IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Conseil constitutionnel valide la loi portant sur le retrait des contenus terroristes en ligne dans un délai d'une heure après notification
Mais fait des précisions pour nuancer les cas de délit

Le , par Olivier Famien

467PARTAGES

24  0 
Dans le but de lutter contre la radicalisation en ligne, l’Union européenne a adopté depuis le 29 avril 2021, un règlement relatif à la lutte contre la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne. Selon les dispositions de ce règlement, les autorités compétentes des États membres sont habilitées à émettre des injonctions contraignant les fournisseurs de services d’hébergement à supprimer les contenus à caractère terroriste ou à en bloquer l’accès dans tous les États membres dans un délai d’une heure après le signalement du contenu terroriste. Cette loi qui devait être validée par chacun des 27 pays de l’Union européenne vient d’être adoptée en France par le Conseil constitutionnel depuis quelques jours et publiée au journal officiel depuis hier. Bon gré mal gré, les détracteurs de cette loi devront s’y conformer.

Quelques inquiétudes avancées

Dans son essence, cette loi suscite de l’opposition auprès de nombreuses parties. Dans un premier, elle pourrait accentuer la domination des grandes entreprises comme Facebook ou Google qui disposent de moyens appropriés pour gérer la modération sur leurs plateformes. Ainsi, les petits sites ou plateformes qui n’ont pas les moyens de répondre rapidement et efficacement après saisine n’auraient d’autres choix que de mettre la clé sous le paillasson, soutient la Quadrature du Net. En outre, plusieurs organisations des libertés d’expression s’inquiètent de la censure en masse que pourrait occasionner cette loi et soulignent au passage qu’elle ne fera que museler à tort de nombreuses personnes sur la toile.

La nouvelle loi de retrait ou blocage de contenu terroriste : que faut-il retenir ;?

Face à la problématique de la liberté d’expression soulevée par plusieurs organisations et même des députés, le Conseil constitutionnel s’est penché sur la question en déclarant au soir de son analyse ce qui suit : « ;aux termes de l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ;».

Le Conseil constitutionnel rappelle que l’article 34 de la Constitution fixe les règles concernant... les droits civiques et les garanties fondamentales accordées aux citoyens pour l’exercice des libertés publiques. Sur ce fondement, soutient l’organe de l’État, « ;il est loisible au législateur d’édicter des règles concernant l’exercice du droit de libre communication et de la liberté de parler, d’écrire et d’imprimer. Il lui est aussi loisible, à ce titre, d’instituer des dispositions destinées à faire cesser des abus de l’exercice de la liberté d’expression et de communications qui portent atteinte à l’ordre public et aux droits des tiers. Cependant, la liberté d’expression et de communication est d’autant plus précieuse que son exercice est une condition de la démocratie et l’une des garanties du respect des autres droits et libertés. Il s’ensuit que les atteintes portées à l’exercice de cette liberté doivent être nécessaires, adaptées et proportionnées à l’objectif poursuivi.
Il résulte de tout ce qui précède que les dispositions contestées ne méconnaissent pas la liberté d’expression et de communication. Par conséquent, ces dispositions, qui ne méconnaissent aucune autre exigence constitutionnelle, sont conformes à la Constitution ;».


Selon les dispositions de cette nouvelle loi, les hébergeurs et sites internet devront retirer ou bloquer tout contenu terroriste reconnu comme tel par l’organe désigné à cette fin dans un délai d’une heure après l’injonction. En la matière, l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC), qui dépend de la direction centrale de la police judiciaire, est l’organe désigné pour émettre les injonctions nationales de retrait ou de blocage dans le cadre du règlement. Pour les hébergeurs situés en dehors de l’Union européenne, une personne qualifiée désignée au sein de l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom, Ex-CSA) se chargera de recevoir les injonctions et notifier les parties concernées par le contenu terroriste à retirer ou à bloquer. Lors de la saisine d’un hébergeur ou d’un site abritant du contenu terroriste, l’OCLCTIC devra préciser dans l’injonction de retrait ou de blocage adressée à la partie concernée non seulement la référence au type de contenu concerné, mais aussi une motivation suffisamment détaillée expliquant les raisons pour lesquelles il est considéré comme ayant un caractère terroriste.

Ce qu’encourent les contrevenants à cette loi

En cas de non-conformité aux injonctions, les fautifs encourent une peine d’un an de prison et 250 ;000 euros d’amende. Et pour une personne morale, cette amende peut aller jusqu’à 4 % de son chiffre d’affaires mondial en cas d’infractions persistantes. Bien évidemment, un recours est possible. Les hébergeurs ou les internautes à l’origine des contenus, qui contestent une injonction de retrait, pourront déposer un recours en annulation dans les 48 heures devant le tribunal administratif, qui aura 72 heures pour statuer. Un appel pourra être formé dans les 10 jours. La cour administrative d’appel aura alors un mois pour trancher.

Quelques précisions pour rassurer la toile

Cependant, il est clair qu’à ce niveau plusieurs points restent à éclaircir. À ce sujet, le Conseil constitutionnel a tenu à nuancer les contours de cette loi. Déjà, pour ce qui concerne les hébergeurs, la loi stipule que si un fournisseur de services d’hébergement ne peut pas se conformer à l’injonction reçue en raison d’un cas de force majeure, d’un fait qui ne lui est pas imputable ou des erreurs manifestes ou de l’insuffisance des informations que l’injonction contient, ce manquement ne lui sera pas imputé. Ensuite, concernant le contenu terroriste en lui-même, la loi précise qu’il « ;ne peut être considéré comme ayant un caractère terroriste le contenu diffusé au public à des fins éducatives, journalistiques, artistiques ou de recherche, ou à des fins de prévention ou de lutte contre le terrorisme, y compris le contenu qui représente l’expression d’opinions polémiques ou controversées dans le cadre du débat public ;».

