IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Olli Rehn de la BCE annonce que l'enquête sur l'euro numérique sera terminée en octobre 2023,
Et ajoute que l'euro numérique aurait plusieurs avantages pour les personnes et les entreprises

Le , par Bill Fassinou

197PARTAGES

18  0 
L'Union européenne étudie depuis quelques années les possibilités de mise en circulation d'un euro numérique au sein du bloc. Mardi, Olli Rehn, un responsable de la politique de la Banque centrale européenne (BCE) en Finlande, a déclaré que la phase d'étude de l'euro numérique devrait s'achever en octobre 2023. À ce moment, la BCE décidera alors de commencer ou non la construction d'une telle monnaie. Un éventuel euro numérique pourrait présenter des avantages, notamment en facilitant les paiements transfrontaliers, mais les critiques estiment qu'il présente également des risques en matière de vie privée.

Olli Rehn a fait cette annonce lors d'un discours prononcé mardi à l'université de Californie. Rehn a cité plusieurs avantages possibles à l'idée d'introduire une monnaie numérique de banque centrale (central bank digital currency - CBDC), comme l'élargissement de la disponibilité de la monnaie de la banque centrale pour inclure les paiements entre les gens ordinaires à partir des transactions entre les banques seulement. « Un euro numérique offrirait aux gens un choix supplémentaire sur la manière de payer et faciliterait la tâche dans une économie de plus en plus numérique », a déclaré le cadre de la BCE.

Il a déclaré que les limites des actifs cryptographiques privés existants étaient "structurelles", en raison de la volatilité de leurs prix et de leur vulnérabilité aux risques cybernétiques. « Une forme native numérique de monnaie de banque centrale sûre pourrait renforcer la stabilité en fournissant la couche de règlement de confiance neutre dans le futur système financier », a déclaré Rehn, faisant écho aux récents commentaires du vice-président de la Réserve fédérale américaine, Lael Brainard. En juin, la Fed a terminé une période de consultation publique de quatre mois visant à recueillir des avis sur l'idée d'introduire un dollar numérique.



Comme l'explique la BCE elle-même, l'euro numérique serait comme les billets de banque en euros, mais numérique. Il s'agirait d'une forme de monnaie électronique, émise par l'Eurosystème (la BCE et les banques centrales nationales de la zone euro), et qui serait accessible à tous les citoyens et entreprises. L'euro numérique ne remplacerait pas les espèces, mais les compléterait. L'euro numérique donnerait aux gens un choix supplémentaire sur la manière de payer et faciliterait cette tâche, contribuant ainsi à l'accessibilité et à l'inclusion. Les avantages apparents de l'introduction d'un euro numérique sont les suivants :

  • un euro numérique serait utile dans les scénarios où les gens cessent d'utiliser significativement les espèces, si d'autres formes de paiement électronique ne sont pas disponibles, ou si la monnaie numérique étrangère prenait le dessus ;
  • un euro numérique constituerait une alternative aux monnaies numériques privées ainsi qu'un complément aux espèces ;
  • pour les bénéficiaires, un euro numérique constituerait un moyen supplémentaire de recevoir les paiements de leurs clients ;
  • l'utilisation d'un euro numérique élargirait la disponibilité de la monnaie de banque centrale au-delà de son utilisation actuelle - pour les transactions entre banques - pour inclure également les paiements quotidiens de chacun ;
  • un euro numérique permettrait également d'éviter la domination du marché, d'améliorer l'efficacité du système de paiement et de favoriser l'innovation dans le secteur privé ;
  • un euro numérique pourrait également offrir des fonctionnalités avancées, telles que des fonctions de paiement automatisé ou l'utilisation d'une certaine forme d'identité numérique.


L'UE prévoit d'achever la phase d'investigation de son projet d'euro numérique à l'automne 2023. Le Conseil des gouverneurs de la BCE décidera alors s'il convient de passer à la phase suivante, au cours de laquelle nous assisterons au développement de services intégrés ainsi qu'à des tests et à une éventuelle expérimentation en direct d'un euro numérique. La BCE a indiqué qu'elle traitait cette question en priorité, mais l'impact d'un euro numérique doit être analysé avec soin avant de prendre une décision. Elle a également déclaré que l'euro numérique serait sans risque et respecterait la vie privée et la protection des données.

Toutefois, tout le monde n'est pas convaincu. Selon des critiques, les monnaies numériques de banques centrales sont une initiative effrayante, car chaque instance de la monnaie aurait un identifiant, de sorte que le gouvernement pourrait suivre et contrôler la façon dont elles sont dépensées. Certains voient une valeur intrinsèque dans la vie privée ; d'autres craignent que la monnaie numérique ne soit détournée à des fins de discrimination des prix ou d'abus de surveillance. Selon eux, l'exploitation des données de transaction sensibles associées à la monnaie numérique aurait un effet paralysant sur la liberté individuelle et la vie publique.

