IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un expert en cryptographie réfute les arguments sur l'inutilité de la blockchain et défend les cryptomonnaies,
Mais affirme que le secteur des cryptomonnaies a besoin d'une réglementation

Le , par Bill Fassinou

177PARTAGES

7  0 
Bruce Schneier, expert en cybersécurité, et des collègues ont affirmé récemment que "les cryptomonnaies étaient un désastre complet et total, et que la blockchain était inutile". D'après eux, les cryptomonnaies consacrent un système de gouvernance du type "ceux qui ont l'or font les règles". Schneier et ses pairs ont ajouté que le plus grand problème avec les systèmes blockchain est qu'ils ne sont pas décentralisés et ne font pas tout ce que leurs partisans prétendent qu'ils font. Cependant, Matthew Green, expert en cryptographie, pense que la blockchain est loin d'être inutile, et que le secteur des cryptomonnaies a juste besoin d'une réglementation.

Bruce Schneier est membre du "Berkman Klein Center for Internet & Society" de l'université de Harvard et chef de l'architecture de sécurité chez Inrupt, une entreprise fondée par l'inventeur du Web Tim Berners-Lee pour créer un nouveau Web à l'épreuve des centralités. Schneier fait partie du groupe de 26 technologues qui ont envoyé au début du mois une lettre aux législateurs de Washington pour tenter de les mettre en garde contre les dangers de l'industrie de la cryptomonnaie. Les signataires de la lettre ont appelé les législateurs américains à bloquer les efforts visant à créer un "refuge réglementaire" pour les cryptomonnaies.

Voici un extrait de la lettre : « depuis sa création, cette technologie a été une solution à la recherche d'un problème et s'est maintenant accrochée à des concepts tels que l'inclusion financière et la transparence des données pour justifier son existence, en dépit de solutions bien meilleures à ces questions déjà utilisées. Malgré plus de treize ans de développement, elle présente de graves limitations et des défauts de conception qui excluent presque toutes les applications qui traitent des données publiques des clients et des transactions financières réglementées et ne constituent pas une amélioration des solutions non blockchain ».



Ils souhaitent que les législateurs de Washington se concentrent plutôt sur ce qu'ils appellent une "politique responsable en matière de technologies financières". La lettre qualifie la cryptomonnaie de "risquée, imparfaite et non prouvée". Schneier a publié récemment un billet de blogue dans lequel il apporte plus d'explications sur certains des arguments que ses confrères et lui ont utilisés dans leur lettre. « À certains égards très importants, les systèmes blockchains ne sont pas sécurisés. Ils ne remplacent pas la confiance par le code. À bien des égards, ils sont beaucoup moins fiables que les systèmes non blockchain », a-t-il déclaré.

« Les systèmes blockchains ne sont pas décentralisés, et leur inévitable centralisation est néfaste, car elle est largement émergente et mal définie. Ils ont toujours des intermédiaires de confiance, souvent avec plus de pouvoir et moins de surveillance que les systèmes non blockchain. Ils nécessitent toujours une gouvernance et ils nécessitent toujours une réglementation. Le problème avec la blockchain est qu'elle n'améliore aucun système et qu'elle aggrave souvent les choses », a-t-il ajouté. Il a également affirmé que, en raison de sa conception même, la blockchain est mal adaptée à presque tous les problèmes actuels qu'il cherche à résoudre.

Mais si Schneier et ses collègues pensent que la blockchain est "totalement inutile", Matthew Green, cryptographe et professeur à l'université Johns Hopkins, pense que ce n'est pas le cas. Green refusé a de signer la pétition et a écrit : « la blockchain publique permet beaucoup de choses stupides. Les cryptomonnaies d'aujourd'hui peuvent être vénales, corrompues, surcotées. Mais la technologie de base n'est absolument pas inutile. En fait, je pense qu'il y a des choses assez excitantes qui se passent dans ce domaine, même si la plupart d'entre elles sont plus éloignées de la réalité que ne veulent l'admettre leurs promoteurs ».

