IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'historique de navigation web et les SMS ont été utilisés pour poursuivre des femmes pour avortement
Google supprimera l'historique de localisation indiquant des visites à des cliniques d'avortement

Le , par Stéphane le calme

165PARTAGES

18  1 
Google supprimera les données de localisation indiquant lorsque les utilisateurs se rendent dans une clinique d'avortement, a déclaré vendredi la société de recherche en ligne, après avoir craint qu'une piste numérique puisse informer les forces de l'ordre si une personne interrompait illégalement une grossesse.

Alors que les lois des États limitant les avortements ont été mises en place après que la Cour suprême des États-Unis a décidé le mois dernier qu'ils ne sont plus garantis par la constitution, l'industrie technologique s'est inquiétée que la police puisse obtenir des mandats pour disposer de l'historique de recherche des clients, la géolocalisation et d'autres informations révélant des projets d'interruption de grossesse.

Google a déclaré vendredi qu'il continuerait à rejeter les demandes de données inappropriées ou trop larges du gouvernement, sans faire référence à l'avortement.

La société a déclaré que l'historique de localisation d'un compte Google était désactivé par défaut.

À compter des semaines à venir, pour ceux qui utilisent l'historique de localisation, les entrées indiquant des lieux sensibles, notamment les centres de fertilité, les cliniques d'avortement et les centres de traitement de la toxicomanie, seront supprimées peu de temps après une visite.


Fisher, mère de trois enfants, a déclaré aux ambulanciers qu'elle ne savait pas qu'elle était enceinte. Mais elle a reconnu plus tard auprès d'une infirmière qu'elle était au courant de la grossesse. Et après avoir volontairement remis son iPhone à la police, les enquêteurs ont découvert que Fisher, une ancienne répartitrice de la police, avait cherché comment « acheter des pilules d'avortement Misopristol en ligne » 10 jours plus tôt.

Bien qu'il n'y ait aucune preuve que Fisher ait pris les pilules - les dossiers judiciaires indiquent seulement qu'elle les a « apparemment » achetés - son historique de recherche a aidé les procureurs à l'accuser d'avoir « tué son enfant en bas âge », identifié dans l'acte d'accusation initial comme « Baby Fisher ». L'affaire de 2017 est l'une des rares dans lesquelles les procureurs américains ont utilisé des SMS et des recherches en ligne comme preuves contre des femmes faisant face à des accusations criminelles liées à l'interruption volontaire de leur grossesse.

Depuis que la Cour suprême a annulé la décision historique Roe c. Wade le 24 juin – ouvrant la porte à l'interdiction par les États de l'avortement dès le moment de la conception – les experts en matière de protection de la vie privée ont averti que de nombreuses autres femmes enceintes et leurs prestataires d'avortement pourraient se retrouver dans des circonstances similaires. Alors que certains s'inquiètent des données conservées par des applications de tracking de règles et d'autres applications spécialisées, l'affaire contre Fisher montre que de simples historiques de recherche peuvent poser d'énormes risques dans un monde post-Roe.

« Beaucoup de gens recherchent des moyens de se faire avorter sur Google et choisissent ensuite de mener à bien leur grossesse », a déclaré Laurie Bertram Roberts, porte-parole de Fisher. « Les crimes de pensée ne sont pas des crimes. Vous n'êtes pas censé pouvoir être inculpé pour ce à quoi vous pensiez ».


Quand votre historique de recherche peut être utilisé contre vous

Malgré les inquiétudes croissantes quant au fait que le réseau complexe de données collectées par les applications de fertilité, les entreprises technologiques et les courtiers en données pourrait être utilisé pour prouver une violation des restrictions à l'avortement, dans la pratique, la police et les procureurs se sont tournés vers des données plus facilement accessibles - glanées à partir de SMS et des historiques de recherche sur les téléphones et les ordinateurs. Ces enregistrements numériques de vies ordinaires sont parfois remis volontairement ou obtenus avec un mandat, et ont fourni une mine d'or pour les forces de l'ordre.

« La réalité est que nous faisons absolument tout sur nos téléphones ces jours-ci », a déclaré Emma Roth, avocate du National Advocates for Pregnant Women. « Il existe de très nombreuses façons pour les forces de l'ordre de découvrir le parcours d'une personne pour demander un avortement grâce à la surveillance numérique ».

