IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les dirigeants de Forsage crypto accusés de pilotage d'une chaîne de Ponzi de 300 millions de dollars
Dans un contexte où l'image d'escroquerie colle aux cryptomonnaies

Le , par Patrick Ruiz

205PARTAGES

3  0 
Onze personnes qui ont dirigé et promu la société de cryptomonnaies Forsage sont accusées d'avoir exploité une chaîne de Ponzi qui a permis de collecter plus de 300 millions de dollars auprès de millions d'investisseurs aux États-Unis et ailleurs. L’information divulguée par l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers (SEC) tombe dans un contexte de débats autour des cryptomonnaies : s’agit-il juste de chaînes de Ponzi ? Peut-on les considérer comme socle d’une révolution monétaire amorcée ?

Les dirigeants de Forsage ont procédé à la publication de vidéos promettant d'énormes rendements aux investisseurs. L'une d'elles qualifie le service de puissante source de revenus passifs à long terme. Néanmoins la SEC allègue que les fondateurs du service ne proposaient pas une stratégie d'investissement, mais plutôt un système pyramidal, dans lequel les investisseurs gagnaient de l'argent en recrutant d'autres personnes. De plus, les premiers investisseurs étaient payés grâce à l'argent investi par les nouveaux clients.

Les quatre fondateurs sont : Vladimir Okhotnikov, Jane Doe (connue sous le pseudonyme de Lola Ferrari), Mikhail Sergeev et Sergey Maslakov. Sont également inculpés plusieurs Américains qui ont été engagés par Forsage pour vanter les mérites du service, comme une promotrice qui a prétendu avoir investi 1 600 dollars et gagné plus d'un million de dollars en sept mois, selon la plainte. Selon la SEC, les quatre fondateurs vivaient en Russie, en République de Géorgie et en Indonésie.

L’information tombe dans un contexte de débats autour des cryptomonnaies. En effet, le principal apport des actifs cryptographiques est de permettre à des tiers d’échanger de la valeur de façon sécurisée sans devoir passer par une entité extérieure (banque) qui garantit la validité du transfert. Néanmoins, les autorités de contrôle des marchés financiers de plusieurs pays sont d’avis que la plus-value sociale des cryptomonnaies est discutable.

« Les risques pour les consommateurs sont importants et ces actifs sont utilisés à des fins criminelles telles que le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme et les paiements par rançongiciels. Les cryptomonnaies ont en sus un impact négatif important sur le climat, car leur exploitation entraîne d'importantes émissions de gaz à effet de serre et menace la transition climatique qui doit avoir lieu de toute urgence. Ce constat est alarmant, et les cryptomonnaies doivent donc être réglementées », indiquent-elles.

Les monnaies cryptographiques sont même pour certains des observateurs de cette sphère à considérer comme des schémas de Ponzi modernes :

« Un stratagème classique de Ponzi est une fraude financière dans laquelle des individus effectuent des manipulations bancaires ainsi que des manipulations des états comptables pour payer continuellement de nouveaux investisseurs grâce à d'anciens investisseurs tout en maintenant l'illusion des rendements. En termes économiques, investir dans un système de Ponzi est un jeu à somme négative et est une forme de jeu comme le poker ou la roulette. Le jeu est une consommation et contrairement aux entreprises productives, rien de valeur n'est créé à partir du processus. Il y a une réserve d'argent fixe et chaque personne qui fait un profit le fait nécessairement au détriment de quelqu'un d'autre qui perd. Tout gagnant unique est nécessairement payé par plusieurs perdants. Les jeux à somme négative ne génèrent pas, dans l'ensemble, de la richesse ou de l'utilité et redistribuent simplement les fonds d'entrée à différents participants. Il y a un rendement attendu négatif de s'engager dans cette classe d'activités. »

« Dans le programme de vingt ans de Bernie Madoff, de nombreux investisseurs ont vraiment gagné de l’argent et investir dans des projets de Ponzi au bon moment peut en effet vous rendre très riche. Certaines personnes deviennent également extrêmement riches en jouant à la roulette, mais ce n'est pas le cas de la majorité et vous n'entendrez jamais parler de ceux qui ont tout perdu. C'est l'essence de la raison pour laquelle les stratagèmes de Ponzi sont illégaux et considérés comme une forme de fraude, ils sont une forme de jeu d'argent qui dépend de l'asymétrie de l'information et de la collusion où le reste de la société supporte les coûts et les externalités négatives pour aider les victimes lorsque la musique s'arrête inévitablement et qu'il n'y a plus de chaises. »

