IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les conducteurs humains au Royaume-Uni ne seront pas responsables des accidents lorsque la conduite autonome est activée

Le , par Stéphane le calme

179PARTAGES

3  0 
Les fabricants exploitant des véhicules autonomes au Royaume-Uni seront responsables des actions d'un véhicule lorsqu'il est en mode autonome, selon la nouvelle feuille de route du pays pour parvenir à un déploiement généralisé des véhicules autonomes d'ici 2025.

Le gouvernement britannique a dévoilé la feuille de route au cours du week-end, annonçant un financement de 119 millions d'euros pour des projets audiovisuels et 41 millions d'euros supplémentaires pour la recherche afin de soutenir la sécurité et la nouvelle législation.

La feuille de route indique que la nouvelle législation s'appuiera sur les lois existantes et stipulera que les constructeurs sont responsables des actions des véhicules autonomes, « ce qui signifie qu'un conducteur humain ne serait pas responsable des incidents liés à la conduite alors que le véhicule contrôle la conduite ».

Citation Envoyé par ministère britannique du Transport
Les routes britanniques pourraient voir le déploiement de véhicules autonomes d'ici 2025 grâce à de nouveaux plans gouvernementaux – soutenus par 100 millions de livres sterling – qui donnent la priorité à la sécurité grâce à de nouvelles lois et créent des milliers de nouveaux emplois dans l'industrie.

Certains véhicules, y compris les voitures, les autocars et les camions, dotés de fonctions de conduite autonome pourraient circuler sur les autoroutes au cours de l'année prochaine, et les plans d'aujourd'hui (19 août 2022) établissent une nouvelle législation qui permettra un déploiement plus large et plus sûr des véhicules autonomes d'ici 2025. Cela permet au Royaume-Uni de tirer pleinement parti du marché émergent des véhicules autonomes, qui pourrait créer jusqu'à 38 000 emplois et représenter une valeur estimée à 42 milliards de livres sterling.

La vision du gouvernement pour les véhicules autonomes est soutenue par un total de 100 millions de livres sterling, dont 34 millions de livres sterling confirmées aujourd'hui pour la recherche visant à soutenir les développements en matière de sécurité et à éclairer une législation plus détaillée. Cela pourrait inclure des recherches sur les performances des voitures autonomes dans de mauvaises conditions météorologiques et sur la manière dont elles interagissent avec les piétons, les autres véhicules et les cyclistes.

Le gouvernement confirme également aujourd'hui 20 millions de livres sterling, dans le cadre de l'ensemble des 100 millions de livres sterling, pour aider à lancer les services commerciaux de conduite autonome et permettre aux entreprises de se développer et de créer des emplois au Royaume-Uni, à la suite d'un investissement existant de 40 millions de livres sterling. Des projets réussis pourraient aider à voir, par exemple, des produits d'épicerie livrés aux clients par des véhicules autonomes, ou des modules de navette aidant les passagers lors de leurs déplacements dans les aéroports. 6 millions de livres sterling seront également utilisées pour d'autres études de marché et pour soutenir la commercialisation de la technologie.

Les véhicules autonomes pourraient révolutionner les transports publics et les déplacements des passagers, en particulier pour ceux qui ne conduisent pas, mieux relier les communautés rurales et réduire les collisions routières causées par des erreurs humaines. À l'avenir, ils pourraient, par exemple, fournir des liaisons personnalisées à la demande depuis les villes et villages ruraux vers les options de transport public existantes à proximité. Ils pourraient également fournir des services plus directs et opportuns qui permettent aux gens d'avoir un meilleur accès aux services vitaux tels que les écoles et les rendez-vous médicaux.

Des véhicules pouvant conduire eux-mêmes sur les autoroutes pourraient être disponibles à l'achat au cours de l'année prochaine, pour lesquels les utilisateurs auraient besoin d'un permis de conduire valide, afin de pouvoir conduire sur d'autres routes. D'autres véhicules autonomes, par exemple utilisés pour les transports en commun ou la livraison, attendus sur les routes d'ici 2025, n'auraient besoin de personne à bord avec un permis de conduire, car ils pourraient conduire eux-mêmes pendant tout le trajet.
Cette distinction pourrait créer un précédent à l'échelle mondiale, où la responsabilité en cas d'accident de véhicule autonome peut encore être une zone grise. Lorsqu'un véhicule d'essai Uber autonome a tué un piéton en 2017, l'opérateur de sécurité humaine dans le véhicule a été accusé d'homicide par négligence avec un instrument dangereux. Uber n'a fait face à aucune accusation. Et après un accident mortel en 2019 impliquant un véhicule Tesla fonctionnant en Autopilot, le conducteur, et non Tesla, a été inculpé de deux chefs d'accusation d'homicide involontaire coupable avec négligence grave.