Le débat sur l'avortement aux États-Unis s'est longtemps centré sur la définition de la « viabilité fœtale », le moment auquel un fœtus peut survivre en dehors de l'utérus, qui, selon les experts, est généralement d'environ 24 semaines. La grande majorité des avortements aux États-Unis se produisent bien avant ce point. Près de 80% des avortements signalés aux Centers for Disease Control and Prevention ont lieu au cours des neuf premières semaines, selon les données de 2019.

Sous Roe, le droit à l'avortement avant la viabilité fœtale était garanti. Dans Dobbs c. Jackson Women's Health Organization, la Cour suprême a rejeté cette base et a ouvert la voie aux États pour qu'ils restreignent ou non l'accès à l'avortement beaucoup plus tôt au cours de la grossesse.

Les femmes ont été punies pour avoir interrompu leur grossesse pendant des années. Entre 2000 et 2021, plus de 60 cas aux États-Unis impliquaient une personne faisant l'objet d'une enquête, arrêtée ou accusée d'avoir prétendument mis fin à sa propre grossesse ou d'avoir aidé quelqu'un d'autre, selon une analyse de If/When/How, une organisation à but non lucratif de justice reproductive. If/When/How estime que le nombre de cas peut être beaucoup plus élevé, car il est difficile d'accéder aux dossiers judiciaires dans de nombreux comtés à travers le pays.

Un certain nombre de ces cas reposaient sur des messages texte, l'historique des recherches et d'autres formes de preuves numériques.

Les preuves numériques ont joué un rôle central dans le cas de Purvi Patel, une femme de l'Indiana qui, selon National Advocates for Pregnant Women en 2015, était la première femme aux États-Unis à être inculpée, reconnue coupable et condamnée pour « fœticide » en mettant fin à sa propre grossesse. Les preuves de l'État comprenaient des SMS que Patel avait échangés avec une amie du Michigan, dans lesquels elle parlait de son intention de prendre des pilules pouvant provoquer un avortement, selon les archives judiciaires.

Les procureurs ont également cité son historique Web, y compris une visite sur une page Web intitulée « Fédération nationale de l'avortement : Avortement après douze semaines ». Sur son iPad, la police a trouvé un e-mail d'InternationalDrugMart.com. Les détectives ont pu commander des pilules de mifépristone et des pilules de misoprostol sur ce site Web sans ordonnance, selon les archives judiciaires.

Patel a été condamnée à 20 ans de prison, mais a ensuite été libérée après l'annulation de sa condamnation, selon l'Associated Press. La Cour d'appel de l'Indiana a statué que la loi sur le « fœticide » de l'État n'était pas censée être utilisée pour poursuivre les femmes pour leurs propres avortements.

Des cas comme celui de Patel montrent comment différents types de preuves numériques peuvent être utilisés pour constituer un dossier contre une personne qui met fin à une grossesse, a déclaré Corynne McSherry, directrice juridique de l'Electronic Frontier Foundation. Elle a déclaré qu'une personne cherchant à avorter ne peut être seule responsable de la prise en compte des risques de laisser une trace numérique.

« Il peut être difficile de penser d'abord à la confidentialité numérique lorsque vous avez d'autres choses qui vous inquiètent », a déclaré McSherry. Elle a également déclaré qu'étant donné l'histoire de la surveillance des communautés marginalisées aux États-Unis, il pourrait y avoir des disparités raciales dans le rôle que jouent les preuves numériques dans la criminalisation de l'avortement. Fisher est noire et Patel est amérindienne.


Google, pour protéger les femmes, décide de collecter moins de données

McSherry a déclaré que les entreprises technologiques doivent jouer un plus grand rôle dans la protection des données sur la santé reproductive. Google a annoncé vendredi qu'il supprimerait l'historique de localisation lorsque les utilisateurs se rendraient dans une clinique d'avortement. Les gouvernements pourraient également jouer un rôle par le biais de lois protégeant la vie privée. Les travailleurs de la santé et les amis sont également parfois obligés de fournir des preuves, a ajouté McSherry.

« La vie privée est un sport d'équipe - lorsque vous prenez des mesures pour protéger votre propre vie privée, vous prenez également des mesures pour protéger la communauté », a-t-elle déclaré.

Dans le cas de Fisher, un grand jury l'a accusée de meurtre au deuxième degré après que le médecin légiste de l'État eut déterminé que le bébé était né vivant et était mort d'asphyxie. Fisher a passé plusieurs semaines en prison avant que le procureur de district ne convoque un nouveau grand jury, qui a refusé de porter des accusations après avoir entendu des preuves que le test utilisé pour établir une naissance vivante était désuet et peu fiable.

