IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Meta offre 37,5 Ms $, soit 8 heures de son profit annuel, pour régler un procès de suivi de localisation
Même lorsque l'accès était désactivé par le mobinaute

Le , par Stéphane le calme

188PARTAGES

14  0 
Meta a proposé de payer 37,5 millions de dollars pour régler un recours collectif, qui affirmait que sa plate-forme de médias sociaux Facebook avait collecté illégalement des données de localisation même lorsque les utilisateurs avaient explicitement refusé leur consentement. Les plaignants ont déclaré qu'ils avaient désactivé le suivi de localisation pour l'application Facebook téléchargée sur leurs smartphones iOS et Android, mais ont été choqués de constater que la société avait enregistré à plusieurs reprises leurs allées et venues et enregistré de toute façon leurs coordonnées de latitude et de longitude spécifiques.

En décembre 2019, Facebook a expliqué à deux sénateurs pourquoi il suivait les emplacements des utilisateurs même lorsqu'ils ont désactivé l'accès à leur localisation. Les législateurs ont alors estimé que Facebook devrait donner aux utilisateurs plus de contrôle sur leurs données.

Facebook répondait à une enquête du sénateur Josh Hawley (R-Mo.) et du sénateur Chris Coons (D-Del.) qui ont demandé à Facebook le mois d'avant de « respecter » les décisions des utilisateurs de garder leurs emplacements privés. Dans une lettre datée du 12 décembre 2019, Facebook a expliqué comment il était capable d'estimer les emplacements des utilisateurs, emplacements dont il se sert pour effectuer des publicités ciblées, même lorsqu'ils ont choisi de refuser le suivi de localisation via le système d'exploitation de leur smartphone.

Facebook a déclaré que même lorsque le suivi de localisation est désactivé, il peut déduire les emplacements généraux des utilisateurs en se servant d'indices de contexte tels que les emplacements qu'ils marquent sur les photos ainsi que les adresses IP de leurs appareils. Bien que ces données ne soient pas aussi précises que si Facebook les collectait avec le suivi de localisation activé, la société a déclaré qu'elle utilisait les informations à plusieurs fins, notamment pour alerter les utilisateurs lorsque leurs comptes ont été consultés dans un endroit inhabituel et limiter la propagation de fausses informations.

Facebook a reconnu faire également de la publicité ciblée en fonction des informations de localisation limitées qu'il reçoit lorsque les utilisateurs désactivent ou limitent le suivi. Facebook n'autorise pas les utilisateurs à désactiver les publicités géolocalisées, bien qu'il permette aux utilisateurs d'empêcher Facebook de collecter leur emplacement précis, a noté la société.

« Par nécessité, pratiquement toutes les publicités sur Facebook sont ciblées en fonction de l'emplacement, bien que le plus souvent, les publicités ciblent des personnes d'une ville particulière ou d'une région plus grande », a indiqué Facebook. « Sinon, les habitants de Washington, D.C., recevraient des annonces pour des services ou des événements à Londres, et vice versa ».

« Chez Facebook, notre mission est de permettre aux uns et aux autres de construire des communautés et rapprocher encore un peu plus le monde. Les informations liées à la localisation nous donnent la possibilité de faciliter ces connexions. Par exemple, les utilisateurs peuvent décider de partager leur emplacement sur Facebook lorsqu'ils sont à un endroit précis. Ils peuvent décider de mettre sur leurs photos une balise indiquant le lieu afin de chercher des choses dans les environs. Ils peuvent vouloir dire où ils sont à leurs amis ou informer leurs proches pendant des urgences en se servant de notre fonctionnalité Contrôle de Sécurité. Les informations liées à la localisation nous aident à montrer les choses pertinentes aux lieux où se trouvent les utilisateurs et à améliorer les publicités

« Les informations de localisation nous aident également à protéger les utilisateurs ainsi que notre plate-forme à l'instar de la reconnaissance de comptes piratés. Par exemple, si quelqu'un se connecte souvent depuis Londres et que quelqu'un essaye de se connecter depuis Sydney, nos systèmes reconnaitront qu'il s'agit là d'un comportement inhabituel et enverront à la personne une alerte pour confirmer que la tentative de connexion vient effectivement d'elle. Notre capacité à utiliser les informations de localisation pour détecter les activités suspectes est également importante dans nos efforts pour assurer l'intégrité sur la plate-forme Facebook, par exemple en stoppant la propagation d'infox ».

