IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les employés qui travaillent aux côtés de robots industriels seraient plus susceptibles de souffrir d'effets négatifs sur leur santé mentale,
Selon une étude

Le , par Bill Fassinou

145PARTAGES

9  0 
Une étude publiée récemment par des chercheurs de l'université de Pittsburgh, en Pennsylvanie, aux États-Unis, a révélé que les travailleurs qui côtoient des robots industriels sont plus susceptibles de souffrir d'effets néfastes sur leur santé mentale - et même d'abuser de drogues ou d'alcool. L'étude explore la relation entre l'adoption de robots industriels et les accidents du travail. Elle a révélé que le nombre d'accidents a baissé avec l'introduction des robots dans les industries, mais parallèlement, le nombre de décès liés à la drogue ou à l'alcool et de personnes souffrant de troubles mentaux a également augmenté.

Dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont analysé les données relatives aux accidents du travail aux États-Unis et ont constaté que les accidents étaient réduits de 1,2 cas pour 100 travailleurs dans les régions où l'exposition aux robots augmentait d'un écart-type. Mais dans les régions où le nombre de personnes travaillant avec des robots était important, ils ont constaté une augmentation de 37,8 cas pour 100 000 travailleurs de décès liés à la drogue ou à l'alcool. Selon l'étude, il existe des preuves sur la manière dont les robots affectent l'emploi et les salaires des travailleurs, mais très de données sur les effets sur la santé physique et mentale.

« D'un côté, les robots pourraient prendre certaines des tâches les plus pénibles, les plus intensives physiquement et les plus risquées, réduisant ainsi le risque pour les travailleurs. D'autre part, la concurrence des robots pourrait accroître la pression sur les travailleurs qui pourraient perdre leur emploi ou être obligés de se reconvertir. Bien sûr, les institutions du marché du travail peuvent jouer un rôle important, en particulier dans une phase de transition », a déclaré Osea Giuntella, expert en économie du travail et en démographie économique et professeur adjoint à l'université de Pittsburgh. Giuntella est également coauteur de l'étude.



Outre les entreprises américaines, les chercheurs ont également étudié les effets de la robotique sur les travailleurs allemands. Les employés des deux pays ont connu une diminution du risque de blessures physiques en raison d'une plus grande exposition à la robotique sur le lieu de travail, l'Allemagne enregistrant une diminution de 5 % des blessures. Cependant, alors que l'augmentation de l'exposition à la robotique aux États-Unis a entraîné davantage d'effets négatifs sur la santé mentale, les travailleurs allemands n'ont constaté aucun changement significatif sur le plan de la santé mentale lorsqu'ils étaient exposés à la robotique.

Ces résultats amènent à se poser la question suivant : pourquoi l'automatisation du travail aux États-Unis semble-t-elle entraîner des résultats beaucoup plus négatifs qu'en Allemagne ? Selon Giuntella, la différence pourrait être due aux lois conçues pour protéger la main-d'œuvre allemande. « L'exposition aux robots n'a pas entraîné de pertes d'emploi perturbatrices en Allemagne, où la législation sur la protection de l'emploi est plus stricte. Nos preuves montrent que, dans les deux contextes, les robots ont un impact positif sur la santé physique des travailleurs en réduisant les blessures et les invalidités liées au travail », a déclaré Giuntella.

« Cela dit, nos résultats suggèrent que, dans les contextes où les travailleurs étaient moins protégés, la concurrence avec les robots était associée à une augmentation des problèmes de santé mentale », a-t-elle ajouté. En effet, les effets des robots industriels sur la motivation et le bien-être des travailleurs et des cadres ne sont pas largement connus. Les facteurs psychosociaux liés à la robotique nécessiteront une attention accrue dans le domaine de la sécurité et de la santé. Selon les universitaires, cette étude n'est que le début d'une longue liste de recherches qui permettront de cerner les impacts de la robotique sur la santé mentale.

Si l'étude a révélé qu'il existe une grande différence dans la façon dont les Américains et les Européens réagissent par rapport aux robots industriels, elle est également en contraste avec les études selon lesquelles les travailleurs seraient d'accord pour laisser les tâches industrielles et répétitives aux robots. « C'est la réalité. Je suis tout à fait pour les robots, je préfère que le robot fasse ce travail plutôt que moi. C'est littéralement tout le reste de ce type de travail. La misérable nature répétitive. Les longues heures. L'atmosphère industrielle oppressante. La vie inexistante en dehors du travail. Le bas salaire. Et ainsi de suite », a commenté un critique.