De nombreux militants ont élargi leurs précautions numériques en tant que mode de vie, comprenant que les données de routine pourraient s'avérer problématiques. Les militants en Europe prennent des précautions supplémentaires lorsqu'ils travaillent avec des femmes en Pologne, où l'avortement est sévèrement restreint. En 2020, un tribunal polonais a interdit les procédures même en cas d'anomalies fœtales, l'une des dernières circonstances restantes dans lesquelles l'avortement avait été autorisé.

Des groupes comme Avortements sans frontières ont comblé le vide, aidant les femmes enceintes à se rendre dans d'autres pays aux lois moins restrictives et faisant en sorte que des militants d'autres pays envoient des pilules abortives aux femmes polonaises. Les lois polonaises autorisent une femme à se faire avorter, par exemple en prenant une pilule, mais interdisent à quiconque de l'aider à accéder à la procédure.

Les activistes utilisent également des réseaux privés virtuels, qui peuvent minimiser les données collectées sur la navigation, et encouragent les Polonaises à les contacter sur des canaux chiffrés comme Signal. Ils suppriment toutes les conversations en ligne après que la personne a eu l'avortement et avertissent la personne de ne pas publier sur les réseaux sociaux leurs expériences, après que certaines ont été harcelées en ligne. Une organisation qui fournit des fonds aux Polonais pour obtenir la procédure en Allemagne paie directement les cliniques d'avortement, plutôt que de fournir des fonds aux patients, pour s'assurer qu'il n'y a pas de dossiers numériques.

Leçons de la Pologne, l'autre pays développé qui restreint le droit à l'avortement

Et il y a une nouvelle inquiétude dans l'esprit des militants européens de l'avortement : l'introduction de ce qu'ils décrivent comme un « registre des grossesses » en Pologne. Le gouvernement polonais a approuvé le mois dernier une mesure qui oblige les médecins à enregistrer davantage d'informations sur les patients dans une base de données centrale, y compris des données sur les grossesses.

Les enjeux ont augmenté depuis l'arrestation de Justyna Wydrzyńska, une militante polonaise qui gère une hotline pour l'organisation Abortion Dream Team. Elle est jugée, risque trois ans de prison, pour avoir prétendument fourni des pilules abortives en 2020 à une femme qui a déclaré avoir été victime de violence domestique.

Wydrzyńska a été arrêtée après que le partenaire de la femme l'ait dénoncée aux autorités. La police a confisqué l'ordinateur de Wydrzyńska, ainsi que les appareils de ses enfants, au cours de l'enquête. Wydrzyńska n'a pas pu être jointe pour commenter cette histoire, mais a déjà déclaré aux médias que l'affaire ne l'a pas dissuadée de faire de l'activisme.

« Notre sécurité est en fait aussi une question de solidarité », a déclaré Zuzanna Dziuban, qui fait partie du réseau Avortement sans frontières qui aide les femmes polonaises à se rendre dans les cliniques d'avortement à Berlin.

Sources : Google, NYT

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?
Êtes-vous surpris de voir des éléments comme l'historique de recherche ou les messages SMS être utilisés pour des cas comme celui-ci ?
Que pensez-vous de la décision de Google ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 08/07/2022 à 12:45
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Les progressistes sont ces gens qui veulent interdire la peine de mort mais légaliser l'avortement, au nom des droits de l'homme
Et un réac c'est quoi ?
Je crois que j'ai trouvé
8  4 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/07/2022 à 8:31
Ouah ! ddoumeche ! Là, tu t'es surpassé dans la connerie ! Toi aussi tu mérites une médaille, je pense ! Le Troll de l'année devrait t'être décerné !

J'avais déjà entendu et lu pas mal d'idioties de la part des anti-ivg, mais là ... Respect ! Tu les bats tous à plate couture.