Green a ajouté : « franchement, toute cette lettre me déprime. Je tenais pour acquis que mes collègues techniciens seraient un peu plus raisonnables, en particulier lorsqu'ils s'adressent au Congrès et aux régulateurs en tant qu'experts techniques. Il ne s'agit pas simplement de quelqu'un qui "se trompe sur Internet". Il s'agit de revendications importantes qui méritent une attention sérieuse, et il y a des conséquences réelles à se tromper ici ». Ces contre-arguments se résument comme suit :

  • Green est d'accord que les blockchains actuelles basées sur la preuve de travail comme le bitcoin sont nuisibles à l'environnement. Mais il estime qu'il existe d'autres modes, comme la preuve d'enjeu, qui ne le sont pas ;
  • il est d'accord qu'une blockchain est un grand livre immuable qui rend impossible l'annulation de certaines transactions. Mais il ajoute que cela ne signifie pas qu'il ne peut pas y avoir un système de gouvernance au-dessus de la blockchain qui permet les inversions ;
  • il partage l'argument selon lequel le bitcoin n'est pas évolutif et les frais sont trop élevés. Mais il affirme qu'il n'y a rien d'inhérent à la technologie blockchain. « C'est juste un ensemble de mauvais choix de conception que bitcoin a fait », a-t-il déclaré ;
  • enfin, Green estime que les systèmes blockchains peuvent avoir un peu ou beaucoup de confidentialité, selon la façon dont ils sont conçus et mis en œuvre.


À propos du bitcoin, la DARPA a publié récemment un rapport selon lequel il existe des faiblesses dans le réseau bitcoin lui-même. Le rapport révèle que 21 % des nœuds utilisent une ancienne version vulnérable du client bitcoin principal. Ces systèmes pourraient être la cible d'un cybercriminel qui chercherait à prendre le contrôle de la majorité d'un réseau blockchain. Selon les chercheurs, cela signifie que tous ces ordinateurs sont ouverts au même type de piratage - un premier pas important pour un attaquant qui tente de dominer un réseau blockchain, parfois appelé "attaque des 51 %".

Green estime que le véritable problème des cryptomonnaies aujourd'hui est l'algorithme de la preuve de travail qui consomme beaucoup d'énergie pour valider les transactions. Selon lui, la solution ne consiste pas à interdire les cryptomonnaies, mais à trouver le bon chemin pour baisser cette consommation. Green affirme que l'interdiction des cryptomonnaies pourrait conduire à d'autres problèmes. « La question que nous devrions nous poser n'est pas de savoir s'il faut être en colère contre la consommation d'énergie du minage basé sur la preuve de travail. Nous devrions essayer de trouver le bon chemin pour sortir de cette pagaille », a-t-il déclaré.

« Et plus concrètement, s'il y a une voie à suivre qui est plus susceptible de produire un bon résultat que ce qui se passe déjà dans l'industrie - à savoir que les projets déploient rapidement des technologies plus propres pour remplacer la preuve de travail. Parce qu'il est très peu probable que l'ombre ou les interdictions hypothétiques de cryptomonnaies règlent le problème plus rapidement, et en fait : la réaction excessive des gouvernements pourrait aggraver la situation en éloignant les ressources des chaînes plus propres qui sont en train de se mettre en place pour résoudre le problème », a-t-il ajouté.

En réponse à Green, Schneier a déclaré : « s'il vous plaît, montrez-moi une application où la blockchain est essentielle. C'est-à-dire un problème qui n'aurait pas pu être résolu sans la blockchain et qui peut maintenant être résolu avec elle. (Et "les ransomwares ne pourraient pas exister parce que les criminels ne peuvent pas utiliser les réseaux financiers conventionnels et que les paiements en espèces ne sont pas réalisables" ne compte pas) ». Selon Schneier, la blockchain ne fait rien pour résoudre un quelconque problème existant avec les systèmes financiers (ou autres), ce qui expliquerait une fois de plus son inutilité.

« Ces problèmes sont intrinsèquement économiques et politiques, et n'ont rien à voir avec la technologie. Et plus important encore, la technologie ne peut pas résoudre les problèmes économiques et politiques. Ce qui est une bonne chose, car l'ajout de la blockchain entraîne toute une série de nouveaux problèmes et rend tous ces systèmes beaucoup, beaucoup plus mauvais », a-t-il déclaré. Green a déclaré qu'il était contre les arguments selon lesquels les cryptomonnaies constituent un danger et que la blockchain est inutile, mais il partage l'avis de ses confrères selon lequel ce secteur a besoin d'être réglementé.

« Je n'ai aucun problème avec l'idée que les législateurs adoptent (intelligemment) des lois pour réglementer les cryptomonnaies. En effet, étant donné le niveau de folie et le nombre d'escroqueries pures et simples qui se produisent dans ce domaine, il est assez évident que notre cadre réglementaire actuel n'est pas à la hauteur de la tâche », a déclaré Green. Cependant, Schneier le prend au mot et se demande : « quand on enlève la folie et les escroqueries, que reste-t-il ? »

Sources : Bruce Schneier, Matthieu Green

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'argument selon lequel la blockchain est inutile ?
Que pensez-vous des contre-arguments de Green pour justifier l'utilité de la blockchain ?
Peut-on dire que les cryptomonnaies ne sont pas un danger malgré la volatilité du marché et les escroqueries de tout genre ?
Selon vous, existe-t-il actuellement des problèmes technologiques que seule la blockchain peut aider à résoudre ?
Pensez-vous qu'un des deux experts a raison à propos de la blockchain et des cryptomonnaies ?

Voir aussi

Des experts en technologie exhortent Washington à résister à l'influence de l'industrie de la cryptomonnaie, affirmant que ces actifs numériques sont risqués, défectueux et non éprouvés

Le minage de bitcoins devient non rentable, car le prix du bitcoin est tombé au niveau du coût moyen du minage, ce qui pourrait provoquer de grands changements sur le marché

Tim Berners-Lee, l'inventeur du Web : « oubliez le Web3, mon Internet décentralisé n'a pas besoin de blockchain », il a déclaré que le Web3 contraste avec ses plans pour un nouveau Web

Les blockchains seraient vulnérables à la falsification, selon une analyse de la DARPA, qui révèle que 60 % de l'ensemble du trafic du réseau bitcoin est géré par trois grandes entreprises

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/07/2022 à 19:27
Les créanciers vont se sucrer les premiers, et seulement ensuite les clients seront servis. Comme Uber en son temps, le marché de la cryptomonnaie a besoin d'une régulation. Pour l'instant, c'est le Far West. Seul le scandale règne. Tout ce que je sais, c'est que j'hésitais en 2017 à investir un peu de sous dans le Bitcoin un peu avant que le cours s'envole. Et bien, aujourd'hui je ne serai pas perdant mais je suis bien content de ne pas faire partie de ce panier de crabes et de pigeons. Cette mise en faillite nettoie un acteur peu enclin à l'éthique et cela m'étonnerait qu'on le laisse revenir. Dans 6 mois, le Bitcoin est à 10 000 et beaucoup de ses enfants auront disparu.
1  1 
Avatar de quatreplusquatre
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 16/07/2022 à 19:59
Pendant ce temps, le gouvernement du Québec à perdu 200 Millions de Dollars d'argent public en investissant dans Celsius!

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le marché des cryptomonnaies plonge sous la barre des 1000 milliards de dollars tandis que la cryptobanque Celsius Network gel les retraits,
il valait plus de 3000 milliards de dollars l'année dernière

Le monde de la crypto-monnaie traverse des difficultés, avec des prix qui chutent à des niveaux jamais vus depuis la fin de 2020. La chute est probablement due à plusieurs facteurs, notamment l'incertitude économique générale observée sur le marché boursier, l'inflation, la panique provoquée par les ventes massives des baleines, etc.

Cela n'a certainement pas aidé le secteur de la cryptomonnaie lorsque la cryptobanque londonienne Celsius Network à annoncer le gel des retraits, des échanges et des transferts entre comptes dimanche soir.


« En raison des conditions de marché extrêmes, nous annonçons aujourd'hui que Celsius suspend tous les retraits, échanges et transferts entre comptes. Nous prenons cette mesure aujourd'hui pour mettre Celsius en meilleure position pour honorer, au fil du temps, ses obligations de retrait.

« Agir dans l'intérêt de notre communauté est notre priorité absolue. Au service de cet engagement et pour adhérer à notre cadre de gestion des risques, nous avons activé une clause dans nos Conditions d'utilisation qui permettra à ce processus d'avoir lieu. Celsius possède des atouts précieux et nous travaillons avec diligence pour respecter nos obligations.

« Nous prenons cette mesure nécessaire au profit de l'ensemble de notre communauté afin de stabiliser les liquidités et les opérations tout en prenant des mesures pour préserver et protéger les actifs. De plus, les clients continueront d'accumuler des récompenses pendant la pause, conformément à notre engagement envers nos clients.

« Nous comprenons que cette nouvelle est difficile, mais nous pensons que notre décision de suspendre les retraits, les échanges et les transferts entre comptes est la mesure la plus responsable que nous puissions prendre pour protéger notre communauté. Nous travaillons avec un seul objectif : protéger et préserver les actifs pour répondre à nos obligations envers les clients. Notre objectif ultime est de stabiliser la liquidité et de rétablir les retraits, les swaps et les transferts entre comptes le plus rapidement possible. Il y a beaucoup de travail à faire alors que nous examinons diverses options, ce processus prendra du temps et il pourrait y avoir des retards.

« Nous remercions l'incroyable communauté Celsius pour votre soutien aujourd'hui. Il nous fait plaisir de vous servir. Nos opérations se poursuivent et nous continuerons à partager des informations avec la communauté dès qu'elles seront disponibles ».

Dans les heures qui ont suivi cette annonce, les valeurs des autres crypto-monnaies ont également chuté : Bitcoin a chuté de 10 %, Ethereum a perdu 19 % de sa valeur et Dogecoin a perdu près de 15 % de sa valeur, soit environ 0,01 $. Dans son ensemble, le marché total des crytomonnaies pointait sous la barre symbolique des 1000 milliards $ US, contre 3 000 milliards de dollars en novembre dernier.

Celsius est un réseau de prêt peer-to-peer dans lequel les clients déposent des crypto-monnaies qui sont ensuite prêtées à d'autres. Les intérêts payés sur les prêts sont répartis entre Celsius et les prêteurs, jusqu'à 18,6 % APY avec des versements hebdomadaires. APY est l'abréviation du terme anglais « Annual Percentage Yield » qu'on peut traduire en français par « pourcentage annuel de rendement ». On utilise ce terme lorsqu'on décide de bloquer ses cryptoactifs pour une certaine période de temps en échange d'intérêts.

Les cryptobanques comme Celsius s’inspirent du modèle des banques traditionnelles. Elles mettent en commun les dépôts de cryptomonnaies comme le bitcoin et offrent des prêts et des intérêts, souvent supérieurs à 10 %, aux déposants. Le hic, c’est que ces nouveaux acteurs ne sont pas réglementés et que rien ne protège l’argent des déposants. De plus, ils ne sont pas assujettis à un seuil minimal de capital dans leurs réserves, contrairement aux institutions financières traditionnelles.

Le crash de la crypto-monnaie fait partie d'un crash plus large du marché. L'indice boursier S&P 500 a chuté de près de 4% lundi dans un contexte de craintes d'une hausse plus rapide des taux d'intérêt de la part de la Réserve fédérale. Les taux d'intérêt élevés exercent une pression à la baisse sur tous les actifs, y compris les actions et les crypto-monnaies.

« Quelqu'un ment »

Celsius est en fait une banque de crypto-monnaie non réglementée. Les clients peuvent également déposer des crypto-monnaies auprès de Celsius, puis emprunter des dollars contre ces avoirs. Les clients peuvent également gagner des intérêts sur les dépôts de crypto-monnaie, le site Web de la société annonçant des taux d'intérêt pouvant atteindre 18% pour certaines crypto-monnaies. Ce chiffre est bien supérieur à ce que les Américains peuvent gagner des banques conventionnelles. Celsius dit avoir 1,7 million de clients.

Un article de Bloomberg de janvier rapportait que Celsius avait inspiré la fidélité de certains utilisateurs de la plateforme :

« Dans des témoignages publiés l'année dernière sur Twitter dans le cadre d'un concours au cours duquel les clients ont partagé leur "histoire de Celsius", beaucoup ont déclaré avoir confié à Celsius leurs économies. L'un d'eux a déclaré qu'il avait retiré la valeur nette de sa maison et encaissé sa pension de travail et ses économies pour l'éducation de ses enfants afin de mettre l'argent dans les comptes de l'entreprise. Un autre a déclaré que cela lui avait permis de quitter son emploi pour se rapprocher de son enfant ».

Dans un article de Bloomberg de janvier, le PDG de Celsius, Alex Mashinsky, « a déclaré à Bloomberg Businessweek que Celsius est en mesure de payer des rendements aussi élevés parce qu'il transmet la plupart de ses revenus à ses utilisateurs. Il a déclaré que c'est le système financier traditionnel qui arnaque les gens en prenant leurs dépôts et en les utilisant pour gagner de l'argent, puis en prétendant qu'il ne peut payer que des taux d'intérêt minimes ».

« Quelqu'un ment », a déclaré Mashinsky. « Soit la banque ment, soit Celsius ment ».

Alors que Celsius offre des taux d'intérêt plus élevés qu'une banque traditionnelle, les dépôts de Celsius ne sont pas protégés par la Federal Deposit Insurance Corporation, qui fournit un soutien financier pour les dépôts dans les banques conventionnelles. Cela signifie que si Celsius devait avoir des difficultés financières, certains clients pourraient ne pas récupérer tout leur argent.

Dans un article de blog la semaine dernière, Celsius a balayé les rumeurs selon lesquelles il avait des difficultés financières.

« En cette période déjà difficile, il est regrettable que les acteurs vocaux répandent la désinformation et la confusion », a écrit la société. « Ils ont essayé en vain, par exemple, de lier Celsius à l'effondrement de Luna et prétendent à tort que Celsius a subi des pertes importantes en conséquence ».

C'était une référence aux nouvelles du mois dernier selon lesquelles terra, un « stablecoin algorithmique », s'était avéré ne pas être aussi stable dans la pratique. La valeur de Terra était censée être rattachée à 1 $, la crypto-monnaie associée luna étant censée fournir un filet de sécurité pour cette cheville. Mais tout le château de cartes s'est effondré le mois dernier au milieu d'une vente plus large de crypto-monnaie.

Celsius a connu une croissance rapide au cours de la dernière année, attirant un examen réglementaire accru. En septembre dernier, les régulateurs de plusieurs États ont ouvert des enquêtes sur les pratiques commerciales de la société, arguant que les produits de prêt de la société pourraient constituer des titres non réglementés.

Celsius n'a pas fourni de détails sur les « conditions de marché extrêmes » qui ont conduit l'entreprise à suspendre les retraits. Celsius affirme travailler avec diligence pour reprendre les retraits, mais les utilisateurs ont de bonnes raisons de s'inquiéter de la santé financière de l'entreprise.

Un hiver crypto ?

Dans le secteur de la crypto-monnaie, les entreprises se serrent la ceinture en s'attendant à ce que les récentes baisses de prix puissent durer un certain temps.

Vendredi, la société d'échange de crypto-monnaie et de portefeuille Crypto.com a annoncé qu'elle licenciait 260 employés, soit environ 5% de ses effectifs. Une semaine plus tôt, la bourse de crypto-monnaie Gemini, fondée par les frères Winkelvoss, avait annoncé qu'elle réduisait ses effectifs de 10 %. Les frères ont imputé les coupes dans leurs ressources humaines aux « conditions de marché turbulentes susceptibles de persister pendant un certain temps ».


L'une des plus grandes sociétés de crypto-monnaie, Coinbase, a récemment annoncé qu'elle gelait toute nouvelle embauche. Cela comprenait le retrait de certaines offres que les candidats avaient déjà acceptées. Le cours de l'action Coinbase a chuté de plus de 80 % depuis son pic de novembre dernier.

Binance a également suspendu les retraits de Bitcoin. Le PDG de Binance, Changpeng Zhao, a annoncé le gel à 8h00 HE, affirmant que c'était « en raison d'une transaction provoquant un backlog ». À l'origine, il a dit que la pause n'allait durer qu'environ 30 minutes, mais il a noté plus tard que « Cela va probablement prendre un peu plus de temps à réparer que mon estimation initiale ».


Vers 11h30 HE, Binance a annoncé que les retraits du réseau Bitcoin avaient repris. Selon la page d'assistance, « Nous travaillons toujours pour traiter les retraits en attente du réseau Bitcoin (BTC), et cela devrait être terminé dans les prochaines heures. Veuillez noter que les retraits en attente du réseau Bitcoin (BTC) seront rejetés. Dans ce cas, les utilisateurs concernés devront soumettre à nouveau leurs demandes de retrait ».

Le battement de tambour régulier des mauvaises nouvelles a conduit à des discussions sur le début d'un autre « hiver crypto ». Le monde de la crypto-monnaie a connu au moins trois de ces périodes. Pendant cette période de repli, il est courant qu'un nombre important de projets et d'entreprises liés à la crypto-monnaie échouent.

Chaque hiver crypto précédent a été suivi d'un dégel puis d'un nouveau boom. Plus récemment, le bitcoin est tombé à environ 3 200 dollars fin 2018 avant de grimper au-dessus de 60 000 dollars en 2021. Les boosters de crypto-monnaie espèrent que l'histoire se répétera, le faible prix actuel du bitcoin menant à de nouveaux records de prix dans quelques années.

Mais il n'y a aucune garantie que cela se produira. À un moment donné, le secteur de la cryptographie atteindra un point de saturation, après quoi les prix des crypto-monnaies pourraient commencer à se comporter davantage comme d'autres actifs conventionnels - augmentant pendant les booms et diminuant pendant les ralentissements, mais ne livrant pas nécessairement des rendements exceptionnels pour ceux qui les détiennent à long terme.

Source : Celcius Network, Binance, Crypto
0  1