IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les femmes ont beaucoup moins de chances que les hommes de se voir reconnaître comme auteur d'une découverte scientifique
D'après une récente étude

Le , par Nancy Rey

159PARTAGES

14  2 
Une nouvelle étude a révélé que les femmes travaillant dans la recherche scientifique sont moins susceptibles d'obtenir des crédits d'auteur sur les articles de recherche, en particulier dans les documents considérés comme « à fort impact ». L'étude a également révélé que l'écart entre les femmes et les hommes dans la rédaction de projets liés aux brevets s'élevait à 59 %. Les données suggèrent que les femmes scientifiques ont moins de chances que leurs homologues masculins de recevoir des crédits d'auteur ou d'être nommées sur des brevets liés à leurs travaux, y compris dans des domaines tels que les soins de santé, où les femmes sont majoritaires.


Les femmes qui participent à la recherche scientifique ont moins de chances d'être créditées en tant qu'auteurs que leurs homologues masculins, et elles sont plus susceptibles de faire état de discrimination et de sous-évaluation de leur contribution, d’après la nouvelle étude intitulée « Women are Credited Less in Science than are Men ». Cet écart entre les sexes peut contribuer à expliquer des disparités bien documentées dans les contributions apparentes des scientifiques masculins et féminins comme celle de Rosalind Franklin, dont la contribution essentielle à la découverte de la structure de l'ADN est initialement passée inaperçue parce qu'elle n'était pas citée dans l'article principal de Nature rédigé par James Watson et Francis Crick.

« Nous savons depuis longtemps que les femmes publient et déposent des brevets à un taux inférieur à celui des hommes. Mais, comme les données antérieures n'indiquaient jamais qui participait à la recherche, personne ne savait pourquoi », a déclaré la professeure Julia Lane, de l'université de New York, qui a dirigé la nouvelle étude.

Lane et ses collègues ont analysé les données administratives des projets de recherche menés dans 52 collèges et universités américains entre 2013 et 2016. Ils ont fait correspondre les informations sur 128 859 scientifiques à 39 426 articles de journaux et 7 675 brevets, en cherchant à savoir quelles personnes ayant travaillé sur des projets individuels ont été créditées et lesquelles ne l'ont pas été.

L'étude suggère que Rosalind Franklin était loin d'être la seule à ne pas recevoir le crédit nécessaire pour son travail. L'étude a révélé qu'en moyenne, tous postes et domaines confondus, les hommes avaient environ deux fois plus de chances que les femmes d'être cités dans un article scientifique ou un brevet par leur équipe de recherche. Cet écart a été constaté dans des domaines à prédominance féminine, comme la santé, ainsi que dans des domaines à prédominance masculine, comme l'ingénierie, et était particulièrement évident au début de la carrière des femmes. Par exemple, seules 15 femmes diplômées sur 100 étaient citées comme auteur dans une publication, contre 21 sur 100 pour leurs homologues masculins.

Julia Lane a commenté ces résultats en ces termes : « Il existe un écart manifeste entre le taux de coauteurs de publications pour les femmes et les hommes. Cet écart est fort, persistant et indépendant du domaine de recherche. Je crains qu'il ne dissuade les jeunes femmes de poursuivre une carrière scientifique ».

L'équipe a également interrogé plus de 2 400 scientifiques publiés, leur demandant s'ils avaient déjà été exclus d'un article auquel ils avaient contribué, et pourquoi ils pensaient que cela se produisait. Parmi les femmes, 43 % ont déclaré avoir été exclues d'une publication, contre 38 % des hommes. L'explication la plus courante était que les autres avaient sous-estimé leur contribution, mais les femmes étaient deux fois plus susceptibles de citer la discrimination ou les préjugés comme explication, tandis que les hommes étaient plus susceptibles de dire que leurs contributions ne justifiaient pas le statut d'auteur.

Le Dr Tina Joshi, maître de conférences en microbiologie moléculaire à l'université de Plymouth, a déclaré : « Cette étude est la bienvenue, car elle met en évidence le fait que les femmes ne sont pas les auteurs de leurs travaux : il s'agit d'une étude bienvenue qui met en évidence la disparité entre les sexes à laquelle de nombreuses femmes continuent d'être confrontées dans le milieu universitaire. Nous pouvons continuer à lutter contre cette inégalité en tant que communauté universitaire en encourageant le dialogue sur l'égalité, la diversité et l'inclusion, et en travaillant ensemble pour donner à tous les chercheurs le crédit de leurs contributions ».