Hawley a tweeté la lettre, disant qu'elle montrait que Facebook « l'admet. Désactivez les "services de localisation" et ils suivront TOUJOURS votre position pour gagner de l'argent (en vous envoyant des annonces). Il n'y a pas de possibilité de retrait. Aucun contrôle sur vos informations personnelles. Voilà ce que fait la Big Tech. Et c’est pourquoi le Congrès doit agir ».


« J'apprécie les tentatives de Facebook pour informer les utilisateurs de leurs choix de confidentialité. Cependant, je suis préoccupé par le fait que ces efforts sont insuffisants et même trompeurs compte tenu de la façon dont Facebook traite réellement les données des utilisateurs », a déclaré Coons dans un communiqué. « Dans sa réponse à notre lettre, Facebook a confirmé qu'il n'y avait aucun moyen pour les utilisateurs d'empêcher Facebook d'utiliser leur position et de leur diffuser des annonces basées sur ces informations, même lorsque l'accès à la position a été désactivé. Facebook prétend que les utilisateurs contrôlent leur propre vie privée, mais en réalité, les utilisateurs n'ont même pas la possibilité d'empêcher Facebook de collecter et de monétiser leurs informations de localisation. Le peuple américain mérite de savoir comment les entreprises de technologie utilisent leurs données, et je continuerai de chercher des solutions pour protéger les informations sensibles des Américains ».

Le recours collectif et le règlement à l'amiable

Brendan Lundy et Mariah Watkins, tous deux résidents du Colorado au moment du dépôt de la plainte en 2018, ont déclaré avoir découvert les données lorsqu'ils ont demandé une copie de leurs dossiers personnels détenus par Facebook. Les informations ont été utilisées pour envoyer aux utilisateurs des publicités ciblées, selon la plainte.

« Facebook a accédé et stocké les informations de localisation détaillées des utilisateurs via les services de localisation de leurs appareils - même lorsqu'ils n'ont pas expressément accepté ou refusé expressément que Facebook accède et stocke leurs données de localisation », a affirmé la plainte initiale.

« Facebook a utilisé ces informations de localisation pour s'en tirer considérablement - à hauteur de millions de dollars grâce à l'augmentation des revenus publicitaires - au détriment des droits à la vie privée de ses utilisateurs ».

Un deuxième recours collectif mené par un groupe distinct de plaignants accusant Facebook d'avoir déduit des données de localisation à partir d'adresses IP a été ajouté à l'affaire. Les tentatives de Meta pour faire rejeter l'action en justice ont échoué et, après un examen juridique de plus de 100 000 pages de documents internes, les avocats de la société ont choisi de débourser 37,5 millions de dollars pour régler l'affaire.

Le règlement proposé couvre tous les utilisateurs de Facebook vivant aux États-Unis entre le 30 janvier 2015 et le 18 avril 2018, qui ont désactivé le suivi des services de localisation sur leurs smartphones à tout moment au cours de cette période, mais dont les informations ont néanmoins été collectées par Facebook pour fins publicitaires. On estime que 70 millions d'internautes peuvent réclamer des dommages-intérêts à partir du fonds de 37,5 millions de dollars, ce qui équivaut à environ 0,53 $ par personne.

Étant donné que Facebook a fait état de bénéfices de plus de 39 milliards de dollars en 2021, le règlement coûtera à l'entreprise de Mark Zuckerberg environ huit heures de bénéfices annuels. Un juge californien devra maintenant décider d'approuver ou non le règlement.

Une fois les paiements des frais administratifs soustraits, les membres du groupe pourront soumettre des réclamations via un formulaire en ligne sur un site Web de règlement. La totalité des 37,5 millions de dollars devrait être distribuée aux membres. « En aucun cas, une partie du fonds de règlement ne reviendra à Meta », indiquent les documents judiciaires.

Malgré cela, Facebook nie les allégations et tous les actes répréhensibles.

Source : règlement

Et vous ?