7  3 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/07/2022 à 13:32
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Les progressistes sont ces gens qui veulent interdire la peine de mort mais légaliser l'avortement, au nom des droits de l'homme
Je veux que l'on maintienne l'interdiction de la peine de mort et le droit à l'avortement en France et en Belgique au nom des droits de l'homme, de la femme et de l'intersexe.
Et le meilleur dans tout ça est que je n'y voit aucune contradiction
6  4 
Avatar de Prox_13
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 27/07/2022 à 12:11
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Qu'en pensez-vous ? Êtes-vous pour ou contre le fait de modérer les résultats de recherche dans le cas d'espèce ?
Contre, même si la pratique mentionnée dans l'article est absolument surréaliste pour moi. On dirait de la chasse au sorcières. J'aimerais tellement pouvoir savoir ce qui se passe dans la tête de personnes capables de telles pratiques au nom de l'avortement.
Google n'est pas responsable de la bêtise de ses utilisateurs, ce serait dommage de commencer à lui imposer des limites sur la seule chose à laquelle le moteur est bon.

Cela dit, les produits illégaux sont probablement omis des recherches Google, donc les traquenards mobiles que sont les cliniques anti-avortements, si illégal, devraient l'être. Le problème reste d'être capable de définir ce qui est une "clinique anti-avortement" du point de vue de Google, puisque c'est impossible désormais de faire confiance aveuglément au système de signalement.

Donc logiquement, si Google est bien tenu responsable de la légalité des contenu qu'il propose, alors les procureurs sont dans leur droit de menacer Google. Sinon, ce sont aux autorités locales que revient l'obligation de protéger leur communauté.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
De façon plus générale, un moteur de recherche devrait-il pouvoir modérer les résultats en fonction de sa position morale ? Dans quelle mesure ?
Il ne s'agit pas de prendre une position morale à proprement parler; Il n'est pas question de promouvoir la position pro/anti-choix, mais de protéger les femmes des faux services piégeux proposés par les "cliniques anti-avortements".
Est-ce légal de mentir sur son business pour attirer des personnes en détresse ? Est-ce légal d'"effrayer, faire honte, mentir à propos de l'avortement, du contrôle des naissances et de la santé sexuelle" au nom d'une conviction ?

Pour moi, il n'y a pas de débat sur l'avortement ici.

Edit: Je viens de lire le fil de discussion ici, je n'étais pas eu courant du véritable champ de bataille qui avait eu lieu. Honnêtement, il y a des propos qui ne se tiennent pas en public...

Comme le disait Gunny :
Citation Envoyé par Gunny Voir le message
Vous n'avez pas de femme/fille/mère/sœur/amie ? Vous n'avez pas honte d'écrire des trucs pareils ?
2  2 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/07/2022 à 12:38
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
[...]les efforts visant à limiter ces cliniques dans les résultats de recherche constituent une discrimination commerciale à l'encontre des organisations anti-avortement.
C'est à dire qu'en plus de toutes les saloperies qu'ils font ils s'enrichissent sur leur dos...
Qu'en pensez-vous ? Êtes-vous pour ou contre le fait de modérer les résultats de recherche dans le cas d'espèce ?
Des gens demandent au champion de la classification des données d'arrêter de mettre en haut de la liste des cliniques anti avortement quand on cherche une clinique pour avorter?
C'est donc ça le champion de la classification des données? Un système qui ne sait pas faire la différence entre une chose et son contraire?

Le contrat de Google c'est bien de mettre en premier les résultats qui correspondent le mieux à une recherche en échanges d'un gros pompage de données
Des gens se battent pour savoir si Google doit ou non masquer des cliniques toxiques?
Ma réponse est beaucoup plus simple : Que Google fasse son travail et mette en haut de la liste les cliniques qui proposent des avortement et tout à la fin celle qui luttent contre.

Le travail de Google consiste à modérer ses résultats donc il n'y a pas à être pour ou contre.
C'est comme si on nous demande si on est pour ou contre le fait que les voitures soulent...

De façon plus générale, un moteur de recherche devrait-il pouvoir modérer les résultats en fonction de sa position morale ? Dans quelle mesure ?
Google est une entreprise, elle fait bien ce qu'elle veut.
Mais si elle ne remplit plus son contrat qu'elle ne s'étonne pas de perdre des parts de marché. Et même si ça reste rare je vois de plus en plus de personnes utiliser d'autre moteurs de recherche que google.
1  1 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/08/2022 à 19:42
quand bien meme la réponse serait oui, reste là situé la limite morale... aujourd'hui c'est l'avortement, le terrorisme, demain ce sera certainement le porno (légale aujourd'hui je rappelle), après demain les news sur les paradis fiscaux de google et des copains gafam (ca se fait déjà chez les grosses chaines d'info française ne parle jamais de leurs merde de des merdent de leurs PDG, obligé de trouver les infos chez les concurrents...)