Enfin, la personnalité qualifiée, désignée en son sein par l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique, qui est une autorité administrative indépendante, est obligatoirement informée de ces demandes de retrait et peut, en cas d’irrégularité, recommander à l’autorité compétente d’y mettre fin et, dans le cas où cette recommandation n’est pas suivie, saisir la juridiction administrative en référé ou sur requête qui doit être jugée dans le délai de soixante-douze heures. Ainsi, la détermination du caractère terroriste des contenus en cause n’est pas laissée à la seule appréciation de l’autorité administrative chargée d’émettre des injonctions de retrait.

Mais sera-ce suffisant pour éviter d’éventuelles dérives ;? Cette loi pourra-t-elle véritablement empêcher la diffusion des contenus terroristes en ligne ?

SOURCE : Conseil Constitutionnel

Et vous ?

Selon vous, cette loi permettra-t-elle de régler le problème de diffusion des contenus terroristes en ligne ;?

Quelles solutions préconisez-vous vous lutter contre les contenus terroristes sur la toile ;?

Voir aussi

Loi contre la haine en ligne : la CNCDH demande le retrait de l'article 1 qui "fait peser une menace disproportionnée sur la liberté d'expression"
Loi contre la haine en ligne : plusieurs organisations s'inquiètent quant au délit de « non-retrait » sous les 24 heures des contenus signalés comme « manifestement illicites »
Loi contre la haine en ligne : en commission mixte paritaire, le Sénat s'oppose au délit de « non-retrait » des contenus signalés comme « manifestement illicites »
Loi contre la haine en ligne : les sénateurs s'opposent à deux dispositions du texte qu'ils jugent excessives et irrespectueuses du droit

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/08/2022 à 20:42
UNE HONTE.

Cette loi gravissime est clairement faite pour nuire aux petits espaces de discussion décentralisés, et favoriser les grandes plates-formes centralisées.
Comment un espace en ligne avec peu de modérateurs peut continuer à vivre avec une loi pareil ????? Sans parler des inévitables dérives politique lié à la définition même du "terrorisme" (le terroriste, c'est le soldat de l'autre camps, comme par exemple les résistants pendant la seconde guerre mondial ou les anarchistes pendant le 3ème république).

8  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/08/2022 à 20:50
Je me suis déjà exprimé sur le terrorisme au temps de snowden en justifiant qu'il avait bon dos. Cela m'a valu une plainte sur ce même forum. Et une demi-heure d'interrogatoire par le procureur pour finir par conclure que nous étions dans le même camp. Intégralement blanchi. Je le redis : le terrorisme a bon dos. Et je l'ai déjà dit sur ce même fil d'actualités : appliquons le code civil aux sites pour juger ceux qui postent et pas les hébergeurs.
4  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 18/08/2022 à 13:24
Bonjour,

Le Conseil constitutionnel valide la loi portant sur le retrait des contenus terroristes en ligne dans un délai d’une heure après notification, mais fait des précisions pour nuancer les cas de délit

Mais sera-ce suffisant pour éviter d’éventuelles dérives ?
Pas du tout . Il suffit d'un site piraté ou les admins n'ont pas le temps ou ne sont pas reactif H24/J7 ... On se retrouvera avec des petits qu'on vient emmerder et des gros qui pourront censurer à loisir.

Cette loi pourra-t-elle véritablement empêcher la diffusion des contenus terroristes en ligne ?
Pas du tout. Quid du darkweb dont personne ne parle.

Selon vous, cette loi permettra-t-elle de régler le problème de diffusion des contenus terroristes en ligne ?
Non

Quelles solutions préconisez-vous vous lutter contre les contenus terroristes sur la toile ?
Cela suppose déjà de s'attaquer au darkweb ... des moyens colossaux pour des résultats mediocre. Donc on s'attaque au "grand publique" . On a surtout l'impression d'y voir de l'amuse bouche ^^

Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Je me suis déjà exprimé sur le terrorisme au temps de snowden en justifiant qu'il avait bon dos. Cela m'a valu une plainte sur ce même forum. Et une demi-heure d'interrogatoire par le procureur pour finir par conclure que nous étions dans le même camp. Intégralement blanchi. Je le redis : le terrorisme a bon dos. Et je l'ai déjà dit sur ce même fil d'actualités : appliquons le code civil aux sites pour juger ceux qui postent et pas les hébergeurs.
Sérieusement , tu as déjà eu affaire à la police et à la justice a cause d'une altercation sur le forum ???
4  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/08/2022 à 17:26
Oui j'ai dû faire face à une plainte pour apologie du terrorisme pour avoir expliqué et dûment justifié un point de vue sur l'espionnage de masse du gouvernement américain dont le terrorisme n'était qu'un prétexte.

C'était sur le sujet du Patriot Act français en 2014
3  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 18/08/2022 à 20:56
C'est surement pour ça que le parlement européen finance les frères musulman...
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/08/2022 à 12:01
Bonjour,

Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Oui j'ai dû faire face à une plainte pour apologie du terrorisme pour avoir expliqué et dûment justifié un point de vue sur l'espionnage de masse du gouvernement américain dont le terrorisme n'était qu'un prétexte.

C'était sur le sujet du Patriot Act français en 2014
Je suis sur le c*l popotin
1  0