Pour d'autres, ce sont les tâches répétitives dans les industries qui ont un mauvais impact sur la santé mentale des travailleurs et non les robots. « Automatisez tout ! Ces emplois sont pour les robots, pas pour les humains. Avoir des usines qui fabriquent les produits à 100 % aux USA/Europe au lieu de la Chine. Faites-le à l'intérieur des frontières nationales et les coûts de transport seuls le rendraient moins cher que les produits fabriqués en Chine. Ils ont voyagé sur la moitié du globe et ont été pollués en chemin. Cela permettrait aussi de libérer les gens pour qu'ils puissent faire d'autres choses plus importantes que des tâches répétitives », explique un autre critique.

« S'il est tout à fait possible que les personnes qui travaillent à proximité de robots ou sur des robots souffrent d'un léger isolement social, la raison la plus probable pour laquelle elles subissent des effets négatifs sur leur santé mentale est que les robots font un travail ennuyeux et monotone. Après 30 ans de la même tâche ennuyeuse, vous pouvez être sûr que chacun d'entre nous souffrirait d'une santé mentale négative qui n'a rien à voir avec les robots, mais plutôt avec le fait que s'il y a des robots sur votre lieu de travail, vous faites probablement quelque chose d'extrêmement répétitif », a écrit un autre.

Un autre critique a affirmé que les effets négatifs de la robotique sur les travailleurs américains sont probablement dus à l'environnement culturel dans le pays : « mais sérieusement, les aspects de l'environnement culturel aux États-Unis qui semblent être piégés dans les années 1800 nous empêcheront fermement d'avoir une vie heureuse et saine. Et tant que ces aspects auront des partisans prêts à entrer dans une frénésie pour les défendre, nous aurons toujours et pour toujours cette fracture culturelle ». Selon des prévisions, à l'avenir, la coopération entre les robots et les humains devrait se diversifier, les robots augmentant leur autonomie.

La collaboration homme-robot devrait également atteindre des formes totalement nouvelles. De plus, les approches actuelles et les normes techniques visant à protéger les employés contre le risque de travailler avec des robots collaboratifs devront être révisées en prévision de ces évolutions. L'étude des chercheurs de l'université de Pittsburgh a toutefois a reçu quelques soutiens selon lesquels les robots industriels rappellent constamment aux employés qu'ils seraient bientôt licenciés. « Je veux dire qu'ils travaillent essentiellement à côté d'énormes panneaux "Vous allez bientôt être virés/remplacés !". Je serais aussi inquiet », a écrit un soutien.

Giuntella a déjà étudié les effets de la robotique sur la main-d'œuvre, avec une étude de 2021 publiée dans The Journal of Human Resources. Cette précédente étude portait sur les effets de la robotique sur la stature économique, l'état matrimonial et la fertilité conjugale des hommes. « Les effets de la robotique et de l'automatisation sur les résultats du marché du travail ont fait l'objet d'un débat intense, mais nous savons encore peu de choses sur la façon dont ces changements économiques structurels remodèlent les choix clefs du parcours de vie », a déclaré Giuntella après cette publication de 2021.

Les conclusions de cette étude de 2022 montrent que le développement de la robotique peut avoir des conséquences encore plus néfastes pour les travailleurs que les blessures physiques. Ces résultats montrent que les institutions du marché du travail sont un médiateur important des effets négatifs des robots sur la santé mentale. Enfin, il est important de rappeler que ces différentes discussions n'arrêtent pas le train de l'automatisation. Cette année, les commandes de robots auraient augmenté d'environ 40 % au premier trimestre par rapport à la même période en 2021 et de 21 % au total en 2021.

Source : Rapport de l'étude

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des conclusions de l'étude des chercheurs de l'université de Pittsburgh ?
Pensez-vous que l'automatisation a des effets négatifs sur la santé mentale des travailleurs, ce qui les conduit à prendre des stupéfiants ?
Que pensez-vous de l'argument selon lequel les problèmes de santé mentale sont dus à la nature répétitive des tâches industrielles ?
Selon vous, les industries devraient-elles être entièrement automatisées ? Quels pourraient être les impacts de ce choix sur la main-d'œuvre actuelle ?