On s'en fou du prétexte, l'avortement, la pédophilie, le terrorisme ca a bon dos, mais en réalité c'est ouvrir la boite de pandore.
Surtout que
1) l'avortement on en parle uniquement paracerque ca concerne les USA, sinon OSEF notamment ce qui se passe chez nos futur copains pétrolier (Azerbaïdjan,, Arabie saoudite...), exu ils peuvent lapider des femmes, découper en rondelle des journalistes, on s'en fou.
Dommage que j'ai pas un champ de péteole dans mon jardin, je pourrais violer des femmes et découper des enfants en toute impunité et faire un bon gueuleton à la maison blanche.

2) Au final cela censurera tous ce qui iras à l'encontre des intérêts de google ou qui donnera une mauvaise image à google.
Suffit de voir ce que devient aujourd'hui Youtube, de moins en moins de contenus intéressant (car non rémunéré), tous doivent rentrer dans le moule (plus possible de montrer des seins d'une femme par exemple ou de prononcer le mots Hitler).
Je parle pas de youtuber complotiste néo-nazis ou que sais je, juste de gens normaux présentant du contenu ludique comme le joueurdugrenier

Alors oui ca fait peut etre chier certains qu'on parle de peine de mort, d'interdire l'avortement, d'interdire les immigrer, d'interdire le porno, de soutenir la Russie au lieu de l'ukraine...etc, moi je vois le signe d'une bonne démocratie, pouvoir parler/débattre sans tabou et sans censure c'est bon.
1  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 01/08/2022 à 22:37
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
quand bien meme la réponse serait oui, reste là situé la limite morale... aujourd'hui c'est l'avortement, le terrorisme, demain ce sera certainement le porno (légale aujourd'hui je rappelle), après demain les news sur les paradis fiscaux de google et des copains gafam (ca se fait déjà chez les grosses chaines d'info française ne parle jamais de leurs merde de des merdent de leurs PDG, obligé de trouver les infos chez les concurrents...)

On s'en fou du prétexte, l'avortement, la pédophilie, le terrorisme ca a bon dos, mais en réalité c'est ouvrir la boite de pandore.
Surtout que
1) l'avortement on en parle uniquement paracerque ca concerne les USA, sinon OSEF notamment ce qui se passe chez nos futur copains pétrolier (Azerbaïdjan,, Arabie saoudite...), exu ils peuvent lapider des femmes, découper en rondelle des journalistes, on s'en fou.
Dommage que j'ai pas un champ de péteole dans mon jardin, je pourrais violer des femmes et découper des enfants en toute impunité et faire un bon gueuleton à la maison blanche.

2) Au final cela censurera tous ce qui iras à l'encontre des intérêts de google ou qui donnera une mauvaise image à google.
Suffit de voir ce que devient aujourd'hui Youtube, de moins en moins de contenus intéressant (car non rémunéré), tous doivent rentrer dans le moule (plus possible de montrer des seins d'une femme par exemple ou de prononcer le mots Hitler).
Je parle pas de youtuber complotiste néo-nazis ou que sais je, juste de gens normaux présentant du contenu ludique comme le joueurdugrenier

Alors oui ca fait peut etre chier certains qu'on parle de peine de mort, d'interdire l'avortement, d'interdire les immigrer, d'interdire le porno, de soutenir la Russie au lieu de l'ukraine...etc, moi je vois le signe d'une bonne démocratie, pouvoir parler/débattre sans tabou et sans censure c'est bon.
Concernant ce sujet, j'ai l'impression que les progressistes deviennent de plus en plus conservateurs, avec tout le discours néo-féministe victimaire. Il n'y a qu'à voir comment Richard Stallman c'est fait traiter par les fameux "progressistes" juste parce qu'il défendait la liberté sexuelle.

Concernant la censure, je suis totalement d'accord. Et aussi concernant l'hypocrisie des occidentaux avec les états musulmans fondamentalistes.

Et sinon, j'adore la "vertu morale" d'un moteur de recherche qui voulait créer il y a quelques années un moteur de recherches censuré pour la Chine...
1  3 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 01/08/2022 à 22:16
Citation Envoyé par escartefigue Voir le message
Mettre des références documentaires c'est bien, mais encore faudrait-il qu'elles soient en rapport avec les propos mis en cause et que je rappelle ici :

Vous considérez donc que la chine est une société plus progressiste
Le progressisme, ce n'est pas forcément un progrès social, cela peut être uniquement un progrès technologique. De ce point de vue, la Chine est championne du progressisme technologie. De plus, la Chine a été progressiste (social) dans le passé, avec le maoïsme (qui était, je le rappelle, était d'extrême-gauche, féministe et indigéniste).

Par ailleurs, ce qui compte dans le progressisme au sens politique du terme, c'est le changement, en opposition avec la "réaction" qui est le processus inverse.

Citation Envoyé par Wikipedia
Une réaction désigne la politique prônant et mettant en œuvre un retour à une situation passée réelle ou fantasmée, en révoquant une série de changements sociaux, moraux, économiques et politiques. Un partisan de la réaction est nommé « réactionnaire ». Le terme s'oppose à « progressiste ». Le réactionnaire, de par sa nostalgie du passé et de sa vision décliniste de la société, se différencie du conservateur ; même si le conservatisme rejette également les idéologies des Lumières (libéralisme, socialisme,...) 1. Le premier pense qu'il y a eu une rupture historique lourde de conséquences, tandis que le second croit en une nature humaine mauvaise et immuable2,3,4.
Une réforme "progressiste" n'est pas forcément bonne pour les droits humain, cela peut aller dans un sens comme dans un autre :

Citation Envoyé par Wikipedia
Sans être abandonnée par ceux qui l'avaient portée, à savoir les libéraux, y compris les libéraux de droite, la notion devient le trait d'union de toutes les forces qui soutiennent l'URSS stalinienne, surtout après 1945. À l'ère de la division entre deux blocs, à l'époque de la guerre froide, le camp communiste se définit par « progressiste » par opposition au camp américain « réactionnaire », « colonialiste » ou « néocolonialiste », soumis à des « forces obscures ».
https://fr.wikipedia.org/wiki/Progressisme
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9action_(politique)

Ces deux notions obéissent à des schémas de penser politique antagoniste, et pas à une morale. Des pensés progressistes ont accouché de dictatures, tout comme des pensés réactionnaires.

Par ailleurs, les Ouïghours sont les victimes d'un génocide qui concerne aussi bien les adultes que les enfants rien à voir avec les critères éthiques au sujet de l'avortement.
L'avortement fait partie des moyens employés. C'est déjà énorme.

De plus, même sans génocide, les dérives sont faciles :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Avorte...a_R%C3%A9union
https://www.ouest-france.fr/societe/...ouvert-6251951

Plus que de l'eugénisme, c'est un génocide, car les adultes aussi sont exterminés, mais aussi persécutés et enfermés arbitrairement sans motif ni jugement.
Ce qui est révélateur dans ce génocide, c'est l'usage de la technologie actuel pour construire l'état policier le plus puissant jamais inventé. Cela devrait faire réfléchir.

Ce qui tente de revenir en France c'est l'extrême droite et le conservatisme forcené qui l'un comme l'autre sont contre l'avortement.
Le succès de la fille Le Pen aux récentes élections en est un symptôme.
Rappelons que celle-ci est une fervente supportrice de Bolsonaro, ce dernier, militant farouche anti-avortement, s'est récemment indigné qu'une fillette violée ait avorté. Voir ICI
Ce conservatisme se propage dans de nombreux pays, en particulier aux Etats-Unis, cf. la décision récente de la cour suprême sur l'avortement.
Cela est très intéressant, et je suis totalement au courant du danger que représente ce conservatisme. Mais je pense que le plus grand danger n'est absolument pas dans ces idées, car l'histoire a montré que les pires totalitarisme n'était pas des conservateurs (même le nazisme n'était pas conservateur, Johann Chapoutot parle d'ailleurs de conséquence indirecte de la "déchristianisation" de l'Europe
).

Le pire état chrétien conservateur a été fondé avec Franco et avec les états conservateurs des Etats-unis à la même époque, ce qui n'est en effet pas reluisant, mais cela n'a pas concerné les totalitarismes. Et même en considérant le nazisme et le fascisme comme en partie réactionnaire, il ne faut pas oublier le marxisme-léninisme, et le maoïsme, totalement progressistes.

Quelqu’un parlait, dans une autre discussion, des conservateurs de la fin du XIXᵉ siècle qui refusait la théorie de Darwin.

