IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

GitLab renonce à supprimer les projets inactifs de ses utilisateurs gratuits après le tollé provoqué en ligne

Le , par Stéphane le calme

192PARTAGES

18  0 
GitLab est revenu sur sa décision de supprimer automatiquement les projets inactifs depuis plus d'un an et appartenant à ses utilisateurs du niveau gratuit. C'est un média américain qui a révélé en exclusivité que GitLab prévoyait d'introduire la politique fin septembre. L'entreprise espérait que cette décision lui permettrait d'économiser jusqu'à 1 million de dollars par an et contribuerait à rendre son activité SaaS durable.

Mais cette orientation a provoqué des vagues d'indignation.

Geoff Huntley, un défenseur de l'open source et un membre de la communauté open.Net, a décrit la politique comme « absolument délirante ». « Le code source ne prend pas beaucoup d'espace disque », a-t-il déclaré. « Que quelqu'un supprime tout ce code, c'est la destruction de la communauté. Ils vont détruire leur marque et leur bonne volonté ».

« Les gens hébergent leur code là-bas parce qu'il y a cette idée qu'il sera accessible au grand public pour le réutiliser et le remixer », a-t-il ajouté. « Bien sûr, il n'y a aucune garantie qu'il y sera toujours hébergé, mais les règles non écrites de l'open source sont que vous rendez le code disponible et que vous ne le supprimez pas ».

« Nous avons eu des mainteneurs qui ont retiré du code et il y a eu une énorme indignation de la communauté à ce sujet », a-t-il déclaré, soulignant que d'autres projets qui dépendent d'un produit supprimé en souffriront.

« Toutes les dépendances ne peuvent pas compiler », a-t-il déploré.

Huntley a également contesté la notion d'inactivité d'un dépôt : « Le logiciel est écrit et ensuite c'est fait. Quand vous atteignez un point de perfection, cela le rend-il inactif ? »

Neil H. Watson, administrateur système Linux, a déclaré : « J'aimais juste apprendre les pipelines Gitlab, mais la pilule ne passe pas. Des soucis financiers ? »


GitLab a refusé à plusieurs reprises de commenter son plan de suppression, que le média américain qui l'a évoqué a appris de sources bien placées. Il y a quelques heures, l'entreprise, qui n'a pas nié nos informations, a tweeté pour dire qu'elle archiverait les projets inactifs dans un stockage objet*: « Nous avons discuté en interne de ce qu'il fallait faire avec les référentiels inactifs. Nous avons pris la décision de déplacer les dépôts inutilisés vers le stockage d'objets. Une fois implémentés, ils seront toujours accessibles, mais prendront un peu plus de temps pour y accéder après une longue période d'inactivité ».


Le stockage objet est une stratégie qui permet de gérer et de manipuler le stockage des données en tant qu'unités distinctes appelées « objets ». Ces objets sont conservés dans un entrepôt, sans être rattachés aux fichiers situés dans d'autres dossiers. Le stockage objet combine les données qui constituent les fichiers, puis traite toutes les métadonnées pertinentes avant de leur attribuer un identifiant personnalisé.

Le média américain derrière la publication de cette actualité indique que le tweet ne reflète pas tout à fait ce qui s'est réellement passé :

« Les documents que nous avons vus prévenaient le personnel d'une réunion interne prévue pour le 9 août. L'ordre du jour de la réunion présente le plan de suppression des référentiels de code inactifs, le décrivant ainsi*:

Après le 2022-09-22, nous déploierons la politique de conservation des données pour les utilisateurs gratuits. Ce sous-programme imposera des limites au nombre de mois pendant lesquels un projet gratuit peut rester inactif avant que nous ne le supprimions automatiquement, ainsi que les données qu'il contient.

« Le tweet de GitLab peut, aux yeux de certains internautes, contredire sa propre notification au personnel.

« D'autres documents internes que nous avons consultés mentionnent l'utilisation possible du stockage d'objets pour archiver des projets, mais craignent que cela n'augmente les coûts de GitLab en créant un besoin de plusieurs sauvegardes redondantes.

« Nous avons également vu des discussions internes confirmer que le code d'automatisation pour supprimer les projets inactifs était terminé fin juillet et était prêt à être déployé après des mois de débat et de travail de développement.

« L'une de nos sources nous a dit cet après-midi que c'était la pression en ligne, menée par nos reportages, qui avait forcé le rival de GitHub à revoir radicalement sa manière de penser. La nouvelle de la politique de suppression en tant qu'exercice d'économie d'argent a suscité la fureur sur Twitter et Reddit ».

Quoi qu'il en soit, le tweet de GitLab a été bien accueilli, mais a également soulevé d'autres questions*:

« Si seul le propriétaire peut le récupérer, avez-vous pensé au cas profondément malheureux où un responsable du projet décède et où son code devient inaccessible un an après la fin de son activité sur le site*? »


Le PDG de GitLab, Sid Sijbrandij, a offert plus d'informations sur ses plans dans le tweet ci-dessous : « Projets archivés https://t.co/4rOeJHNilh est un état activé par l'utilisateur qui signale l'intention. Nous ne sommes pas encore sûrs, mais il est très probable que le type de stockage utilisé soit orthogonal à cela. Notre plan actuel pour le stockage d'objets https://t.co/fLRl2TY744 garderait les repos visibles pour tout le monde ».


Néanmoins, l'entreprise s'est refusée à répondre aux demandes de renseignements du média américain qui a publié ces informations.

PDG Gitlab

Et vous ?

Que pensez-vous de cette direction donnée quant aux dépôts inactifs depuis un an ?
Partagez-vous les propos du média américain qui estime que les informations qu'il a obtenues en interne étaient vraies et que Gitlab a changé radicalement sa façon de procéder suite à la pression suscitée par le rapport et les internautes ?
Ces informations vous semblaient-elles crédibles ?
Comment pouvez-vous interpréter le refus de Gitlab de répondre aux demandes de renseignements du média américain qui a publié ces informations ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !