IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'entreprise derrière Truth Social de Trump fait maintenant l'objet d'une enquête par les procureurs fédéraux
La société qui veut la racheter est également la cible d'une enquête distincte de la SEC

Le , par Stéphane le calme

191PARTAGES

12  2 
Un grand jury fédéral à New York a délivré des assignations à comparaître à chaque directeur du conseil d'administration de la société Digital World Acquisition Corporation qui a présenté son projet de fusion avec la startup de médias sociaux de Donald Trump, Truth Social. Pourquoi est-ce important ? Cette situation s'ajoute aux enquêtes précédemment divulguées sur la société par la SEC et le ministère de la Justice, intensifiant ainsi les questions sur l'avenir financier de Truth Social.

Digital World Acquisition Corporation a annoncé fin octobre son projet de fusion avec Trump Media & Technology Group (TMTG), le groupe de médias que venait de créer Donald Trump pour porter notamment son nouveau réseau social Truth Social, lancé en février 2022. La soi-disant société au « chèque en blanc » a annoncé qu'elle fait l'objet d'une enquête par des procureurs fédéraux qui cherchent à savoir si la société ou ses dirigeants ont violé les lois fédérales sur les valeurs mobilières.

Les actions de la société d'acquisition à vocation spéciale ont chuté de 9% en début de séance lundi après que le PDG Patrick Orlando a déposé une déclaration auprès de la Securities and Exchange Commission pour signaler que la société a reçu une assignation à comparaître par un grand jury fédéral du district sud de New York.

En droit américain, le grand jury est convoqué après qu'une enquête pénale a réuni suffisamment d'éléments pour que les autorités envisagent des poursuites. Les jurés sont alors réunis en secret et doivent déterminer, en fonction des éléments qui leur sont présentés, si un procès apparaît ou non justifié.

Orlando a également écrit que chaque membre du conseil d'administration du DWAC avait également reçu une assignation à comparaître du même grand jury.

Les assignations à comparaître du grand jury, a-t-il dit, semblent « rechercher divers documents et informations » qui sont essentiellement similaires aux assignations à comparaître délivrées à la société par la SEC plus tôt cette année, ainsi que des documents relatifs aux précédents dépôts de la société auprès de la SEC, « communications avec ou sur plusieurs personnes, et des informations sur Rocket One Capital », une société de capital-risque et de capital-investissement.

Le régulateur américain des valeurs mobilières cherche à savoir si les dirigeants de la DWAC ont violé les lois interdisant les négociations entre la société et la société technologique de Trump avant que la DWAC ne soit rendue publique à la fin de 2021. Après que Trump a annoncé l'accord en cours de sa société avec la DWAC, les actions de la société publique ont grimpé en flèche de plus de 400 pour cent.

L'enquête est dirigée par le procureur fédéral de Manhattan, Damian Williams, selon le document.

Par ailleurs, DWAC avait révélé, début décembre, être l'objet d'une enquête de la SEC sur son activité et les conditions de la fusion.

Dans le document publié lundi, DWAC reconnaît que les enquêtes de la SEC et du parquet fédéral pourraient « retarder » la fusion avec TMTG. Dans un communiqué, TMTG a assuré de sa collaboration avec la SEC, mais n'a pas mentionné l'enquête fédérale. L'opération doit infuser environ 1,25 milliard de dollars dans TMTG.

Un réseau social qui peine à décoller et qui est accusé de bannir des membres, bien qu'il se réclamait champion de la liberté d'expression

Truth Social a été lancé après que Trump a été banni de Twitter, où il comptait plus de 88 millions de followers. Trump compte actuellement 3,37 millions de followers sur Truth Social. L'application a connu un déploiement difficile, en proie à des retards, et n'est toujours pas disponible pour les utilisateurs mobiles Android.

L'application Truth Social qui ressemble énormément à Twitter, s'est trouvée pendant un certain temps en tête des téléchargements de l'App Store. Mais le magasin d'applications en ligne d'Apple, a eu un certain nombre de problèmes techniques l'ont rendue inaccessible pour beaucoup d'internautes. Plusieurs raisons expliquent cela : en plus de n'être disponible qu'aux États-Unis, Truth Social ne fonctionne que sur iOS, le système d'exploitation des smartphones d'Apple. Elle n'est pas non plus opérationnelle sur navigateur web, ce qui pourrait pourtant permettre aux utilisateurs de smartphones Android de s'y rendre. « Cela a été un désastre », a déclaré Joshua Tucker, directeur du Center for Social Media and Politics de NYU.

En outre, lors de son lancement, l'application avait rencontré un certain nombre de soucis techniques. En a résulté une longue liste d'attente pour s'y inscrire. Cette dernière ne semble aujourd'hui pas avoir évolué, comptant au moins un million et demi de personnes. Certains estiment que le plus grand problème de Truth Social est toutefois l’absence de sa star. Donald Trump n’y a toujours rien publié. Les autres grandes figures du trumpisme se contentent, elles, d’y recopier leurs messages Twitter. Dans ces conditions, difficile de convaincre leurs partisans de migrer sur un autre réseau, aussi « libre » soit-il.