Source : Nature

Et vous ?

Que pensez-vous de cette étude ? Trouvez-vous les résultats de cette étude pertinents ?
D'après vous, pourquoi les femmes sont-elles sous-représentées dans les domaines scientifiques ?
D'un point de vue professionnel, comment trouvez-vous les femmes en général aux postes de développeurs et IT Pro ?

Voir aussi :

Un ancien responsable technique de Google se vante d'avoir l'habitude de détruire les CV des femmes devant elles : « Allez faire des enfants », car « programmer est une activité trop contraignante »

52 % des femmes professionnelles de la technologie estiment que leur genre les empêche de progresser autant qu'elles le souhaitent dans leur carrière, selon une enquête menée par Ipsos

Inégalités de genre dans la tech*: c'est une erreur de vouloir à tout prix embaucher plus de femmes, explique une ancienne Lead Tech de Google

Si le secteur de la technologie est de plus en plus inclusif, 74 % des femmes affirment toujours avoir eu une expérience négative au travail en raison de leur sexe, selon un rapport de NTT Data UK

La Grande École du Numérique souhaite former à minima 40 % de femmes au sein de ses propres cursus d'ici à la fin 2021 pour apporter réponse aux stéréotypes de genre dans le secteur du numérique

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jeff_67
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 13:05
Personnellement, je suis les conseils avisés d'un ami, ancien de Google. Quand une femme se présente à moi avec son article rédigé et prêt à être publié, je le déchire devant elle et lui hurle au visage : "Allez faire des enfants !".
11  2 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 29/06/2022 à 15:52
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Les femmes ont beaucoup moins de chances que les hommes de se voir reconnaître comme auteur d'une découverte scientifique,
d’après une récente étude
On appelle ça l'effet Matilda, d' après wikipedia :

L’effet Matilda est le déni ou la minimisation récurrente et systémique de la contribution des femmes scientifiques à la recherche, dont le travail est souvent attribué à leurs collègues masculins.

Découverte et prévalence
Margaret W. Rossiter *, historienne des sciences, étudie l'effet Matthieu, théorie développée par le sociologue américain Robert Merton. Dans les années 1960, celui-ci avait remarqué que certains personnages sont reconnus au détriment de leurs collaborateurs, qui sont souvent à l’origine de cette renommée (.../...)

Une de nos éminentes collègues a été invitée sur France Culture à en parler.

Invités:
Anne-Marie Kermarrec, chercheuse en informatique et directrice de recherche INRIA et Nicolas Witkowski, physicien, écrivain et éditeur, auteur notamment de « Trop belles pour le Nobel, les femmes et la science » aux éditions du Seuil.

Femmes de science : marche à l’ombre - franceculture - radiofrance.fr (58 min audio)

* Margaret W. Rossiter, première citée et jointe par téléphone dans l' émission
3  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 17:08
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
...
Si l'étude est telle que vous la présentée, alors cette étude est du gros bidonnage ; ce n'est pas/plus comme cela que fonctionnent les labos.
5  4 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 14:57
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
Elles n'ont qu'à être beaucoup plus intelligente pour compenser leur sous-représentation dans les métiers qui aboutissent à des découvertes sxientifiques.
L'étude publiée par Nature porte sur les recherches ou elles sont présentes, c'est juste que mathématiquement elle sont moins créditées que les hommes, c'est moche

C'est comme si une recherche est faite par une femme, elle a un assistant homme qui sert juste à nourrir les souris et à nettoyer leur caca, et c'est l'assistant "homme" qui est crédité de la recherche et pas elle
3  3 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/08/2022 à 4:08
"Les femmes sont moins susceptibles de vouloir faire certains types de travail."
Je répondrai : " les hommes sont moins enclins à vouloir faire certains types de travail ". Autre affirmation générique sans metier
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 13:32
Merci pour çet article, il est temps de publier et dénoncer ces anomalies et injustices trop fréquentes dans nôtre société de mâles dominants. Bravo
6  8 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 29/06/2022 à 20:30
La sociologie, la pseudo-science la moins rationnelle de l'Univers. Toutes les merdes actuelles ont pour origine une Grande étude sociologique qui, quand on cherche un peu, s'avère aussi éthique que le fonctionnement d'un camp de rééducation.
1  4 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 27/06/2022 à 13:51
Elles n'ont qu'à être beaucoup plus intelligente pour compenser leur sous-représentation dans les métiers qui aboutissent à des découvertes scientifiques.
2  11