaires supplémentaires demandés par Musk. L'exception est Kayvon Beykpour, ancien responsable des produits grand public, qui a été licencié en mai.

Beykpour a été le principal responsable des produits chez Twitter pendant des années avant d'être congédié de manière inattendue par le nouveau directeur général Parag Agrawal. C'est son équipe de produits qui était le plus directement responsable de l'expansion de la base d'utilisateurs de Twitter et c'est la qualité de cette base que Musk a remise en question en cherchant à se retirer de l'accord. « Nous sommes impatients d'examiner les communications de Beykpour et nous continuerons à chercher des informations et des témoins jusqu'à ce que toute la vérité éclate », a déclaré Alex Spiro, un avocat de Musk.

Elon Musk a accusé Twitter d'avoir licencié Beykpour alors que la fusion était en cours « sans demander le consentement des parties Musk ». Le PDG Parag Agrawal « m'a demandé de partir après m'avoir fait savoir qu'il voulait emmener l'équipe dans une direction différente », a écrit Beykpour à l'époque. Dans sa réponse à l'action en justice de Twitter, Musk a déclaré que Beykpour « était à la tête de tout ce qui concernait les consommateurs chez Twitter et jouait un rôle de premier plan lors des appels aux investisseurs de Twitter. Il était donc l'un des cadres de Twitter qui, selon les parties Musk, aurait été le plus étroitement impliqué dans la manière dont Twitter calculait son mDAU, dont elle suspendait ou modérait les comptes sur sa plateforme et dont elle déterminait qu'il y avait toujours moins de 5 % de spams ou de faux comptes dans le mDAU, chaque jour de chaque mois de chaque trimestre, depuis toujours ».

Beykpour a rejoint Twitter en 2015 lorsque la société a acquis son application de vidéo en direct, Periscope, et a rapidement gravi les échelons sous la direction de l'ancien PDG Jack Dorsey. Il poussait Twitter dans de nouveaux domaines de produits, comme les espaces audio en direct et les newsletters, avant d'être évincé.

Les départs de Beykpour et de Bruce Falck, anciennement en charge du produit des revenus, reflètent l'état de flou dans lequel se trouve Twitter en attendant un nouveau propriétaire, un état désormais intensifié par le litige. Entre-temps, le gel des embauches et d'autres mesures de réduction des coûts ont laissé certains employés dans l'incertitude quant à la priorité qui sera accordée aux projets ou aux équipes sur lesquels ils travaillent sous la nouvelle direction.

Cette fois-ci, la juge a rejeté la demande de report du procès. Elle s'est rangée du côté de Twitter et a convenu que l'extension de l'affaire nuirait financièrement à l'entreprise.

« Twitter a subi une augmentation de l'attrition des employés, ce qui sape la capacité de l'entreprise à poursuivre ses objectifs opérationnels. L'entreprise a été forcée pendant des mois de gérer sous les contraintes d'un accord de fusion révoqué. Je suis convaincue que même quatre semaines de retard risqueraient de nuire davantage à Twitter », a-t-elle écrit.

Elle va cependant autoriser Musk à inclure les allégations de Zatko dans ses demandes reconventionnelles contre Twitter. « Je suis réticente à en dire plus sur le bien-fondé des demandes reconventionnelles dans cette position avant qu'elles n'aient été pleinement plaidées. Le monde devra attendre la décision après le procès », est-il noté dans sa décision.

Twitter, quant à lui, a minimisé ou carrément nié les affirmations de Zatko.

Le PDG Parag Agrawal a affirmé que Zatko – un vétéran respecté et bien informé de la sécurité de l'information – avait été licencié pour un motif valable et a déclaré que sa plainte était « truffée d'incohérences et d'inexactitudes », selon une note interne.

Les messages texte révélés lors d'une audience préliminaire cette semaine montrent que Musk avait des doutes sur l'achat de Twitter en mai, citant des inquiétudes concernant l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il a envoyé un SMS à ses banquiers les exhortant à « ralentir » et a déclaré « cela n'aurait aucun sens d'acheter Twitter si nous nous dirigeons vers la Troisième Guerre mondiale ».