En effet, la BCE envisagerait de concevoir un euro numérique qui soit partiellement anonyme. Grâce à des "bons d'anonymat", les utilisateurs pourraient transférer de façon anonyme un montant limité d'euros numériques sur une période définie. Toutefois, cette option de conception ne permet l'anonymat que pour les petites transactions. En outre, la protection de l'identité n'est garantie que vis-à-vis de la banque centrale et du régulateur, et non vis-à-vis de l'institution financière qui organise les transactions en euros numériques (par exemple, une banque commerciale). Le contenu de la transaction n'est pas gardé privé.

Pourquoi la BCE n'opte-t-elle pas pour la "confidentialité totale" ? Comme le souligne Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, la BCE est tenue d'adhérer aux réglementations relatives à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, qui exigent une certaine vérifiabilité de l'identité de l'utilisateur et du contenu des transactions. Pour la BCE, il s'agit de trouver un équilibre entre confidentialité et audibilité. Mais, ce faisant, il est crucial de ne pas oublier l'importance de la vie privée et son statut de droit fondamental. Et la vie privée et la protection des données ne sont pas seulement des exigences des utilisateurs.

Elles sont également des droits fondamentaux consacrés par les articles 7 et 8 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne. La Cour de justice de l'UE (CJUE) et les organes législatifs de l'UE ont élaboré divers principes et cadres juridiques pour respecter ces droits, tels que le Règlement général sur la protection des données (RGPD). En tant qu'institution de l'UE, la BCE est également tenue de les respecter.

Enfin, le respect de la vie privée dans l'euro numérique est important tout simplement pour éviter que l'euro numérique n'échoue. En fait, pour que l'euro numérique soit finalement un succès, il doit être utilisé dans la vie quotidienne par les Européens. Et si les citoyens n'utilisent pas un futur euro numérique parce qu'ils n'ont pas confiance dans la protection et la confidentialité de leurs transactions et de leur identité, l'émission d'un euro numérique n'a guère de sens.

En gros, lorsqu'il s'efforcera d'introduire un euro numérique, l'Eurosystème devra examiner des considérations juridiques, telles que la base juridique de l'émission d'un euro numérique, la question de savoir si un euro numérique peut avoir cours légal, les questions de droit privé, le risque cybernétique, l'application des règles de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, ainsi que les aspects liés à la protection de la vie privée et des données. Une tâche qui s'annonce difficile.

Source : La Banque centrale européenne (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'introduction d'un euro numérique ? Sera-t-il un succès ?
Selon vous, la BCE peut-elle garantir la vie privée des utilisateurs et lutter contre le blanchiment d'argent ?

Voir aussi

Euro numérique : « nous voulons nous rapprocher d'un prototype viable », a déclaré le gouverneur de la Banque de France, l'institution a annoncé que la deuxième phase des essais débutera cette année

La Fed des États-Unis aurait conçu un dollar numérique capable de traiter 1,7 million de transactions par seconde, qui se base sur un logiciel de recherche libre appelé "OpenCBDC"

La Banque centrale européenne annonce qu'elle va commencer à réglementer les cryptomonnaies, en partant du principe qu'elles sont en grande partie des escroqueries et des systèmes de Ponzi

La Chine adopte une loi sur la cryptographie alors qu'elle s'apprête à adopter la monnaie numérique, qui pourrait être utilisée sur les plateformes de paiement telles que WeChat et Alipay

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de coolspot
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/08/2022 à 23:36
Oui l'avantage de plus avoir aucune liberté possible vu que du jour au lendemain si par exemple tu prend pas ta piquouse ou que tu manifeste pour tel ou tel truc, on te coupe tes avoir d'euro numérique

Ca sera couplé avec le pass énergétique qu'on va se taper du fait des 1000€le megawatt heure du prix de l'électricité en France en 2023
11  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/09/2022 à 20:07
La BCE, qui fait appel à une boite non Européenne, pour développer un truc Européen ...

Comment veux tu après que les boites Européenne donne du crédit à l'Europe si déjà à cet échelon l'Europe ne les respectes pas.
10  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/08/2022 à 8:26
Le parlement européen est devenu une nébuleuse ou jamais informations ni aucun scandale ne sort et ou les médias chantent tous la même chanson. Qu'est ce qui pourrait bien arrivé de mal avec un euro numérique qu'on peut te sucrer du jour au lendemain...
7  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 27/08/2022 à 0:58
Euro numérique = les inconvénients des cryptomonnaies sans les avantages. Outil parfait pour la société de contrôle.
6  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 18/09/2022 à 10:58
On demande a Amazon pour un interface utilisateur? Je veux monter une fabrique de poulet, je vais demander a Peugeot?