Disposez-vous d'un compte Facebook ?
Avez-vous donné des autorisations d'accès à la localisation à l'application Facebook sur votre téléphone ?
Que pensez-vous des raisons évoquées par Facebook pour se servir des données de localisation ?
Sont-elles suffisantes pour justifier le fait que Facebook tente de vous localiser même si vous avez explicitement désactivé cette fonctionnalité de votre téléphone ? Dans quelle mesure ?
Un utilisateur devrait-il être capable de se passer de cette fonctionnalité s'il le souhaite même si cela perturbe son expérience (par exemple offres d'emploi publiées pour les Parisiens qui ne vont pas s'afficher bien qu'il réside à Paris, impossibilité d'utiliser le service Contrôle de sécurité après un tremblement meurtrier à Jakarta pour dire qu'il est en sécurité, etc.) ? Pour quelles raisons ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/08/2022 à 16:52
Bonsoir,

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Meta offre 37,5 Ms $, soit 8 heures de son profit annuel, pour régler un procès de suivi de localisation.

Meta a admis qu'il continuait de suivre l'emplacement des utilisateurs même lorsqu'ils désactivent l'accès à leur localisation.

Disposez-vous d'un compte Facebook ?
Oui

Avez-vous donné des autorisations d'accès à la localisation à l'application Facebook sur votre téléphone ?
Même sans donner d'accord, ils en ont de manière détourné.

Que pensez-vous des raisons évoquées par Facebook pour se servir des données de localisation ?
Il y a toujours "une raison bidon" ... Seul le fric compte. Le but pour Meta est de savoir ou se trouve une personne , faire de la pub car elle est dans un rayon "proche de" .

Sont-elles suffisantes pour justifier le fait que Facebook tente de vous localiser même si vous avez explicitement désactivé cette fonctionnalité de votre téléphone ?
Non

Dans quelle mesure ?
Comme dit plus haut, seul l'argent compte. Un prospect en base c'est un client potentiel qui rapport des $$$ ^^ .

Un utilisateur devrait-il être capable de se passer de cette fonctionnalité s'il le souhaite même si cela perturbe son expérience (par exemple offres d'emploi publiées pour les Parisiens qui ne vont pas s'afficher bien qu'il réside à Paris, impossibilité d'utiliser le service Contrôle de sécurité après un tremblement meurtrier à Jakarta pour dire qu'il est en sécurité, etc.) ?
Excuse bidon . L'argument de la sécurité est un faux argument.

Pour quelles raisons ?
Si l'utilisateur a une bonne hygiène numérique. Cela minimise déjà le risque de se faire siphonner un compte , par exemple ... A un moment, il faut arreter avec les "pseudos besoins" marketing

Trop de services, crée un besoin irrationnel de "sur sécurité" totalement artificiel.
2  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 25/08/2022 à 4:38
C'est ce genre de procès qui encourage facebook a continuer vue qu'il ne paie jamais plus qu'il ne gagne la dessus. A partir de la pourquoi amazon, google, facebook et d'autre se priveraient d'escroquer les gens?
0  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/08/2022 à 7:45
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Un utilisateur devrait-il être capable de se passer de cette fonctionnalité s'il le souhaite même si cela perturbe son expérience (par exemple offres d'emploi publiées pour les Parisiens qui ne vont pas s'afficher bien qu'il réside à Paris, impossibilité d'utiliser le service Contrôle de sécurité après un tremblement meurtrier à Jakarta pour dire qu'il est en sécurité, etc.) ? Pour quelles raisons ?
1. Ca ne perturbe pas mon expérience : je n'ai jamais cherché/trouvé un travail avec facebook, je n'ai jamais acheté avec/à cause de facebook, etc
2. Je n'ai pas besoin de facebook pour faire un controle de sécurité. Facebook n'est pas une organisation de sécurité.
PS : pendant je ne sais plus quel évènement j'ai vu ma page Facebook inondée de "ne vous inquiétez pas je vais bien". En quoi ça a aidé?
PS2 : Que se passe t il si les gens avaient répondu non? Facebook contacte automatiquement les secours et fournissent une localisation de l'alerte?

Ca me rappelle les formulaires que j'ai du remplir quand je traversais la frontière franco belge pendant le covid, l'entête était "Thank you for helping us protect your health".
Pourquoi vous m'imposez un outil qui suggère que j'ai le choix, et pourquoi vous m'imposer de passer par vous pour prendre en charge ma santé?
A la limite si vous me disiez que vous faites ça pour protéger mon voisin du potentiel danger que je représente ça me choquerais moins.

Laissez moi prendre soin de moi même.
PS : si j'ai besoin d'aide c'est pas chez vous que j'irais le chercher... Vous n'êtes pas compétents pour!
0  0 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/08/2022 à 20:59
Même pas une peine de prison prononcée ???
0  0