Cela est intéressant, car les idées d'extrême-droites eugénistes du début du XXᵉ siècle ne refusait absolument pas la théorie de l'évolution, mais l'ont au contraire encouragé, car l'idée était de l'appliquer aux structures sociales (https://fr.wikipedia.org/wiki/Darwinisme_social) :

De manière générale, les théoriciens du darwinisme social envisagent, à l’échelle de la compétition entre les individus, la levée des mesures de protection sociale, l’abolition des lois sur les pauvres ou l’abandon des conduites charitables. Le sociologue, psychologue, philosophe Herbert Spencer, un des plus célèbres de ces idéologues, pense ainsi que « toute protection artificielle des faibles est un handicap pour le groupe social auquel ils appartiennent, dans la mesure où cette protection a pour effet […] de le mettre en position d'infériorité face aux groupes sociaux rivaux »11. Le darwinisme social se conjugue avec les théories racialistes qui font, à l’échelle de la compétition entre les groupes humains, de la « lutte entre les races » le moteur de l’évolution humaine. Il rejoint et renforce, à la fin du XIXᵉ siècle, l'émergence des théories eugénistes.
Pour aller plus loin sur le sujet, je vous conseille ce livre : https://www.babelio.com/livres/Jacqu...les-homme/2495

Puisque que je sens arriver les points Godwin, je vais être très clair : je ne compare pas la situation actuelle des pays occidentaux aux régimes totalitaires. J'explique juste l'origine de certaines pensées politiques.

Justement, concernant la situation actuelle dans les pays occidentaux, le darwinisme social n'est malheureusement pas mort, et est même de plus en plus en forme. Les phrases anti-pauvres de Macron ou la réforme ParcurSup sont révélateurs d'un darwinisme social très fort en ce moment. Cela arrive, comme par hasard, avec des lois sur la recherche génétique de plus en plus permissives dans les pays occidentaux (c'est d'ailleurs sur ce plan, comme pour le plan de la technologie à des fins de surveillances, que les pays occidentaux imitent de plus en plus la Chine). D'ailleurs, le néo-eugénisme est dénoncé est combattu depuis longtemps, ce n'est pas nouveau. Enfin, la dérive eugéniste dans les hôpitaux (aux moins en France) est réelle, je n'ai juste pas envie de déballer la vie privée de certain de mes proches. Et cela concerne les grossesses.

Certains ne s’en cachent même pas :

https://usbeketrica.com/fr/article/l...%20Monde%2C%20
https://www.lelivrescolaire.fr/page/15570594
https://blogs.mediapart.fr/david-aff...-polytechnique
http://www.contretemps.eu/tentation-darwinisme-social/

Laurent Alexandre représente un danger 1000x plus important que la Marine le Pen, ou même que Jair Bolsanoro.

Et la technologie risque bien de créer des atteintes graves aux droits humains, sur tous les plans : https://comptoir.org/2021/10/26/piec...mie-de-pensee/
Une sorte de techno-pregressisme dévoyé : https://fr.wikipedia.org/wiki/Techno-progressisme

Encore une fois, je ne dis pas que l'on assistera à un fascisme 2.0, mais je dis juste que ces idées existent, sont vivantes, et que ces idées sont très dangereuses pour les droits fondamentaux.

Pour résumé, je suis d'accord avec vous sur le danger des réactionnaires d'extrême-droite, mais je pense que le danger que représentent les progressistes d'extrême-droite est bien plus important.
1  4 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/07/2022 à 12:47
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
De toute façon, rien que l'application de la peine de mort dans certains états suffit à me convaincre que le respect de la vie n'est qu'un prétexte.
Les progressistes sont ces gens qui veulent interdire la peine de mort mais légaliser l'avortement, au nom des droits de l'homme
4  10 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/07/2022 à 8:37
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Ouah ! ddoumeche ! Là, tu t'es surpassé dans la connerie ! Toi aussi tu mérites une médaille, je pense ! Le Troll de l'année devrait t'être décerné !
Merci, venant de la part d'un traître à la patrie qui soutient Boumédienne et veut aller faire retraite en floride, état républicain, qui soutient l'avortement de confort de masse mais dont la fille se plaint d'être agressée par des jaunes à casquettes qu'il réclame à grand cris, cela me flatte beaucoup.

En digne représentant de cette gauche Lavaliste, j'espère que vous obtiendrez vous aussi la Kriegsverdienstkreuz, une des rares décorations réservées aux civils. Car vous le méritez bien selon moi.

PS : mais si vous voulez répondre sur ce que je disais de la mère Veil ou l'essence politique de sa loi, vous êtes toujours libre de le faire.
1  9