Voir aussi

Les commandes de robots ont augmenté de 40 % au premier trimestre tandis que les employeurs désespérés cherchent à remédier aux pénuries de main-d'œuvre, selon un rapport

Une peau artificielle confère aux robots le sens du toucher similaire à celui des humains, elle leur permet de détecter la température, la pression et même les produits chimiques toxiques

Amazon consacrera 11 jours de bénéfices annuels au développement de robots d'entrepôt, l'entreprise tente d'éviter la syndicalisation en injectant 1 Md $ dans un programme d'investissement

Dyson, une société anglaise d'électroménager, travaillerait secrètement sur des robots qui font les tâches ménagères, ils peuvent déplacer la vaisselle et aspirer les coussins des sièges

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 18:00
Je pense pouvoir confirmer que de travailler dans une usine bruyante et dangereuse ça doit être plus stressant et donc moins bon pour la santé que de planter des choux ou de garder des chèvres dans le larzac

Si je devais travailler à coté de ça je serait certainement en plein stress :



3  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/07/2022 à 7:42
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Outre les entreprises américaines, les chercheurs ont également étudié les effets de la robotique sur les travailleurs allemands. Les employés des deux pays ont connu une diminution du risque de blessures physiques en raison d'une plus grande exposition à la robotique sur le lieu de travail, l'Allemagne enregistrant une diminution de 5 % des blessures. Cependant, alors que l'augmentation de l'exposition à la robotique aux États-Unis a entraîné davantage d'effets négatifs sur la santé mentale, les travailleurs allemands n'ont constaté aucun changement significatif sur le plan de la santé mentale lorsqu'ils étaient exposés à la robotique.

Ces résultats amènent à se poser la question suivant : pourquoi l'automatisation du travail aux États-Unis semble-t-elle entraîner des résultats beaucoup plus négatifs qu'en Allemagne ? Selon Giuntella, la différence pourrait être due aux lois conçues pour protéger la main-d'œuvre allemande. « L'exposition aux robots n'a pas entraîné de pertes d'emploi perturbatrices en Allemagne, où la législation sur la protection de l'emploi est plus stricte. Nos preuves montrent que, dans les deux contextes, les robots ont un impact positif sur la santé physique des travailleurs en réduisant les blessures et les invalidités liées au travail », a déclaré Giuntella.
La protection du travail me semble en effet un impact important pour la santé mentale des employés à l'arrivée de robots.
Rendre le licenciement plus compliqué, pousse l'entreprise à faire évoluer le travail de l'opérateur remplacé, pouvant allé jusqu'à une forme de promotion (passer d'une tache manuelle répétitive à une répartition entre la gestion du robot et le contrôle).
Alors qu'une entreprise qui vit dans un environnement de travail plus libre peut être tentée de licencié l'opérateur remplacé, poussant donc l'opérateur dans une situation d'insécurité, le tout en présence de ce qui risque de le pousser dehors...
0  0 
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/07/2022 à 18:23
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message

Selon vous, les industries devraient-elles être entièrement automatisées ? Quels pourraient être les impacts de ce choix sur la main-d'œuvre actuelle ?
Pour faire face au manque de main d'oeuvre, il existe 2 manières. Soit de favoriser le taux de natalité (ou immigration) ou soit essayer de répondre au besoin par l'utilisation des robots.
De mon point de vue, le robot permet de casser le cercle vicieux de la nécessité d'être toujours plus nombreux. Le Japon, de par son manque de place, a favorisé la robotisation.

Je pense pas que ce soit la solution d'être toujours plus nombreux, notamment en France, avec les problématiques écologiques qui en découlent (transporter toujours plus de monde que soit en transport en commun ou individuel, toujours plus de déchets ménagers à gérer, plus de consommation d'énergie, ...). Notre mode de consommation doit changer mais si le nombre d'acteurs augmente sans cesse, les effets s'annulent.

Je suis persuadé que l'utilisation de la robotique permettrait de répondre à une de nos problématiques, de casser le modèle de Ponzi
0  0