Source : décision de justice

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision de la juge de ne pas repousser l'ouverture des audiences en s'appuyant sur l'argument selon lequel cela nuirait aux activités de Twitter ?
Que pensez-vous de la décision de la juge d'autoriser Elon Musk à introduire la plainte du lanceur d'alerte dans son dossier contre Twitter ?
Quelle lecture faites-vous de la situation ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Sandra Coret
Communiqués de presse https://www.developpez.com
Le 13/09/2022 à 15:13
Les estimations de Twitter concernant les bots sur l'application sont raisonnablement correctes, alors qu'Elon Musk continue d'affirmer que 20 % des comptes de l'application seraient des bots

Cela fait maintenant un moment qu'Elon Musk veut se retirer de l'accord avec Twitter. Et son excuse est que Twitter n'a pas réussi à révéler correctement le nombre estimé de bots présents sur l'application.

Il n'a cessé d'insister sur le fait que les chiffres étaient beaucoup plus élevés que ce que Twitter prétendait, ce qui a amené de nombreuses personnes à se demander qui avait raison et qui avait tort.

Mais selon une nouvelle étude réalisée par les chercheurs de SimilarWeb, les estimations fournies par la plateforme sont raisonnablement correctes. Cependant, on ne peut jamais en juger simplement en regardant les tweets, ont-ils ajouté.

Le milliardaire Elon Musk a continué à fulminer sur le fait que près de 20 % des comptes de l'application étaient des bots. Mais Twitter a fait valoir que ce n'était pas le cas et que, pour eux, le pourcentage était inférieur à 5 %.

Maintenant que cette étude a été publiée, les estimations de Twitter sont corroborées par les bots. Mais le nombre de tweets produits par ces robots peut donner l'impression qu'il s'agit d'une tout autre affaire.


Pour rappel, les bots sont le nom donné aux comptes automatisés qui contribuent à augmenter le trafic sur la plateforme. Et bien qu'il ne soit pas contrôlé par les utilisateurs normaux, il semble bien qu'un humain dirige le compte. Vous trouverez toutes les activités habituelles auxquelles les utilisateurs normaux prennent part, comme liker un post, retweeter des messages et même suivre d'autres personnes sur l'application.

Ces bots modifient la mesure de l'application appelée mDAU ou, mieux encore, les utilisateurs actifs quotidiens qui sont monétisés. Par conséquent, plus il y a de bots, moins il y a de comptes humains. Et évidemment, les parties prenantes telles que les entreprises de publicité, les sociétés de marquage et autres entreprises souhaitent atteindre des humains et non des bots. Après tout, ils veulent gagner de l'argent.


Une étude récente de Similarweb a expliqué que cette méthode n'a pas été créée pour trouver l'estimation réelle des bots. Ils ont plutôt cherché à savoir combien d'utilisateurs réels se trouvent sur l'application. Donc, si nous devions résumer, les résultats sont plus ou moins en accord avec les affirmations de Twitter.

Toutefois, avant de vous emballer, n'oubliez pas une chose. Les chercheurs ont également découvert une petite vérité liée aux affirmations d'Elon Musk. Environ 20 à 30% du contenu produit en Amérique sur cette application est produit par des bots. De même, l'étude a révélé qu'environ 19 % des utilisateurs humains de l'application produisaient du contenu quotidiennement.


Certaines conclusions refusent de qualifier tous les bots de mauvais, mais les chercheurs affirment que certains sont plus nuisibles que d'autres et qu'ils les considèrent comme des menaces majeures. Le problème réside dans ceux qui donnent l'impression que leurs interactions sont effectuées par des humains.

Ils le font lorsqu'ils souhaitent susciter des sentiments sur des sujets discutables ou controversés, comme la politique ou une cause spécifique. Et bien que Twitter affirme faire tout ce qui est en son pouvoir pour les empêcher de progresser, les recherches montrent que le défi est de taille.


Source : Similarweb

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude pertinente ?
Qui a raison, selon vous ? Twitter ou Elon Musk ?

Voir aussi :

Pour déterminer le pourcentage de bots sur Twitter, Elon Musk a utilisé un outil qui a déjà qualifié son propre compte de bot, selon des affirmations de Twitter auprès du tribunal

Le procureur général du Texas ouvre une enquête sur les bots de Twitter, Twitter a jusqu'au 27 juin pour répondre à la demande du procureur général Paxton

Twitter doit fournir à Musk les données d'un seul contrôleur compte bot : son ancien chef de produit, le juge donne raison à Twitter sur les 21 autres noms exigés par Musk

Twitter : un lanceur d'alertes affirme que Musk avait raison au sujet des bots, la FTC examine le rapport
4  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 15:11
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
Fantasque, étrange, gourou ok pourquoi pas, mais pourquoi ordure?
Je trouve que le délit d'initié qu'il a fait avec le dogecoin qui a ruiné, non pas des banques ou des traders amoraux, mais bien ses fans geeks et pas spécialement riches suffit pour le faire rentrer directement assez haut dans le classement des ordures qui n'ont blessé/tué personne.