"Comme l'explique la BCE elle-même, l'euro numérique serait comme les billets de banque en euros"
Et surtout bien plus traçable et blocable.
6  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 27/08/2022 à 4:08
En attendant, on y vas, d'une manière ou d'une autre et, à part se plaindre, comme d'habitude personne n'y fera rien.
5  0 
Avatar de Coeur De Roses
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/09/2022 à 22:56
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
La BCE, qui fait appel à une boite non Européenne, pour développer un truc Européen ...

Comment veux tu après que les boites Européenne donne du crédit à l'Europe si déjà à cet échelon l'Europe ne les respectes pas.
Oui c'est ce que je me suis dit, j'ai plutôt penser que la BCE était du genre à vouloir renforcer la puissance européene niveau entreprise.
4  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/08/2022 à 10:54
Ils veulent vous priver de tout, vous ne pourrez bientôt plus payer le fils du voisin venant tailler vos haies pour s'acheter son premier scooter pour se promener avec Daphnée.

ni même faire l'aumône au pauvre SDF au pied de l'agence de la Poste que la mairie (de gauche) laisse pourrir.
5  2 
Avatar de Leruas
Membre averti https://www.developpez.com
Le 28/08/2022 à 15:37
Il y a encore beaucoup de commerces qui ne prennent pas la CB en dessous de 10€ d'argent car trop de frais de transaction soit disant...
La fin de l’espèce ce n'est clairement pas pour tout de suite, surtout avec les Allemands qui l'utilisent beaucoup
1  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 28/08/2022 à 2:51
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Ils veulent vous priver de tout, vous ne pourrez bientôt plus payer le fils du voisin venant tailler vos haies pour s'acheter son premier scooter pour se promener avec Daphnée.

ni même faire l'aumône au pauvre SDF au pied de l'agence de la Poste que la mairie (de gauche) laisse pourrir.
Le souci c'est que "nous", pays Européens, tenons absolument à aller aider les autres pays, notamment le continent Africain, alors qu'en contre parti ces "pays là", ne peuvent pas nous voir et ne feront rien pour nous en retour.

Il suffit de voir le mali et malgré les nombreux militaires mort pour eux, il n'y a aucune forme de gratitude.
J'entends l'argument qui est de dire "La France faisait volontairement durer la guerre pour pouvoir piller les ressources et j'en passe", et je veux bien admettre ce point de vue, mais il faut aussi admettre l'autre point de vue, qui est qu'en 2012, l'insurrection de groupes salafistes djihadistes et indépendantistes pro-Azawad, n'ont eu de cesse d'arriver en masse sur cette région de l'Afrique et que les militaires en chassait un, 10 nouveaux revenaient derrière ...

La France, ce n'est pas les états unis, ça n'a pas le même budget, la majorité des opérations menées étaient de l'infanterie donc oui, forcément que ça s'enlise, c'est fait pour agir une fois l'ennemi clairement identifié en nombre et en localisation.

Aucune des deux composantes n'étaient présente dans ce théâtre là et ça, ce n'est pas la faute de la France, ni du mali, mais de la complexité de l'Afrique des nombreux pays interne et externe à l'Afrique qui sont présent dessus dont tout le monde se tire dans les pates ...

En bref, la raison pour laquelle j'explique ce petit bout historique, c'est que, bien que la France ait une capacité à être un pays extrêmement riche et puissant, notamment par le fait qu'avec nos plan d'eau, nous sommes le deuxième plus grand pays au monde, contrairement à ce que la carte du monde pourrait laisser penser, la France a toujours, hormis quelque moment dans l'histoire (Napoléon, ...) été mal géré car géré contre ses intérêts.

Faire des partenariats, être ouvert sur le monde, ne pas rester cloisonner et s'enfermer, sont des choses indispensables, mais la priorité, est de développer notre pays, avant de vouloir aller aider les autres, quitte à ne plus aller aider les autres, tout court.

Sur Terre, en tout cas de mon point de vue, il ne sera jamais possible de créer un seul et unique pays dans lequel tout le monde vivra à la même enseigne et donc de globaliser une monnaie, de globaliser des échanges, ...
Pour la simple raison que tout le monde voudra toujours son petit bout de territoire en fonction de l'historique d'une région.

Ce genre de choses n'est pas irréalisable, et c'est d'ailleurs la bonne chose à faire, mais ce genre de chose ne peut se faire que sur une autre planète que la Terre, avec des humains de diverses nationalités, ... qui vont construire des territoires basés sur les erreurs à ne plus commettre sur Terre, comme les notions de pays et j'en passe.

En attendant, il faut que ces gens arrêtent de rêver à un monde idéal et se rebranche avec la réalité de ce qu'est l'humain, de nos ressources, de nos besoins fondamentaux (liberté, ...) et arrête de généraliser la vision qu'ils ont d'un monde qu'ils n'ont jamais confrontés à la réalité.
0  0