« Bitcoin n'est pas différent. L'achat d'un bitcoin, c'est acheter une entrée dans une base de données comptable, une collection de bits extrêmement coûteuse. Il n'a aucune manifestation dans le monde réel, ne produit rien, n'a pas d'actifs, de revenus, de clients, de trésorerie ou de dividendes. La valeur actuelle nette du bitcoin est nulle et ne peut jamais être différente de zéro. Cette valeur provient uniquement d’une forme de spéculation récursive, une illusion selon laquelle davantage de victimes viendront à spéculer, perpétuant ainsi l’escroquerie et faisant monter la “valeur “ spéculée plus haut. C'est un contrat à terme avec un sous-jacent sur la crédulité humaine, un pari qu'il y aura plus d'imbéciles à l'avenir pour payer les imbéciles actuels. Einstein a dit un jour : “ Deux choses sont infinies : l'univers et la stupidité humaine ; et je ne suis pas sûr pour ce qui concerne l'univers“ et dans l'étrange monde à l'envers d'aujourd'hui, vous pouvez désormais investir dans la thèse d'Einstein et cela s'appelle bitcoin. »

« Une réserve de valeur ne peut pas être basée uniquement sur la foi en une réserve inépuisable d'imbéciles prêts à payer monotonement davantage pour quelque chose indéfiniment. Il devrait être intuitivement évident pour chaque écolier que ce jeu de chaises musicales ne peut pas durer éternellement et ne durera pas. La réalité a une manière de s'affirmer et à un moment donné, ce schéma épuisera le bassin des imbéciles qui se retrouveront en train de prendre une part pathétique dans l'illusion collective d'une non-monnaie totalement inutile dans le monde réel. Les bitcoins sont totalement inadaptés à des fins monétaires, ils ne soutiennent aucune activité économique, ne sont pas adaptés aux transactions en tant qu'unité d'échange et ne peuvent jamais remplir aucune fonction au-delà d'une bulle spéculative vide. »

« Cette nouvelle classe d'escroquerie diverge de ce Ponzi classique d'une manière significative et juridiquement importante. Au lieu des salles enfumées, nous avons le brouillard d'obscurantisme post-vérité induit par notre nouveau paysage médiatique qui se nourrit d'illusion, de méfiance envers les experts et de confusion comme moyen d'obscurcir le mécanisme sous-jacent du schéma de redistribution des richesses. C'est l'essence de la raison pour laquelle nous appelons cette fraude un schéma "postmoderne", les investisseurs sophistiqués comprennent parfaitement le mécanisme de la fraude et toutes les opérations sont effectuées en public, mais la fraude dépend de l'ignorance collective et/ou de l'excès de confiance sur le fait que des individus pourront jauger leur temps de sortie du marché correctement tandis que d'autres ne le feront pas. Ce n'est pas différent de l'erreur des joueurs qui croient d'une manière ou d'une autre que leur rotation de la roulette est en quelque sorte bénie par la chance. »


Neil Ferguson – chroniqueur pour Bloomberg – est pour sa part d’avis que les cryptomonnaies peuvent être considérées comme le socle d’une révolution monétaire amorcée :

« Nous vivons une révolution monétaire si multiforme que peu d'entre nous en comprennent toute l'étendue. La transformation technologique d'Internet est le moteur de cette révolution. La pandémie de 2020 l'a accélérée. Pour illustrer l'étendue de notre confusion, considérons les performances divergentes de trois formes de monnaie cette année : le dollar américain, l'or et le bitcoin. »

« Le dollar est la monnaie préférée du monde, non seulement dominante dans les réserves des banques centrales, mais aussi dans les transactions internationales. C'est une monnaie fiduciaire, son offre est déterminée par la Réserve fédérale et les banques américaines. On peut calculer sa valeur par rapport aux biens achetés par les consommateurs, selon quelle mesure elle s'est à peine dépréciée cette année (l'inflation tourne à 1,2 %), ou par rapport aux autres monnaies fiduciaires. Sur cette dernière base, selon l’indice au comptant du dollar de Bloomberg, il est en baisse de 4 % depuis le 1er janvier. L’or, en revanche, a augmenté de 15 % en dollars. Mais le prix en dollars d'un bitcoin a augmenté de 139 % depuis le début de l'année. »

« Le rallye Bitcoin de cette année a surpris de nombreuses personnes intelligentes. Le sommet de la semaine dernière était juste en dessous du sommet du dernier rallye (19 892 US$ selon la bourse Coinbase) en décembre 2017. Lorsque le bitcoin s'est vendu par la suite, l'économiste de l'Université de New York Nouriel Roubini n'a pas hésité. Bitcoin, a-t-il déclaré à CNBC en février 2018, avait été la "plus grande bulle de l'histoire de l'humanité". Son prix "tomberait désormais à zéro". Huit mois plus tard, Roubini est revenu à la charge dans un témoignage au Congrès, dénonçant Bitcoin comme la "mère de toutes les escroqueries". Dans les tweets, il l'a appelé "Shitcoin". »