Par contre, le fait de constamment qualifier son logiciel en béta test de "FULL SELF DRIVING" alors que la partie réellement SELF DRIVING est trés trés loin d'être "FULL", malgré les différents accidents mortels liés à son FSD, le fait rentrer également dans le classement des ordures qui elles, ont blessé/tué des gens.
3  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/09/2022 à 9:45
Et oui mon petit Elon, il va falloir passer à la caisse...
3  0 
Avatar de robertledoux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 12:48
Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
La seule explication que je vois est qu'ils espère une grosse montée de l'action au moment du rachat effectif pour immédiatement vendre et quitter le navire.
Je pense que c'est exactement pour ça qu'ils sont tous OK pour vendre à Musk.
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/09/2022 à 19:09
Bonsoir

Comment des milliers d'employés de Twitter peuvent-ils prétendument accéder aux informations des utilisateurs . Le lanceur d'alerte Mudge affirme que Twitter a de grandes lacunes en matière de sécurité .

Quel est votre avis sur le sujet ?
Comme dans toutes entreprises de la tech ...ou entreprise tout court. Un grand nombre d'employés ont accés à la bdd client / produit / service / fournisseur ... rien de choquant jusqu'à la . Le plus choquant c'est quand la politique de qui accéde à quoi laisse à désirer ! On dirait que c'est le cas chez Twitter ^^

Que pensez-vous des déclarations de Peiter Zatko sur la sécurité chez Twitter ?
Twitter a donc une politique de droit d'accès qui laisse à désirer !

Pensez-vous que ces informations pourraient faire pencher la balance du côté de Musk lors du procès ?
Un manque dans la politique de sécurité ... pourrait , comme une norme incendie non respectée faire capoter un rachat.

Demain si je veux acheter un "truc" et que je constate des vices , je suis en droit de porter l'affaire en justice pour duperie / tromperie ^^ Et la malhonnêteté du vendeur est punissable.
1  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 13/09/2022 à 16:04
Citation Envoyé par Arya Nawel Voir le message
Vraiment ces milliardaires...
Mon petit doigts me dit qu'Elon a voulu trop joué au malin cette fois-ci et qu'il va perdre le procès ...

Il va être bien quand il va être obligé de lâcher 40 000 000 000 de dollars dans le site internet le plus cancérigène de cette planète ou les racistes anti blancs, les wokes, ... en ont fait leurs royaumes et qu'il ne pourra rien en faire.
0  0 
Avatar de Rolllmops
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 12:14
J'ai du mal à concevoir comment l'on peut souhaiter se retrouver avec cette ordure de Musk à la tête de l'administration de l'entreprise. La seule explication que je vois est qu'ils espère une grosse montée de l'action au moment du rachat effectif pour immédiatement vendre et quitter le navire.
2  2 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 14:25
Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
cette ordure de Musk à
Fantasque, étrange, gourou ok pourquoi pas, mais pourquoi ordure?
0  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/09/2022 à 8:28
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Peiter Zatko, ancien chef de la sécurité de Twitter, devenu lanceur d'alerte, a donné de nouveaux détails sur son allégation antérieure selon laquelle environ 50 % des 7 000 employés de Twitter pourraient potentiellement accéder aux informations personnelles de n'importe quel utilisateur, y compris leur adresse, leur numéro de téléphone et même leur emplacement physique actuel
Si c'est bien le cas 3500 personnes sont capables d'estimer relativement précisément le nombre de bots (qui n'ont pas ou partagent leurs numéro de téléphone et emplacement physique) sur Twitter, ce qui permettrait de clore un débat qui a déjà fait couler trop d'encre
0  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/09/2022 à 20:37
Au debut, je croyais qu'il y allait avec une stratégie en tête, mais en fait c'est complétement du pifomètre visiblement. J'espère qu'il ne fait pas ces fusées comme ça.
0  2