Alors que le pays se prépare à rédiger de nouvelles lois concernant les véhicules autonomes, la Grande-Bretagne a ouvert une période de consultation sur une « ambition de sécurité » pour que les véhicules autonomes soient aussi sûrs qu'un conducteur humain. Les résultats de la consultation contribueraient à définir les normes d'exploitation des véhicules autonomes sur la voie publique, ainsi que les sanctions potentielles si ces normes ne sont pas respectées.

« C'est encore un grand saut entre la conduite assistée, où le conducteur garde le contrôle, et la conduite autonome, où la voiture prend le contrôle. Il est important que le gouvernement étudie comment ces véhicules interagiraient avec les autres usagers de la route sur différentes routes et dans des conditions météorologiques changeantes », a déclaré le président des AA, Edmund King, dans un communiqué. « Cependant, le prix ultime, en termes de sauvetage de milliers de vies et d'amélioration de la mobilité des personnes âgées et moins mobiles, vaut la peine d'être poursuivi ».

Outre la rédaction d'une législation visant à garantir la sécurité de la technologie autonome, le Royaume-Uni souhaite tirer parti du marché émergent des véhicules audiovisuels, qu'il évalue à environ 50 milliards d'euros et estime qu'il pourrait créer 38 000 nouveaux emplois. Sur le montant total de l'investissement, environ 24 millions d'euros seront utilisés pour aider à lancer des services commerciaux de conduite autonome, tels que la livraison autonome d'épicerie ou des navettes dans les aéroports. Sept millions de dollars supplémentaires seront investis dans d'autres études de marché et pour soutenir la commercialisation.

« Nous voulons que le Royaume-Uni soit à l'avant-garde du développement et de l'utilisation de cette technologie fantastique, et c'est pourquoi nous investissons des millions dans la recherche vitale sur la sécurité et établissons la législation pour nous assurer que nous bénéficions de tous les avantages que cette technologie promet », a déclaré le secrétaire du ministère des Transports, Grant Shapps, dans un communiqué.

Le gouvernement a déclaré que des véhicules pouvant conduire eux-mêmes sur les autoroutes pourraient être disponibles à l'achat au cours de la prochaine année pour les conducteurs titulaires d'un permis de conduire valide. Alors que les Tesla font partie des véhicules les plus vendus au Royaume-Uni, la législation actuelle ne permet pas aux conducteurs britanniques d'essayer la version bêta complète de Tesla, son système avancé d'assistance à la conduite (ADAS) qui comprend une variété de fonctions de conduite automatisées. Une nouvelle législation pourrait ouvrir la porte non seulement au transport en commun, à la livraison et aux transports en commun, mais également aux voitures équipées de niveaux plus élevés d'ADAS.

Mercedes engage sa responsabilité lorsque son pilote de conduite autonome de niveau 3 Drive Pilot est activé

Le nouveau Drive Pilot de Mercedes ressemble, dans son mode de fonctionnement, à de nombreuses technologies d'assistance à la conduite déjà commercialisées aujourd'hui. Sur certaines autoroutes allemandes, en dessous de 60 km/h, une Classe S ou EQS équipée de Drive Pilot prendra le contrôle de la vitesse, de la direction et des freins de la voiture pour vous déplacer dans la circulation. Mais il y a une différence clef : une fois que vous avez engagé Drive Pilot, vous n'êtes plus légalement responsable du fonctionnement de la voiture jusqu'à ce qu'elle se désengage. Vous pouvez détourner le regard, regarder un film ou sortir. Si la voiture tombe en panne pendant que Drive Pilot fonctionne, c'est le problème de Mercedes, pas le vôtre.

Cette distinction place le système semi-autonome de Mercedes devant l'AutoPilot de Tesla ou le SuperCruise de General Motors. Et ce n'est pas seulement un système conceptuel. Drive Pilot a déjà été homologué pour une utilisation sur toutes les autoroutes allemandes. Mercedes espère le déployer aux États-Unis d'ici la fin de 2022.