« Avance rapide jusqu'en novembre 2020 et Roubini a été contraint de changer d'avis. Le Bitcoin, a-t-il concédé dans une interview avec Yahoo Finance, était "peut-être une réserve de valeur partielle, parce que ... il ne peut pas être aussi facilement dégradé, car il existe au moins un algorithme qui décide de combien l'offre de bitcoins augmente avec le temps." Si j'aimais autant l'hyperbole que lui, j'appellerais cela la plus grande conversion depuis Saint Paul. »

« Roubini n'est pas le seul à avoir été contraint de changer de perspective face au Bitcoin cette année. Parmi les investisseurs de renom qui sont devenus optimistes, on trouve Paul Tudor Jones, Stan Druckenmiller et Bill Miller. Même Ray Dalio a admis qu'il "manquait peut-être quelque chose" à propos du Bitcoin. »

« Les journalistes financiers capitulent également : mardi, Izabella Kaminska, du Financial Times, sceptique de longue date en matière de cryptomonnaie, a admis que Bitcoin avait un cas d'utilisation valide comme couverture contre une dystopie "vers lequel le monde se dirige à travers l'autoritarisme et les libertés civiles qui ne peuvent pas être tenues pour acquises". »

« Alors, que se passe-t-il ? »

« Premièrement, il ne faut pas s'étonner qu'une pandémie ait accéléré le rythme de l'évolution monétaire. À la suite de la peste noire, comme l'historien Mark Bailey l'a noté dans ses conférences magistrales à Oxford Ford en 2019, il y a eu une monétisation accrue de l'économie anglaise. Avant les ravages de la peste bubonique, le système féodal avait lié les paysans à la terre et les obligeait à payer un loyer en nature, en remettant une part de tous les produits à leur seigneur. Avec les pénuries chroniques de main-d'œuvre, il y a eu un virage vers des loyers fixes annuels payés en espèces. En Italie également, l'économie après les années 1340 est devenue plus monétisée : ce n'est pas un hasard si la famille italienne la plus puissante des XVe et XVIe siècles était les Médicis, qui ont fait fortune en tant que changeurs florentins. »

« De la même manière, COVID-19 a été bon pour Bitcoin et pour la cryptomonnaie en général. Premièrement, la pandémie a accéléré notre progression vers un monde plus numérique : ce qui aurait pu prendre 10 ans a été réalisé en 10 mois. Les personnes qui n'avaient jamais risqué une transaction en ligne ont été obligées d'essayer, pour la simple raison que les banques étaient fermées. Deuxièmement, et par conséquent, la pandémie a considérablement accru notre exposition à la surveillance financière ainsi qu'à la fraude financière. Ces deux tendances ont été bonnes pour Bitcoin. »

« Je n'ai jamais souscrit à la thèse selon laquelle Bitcoin irait à zéro après avoir chuté de prix fin 2017 et 2018. Dans l'édition 2018 mise à jour de mon livre, "The Ascent of Money" – dont la première édition est apparue plus ou moins simultanément avec le document fondamental Bitcoin du pseudonyme Satoshi Nakamoto – j'ai soutenu que Bitcoin s'était imposé comme "une nouvelle réserve de valeur et d'actif d'investissement – un type d'or numérique – qui offre aux investisseurs une rareté garantie et une mobilité élevée, ainsi qu'une faible corrélation avec d'autres classes d'actifs". »

« "L'objectif de Satoshi", ai-je soutenu, "n'était pas de créer une nouvelle monnaie, mais plutôt de créer l'actif sûr ultime, capable de protéger la richesse de la confiscation dans les juridictions où la protection des investisseurs est médiocre, ainsi que du fléau quasi universel de la dépréciation de la monnaie ... Le Bitcoin est portable, liquide, anonyme et rare". »

« Il y a deux ans, j'ai estimé qu'environ 17 millions de bitcoins avaient été minés. Le nombre de millionnaires dans le monde, selon le Credit Suisse, était alors de 36 millions, avec une richesse totale de 128,7 billions de dollars. "Si les millionnaires décidaient collectivement de ne détenir que 1 % de leur richesse sous forme de bitcoins", ai-je soutenu, "le prix serait supérieur à 75 000 USD – plus élevé, si un ajustement était effectué pour tous les bitcoins perdus ou accumulés. Même si les millionnaires ne détenaient que 0,2 % de leurs actifs sous forme de bitcoins, le prix serait d'environ 15 000 USD". Nous avons dépassé 15 000 dollars le 8 novembre. »