Alors que YouTube, TikTok, Instagram et Facebook font partie des 10 applications les plus téléchargées, selon Similar Web, Truth Social se situe en dehors du top 100. Les utilisateurs qui trouvent leur chemin peuvent trouver l'application un peu vide, car de nombreuses grandes voix de la droite américaine sont restées à l'écart jusqu'à présent. Une autre étude a révélé que les téléchargements avaient chuté de 95 %. Et beaucoup se sentent frustrés. « Je me suis inscrit à Truth Social il y a quelques semaines et toujours sur une liste d'attente », a déclaré mardi un utilisateur de Twitter. « Le temps que je ne sois plus sur la liste d'attente et que je passe à Truth Social réellement, Trump sera à nouveau président », a plaisanté un autre.

Le directeur général de Truth Social, Devin Nunes, a déclaré que son objectif était d'être « pleinement opérationnel » d'ici la fin mars. Mais la raison pour laquelle l'application rencontre tant de problèmes a déconcerté les experts. Certains ont pointé du doigt le partenariat de Truth Social avec Rumble, une plateforme de partage de vidéos qui ressemble un peu à YouTube. Populaire auprès des conservateurs et de l'extrême droite, Rumble était censé fournir une « épine dorsale critique » pour l'infrastructure du site.

Mais si Truth Social a des problèmes de serveur, pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour les résoudre ? « Cela devrait prendre quelques jours pour réparer, pas six semaines », a déclaré une source républicaine proche de Donald Trump : « Il y aura toujours des ratés au début, mais à ce stade, j'aurais pensé que cela aurait été résolu. "Personne ne semble comprendre pourquoi ».

En dehors de ces problèmes techniques, le réseau social de Donald Trump, Truth Social, prétend être un espace de liberté d'expression, loin de toute discrimination politique. Et pourtant, certains de ses utilisateurs se sont plaints, sur Twitter, d'avoir été bannis pour avoir parlé des audiences du Congrès sur les émeutes du Capitole. Sur le réseau social qui a banni Donald Trump en 2021, suite à ses déclarations sur le prétendu vol de l'élection présidentielle américaine, l'ironie est donc immense.


« Mon compte Truth Social vient d'être suspendu de façon permanente pour avoir parlé des audiences de la commission du 6 janvier », a publié Travis Allen, un analyste en sécurité de l' information, sur son compte Twitter.


« J'ai été suspendu de Truth Social pour avoir posté sur l'audience du 6 janvier hier soir. Donald Trump a peur de la liberté d'expression », a écrit un utilisateur sur Twitter, « Je viens de publier mon premier message sur Truth Social et ils l'ont supprimé. De vrais champions de la liberté d'expression là-bas », a publié un autre.

La discussion s'est enflammée sur Twitter avec des utilisateurs qui se donnent désormais le défi de s'inscrire sur le réseau social de Donald Trump pour voir combien de temps leur compte résistera avant d'être fermé. « Regardez ce que je viens de poster sur Truth Social... en attendant qu'ils me bannissent ».

Source : dépôt de la SEC

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?
Trump qui défend la liberté d'expression, mais dont le réseau social banni les utilisateurs qui s'expriment, ironique ou inévitable ? Dans quelle mesure ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 01/07/2022 à 18:26
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Une obligation de prendre un vaccin expérimental est fondamentalement immoral. Surtout quand l'inventeur du vaccin vous annonce que la version commerciale est dangereuse. Et que le fabricant exige l'assurance qui ne puisse être poursuivi.
Ces propos sont des MENSONGES et vous le savez car ils ont été démontés à de nombreuses reprises ici même et sont débunkés sur une foultitude de sites
Vous vous complaisez dans la désinformation, c'est maladif et déséspérant
7  1 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 14:08
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
En dehors de ces problèmes techniques, le réseau social de Donald Trump, Truth Social, prétend être un espace de liberté d'expression, loin de toute discrimination politique. Et pourtant, certains de ses utilisateurs se sont plaints, sur Twitter, d'avoir été bannis pour avoir parlé des audiences du Congrès sur les émeutes du Capitole. Sur le réseau social qui a banni Donald Trump en 2021, suite à ses déclarations sur le prétendu vol de l'élection présidentielle américaine, l'ironie est donc immense.
La surprise aurait été que ce lieu devienne un véritable espace de liberté, et plus encore, que Donald Trump eût dit la vérité.
7  2 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/06/2022 à 16:25
Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
Désolé, j'avais oublié que le troll ne comprend pas le second degré.
Fallait pas le nourrir après minuit !
5  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/06/2022 à 18:48
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
12 heures plus tard, sa version a été contredite par les gens qui étaient actuellement dans la limousine.
Cette phrase qui ne veut strictement rien dire !

"Actuellement" c'est le présent, "qui étaient" c'est le passé, mais "qui étaient actuellement" C'est quoi ?
5  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/06/2022 à 8:59
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
[...]Et contrairement à la plupart des gauchistes, je suis capable de débattre sans accuser les gens d'être *cistes ou des *ogues.
Tu m'as convaincu
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Finalement son mensonge a été démontré, puisque que toutes les personnes qui étaient dans la limousine sont prêt à témoigner sous serment que ce qu'elle raconte est un mensonge.
Je me répète il n'y a pas que l'incident de la limousine et il semblerait qu'elle a été témoin d'autre faits.
Comme je l'ai dit je doute fortement de la véracité de l'ensemble de ses déclarations mais la discréditer de l'ensemble de ses propos à cause d'un mensonge est un raccourci que je ne prendrais pas.
Tu sembles avoir une confiance aveugle en Trump, je suis sur qu'on peut trouver relativement facilement des mensonges de sa part. Quel est cette logique à géométrie variable?
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Tu peux croire ce que tu veux, mais je fais plus confiance à mes yeux qu'aux journalistes.
Je fais plus confiance aux journalistes qu'à Trump

Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Je ne suis pas un troll.[...]
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Nous franchement tu fais fort dans la bétise. Si l'analogie qui serait appropriée serait un pro-immigration qui défend Lepen.
Tu m'as convaincu.
6  1 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/06/2022 à 3:54
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
La liberté d'expression n'implique pas que l'on doivent respecter les Trolls.
Et comment tu vis le fait de ne pas pouvoir te respecter toi même dans ce cas ?

4  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/06/2022 à 9:00
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Cela veut dire que la Dame n'a jamais été témoin de quoi que ce soit puisse qu'elle n'était pas présente dans la voiture.

Finalement son mensonge a été démontré, puisque que toutes les personnes qui étaient dans la limousine sont prêt à témoigner sous serment que ce qu'elle raconte est un mensonge.

Comme c'est seulement une audience, les "témoins" peuvent mentir sans risquer dêtre accusé de faire un parjure.
C'est impressionnant cette qualité qui est la votre de savoir, avant même la justice américaine, qui des témoins disent la vérité et qui disent des mensonges.
C'est un art divinatoire rare, vous devriez ouvrir une échoppe de voyance.
À moins que votre jugement soit altéré parce que c'est Donald Trump qui est en cause, mais non, ce n'est pas possible, votre impartialité au sujet des démocrates et des républicains est légendaire.
6  2 
Avatar de SimonKenoby
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 03/08/2022 à 13:47
Cela fait déjà un moment qu'on a compris que les grands défenseurs de la liberté d'expression ont surtout envie de pouvoir dire ce qu'ils veulent sans que personne ne puissent les contredires.

C'est comme Elon Musk, je n'y crois pas un instant a son histoire.
6  2 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 03/08/2022 à 14:27
Malgré toutes les critiques qu'on a pu adresser aux réseaux sociaux mainstream comme Facebook et Twitter, qui auraient censuré à tort le gourou Trump suite à l'assaut du 6 janvier contre la démocratie, en suspendant son compte pour une durée indéterminée, je les avais personnellement trouvé très cléments jusqu'alors.

Trump toujours borderline voire excessif dans ses propos, niant comme un malfrat le résultat d'élections à l'échelle d'un pays-continent, il avait réussi auprès de certains, y compris chez nous, à se faire passer pour la victime.

Si ça n'avait tenu qu'à moi, son compte aurait dû être suspendu bien avant l'assaut du Capitole.

La liberté d'expression, ça ne veut pas dire le grand n'importe quoi. Et ce nouveau réseau social qui se veut le parangon de celle-ci commence à le découvrir, assez naïvement au mieux, avec malhonnêteté au pire.
Quand Truth, si les faits sont bien avérés, censure des utilisateurs d'un certain bord politique, ça me fait doucement rigoler, alors que Twitter et Facebook sont nettement plus neutres politiquement (ce qui n'enlèvent rien à leurs autres défauts), n'en déplaise à l'alt-right et à la complosphère.

Mais le plus triste dans l'histoire, c'est de constater l'influence toujours importante de cet accident industriel de la démocratie.
7  3 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 29/06/2022 à 9:38
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
À moins qu'il soit victime un assassinat, il a une victoire garantie. Les Démocrates sont d'une incompétence crasse. (inflation monstrueuse avec une pénurie de denrée en toutes sortes) Attendez-vous à un raz de marée Républicain en novembre.
L'inflation mange la dette. L'inflation est le meilleur outils des états unis pour éviter l'effondrement du dollar, je sais, c'est paradoxal.
L'important c'est que les salaires soient indexés sur l'inflation, et même si ce n'est pas le cas directement aux USA, là bas tu as des augmentations en forçant 10x moins qu'en France et tu peux effectivement changer de boite en claquant des doigts.

Les pénuries sont un autre sujet, à regarder au cas par cas. Les 2/3 articles que j'ai croisés n'imputaient pas ça à la politique démocrate mais soit à la guerre, soit à un problème précis (genre lait pour nourrisson : Une usine a rappelé toute sa marchandise et arrêté sa production le temps de l’enquête pour trouver la cause de la mort de 2 nourrissons.)

Quand Trump était au pouvoir, ses partisans s'appliquaient à le dédouaner de tout ce qui arrivait qui n'allait pas dans le sens prédit par D. Trump. Merci de garder ce comportement pour le remplaçant qui ma foi n'est ni pire ni mieux que le précédent...
5  2