« À la fin de l'année dernière, nous étions le premier [constructeur automobile] à obtenir une certification internationale pour un système de niveau 3 », a déclaré Gregor Kugelmann, responsable du développement chez Drive Pilot. « Nous visons à obtenir cela pour la Californie et le Nevada d'ici la fin de cette année, et nous vérifions également de nombreux autres États ».

Les États-Unis ont peu de réglementations fédérales relatives à la conduite automatisée. Les États individuels gèrent leurs propres lois régissant ces systèmes et décident quelles entreprises, le cas échéant, sont autorisées à exploiter des véhicules semi-autonomes sur les routes publiques. À l'heure actuelle, la grande majorité des États n'ont pas de cadre en place pour réglementer le déploiement des véhicules autonomes ou semi-autonomes. C'est un obstacle, mais Mercedes comprend que la propagation généralisée de cette nouvelle technologie nécessitera beaucoup de travail main dans la main avec les gouvernements.

« Je m'attendrais à ce que, ici aux États-Unis, certains autres États adoptent les règles qui seront appliquées par des États pionniers comme la Californie et le Nevada », a déclaré George Massing, vice-président de la conduite automatisée de Mercedes, dans une interview. « Et puis, ils auraient peut-être deux ou trois règles spécifiques incluses dans leur région. Mais nous devrons probablement traiter avec chaque État individuellement en raison de la façon dont vous êtes organisés en tant que pays ».


Le bouton s'allume lorsque Drive Pilot est prêt à s'engager. Appuyez dessus et le voyant vert s'allume, confirmant que Drive Pilot est actif

La volonté de Mercedes d'accepter la responsabilité de ses véhicules semi-autonomes augmentera sûrement ses chances de satisfaire les différents régulateurs. Bien que la distinction puisse sembler juridiquement farfelue, la suppression de la responsabilité du conducteur a nécessité une amélioration technologique massive par rapport aux systèmes de niveau 2 existants.

Pour rappel, les systèmes semi-autonomes les plus avancés disponibles aux États-Unis, y compris Tesla Autopilot et GM SuperCruise, relèvent toujours du niveau 2, où le conducteur est censé superviser activement le système et être prêt à prendre le relais instantanément chaque fois que le système se désengage.

Drive Pilot a plus de redondances, avec des alimentations supplémentaires pour les systèmes critiques. Il utilise un traitement d'image de meilleure qualité et des scanners LiDAR, et rassemble les données de positionnement des satellites GPS, Galileo et GLONASS pour le guidage. Contrairement à tous les systèmes d'aide à la conduite actuellement disponibles, Drive Pilot est conçu pour donner aux conducteurs un avertissement de 10 secondes avant de s'éteindre ; les ingénieurs devaient s'assurer que, dans chaque situation, le système transmettrait le contrôle en toute sécurité et sans erreur.

Ces exigences auto-imposées signifiaient que Mercedes devait résoudre des conditions que le logiciel actuel de niveau 2 ne pouvait tout simplement pas gérer. Par exemple, les systèmes semi-autonomes d'aujourd'hui ne savent tout simplement pas comment reconnaître les véhicules d'urgence qui approchent ; il est de la responsabilité du conducteur de remarquer les feux clignotants et les sirènes, et de prendre le contrôle du véhicule pour faire place. Étant donné que Drive Pilot (et son fabricant) sont légalement responsables du fonctionnement du véhicule, le logiciel doit respecter la loi. Les complexités liées au dégagement d'un chemin pour une ambulance, un camion de pompiers ou un véhicule de police qui approche dépassent les capacités du système ; au lieu de cela, le logiciel utilise des microphones et des caméras pour détecter les lumières et les sirènes d'urgence suffisamment à l'avance pour émettre l'avertissement complet de 10 secondes avant la prise de contrôle manuelle.

Source : gouvernement britannique

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 22/08/2022 à 20:11
Il me parait logique que l'on ne soit pas responsable d'un problème lié à la conduite automatique de son véhicule, sous réserve bien sûr que ce système automatique soit homologué. Ca devrait arriver dans les quelques années à venir.
6  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 23/08/2022 à 20:10
Homologué ne veut pas dire sûr, malheureusement.
Non bien sûr, mais si c'est homologué, c'est que c'est considéré comme suffisamment sûr pour être autorisé à circuler et remplacer dans notre cas de figure le conducteur.
2  0 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/08/2022 à 10:21
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Non bien sûr, mais si c'est homologué, c'est que c'est considéré comme suffisamment sûr pour être autorisé à circuler et remplacer dans notre cas de figure le conducteur.
Je comprend ton point de vue et dans un monde bien régulé je le partagerais. Seulement dans notre monde actuel, les homologations ne veulent plus dire grand chose quand il y a un enjeu financier très important.
2  1 
Avatar de Leruas
Membre averti https://www.developpez.com
Le 22/08/2022 à 22:07
Et si l'accident est possiblement provoqué par une casse mécanique (ce qui va être compliqué à prouver si la voiture est une épave après l'accident), le constructeur ne risque pas de se retourner contre le propriétaire en indiquant un défaut d'entretien du véhicule ?
Le véhicule est censé s'arrêter dès qu'il y a début de problème mécanique ? (pression pneus, usure des plaquettes de freins, pare-choc cassé,...)
1  1 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/08/2022 à 14:54
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Il me parait logique que l'on ne soit pas responsable d'un problème lié à la conduite automatique de son véhicule, sous réserve bien sûr que ce système automatique soit homologué. Ca devrait arriver dans les quelques années à venir.
Homologué ne veut pas dire sûr, malheureusement.

Il n'y a qu'à voir le fiasco du MAX du voir comment une cochonnerie peut passer à travers les gouttes et tuer des centaines de personnes.

Là, la manière dont je perçois la législation c'est: "activez le pilote automatique le plus souvent possible pour ne pas être tenus responsables".
2  2 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 24/08/2022 à 18:15
Je comprend ton point de vue et dans un monde bien régulé je le partagerais. Seulement dans notre monde actuel, les homologations ne veulent plus dire grand chose quand il y a un enjeu financier très important.
L’enjeu financier étant du coup important pour les assureurs, je pense que le lobby des assurances pourra faire le poids en face du lobby des constructeurs automobiles.
0  0 
Avatar de tontonCD
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/08/2022 à 10:46
mwouai, la solution implicite pour les constructeurs est de veiller à la qualité du systèmes (donc avec un surcoût), mais une autre sera de provisionner un compte pour régler financièrement tous les litiges
0  0 
Avatar de eloibru
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 26/08/2022 à 12:10
l'illustration de l'article est très mal choisie dans la mesure ou la voiture arrive sur une ligne droite, avec une visibilité qui semble très bonne et des passants sur un passage piéton.
Dans ce cas, la seule bonne réponse est que la voiture doit s'arrêter et donc ne tuer personne.

Sinon, j'aimerais bien avoir des statistiques sur les cas ou un conducteur doit choisir entre un groupe ou un autre, perso, je n'ai pas souvenir d'avoir entendu parler de cela.

Dernier point, dans l'article, il est dit que la responsabilité du constructeur sera engagée dans la mesure ou la voiture considère que nous sommes dans des conditions propices à la conduite autonome, ce qui signifie qu'elle pourra je suppose changer d'avis à tout moment et donc notamment (très) peu de temps (1 seconde, 5 secondes, ..) avant un accident en tort.

Je pense que lorsque toute la flotte sera automatique et connectée, tout ira bien, mais que ça risque d'être un gros bordel dans un situation hybride.
0  0 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/08/2022 à 15:42
En rapport avec le sondage de ce fil, il suffira aux constructeurs de mettre 1 ou 2 réglages de stratégie du pilotage auto pour remettre la responsabilité sur le dos du conducteur.

Car une voiture autonome "sure" a qui on donnerait comme consigne de ne blesser personne comprendra très vite que la vitesse donne l’énergie et que c'est l’énergie qui cause les dommages => l'IA décidera de stopper le véhicule.
Donc le véhicule ne sera jamais autonome au sens strict puisqu'il répondra à un automatisme imposé, à minima pour que la voiture avance. Celui qui impose à l'automatisme cette règle d'avancer est de fait responsable de la dangerosité du véhicule. Réglage par le conducteur => responsabilité conducteur.

Ou alors il faut admettre qu'il n'y a pas d'IA du tout la dedans, que c'est un pur automatisme et que le législateur décide des règles à respecter ; lourde tache au regard du sondage et d'autres sondages du même genre.
A noter que dans ce sondage il n'y a pas "préserver le conducteur ou propriétaire du véhicule" or j'ai déjà lu de nombreuses fois des égoïstes j'menfoutistes soutenir cette règle.
1  2 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/08/2022 à 20:03
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Qu'en pensez-vous ?
Que certains législateurs au Royaume Uni ont dû recevoir des paquets d'avantages ou de pognon... Ça empeste la corruption à plein nez.
0  3