« Ce qui se passe, c'est que le bitcoin est progressivement adopté non pas tant comme moyen de paiement que comme réserve de valeur. Non seulement les particuliers fortunés, mais aussi les entreprises technologiques investissent. En juillet, Michael Saylor, le milliardaire fondateur de MicroStrategy, a ordonné à son entreprise de détenir une partie de ses réserves de trésorerie dans des actifs alternatifs. En septembre, la trésorerie d’entreprise de MicroStrategy avait acheté des bitcoins d’une valeur de 425 millions de dollars. Square, la société de paiement basée à San Francisco, a acheté des bitcoins d'une valeur de 50*millions de dollars le mois dernier. PayPal vient d'annoncer que les utilisateurs américains peuvent acheter, conserver et vendre des bitcoins dans leur portefeuille PayPal. »

« Ce processus d'adoption a encore beaucoup de chemin. Selon les mots de Wences Casares, l'investisseur technologique né en Argentine qui est l'un des plus fervents défenseurs de Bitcoin, "Après 10 ans de bon fonctionnement sans interruption, avec près de 100 millions de détenteurs, ajoutant plus d'un million de nouveaux détenteurs par mois et faisant transiter plus d'un milliard de dollars par jour dans le monde", il a 50 % de chances d'atteindre un prix de 1 million de dollars par bitcoin dans cinq à sept ans […] ».


Le Salvador et la République centrafricaine en renfort de la perception révolution monétaire à base des cryptos

La République centrafricaine est devenue la deuxième nation au monde à adopter le bitcoin (BTC) comme monnaie légale. La Centrafrique a adopté le bitcoin comme monnaie légale au côté du franc CFA. Le pays a, via la nouvelle loi promulguée par le président Touadera, fixé un cadre réglementaire qui vise à favoriser l'adoption des cryptomonnaies comme mode de paiement par les commerces ainsi que pour le règlement des contributions fiscales au travers de plateformes reconnues et autorisées par le gouvernement.

Le bitcoin a cours légal au Salvador depuis la mi-parcours de l’année précédente. Le projet de loi du président Nayib Bukele du Salvador, afin de donner un cours légal au bitcoin dans son pays, a fait l’objet d’approbation le 9 juin 2021 par le Congrès du pays. Par 62 voix sur 84, le Salvador est devenu le premier pays à approuver une loi donnant cours légal au bitcoin. Cette dernière a pour objet la régularisation du bitcoin comme monnaie à cours légal, sans restriction avec pouvoir libératoire, illimité dans toute transaction.

Le positionnement de ces deux pays survient dans un contexte de critiques des banques centrales à l’endroit des monnaies cryptographiques. « Les cryptomonnaies ont été spécifiquement développées pour contourner le système financier réglementé et ne sont adossées à aucun flux monétaire sous-jacent. Nous avons également vu que les cryptomonnaies ne se prêtent pas à une définition en tant que monnaie, actif ou marchandise ; elles n'ont pas de flux de trésorerie sous-jacent ; elles n'ont pas de valeur intrinsèque ; qu'elles s'apparentent à des systèmes de Ponzi, et peuvent même être pires », selon Rabi Sankar de la banque centrale de l’Inde.

Ces sorties se font sur fond de comparaisons entre le dollar (dont les banquiers font l’éloge de la stabilité) et le secteur relativement nouveau des monnaies cryptographiques. « La raison pour laquelle le dollar a une valeur est que le gouvernement américain a un monopole légal sur la production du dollar. Dans le monde des monnaies virtuelles et des cryptomonnaies, il existe des milliers de ces pièces de monnaie de type ordure. Des gens se sont littéralement fait escroquer pour des dizaines de milliards de dollars et la SEC s'est vue obligée de s’impliquer dans la répression de ce phénomène », indique le président de la Banque de la Réserve fédérale américaine.

Seulement, de Bitcoin à Dogecoin en passant par Ethereum, le constat est le même : le fait d’acheter tôt ne garantit pas de faire une plus-value au moment où l’investisseur sera désireux de procéder à une revente. Tout est une question de cotation à un instant t. Ainsi, un investisseur qui fait l’acquisition de l’euro contre des dollars à un moment où la cotation est faible peut de même en tirer une plus-value à un moment plus favorable de l’évolution des cours.

Source : SEC

Et vous ?

Que pensez-vous des cryptomonnaies en général et du bitcoin en particulier ?
Détenez-vous des actifs ou avez-vous l'intention d'en disposer ?
Que pensez-vous de l’argumentation autour des cryptomonnaies à considérer comme faisant partie d'une révolution monétaire ?

Voir aussi :

La valeur du bitcoin plonge à 3800 dollars et entraîne une perte globale de 163 milliards de dollars chez les utilisateurs. Bitcoin, une arnaque déguisée ?

Le bitcoin est le meilleur investissement de ces dix dernières années, selon un rapport de Bank of America

La majorité du marché de bitcoin est une tromperie, 95 % du volume des échanges de cette monnaie étant truqué, selon une nouvelle étude

Le bitcoin vaut moins que le coût d'extraction, selon J.P. Morgan. Le coût de revient moyen pondéré d'un bitcoin étant estimé à environ 4 060 $

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !